Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 4. De la philosophie systématique à la critique de la culture

Hegel et la musique de son temps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Le rapport des grands philosophes allemands des xviiie et xixe siècles à la musique – à l’exception notable de Nietzsche – se caractérise par une relation étrangement biaisée entre expérience musicale, idée philosophique et impact

Image 100000000000021A0000029C90B6F2B138D69901.jpg

Wilhelm Schadow, Mignon, 1828.
Leipzig, Museum der bildenden Künste.

Mignon, la créature énigmatique du Wilhelm Meister de Goethe, est devenue chez Shadow, le directeur de l’académie de Düsseldorf, une allégorie de l’art – ou de la poésie, qui est l’essence commune de tous les arts. Les accessoires, ailes d’ange, lys et luth, parlent un langage dont la surévidence gâche l’effet de « noble simplicité » censé émaner du tableau. L’œuvre d’art comme idée, promue par Schadow, menace de basculer dans la peinture de salon, qu’il réprouve. L’idée peinte, que le classicisme confondait avec l’« apparition sensible de l’idée », tend ici au kitsch.

historique. Une expérience musicale pauvre, comme chez Kant et Schelling, ou prisonnière de préjugés, comme chez Hegel ou Sc...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search