Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 3. Esthétique du quotidien musical

Musique triviale et jugement esthétique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La faveur du public est ma seule loterie. »
Sir Walter Scott
« Ce drôle écrit pour de l’argent, on le sait bien. »
Ludwig van Beethoven

1

« Musique triviale » n’est pas une expression neutre. Cette désignation inclut un jugement dont il n’est pas établi s’il est légitime ou s’il trahit une arrogance qui flotte au-dessus de son objet sans rapport avec lui. La teneur du jugement est elle aussi équivoque. Il peut être fondé au premier chef sur des considérations morales ou relevant de l’esthétique et de la technique de composition.

« Trivial » signifie « commun, plat, quotidien, usé ». En 1826, Hans Georg Nägeli s’indignait à propos de quelques mesures de la symphonie Jupiter, dont il jugeait la simplicité solennelle éculée :

Que l’on compare, dans le premier allegro, les mesures 19-21 et 49-54, puis, dans la deuxième partie, les mesures 87-89 et 117-122. Cette simple alternance entre un accord parfait et un accord de sixte et quarte sur la même fondamentale est déjà triviale en soi, c’est ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search