Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Première partie : Le Shylock de Shakespeare

Six

« J’attends la sentence »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Shylock a soif de vengeance mais, à l’en croire, il ne recherche que la justice. « J’attends la sentence… L’aurai-je ? Répondez. » (IV, i)

Le Marchand de Venise est la seule pièce de Shakespeare qui accorde une telle place aux questions de droit et de justice, d’où la quantité impressionnante de débats juridiques qu’elle a suscités. Dans une enquête publiée en 1972, O. Hood Phillips a recensé plus de cinquante commentaires d’avocats, de juristes et d’historiens du droit1. D’autres sont parus depuis, et un profane peut s’interroger sur l’utilité de soumettre à des critères professionnels une affaire aussi éloignée des réalités d’une salle d’audience.

Une énergie considérable a été déployée, par exemple, pour tenter de définir le statut exact de Portia dans le procès. Mais, comme le font observer certains des commentateurs, qu’elle participe à la procédure en tant que juge, en tant qu’avocat de la défense ou en tant qu’arbitre, d’emblée elle se serait vue frappée d’incapacité ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search