Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 5. « Travail de l’esprit sur un matériau propre à l’esprit »

La « compréhension » de la musique et la langue de l’analyse musicale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Dans le « Fragment sur les rapports entre musique et langage », qui ouvre le volume Quasi una fantasia, Theodor W. Adorno écrit : « Interpréter le langage, c’est le comprendre ; interpréter la musique, c’est la jouer <Musik machen>90. » Il serait absurde de prêter à Ador no l’intention de privilégier le simple « faire » de la musique au détriment d’une réflexion qui cherche à pénétrer une œuvre pour la comprendre. La phrase envisage bien plutôt une « exécution » de la musique qui aille au-delà d’une « compréhension » conçue en analogie avec celle du langage plutôt que de rester à la traîne par rapport à celle-ci. « On nomme “interprétation”, en musique, l’exécution qui, globalement, conserve la similitude avec le langage, tout en gommant dans le détail tout ce qui présenterait cette similitude. »

Il est certes précaire de différencier la « compréhension » langagière de l’« exécution » musicale. Aussi longtemps que la compréhension ne se heurte pas dans la conversation à des obstacle...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search