Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 3. Esthétique du quotidien musical

Romantisme et Biedermeier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

On ne sait pas avec certitude dans quelle mesure l’expression « Biedermeier musical » s’applique de manière pertinente à des faits tangibles ou n’est qu’un fantôme conceptuel. Quoi qu’il en soit, elle semble reposer sur trois conditions. Premièrement, du point de vue de l’histoire culturelle, la Restauration (1815-1848) est déterminée – aussi bien à Vienne qu’à Berlin et à Leipzig – par des traits auxquels correspond le mot « Biedermeier » (qui a pour connotations l’étroitesse, le confort et l’ardeur mise à se former). Néanmoins, l’histoire littéraire et l’histoire de la musique n’attribuent pas nécessairement à une époque la même marque distinctive que l’histoire culturelle : pour Grillparzer et Stifter, Mörike et Annette von Droste, la catégorie du Biedermeier est sans aucun doute trop étroite.

Deuxièmement, il existe bon nombre de phénomènes musicaux pour lesquels le mot « Biedermeier » (en tant que terme emprunté au langage quotidien) s’est toujours imposé – dès 1913 chez Walter...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search