Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

Chapitre 1. L’idée de classique et la réalité des affects

Karl Philipp Moritz et le problème d’une esthétique musicale classique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Andreas Hartknopf tira sa flûte de sa poche et accompagna le magnifique récitatif de ses enseignements par des accords appropriés – en improvisant, il traduisait la langue de l’entendement dans celle des sentiments, car c’est à cela que lui servait la musique. Souvent, lorsqu’il avait énoncé verbalement l’antécédent, il en jouait le conséquent sur sa flûte. De même que son souffle faisait passer les idées dans les sons de la flûte, il les faisait passer de l’entendement dans le cœur47.

Le roman allégorico-satirique Andreas Hartknopf de Karl Philipp Moritz, d’où cette description est tirée, porte la date de 1786 mais parut en 1785. La langue dans laquelle Moritz parle de musique est celle, conventionnelle dans les années 1780, de l’Empfindsamkeit. Et ce n’est pas par hasard que Hartknopf improvise à la flûte : c’est l’instrument arcadien et mélancolique dont les sons exhalés comme une plainte servent, dans le roman de Sterne, à Maria, en proie à la folie, à raconter sa triste histoir...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search