Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 2. « Djinnistan » ou le royaume de la musique absolue

Observations sur la naissance de l’interprétation romantique de Bach

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Dans une recension de la sonate en fa mineur de Reichardt, E. T. A. Hoffmann remarquait en 1814 dans l’Allgemeine musikalische Zeitung qu’il était peu vraisemblable qu’un compositeur s’inspirant, dans la musique vocale, du sens exact d’un texte, parvienne aussi à d’heureux résultats dans la musique instrumentale.

Car seuls les esprits les plus élevés, les plus puissants, ont reçu le don de contempler la musique souveraine dans le royaume enchanté qui n’appartient qu’à elle, où le verbe s’abîme dans la prescience de l’infini, qui gonfle la poitrine d’une indicible nostalgie – le don de proclamer ses prodiges avec l’enthousiasme divin d’un prêtre sacré. Seuls des Titans comme Haendel, Sébastien Bach, Mozart et quelques autres ont été aussi grands dans la musique instrumentale que dans la musique vocale105.

L’argument proprement dit, formulé laconiquement par la seconde phrase, est presque étouffé par la première, qui, par son ampleur exaltée, constitue un hymne à la musique instrumenta...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search