Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Première partie : Le Shylock de Shakespeare

Cinq

L’épouse et la fille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Shylock est veuf. Nous n’entendons parler de sa femme qu’une fois, lorsque Tubal, de retour de Gênes, rapporte que Jessica a troqué l’une des bagues de son père contre un singe :

Tu me tortures, Tubal… C’était ma turquoise, je l’avais eue de Léa quand j’étais jeune homme : je ne l’aurais pas donnée pour une forêt de singes. (III, i)

« C’était ma turquoise, je l’avais eue de Léa quand j’étais jeune homme. » Une phrase, et une seule ; mais l’une de ces phrases shakespeariennes qui sondent les profondeurs de l’âme, dans le même registre que celle, totalement inattendue, de Lady Macbeth expliquant soudain pourquoi elle n’a pas pu tuer le roi : « Si Duncan n’avait pas ressemblé à mon père, dans son sommeil, / C’est moi qui l’aurais frappé !1 » (I, ii)

Ce prénom, Léa, rapproche plus que jamais Shylock et Jacob. La première femme de Jacob, la mère de sept de ses enfants, Léa, était la fille de Laban. Celui-ci, par ruse, avait amené Jacob à épouser Léa, au lieu de sa cadette Rachel, à l’issue ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search