Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Y voir mieux, y regarder de plus près

 | 
Danièle Cohn

Seconde partie. Jeux de regards

La théorie en otage dans l’architecture du xxe siècle

Jean-Louis Cohen

Texte intégral

1À l’appétit de théorie partagé par les deux dernières générations d’architectes européens, américains ou japonais, correspond le plus souvent une indifférence symétrique des philosophes, sociologues ou historiens contemporains (que de rares exceptions démentent heureusement !). Peu d’intellectuels européens ont regardé l’architecture avec autant de passion et de constance qu’Hubert Damisch, dont les analyses, déployées sur plus de quatre décennies, couvrent un champ allant des structures gothiques et de leurs principes, tels qu’ils furent interprétés par Viollet-le-Duc, aux édifices contemporains, interrogeant aussi bien leurs théories fondatrices que leurs composants matériels constitutifs. La question de l’œuvre architecturale, de ses discours sous-jacents et de ses modes de conception et d’édification est un fil conducteur dans l’ensemble de sa réflexion. Mais les écrits d’Hubert Damisch ne peuvent être abstraits d’une conjoncture marquée, de 1960 à nos jours, par un certain retour à l’intellectualité de l’architecture. Ce retour, qui n’est pas pour autant une régression, doit être vu comme une réaction d’une partie des architectes à la menace que la massification a représentée, dès lors que l’État a pris en mains après la Seconde Guerre mondiale de la question de l’habitation. À l’apogée de la politique des « grands ensembles », la notion même d’architecture était mise en cause, et sa pratique semblait vouée irrémédiablement à devenir un exercice technique répétitif.

2Le retour à une définition plus intellectuelle de l’architecture est évidemment lié à l’effondrement du système d’enseignement de l’École des beaux-arts et des systèmes comparables en Europe. Ouverte au début des années 1960, cette crise fatale provoque dès avant 1968 l’apparition de projets de réforme, dont les « unités pédagogiques » remplaçant les ateliers de l’ancienne École après la fermeture de sa section d’architecture seront les chambres d’écho. La réforme restera cependant incomplète, notamment dans le champ de la recherche et dans celui des études doctorales. La conjugaison de l’anti-intellectualisme pathologique propre à la plupart des ateliers de l’École et du scepticisme affiché par de nombreux universitaires vis-à-vis de l’architecture paralysera longtemps toute tentative d’établir un type de formation avancée – proposée déjà depuis des décennies dans d’autres pays d’Europe, sans pour autant être à l’origine de conflits. Après tout, les architectes ne sont-ils pas habilités à soutenir des thèses de doctorat en Allemagne depuis 1900 ? En réponse aux carences internes au dispositif de l’architecture, l’École pratique des hautes études apparaîtra comme un havre dont l’hospitalité sera accentuée par la force d’attraction des premiers écrits d’Hubert Damisch.

  • 1 K. M. Hays (dir. ), Architecture Theory since 1998, Cambridge (Mass. ), MIT Press, 1998.
  • 2 J. -A. Guadet, Éléments et théorie de l’architecture, Paris, Librairie de la construction moderne, (...)

3Nombre d’architectes en rupture avec la situation antérieure, et à la recherche de nouvelles voies de recherche, croisent alors le parcours d’Hubert Damisch. Ils investissent le champ de l’histoire et celui de la « théorie », notion certes ancienne dans le champ de l’architecture, mais dont l’ambiguïté se révélera en définitive féconde. L’inflation d’une production discursive donnée comme « théorie » de l’architecture est bien l’une des manifestations les plus éclatantes de la réintellectualisation de l’architecture européenne, nord-américaine et japonaise, telle qu’elle est intervenue à partir des années 1970. L’épaisseur de l’anthologie publiée à ce propos par K. Michael Hays en 1998, rassemblant les principaux propos élaborés depuis trente ans, révèle la mesure d’une logorrhée souvent féconde1. Les discours accomplis depuis n’ont, bien entendu, rien de commun avec ce que Julien-Azaïs Guadet dénommait « théorie », il y a un siècle, dans le manuel de composition issu de ses cours à l’École des beaux-arts de Paris2. Il se proposait alors essentiellement de codifier les procédures de conception.

