Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Troisième partie : Citoyen du monde

Dix-sept

L’image du père

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les psychanalystes n’ont pas manqué de se pencher sur le Marchand de Venise – à commencer par Freud lui-même qui, en 1913, publia un article intitulé « Der Motiv der Kästchenwahl » [« Le motif du choix des coffrets »]. Un an plus tôt, il lui était apparu que l’énigme de Portia reposait sur un motif sous-jacent, que l’on retrouve par ailleurs dans la première scène du Roi Lear et dans le Jugement de Pâris : les coffrets « symbolisaient la femme dans son essence, donc la femme essentielle1 ». Après avoir évoqué Hélène de Troie et Cordélia, ainsi que bon nombre d’autres personnages féminins, dont Cendrillon, Freud concluait que dans les mythes où le héros doit choisir entre trois femmes, celle sur qui se porte son choix (ou, dans le cas de Lear, celle sur qui son choix aurait dû se porter) représente la mort, la terre nourricière où doit retourner l’homme, par opposition à la mère qui lui a donné la vie et « à la femme aimée, choisie en l’image de celle-là ». Il est vrai que la femme «...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search