Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 5. « Travail de l’esprit sur un matériau propre à l’esprit »

Langage parlé et langage sonore

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’esthétique romantique – dont on ne peut jamais être sûr que les obscurités ne sont pas profondes, et dont la profondeur est toujours sujette au soupçon de n’être qu’obscurité – s’est enferrée dans le paradoxe étrange selon lequel la substance de la littérature était sentie comme « musicale » et à l’inverse l’essence de la musique comme « poétique ». L’explication consistant à dire que ces métaphores désignent une qualité qui distingue l’art du pseudo-art ne manque pas de pertinence, et elle suffit à faire comprendre que l’esthétique de chacun des deux arts – comme si elle avait atteint les limites de ses possibilités internes – n’a fait qu’emprunter le nom de l’autre.

La différence dont il s’agit n’est pas une différence de degré entre des œuvres réussies et des œuvres manquées, mais une différence de principe entre littérature et non-littérature, ou entre musique et non-musique. (La dichotomie établie par Benedetto Croce entre « poesia » et « non-poesia » constitue un analogon ex...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search