Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Deuxième partie : Interprétations (1600-1939)

Neuf

La réhabilitation romantique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Kean mesurait un mètre soixante-deux. Chez un acteur, une forte personnalité réussit généralement à compenser une petite taille. Garrick, lui aussi courtaud, offrait un précédent réconfortant, et c’est dans le rôle d’Othello, personnage que l’on a du mal à s’imaginer petit, qu’Edmund Kean allait connaître ce qui serait sans doute son plus grand triomphe. Cependant, lorsque s’offrit à lui l’occasion de jouer dans l’un des principaux théâtres londoniens, il dut redouter que son physique puisse constituer un handicap. Et ce fut ce handicap qui, plus que toute autre considération, détermina son choix du rôle de Shylock, choix auquel il s’accrocha avec ténacité lorsque la direction se mit à exprimer des doutes : il serait « le juif, sinon rien !1 »

Le comédien avait alors environ 23 ans – la date exacte de sa naissance n’a jamais pu être établie. Fils naturel d’un père ivrogne qui ne se manifesta jamais et d’une actrice volage de second plan, il avait eu une enfance agitée, pass...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search