Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Première partie : Le Shylock de Shakespeare

Quatre

« Shylock est mon nom »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Shylock n’aurait jamais tenu la scène pendant quatre cents ans s’il n’avait été qu’un stéréotype. Sa grandeur réside en ce qu’il joue son propre rôle, transcendant celui du juif ou de l’usurier conventionnels. Il est tout simplement Shylock, avec son histoire à lui et sa puissante individualité.

Son premier signe distinctif, c’est son nom, un nom que l’on ne rencontre nulle part ailleurs et dont les critiques se sont inlassablement attachés à rechercher l’origine. Au xviiie siècle, la découverte d’une allusion, dans un pamphlet jacobéen, à « certaines prophéties d’un juif nommé Caleb Shillocke » fit sensation dans les milieux s’intéressant à la question. Autres propositions, par la suite : Salé, ancêtre d’Abraham (Genèse, 10, 24) ; schallach, qui signifie cormoran en hébreu, et schullock, qui signifiait fainéanter, se traîner, dans un dialecte anglais. Mais aucune de ces hypothèses n’a remporté un franc succès et si source extérieure il y eut, elle garde bien son secret1.

Quoi qu’il e...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search