Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 5. « Travail de l’esprit sur un matériau propre à l’esprit »

Eduard Hanslick et le concept de forme musicale1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Des formes sonores en mouvement <tönend bewegte Formen>, tel est le contenu de la musique2 » : c’est sur cette phrase paradoxale, qui rendit célèbre le livre d’Eduard Hanslick, Du Beau musical (1854), que culmine une polémique. Et un demi-siècle durant, le débat des esthéticiens de la musique tourna autour du sens négatif de la phrase, cette condamnation de « l’esthétique viciée du sentiment3 ». En revanche, le concept de forme utilisé par Hanslick fut accepté comme allant de soi.

Dans les formulations de Hanslick, l’expression « la musique » est un raccourci ; il faut entendre par là « le beau musical ». Et la phrase sur les « formes sonores en mouvement » doit s’entendre comme la thèse opposée à l’esthétique du sentiment de Daniel Schubart. Schubart, tout comme Hanslick, posait la question suivante : « Qu’est-ce que le beau musical ? » Mais sa réponse est opposée : le beau est expression, et l’expression est « épanchement du cœur4 ».

Si Schubart représentait le Sturm und Drang en ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search