Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 2. « Djinnistan » ou le royaume de la musique absolue

« Langue mystérieuse d’un lointain royaume des esprits ». Musique d’église et opéra dans l’esthétique d’E. T. A. Hoffmann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’esthétique musicale romantique, qui fut fondée par Wackenroder et Tieck, reprise par E. T. A. Hoffmann qui lui donna une forme propre à assurer efficacement sa diffusion, et ancrée par Arthur Schopenhauer dans un système philosophique, était une métaphysique de la musique instrumentale, et plus précisément de la musique instrumentale absolue, dépourvue de programme et détachée d’affects définissables par des mots.

Quand on parle de la musique comme d’un genre autonome, on ne devrait jamais penser qu’à la musique instrumentale qui, méprisant toute aide et toute intervention extérieure, exprime avec une pureté sans mélange cette quintessence de l’art qui n’appartient qu’à elle, ne se manifeste qu’en elle. Elle est le plus romantique des arts – on pourrait presque affirmer qu’elle seule est vraiment romantique. La lyre d’Orphée ouvrit les portes de l’Hadès. La musique ouvre à l’homme un royaume inconnu totalement étranger au monde qui l’entoure, et où il se dépouille de tous les sent...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search