Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 2. « Djinnistan » ou le royaume de la musique absolue

Le mot de Kleist sur la basse continue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Les comparaisons sont bancales – ce constat est tellement éculé que l’on est involontairement tenté de prôner l’emploi de métaphores comme moyen auquel devrait recourir un langage scientifique humaniste. Il n’est à vrai dire nul besoin de rappeler que l’utilisation poétologique de termes musicaux – de « contrepoint » et « basse continue » à « fugue » et « forme sonate » en passant par « leitmotiv » – donne presque toujours une idée faussée de la réalité. Cependant, l’essentiel dans une comparaison musicale n’est pas la réponse qu’elle donne – réponse qui en général s’avère vague et insaisissable – mais la question qu’elle permet de repérer. L’emploi de métaphores sert à détecter, à circonscrire les problèmes dans une première approche.

Il n’est donc pas surprenant que les liens entre musique et poésie – plus généralement entre musique et langage – fassent partie, tant dans l’esthétique littéraire que dans l’esthétique musicale, des thèmes dont le traitement est grevé de spéculation,...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search