Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 2. « Djinnistan » ou le royaume de la musique absolue

« Mélodies sans paroles151 »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’exigence d’une « coïncidence », d’une « interpénétration » ou d’une « transition insensible » entre forme et contenu, entre phénomène sensible et signification est une maxime fondamentale de l’esthétique classico-romantique (entre le baroque et la modernité). Certes, il n’est pas légitime de généraliser cette maxime jusqu’à en faire un principe universel, mais sa validité n’était pas contestée à l’époque qui va des années 1770 au milieu du xixe siècle. On peut aller jusqu’à dire que le principe selon lequel les sentiments constituent le contenu de la musique ou sa signification était un lieu commun de cette période. De ce fait, l’esthétique du sentiment, si elle voulait être une esthétique de la musique comme œuvre d’art – et non comme simple structure exerçant une stimulation –, était elle aussi confrontée à la difficulté suivante : se conformer aux critères méthodologiques de la dialectique forme-contenu.

Pour ne pas tomber dans un réalisme grossier, l’esthétique du sentiment peu...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search