4Une des visées fondamentales des discours théoriques a longtemps été celle d’identifier l’origine de l’architecture et d’en clarifier les règles esthétiques. Aux xixe et xxe siècles, il s’est agi de problématiser l’architecture, et la recherche de modèles de type scientifique n’a cessé de s’opposer à la recherche récurrente d’une définition artistique de l’architecture. Sous-jacente, bien entendu, à cette recherche est la question de l’« autonomie » de l’architecture par rapport aux pratiques connexes comme l’ingénierie ou aux autres arts, mais aussi celle des limites de son champ, et notamment celle du statut à attribuer aux pratiques savantes, toujours contestées en son sein.

  • 3 Voir Harry Francis Mallgrave (dir. ), Otto Wagner. Reflections on the Raiment of Modernity, Santa (...)
  • 4 Cf. A. Loos, Paroles dans le vide, [1931] Paris, Champ Libre, 1979 ; voir aussi Hubert Damisch, «  (...)
  • 5 Cf. P. Scheerbart, L’Architecture de verre, [1914] Strasbourg, Circé, 1995 ; Bruno Taut, Alpine Ar (...)

5D’Otto Wagner et Adolf Loos à Peter Eisenman, en passant par Le Corbusier ou Robert Venturi, de nombreux architectes se sont efforcés, depuis la crise de l’historicisme du xixe siècle, de produire « leur » théorie en relation avec la culture intellectuelle du moment. Aucune de leur démarche n’est en effet dissociable des discours contemporains. Otto Wagner appuie ses réflexions sur l’architecture des temps nouveaux dans les analyses des historiens de l’art viennois et allemands3. Adolf Loos, dont le séjour aux États-Unis éveille l’intérêt pour une culture matérielle différente de celle austro-hongroise, emprunte les critiques de Karl Kraus pour dénoncer la ville-Potemkine qu’est Vienne4. L’expressionniste allemand Bruno Taut s’efforce de donner une transcription architecturale aux rêveries du poète Paul Scheerbart sur des édifices multicolores de verre tendus au-dessus des sommets5.

  • 6 Voir notre article « Le Corbusier’s nietzschean metaphors », in Alexandre Kostka et Irving Wohlfar (...)
  • 7 Cf. M. Ginzburg, Ritm v arkhitektur, Moscou, Sredi kollekcionerov, 1923.
  • 8 Cf. Fritz Neumeyer, Mies van der Rohe. Réflexions sur l’art de bâtir, [1986] Paris, Éd. du Moniteu (...)

6Les figures de proue de ce qu’il est convenu d’appeler par facilité le « mouvement moderne » conçoivent leurs analyses et leurs prophéties à partir de lectures parfois inattendues. Si Le Corbusier souligne dès 1908, lorsqu’il découvre Ainsi parlait Zarathoustra, le passage de Nietzsche selon lequel les destructeurs seront les créateurs, il est attentif dans les pages de la revue L’Esprit nouveau6 aux recherches de la psychologie de la forme. Le théoricien du constructivisme russe Moisei Ginzburg appuie ses réflexions quant au « rythme en architecture » sur ses lectures d’Heinrich Wölfflin et Wilhelm Worringer7. Au sein de cette génération, certains de ceux qui jusqu’ici semblaient s’être contentés de citations, tel Mies van der Rohe, friand d’allusions sibyllines à saint Thomas d’Aquin, paraissent aujourd’hui, à la lumière de récentes recherches, avoir effectué des lectures assez amples, sans pour autant avoir construit un discours structuré8.

  • 9 Cf. V. Gregotti, Il Territorio dell’architettura, Milan, Feltrinelli, 1966 ; sur la scène italienn (...)
  • 10 Voir à ce sujet Chora L Works : Jacques Derrida and Peter Eisenman, New York, The Monacelli Press, (...)

