Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Troisième partie : Citoyen du monde

Treize

Avatars d’une légende

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Par l’ampleur de sa renommée, Shylock compte au nombre des grands : Don Quichotte, Tartuffe, Sherlock Holmes, Robinson Crusoé. Silhouette familière pour des millions de gens, y compris pour ceux qui n’ont jamais lu ni vu le Marchand de Venise, il a inspiré des centaines d’écrivains et servi de référence à d’innombrables publicistes. On peut parfois le déplorer, mais il est devenu immortel.

Absent de la scène de 1642 à 1701 – donc même pendant les décennies qui suivirent la République de Cromwell –, il lui aura fallu plus de temps qu’à Hamlet, à Falstaff ou à d’autres héros shakespeariens pour s’imposer. Mais dès le début du xviiie siècle, le stéréotype lui colle si efficacement à la peau qu’Alexander Pope peut le citer comme l’infamie personnifiée. Dans le premier de ses Moral Essays, l’« Épître à Lord Cobham » (1733), Pope estime que certains hommes, malgré leurs efforts, ne parviennent pas à cacher leur véritable nature :

Et tout enfant hait Shylock, même quand son âme, ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search