Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

Chapitre 1. L’idée de classique et la réalité des affects

Éthos et Pathos dans l’Iphigénie en Tauride de Gluck

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’idée que l’esthétique musicale des représentants philosophiques et littéraires du classicisme – l’esthétique musicale de Kant, Goethe et Schiller – constitue d’une part une esthétique musicale classique et de l’autre une esthétique du classicisme musical peut séduire par sa simplicité. Elle est néanmoins trop schématique pour rendre compte de manière appropriée d’une réalité dans laquelle l’évolution des idées et celle de la musique ne se correspondent pas aussi étroitement que le postulerait le dogme selon lequel l’esprit d’une époque en pénètre également tous les domaines. Le cas dans lequel un auteur littéraire classique juge d’une œuvre représentant le classicisme musical d’après des critères qui forment ensemble l’ébauche d’une esthétique musicale classique, est une exception plutôt que la règle.

Schiller écrivait en 1800 à Christian Gottfried Körner qu’il avait gardé de la Création de Haydn, selon lui un « méli-mélo sans caractère », une impression tout à fait désagréable. «...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search