Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

Chapitre 1. L’idée de classique et la réalité des affects

Concept de forme et principe d’expression dans l’esthétique musicale de Schiller

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’esthétique de la musique est impopulaire, parce qu’il est en règle générale difficile aux amateurs de musique de trouver un lien qui opère la médiation entre les implications mathématiques de la théorie, dont ils se font une idée exagérée, et les effets affectifs, dont l’excès les empêche de percevoir les structures formelles. Schiller, à qui les expériences musicales ne faisaient nullement défaut, ne commença de s’intéresser à la théorie de la musique que lorsqu’il eut acquis la conviction qu’il devait nécessairement en tenir compte dans la théorie esthétique qu’il tentait d’ébaucher. Le 11 janvier 1793, il écrivit à Körner, dont les connaissances musicales suscitaient de sa part une confiance qui n’était pas entièrement justifiée : « Je désespère de comprendre la musique, car mon oreille est déjà trop vieille ; cependant, je ne crains absolument pas que la musique fasse échouer ma théorie de la beauté171. » Et le 20 juin de la même année, il écrit, toujours dans une lettre à Kö...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search