Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Troisième partie : Citoyen du monde

Seize

Homo economicus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Shylock est un usurier. Pour certains commentateurs, c’est là l’essentiel du personnage, tout le reste étant secondaire ou insignifiant. D’autres vont plus loin encore et voient même en lui l’incarnation du capitalisme.

Le premier, et le plus grand, des écrivains anglais à avoir abordé le personnage sous cet angle est John Ruskin. En 1862-1863, Ruskin publia dans le Fraser’s Magazine une série d’articles d’économie politique qui confirmèrent sa réputation, récemment acquise, de critique féroce du statu quo économique. L’indignation qu’ils soulevèrent fut telle que la revue décida d’en interrompre la parution. Dix ans plus tard, en 1872, Ruskin les rassembla en un livre qu’il publia sous le titre de Munera Pulveris.

Dans le quatrième article de cette série, l’auteur cherche à définir la différence entre deux formes de commerce, « le commerce bienveillant », qui suppose l’échange de marchandises contre « un simple paiement », et « le commerce malveillant », qui se caractérise ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search