7Dans la seconde moitié du xxe siècle, d’autres configurations se font jour. Après l’épisode du néo-réalisme, la « révision critique du moderne » que propose Ernesto Nathan Rogers s’enrichit dans le dialogue avec le philosophe Enzo Paci, et les rencontres milanaises entre Umberto Eco et Vittorio Gregotti contribuent à l’élaboration du solide discours critique de ce dernier9. La renaissance d’une réflexion critique sur la scène américaine fait apparaître au début des années 1970 un appétit intellectuel qui trouvera son expression dix ans plus tard dans la rencontre de Peter Eisenman et Jacques Derrida10.

  • 11 Cf. P. Riboulet, Onze leçons sur la composition urbaine, Paris, Presses de l’École nationale des p (...)
  • 12 A. Grumbach, « À propos d’histoire et théorie de l’architecture », in Jean-Paul Lesterlin (dir. ), (...)
  • 13 J. Nouvel et J. Baudrillard, Les Objets singuliers. Architecture et philosophie, Paris, Calmann-Lé (...)

8En France, le processus est plus tardif. Si Paul Chemetov est bon lecteur de Bertholt Brecht dès le début des années 1960, et Pierre Riboulet fait son miel de Karl Marx à la fin de la décennie, c’est dans les recherches des sciences sociales que Bernard Huet trouve l’appui qui lui permet de proposer la stratégie la plus cohérente en matière de réforme de l’enseignement de l’architecture11. Parallèlement, Christian de Portzamparc, lecteur d’Henri Lefebvre ou de Paul-Henry Chombart de Lauwe, et Antoine Grumbach12, lecteur des « trois B » que sont, selon ses dires, Roland Barthes, Fernand Braudel et Georges Bataille, ne seront novateurs que parce qu’ils maîtriseront une culture jusque-là exotique. Un besoin similaire de consolidation, sinon de consolation, intellectuelle se fait jour lorsque Jean Nouvel et Jean Baudrillard dialoguent en public à la fin des années 198013.

9Le tissu des relations ainsi constituées entre architecture et culture théorique n’est pas isotrope. Théoriser l’architecture a consisté pour les intellectuels « organiques » de la profession – s’il est possible d’utiliser, à leur propos, cette qualification gramscienne – à en définir le champ, par référence à l’histoire, mais aussi par l’identification de différents homo-morphismes. Ainsi l’édifice a-t-il été tour à tour identifié avec la machine, l’organisme biologique ou le réseau. Il a été également pensé comme une entité autoréférencielle, fondée sur des opérations géométriques totalement irréductibles à d’autres pratiques.

  • 14 Cf. H. Provensal, L’Art de demain, Paris, Librairie académique Perrin, 1904.

10La figure est ici en quelque sorte symétrique, car l’architecture est autant consommatrice de métaphores philosophiques, que la philosophie est vorace de schèmes architecturaux, comme Hubert Damisch a su le montrer dans certaines de ses analyses. Mais, si la relation est ancienne du côté de la philosophie, elle est en vérité plus récente pour ce qui est des architectes, qui étaient rarement lecteurs de philosophie avant 1914, en tout cas en France. Ainsi, la familiarité avec la pensée de Nietzsche, largement présente chez les architectes radicaux d’Allemagne, qu’ils soient fonctionnalistes ou expressionnistes, et chez les traditionalistes, est-elle exceptionnelle en France, mis à part le jeune Le Corbusier ou Henry Provensal14.

11Le paysage intellectuel s’est désormais radicalement transformé, et les architectes sont devenus depuis vingt ans de grands consommateurs de théorie, selon une sorte de boulimie conduisant certains d’entre eux à avaler rhizomes, objets fractals, plis et autres figures arrachées à leurs lectures. Leur production théorique propre reste cependant un tissu de manifestes, ou d’aphorismes, opérant souvent à partir et avec des images. C’est en regard de cette production qu’il convient d’apprécier l’incidence de démarches comme celle d’Hubert Damisch.

