Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Deuxième partie : Interprétations (1600-1939)

Douze

Dans l’entre-deux-guerres

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Dans un texte publié en 19361, John Middleton Murry considérait le Marchand de Venise et Hamlet comme les deux œuvres les plus durablement populaires du répertoire shakespearien. Dans les années 1920 et 1930, si des critiques de théâtre exprimèrent à l’occasion une certaine lassitude envers le Marchand, ils étaient en minorité, et la pièce continua de séduire metteurs en scène et spectateurs. Entre 1918 et 1939, il y eut neuf créations différentes à Stratford-upon-Avon, dix dans le West End et dix à l’Old Vic.

À Londres, le premier Shylock remarqué après la Première Guerre mondiale fut celui de Maurice Moscovitch – un juif qui s’exprimait comme tel. Le hasard voulut qu’au même moment, David Warfield, le Shylock américain le plus en vue, fût juif lui aussi.

Moscovitch (1871-1940) était né à Odessa. Adolescent, il avait émigré aux États-Unis, où il avait trouvé un emploi dans une fabrique de boutons. Il débuta dans le théâtre yiddish new-yorkais sous la direction de Jacob Adle...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search