Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 4. De la philosophie systématique à la critique de la culture

Schelling et la théorie du rythme musical

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’« esthétique des philosophes », comme l’appelait Kretzschmar non sans une pointe polémique, a ses contempteurs parmi les historiens et les théoriciens de la musique, qui la soupçonnent de s’égarer dans les hautes sphères de la spéculation. Or, le fait que les philosophes soient rarement des musiciens de métier ne devrait pas empêcher de considérer favorablement leurs théorèmes, pour autant qu’ils contiennent des idées solides – ni de faire preuve d’indulgence s’il s’y mêle quelque dilettantisme –, quand bien même ces théorèmes sont déduits des catégories prédéfinies d’un système philosophique et ne procèdent pas de l’expérience musicale immédiate. La théorie, à première vue confuse et paradoxale, du rythme musical forgée par Schelling le montre bien : plus que les observations d’esthétique générale, ce sont parfois les réflexions liées à des concepts fondamentaux de musique ou de théorie musicale qui méritent toute notre attention et gagnent à être traduites, depuis la terminologi...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search