  • 15 Sur les figures fondamentales de l’oeuvre de l’historien italien, voir « Il progetto storico di Ma (...)
  • 16 H. Damisch, avant-propos à Manfredo Tafuri, Théories et histoire de l’architecture, Paris, Société (...)

12Son travail est pour une part parallèle à celui de Manfredo Tafuri, dont on connaît désormais l’ampleur et la complexité15. Damisch avait reconnu l’intérêt de la critique radicale de Tanfuri, notamment dans son introduction à la traduction française de son ouvrage Teorie e storia dell’architettura, sans doute l’un des plus opaques16. Il n’en partage pas à cette époque le pessimisme historique au sujet du destin de l’architecture, bien qu’il observe, comme lui, certaines pratiques contemporaines. Alors que Tafuri se plaît en quelque sorte à démoraliser ses lecteurs architectes et brise toutes leurs illusions quant à un « enseignement » utile de l’histoire, si ce n’est celui du pessimisme, Damisch présente des réflexions qui échappent au ton moralisant parfois perceptible chez l’historien italien.

  • 17 Id. , Yve-Alain Bois et al. , Modern’ Signe. Recherches sur le travail du signe dans l’architectur (...)

13Si l’on confronte sa démarche à celle d’architectes engagés dans la construction de problématiques théoriques – tel Peter Eisenman, lorsqu’il s’attache à voir dans les édifices de Le Corbusier, Mies van der Rohe ou Giuseppe Terragni, des constructions autoréférencielles –, l’approche de Damisch, telle qu’elle apparaît, par exemple, à la lecture de Modern’ Signe, recherche élaborée avec Yve-Alain Bois, ne mythifie pas l’autarcie17. Il est vrai qu’elle ne s’inscrit pas, comme c’est le cas pour Eisenman, dans une lutte farouche contre le discours contextualiste.

14Parallèle au problème du retour de la théorie est celui de l’autonomisation de l’histoire de l’architecture. En regard d’histoires tour à tour célébratives ou justificatrices, positivistes ou épiques, toutes provinciales par rapport à l’histoire de l’art, qui est dans l’état que l’on sait en France, et plus encore par rapport à l’histoire, les écrits d’Hubert Damisch sont une invitation à mettre en cause les figures acceptées, tant elles suggèrent des chemins transversaux, alternatifs aux grandes constructions dominantes. En regard de l’œuvre d’Hubert Damisch – le terme de « regard » ayant ici un sens particulièrement vif –, je me suis efforcé de construire historiquement des « objets théoriques », ou de considérer théoriquement des dispositifs historiques. J’évoquerai trois questions récurrentes dans ma réflexion, et dont le travail s’inscrit en résonance avec les enquêtes conduites par Hubert Damisch.

  • 18 Cf. J. -L. Cohen et H. Damisch (dir. ), Américanisme et modernité. L’idéal américain dans l’archit (...)
  • 19 Cf. J. -L. Cohen et Hartmut Frank (dir. ), Les Relations franco-allemandes 1940-1950 et leurs effe (...)

15Une première question est celle des frontières, pensées de façon multiple. Il s’agit des limites ou des frontières territoriales, comme celle du Rhin, si déterminante dans le jeu des identités croisées de la France et de l’Allemagne, ou de l’Atlantique, frontière liquide et aussi aire de contact, dont nous avions tenté de cerner les contours dans un programme de l’Ehess consacré à l’américanisme18. Il s’agit aussi, en ce qui me concerne, de la ceinture de Paris, anneau d’interactions entre la capitale et ses banlieues – et non bien entendu de la ceinture de Pâris, accessoire essentiel du récit consacré par Hubert Damisch au jugement des trois Grâces… Il ne s’agit nullement, par exemple dans le cas de l’américanisme, de repérer de quelconques « influences », mais bien de mesurer l’effet des constructions idéales et de leurs impacts visuels, par exemple celui des silos ou des gratte-ciels nord-américains19.

