Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

Chapitre 1. L’idée de classique et la réalité des affects

Esthétique de la forme et principe d’imitation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’essai Du Beau musical se terminait en 1854 par un paragraphe qu’Eduard Hanslick supprima dans les éditions ultérieures, comme s’il avait honte de l’enthousiasme métaphysique auquel il s’était laissé entraîner :

Mais ce contenu spirituel relie aussi dans l’âme de l’auditeur le beau musical à toutes les autres grandes et belles idées. Pour lui, la musique n’agit pas uniquement et absolument par sa beauté la plus propre, mais en même temps comme reflet sonore des grands mouvements qui animent l’univers. C’est grâce à des relations naturelles profondes et secrètes que la signification des sons s’élève si haut au-dessus d’eux-mêmes et nous fait toujours sentir en même temps l’infini dans l’œuvre du talent humain. Comme les éléments de la musique : résonance, hauteur, rythme, force, faiblesse se trouvent dans l’univers entier, l’homme retrouve dans la musique l’univers entier85.

La prise de distance de Hanslick vis-à-vis de la métaphore du monde, c’est-à-dire de l’établissement d’une ana...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search