Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Troisième partie : Citoyen du monde

Quinze

Une grande famille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Aussi longtemps qu’ils se considéreront comme tels, les juifs accorderont au Marchand de Venise une place spéciale dans le répertoire shakespearien. Nombreuses et variées, les réactions juives à la pièce se rapprochent souvent de celles des non-juifs. Mais un juif qui parviendrait à scruter Shylock avec un détachement total serait réellement hors du commun, on serait presque tenté de dire contre nature.

De tous les auteurs juifs, Heine est sans doute celui qui nous a laissé la confession la plus mémorable des réactions que lui a inspirées le Marchand de Venise. Dans le quotidien, Heine lui-même n’hésitait pas à utiliser « Shylock » comme terme d’insulte : c’est l’une des injures qu’il réservait aux juifs qui lui étaient antipathiques, le plus souvent pour des questions d’argent. Mais la pièce de Shakespeare lui inspira des sentiments autrement plus complexes.

Quelle qu’ait été à l’origine la nature des sentiments de Heine, ils furent remis en perspective et s’intensifièrent ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search