  • 20 Cf. notre recherche Architecture et culture technique au xxe siècle, Paris, École d’architecture P (...)

16Une deuxième question porte sur des modèles s’imposant à la pensée architecturale depuis la révolution industrielle. La relation de l’architecture à la technique n’a pas toujours été mimétique ou fétichiste, ainsi que l’ont illustrée les édifices empruntant aux paquebots leurs hublots et leur bastingage, tant elle s’est traduite par des homomorphismes plus délicats à saisir. Un processus semblable à celui du travail du rêve s’est mis en place, conduisant à la condensation et au déplacement vers l’architecture des dispositifs mécaniques. Bien entendu, cette relation onirique, qui n’est d’ailleurs pas une figure révolue, n’est jamais exempte d’un esthétisme latent, souvent non assumé. Les « rappels à MM. les architectes » énoncés par Le Corbusier dans Vers une architecture en 1923 ont le mérite d’assumer, sinon de symboliser, cette attitude20.

  • 21 Cf. J. -L. Cohen et André Lortie, Des fortifs au périf. Paris, les seuils de la ville, Paris, Pica (...)

17Une troisième question concerne la ville, l’un des grands thèmes de travail théorique des architectes modernes, thème abordé par Hubert Damisch dans ses travaux sur la perspective et sur le damier. C’est la définition du rapport de l’édifice à la ville qui est ici en jeu, de l’autonomie telle que la prônent Le Corbusier ou Mies van der Rohe, à la subordination que suggère Aldo Rossi dans L’Architettura della città, en passant par cette voie médiane que constitue la « troisième ville » préconisée par Christian de Portzamparc. La figure de l’ajustement réciproque est celle qui m’a semblé la plus pertinente, la pensée de l’édifice se révélant depuis les années 1920 capable de prendre en compte des changements d’ordre plus syntagmatique que paradigmatique. Des territoires comme celui des fortifications de la ceinture de Paris ou celui de la ville coloniale moderne qu’est Casablanca m’ont permis de poser ces questions, dans le premier cas à travers le jeu réciproque des lieux en attente et des programmes nomades, dans le second en dévoilant le caractère pragmatique d’un projet de ville nouvelle qui privilégie usages et processus de valorisation et non interventions monumentales21.

18Devant la complexité des espaces urbains contemporains, un certain blocage se manifeste dans la problématique des architectes. Le désir d’une simplicité cristalline, inspiré par le modèle du minimalisme dans l’art, les envahit et est accompagné à l’occasion d’un évident anti-intellectualisme. La fascination pour l’objet généré par les protocoles informatiques est également palpable. Plus que des véritables fondements théoriques pour des élaborations conceptuelles originales, la philosophie et les sciences sociales sont ainsi devenues une sorte de matière première destinée à être manipulée et consumée dans le travail de projet. Il s’agit d’une lecture instrumentale, mais parfois féconde – elle apporte une matière première utile au projet –, juste réponse à l’usage qu’a fait depuis longtemps la philosophie des concepts architecturaux, ainsi qu’Hubert Damisch l’a démontré.

19En dépit de la logorrhée théoriciste, la pensée de la forme est souvent absente. Les interrogations inquiètes quant à la « bonne » forme, canonique (classique), comme dans les recherches de Mies, « utile » comme chez les fonctionnalistes, rhétorique, célébrant le mouvement, comme chez les futuristes, ne trouvent plus de réponse. À moins qu’elles ne trouvent des réponses multiples, avec les stratégies de réduction d’angoisse que sont les démarches constructives, tectoniques et mathématiques. L’absence d’une pensée critique de la forme architecturale révèle l’absence de réflexion quant à la pertinence de la notion de beauté dans ce domaine. Loin d’être un enjeu interne, la question de l’esthétique est de toute évidence un opérateur essentiel dans la relation toujours délicate entre l’architecture et ses destinataires. C’est pour une large part l’absence de convention et de réflexion en la matière qui est à l’origine du malentendu – ou du divorce – entre les citoyens et l’architecture.

