Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

Chapitre 1. L’idée de classique et la réalité des affects

Si vis me flere…

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le « principe d’expression » du « Sturm und Drang musical », comme l’a appelé Hans Heinrich Eggebrecht36, maxime esthétique selon laquelle la musique doit être, pour ne pas apparaître comme pur et simple son sans vie ni contenu, « épanchement réel du cœur », a été formulé en 1753 par Carl Philipp Emanuel Bach dans les termes suivants : pour émouvoir les autres il faut être soi-même ému. « Comme un musicien ne peut émouvoir autrement qu’en étant lui-même ému, il est nécessaire qu’il puisse se mettre lui-même dans tous les états affectifs qu’il veut éveiller chez ses auditeurs ; il leur fait comprendre ses sentiments et c’est ainsi qu’il les amène le mieux à les éprouver avec lui37. » Un auditeur ne peut être ému que par la communication d’un sentiment intime extériorisé, pas par la représentation des manifestations extérieures d’un affect.

La phrase de C.P.E. Bach, qui traduit une expérience esthétique fondamentale du Sturm und Drang musical, n’est cependant rien d’autre qu’une citati...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search