Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 5. « Travail de l’esprit sur un matériau propre à l’esprit »

« Musique pure et absolue77 »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’après la conception esthétique prédominante qui se manifeste dans le langage quotidien, les textes d’œuvres vocales sont une partie de la musique. En revanche, on range les sources littéraires dont s’inspire la musique à programme, ainsi que les buts remplis par la musique fonctionnelle, parmi les composantes « extramusicales », qui sont certes liées à la musique mais ne participent pas de sa substance. C’est par le terme d’« autonome » que l’on distingue la musique « véritable » de la musique fonctionnelle, et c’est par le concept d’« absolu » qu’on la distingue de la musique à programme. Ou encore, plus précisément : bien que la musique à programme constitue, en termes esthétiques, une unité faite de la musique et du programme, et que la musique fonctionnelle constitue, en termes pragmatiques, un tout fait de la musique et de sa fonction, l’une et l’autre sont formées, dans le langage dont on use pour en parler, d’une partie « musicale » et d’une partie « extramusicale ». Et mêm...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search