Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Deuxième partie : Interprétations (1600-1939)

Onze

Théâtre et critique (1890-1920)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

De tous les comédiens qui succédèrent à Irving, pas un n’eut le même impact sur les spectateurs dans le rôle de Shylock, pas un n’eut la même influence. Mais le Marchand de Venise resta dans le répertoire, toujours aussi apprécié du public.

Parmi les grandes mises en scène édouardiennes, celle de Herbert Beerbohm Tree (1853-1917), en 1908, fut la plus spectaculaire. Tree était passé maître dans l’art du grand spectacle. Avec lui, la tradition scénique instaurée par Charles Kean atteignit son apogée – ou toucha le fond d’une grandiose décadence. Ses productions shakespeariennes au théâtre de Sa Majesté, à partir de 1898, furent célèbres pour la splendeur de leurs effets visuels : un forum romain, conçu pour Jules César avec les conseils du peintre Alma-Tadema (1836- 1912) ; les remparts de Flint Castle, pour Richard II ; une forêt près d’Athènes (pour le Songe d’une nuit d’été), où gambadaient de véritables lapins ; Falstaff et ses amis chevauchant dans une rue ensoleillée d...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search