Version classiqueVersion mobile

Shylock et son destin

 | 
John Gross

Première partie : Le Shylock de Shakespeare

Trois

Trois mille ducats

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Les premières paroles de Shylock en disent long sur lui : « Trois mille ducats. » Elles peuvent être prononcées de façon laconique, sournoise ou méditative ; un acteur peut les savourer, ou les lâcher d’une voix âpre. D’entrée, quel que soit le ton choisi, elles associent Shylock au calcul et à l’argent.

L’argent est omniprésent dans la pièce1. À l’origine des deux intrigues principales se trouve un groupe de personnages dont, Antonio excepté, nous ignorons tout sinon que Bassanio leur doit de l’argent. Son « premier souci » (I, i), affirme-t-il, est de les rembourser – mais voilà, pour courtiser l’héritière qu’il espère épouser dans ce but, il lui faut de nouveau emprunter. Or Antonio se voit dans l’impossibilité de le secourir personnellement, comme il l’a fait par le passé, car tout son capital est immobilisé dans une série d’entreprises commerciales.

Nous sommes dans un univers où nul ne doute du pouvoir de la bourse. Pourtant Shylock diffère des autres personnages. Port...

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search