Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 4. De la philosophie systématique à la critique de la culture

La critique musicale comme critique du langage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’époque du Vormärz, période d’agitation politique et intellectuelle portant l’empreinte philosophique de Hegel, se concevait elle-même comme un âge de la critique. De cette critique – y compris de la critique musicale, qui restait encore principalement une critique de la composition –, on attendait plus qu’un simple reflet de la réalité : elle devait intervenir dans celle-ci pour mieux la transformer.

La critique, une philosophie de l’histoire ?

Successeur de Schumann à la Neue Zeitschrift für Musik, Franz Brendel parvient à sauver dans les années 1850 une part de l’esprit du Vormärz emporté par l’effondrement de la Révolution de 1848 et la chute de l’hégélianisme. Dans son histoire de la musique en Italie, en Allemagne et en France [Geschichte der Musik in Italien, Deutschland und Frankreich] publiée en 1852, Brendel soutient l’idée que la théorie et la critique constituent, dans l’évolution de la musique, une instance de médiation entre l’ancien et le nouveau :

L’essence de l’art d’...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search