Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

Chapitre 1. L’idée de classique et la réalité des affects

L’« universel subjectif » et l’opinion publique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Dans l’histoire de l’esthétique musicale, les époques se caractérisent moins par des principes aux contours clairement définis sur lesquels la réflexion repose et dont les implications sont développées peu à peu, que par des problèmes non résolus, qui se révèlent finalement insolubles et que des théories s’épuisent à traiter : si leur évolution apparaît rétrospectivement comme un processus dialectique, elles font de leur « vivant » l’effet de fourrés inextricables. La question de savoir ce qui doit être considéré comme l’esthétique musicale des Lumières allemandes ne peut recevoir en l’état actuel des choses qu’une réponse floue, mais on peut distinguer clairement un dilemme fondamental, qui préoccupait et stimulait la réflexion esthétique et peut, sans qu’il lui soit fait violence, être ramené à une formule simple : la relation entre l’opinion publique, qui exerçait désormais un pouvoir intellectuel mais se révélait instable, et les règles transmises dans chaque art par la traditi...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search