Versión clásicaVersión móvil

Y voir mieux, y regarder de plus près

 | 
Danièle Cohn

Seconde partie. Jeux de regards

Les yeux de la pudeur

Maurice Olender

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

La beauté, selon moi, a rapport avec ce qui la nie.
Elle n’est pas simplement de l’ordre de la forme ;
elle a plutôt partie liée avec ce que j’appellerais l’informe1.

Dans le monde ancien, où la norme et la beauté se caractérisent par de la belle et de la bonne forme, le membre hyperbolique de Priape, son phallus érigé dès sa naissance, est un signe de la laideur du dieu. Les textes décrivent le corps d’un enfant amorphos : il manque de forme, ou plutôt il est privé de la belle forme. L’enfant divin fait ainsi échec à la belle forme qu’incarne sa mère, Aphrodite. Les Delphiens la surnomment « Harmonie » ; à Sparte on la dit simplement Morphô, la « Belle », parce que Forme par excellence.

Si j’ai choisi ici d’aborder la question d’un dieu qui a des problèmes de « forme », plutôt que de poursuivre mes enquêtes de mythologies linguistiques, qui occupent mes séminaires à l’École des hautes études en sciences sociales, c’est parce que notre ami Hubert Damisch, dans son Jugement de Pâris (199...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search