Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 3. Esthétique du quotidien musical

Sur la « musique intermédiaire » du XIXe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Le terme de « musique triviale » – mi-expression à la mode galvaudée par un emploi non réfléchi, mi-renvoi codé au fait contre nature qu’une science se laisse entraîner justement par des objets banals dans des paradoxes méthodologiques – est devenu une appellation générique désignant des compositions musicales dont le caractère artistique est censé être nié. Le domaine qu’elle recouvre va, en passant par la musique de salon et de promenade, des chansons de cuisine et de rue à des œuvres de Tchaikovsky et Dvořák suspectes de kitsch au regard de la tradition beethovénienne et de ses critères tant sur le plan esthétique que sur celui de la technique de composition. Comme il est défini négativement, le concept de « musique triviale » pèche par l’hétérogénéité et l’absence de rapport entre les phénomènes qu’il rassemble dans une unité forcée, leur seul point commun étant qu’ils ne sont pas considérés comme faisant partie de l’art. Par conséquent, il n’est guère étonnant que la discussio...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search