Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 2. « Djinnistan » ou le royaume de la musique absolue

« Un monde à part entière164 »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’idée que la musique peut prendre une qualité « poétique » est chez Robert Schumann, dont les catégories esthétiques proviennent pour l’essentiel de Jean Paul, liée à la représentation d’une association entre musique et poésie. Certes, cette association ne se fixe pas sous forme de musique à programme, mais elle en partage la structure esthétique fondamentale : langage et musique cherchent ensemble et en interaction à saisir une substance « poétique » qui n’appartient pas primordialement à l’un ou à l’autre des deux arts mais constitue ce qui, dans chacun d’eux, est de l’« art » au sens fort, compris comme une qualité et non comme un simple concept général sous lequel sont subsumés les arts. (Selon la représentation populaire, un texte est « illustré » ou « commenté » par la musique. Schopenhauer a opposé à cette représentation la thèse inverse : pour lui, c’est la musique qui est illustrée ou commentée par un texte. Mesurées à l’aune de l’idée schumannienne d’une qualité « poétiqu...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search