Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 2. « Djinnistan » ou le royaume de la musique absolue

Esthétique musicale romantique et classicisme viennois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’idée d’un « pas de l’oie des époques », comme Ernst Bloch appelait sarcastiquement le schéma en vigueur dans l’histoire intellectuelle d’ancienne observance, a été abandonnée depuis longtemps. Personne en effet ne nie plus la coexistence de tendances divergentes à des époques dont l’« unité stylistique » célébrée autrefois n’est qu’une apparence, née des aspirations nostalgiques de générations ultérieures cherchant dans le passé ce que le présent leur refuse.

L’« image romantique de Beethoven », l’interprétation donnée du musicien par E. T. A. Hoffmann – qu’Arnold Schmitz1 considère comme aussi erronée qu’enthousiaste –, est l’œuvre d’un contemporain, non d’un représentant d’une génération postérieure. (Et la lettre de Beethoven à Hoffmann du 23 mars 1820 montre que le premier ne peut en aucun cas avoir ressenti les recensions du second, qui esquissaient une métaphysique de la musique instrumentale, comme étranges ; rien n’autorise à dénier toute signification à cette lettre sous ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search