Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 2. « Djinnistan » ou le royaume de la musique absolue

La critique de la 5e symphonie de Beethoven par E. T. A. Hoffmann et l’esthétique du sublime

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La recension par E. T. A. Hoffmann de la 5e symphonie de Beethoven, qui parut en 1810 dans l’Allgemeine musikalische Zeitung, a toujours été ressentie comme l’une des plus belles manifestations de l’enthousiasme créatif qu’a pu susciter Beethoven, mais en même temps comme un document témoignant de l’esthétique musicale romantique et par là comme une des sources des erreurs d’interprétation inhérentes à l’« image romantique de Beethoven ». Il est incontestable que sur certains points essentiels, l’esthétique musicale de Hoffmann contredisait les principes dont partait Beethoven. Quand Hoffmann affirme de toute la musique instrumentale « pure », qu’il appelle « romantique », qu’elle « se dépouille de tous les sentiments qu’on peut nommer pour plonger dans l’indicible47 », il se rapproche de ce que pense Tieck, pour qui les symphonies ne sont « pas de ce monde » : « Elles dévoilent dans le langage le plus énigmatique ce qu’il y a de plus énigmatique, elles ne dépendent pas des lois de ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search