20Devant ces impasses, il apparaît en définitive que la notion d’« objet théorique », telle que la suggère Hubert Damisch lorsqu’il identifie dans la colonne ou le mur un objet susceptible de mettre en cause les interprétations dominantes de l’architecture, est un des opérateurs essentiels permettant de penser les dispositifs formels de l’architecture. Elle permet une réflexion articulant les dispositifs architecturaux et les enjeux théoriques dont ils sont porteurs. Elle permet de saisir le lien entre le dire et le montrer, et par là son potentiel pour élaborer des stratégies de narration et de monstration, comme dans le projet de musée d’architecture en cours d’élaboration à Chaillot, est incontestable. Ce n’est pas là le moindre apport de l’œuvre d’Hubert Damisch que de permettre une clarification des enjeux historiques de l’architecture susceptible d’être intelligible au-delà des cercles professionnels. À l’architecture « raisonnée » de Viollet-le-Duc, fondatrice en 1879 du Musée de sculpture comparée, pourrait répondre ainsi une architecture « théorisée », ouverte sur un ample spectre d’interprétations.

Notes

1 K. M. Hays (dir. ), Architecture Theory since 1998, Cambridge (Mass. ), MIT Press, 1998.

2 J. -A. Guadet, Éléments et théorie de l’architecture, Paris, Librairie de la construction moderne, 1901-1904.

3 Voir Harry Francis Mallgrave (dir. ), Otto Wagner. Reflections on the Raiment of Modernity, Santa Monica, Getty Center for the History of Art and the Humanities, 1993.

4 Cf. A. Loos, Paroles dans le vide, [1931] Paris, Champ Libre, 1979 ; voir aussi Hubert Damisch, « L’autre “Ich” ou le désir du vide : pour un tombeau d’Adolf Loos », 1975, p. 806-818.

5 Cf. P. Scheerbart, L’Architecture de verre, [1914] Strasbourg, Circé, 1995 ; Bruno Taut, Alpine Architecture, Hagen, Folkwang Verlag, 1919.

6 Voir notre article « Le Corbusier’s nietzschean metaphors », in Alexandre Kostka et Irving Wohlfarth (dir. ), Nietzsche and « an Architecture of our Minds », Los Angeles, Getty Research Institute for the History of Art and the Humanities, 1999, p. 311-332.

7 Cf. M. Ginzburg, Ritm v arkhitektur, Moscou, Sredi kollekcionerov, 1923.

8 Cf. Fritz Neumeyer, Mies van der Rohe. Réflexions sur l’art de bâtir, [1986] Paris, Éd. du Moniteur, 1996.

9 Cf. V. Gregotti, Il Territorio dell’architettura, Milan, Feltrinelli, 1966 ; sur la scène italienne, voir notre ouvrage La Coupure entre architectes et intellectuels, ou les enseignements de l’italophilie, Paris, École d’architecture Paris-Villemin, « In extenso », n° 1, 1984.

10 Voir à ce sujet Chora L Works : Jacques Derrida and Peter Eisenman, New York, The Monacelli Press, 1997.

11 Cf. P. Riboulet, Onze leçons sur la composition urbaine, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1998 ; Bernard Huet, Anachroniques d’architecture, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 1981.

12 A. Grumbach, « À propos d’histoire et théorie de l’architecture », in Jean-Paul Lesterlin (dir. ), Histoire et théories de l’architecture. Rencontres pédagogiques (17 au 17 juin 1974), Paris, Institut de l’environnement, 1975, p. 75.

13 J. Nouvel et J. Baudrillard, Les Objets singuliers. Architecture et philosophie, Paris, Calmann-Lévy, 2000.

14 Cf. H. Provensal, L’Art de demain, Paris, Librairie académique Perrin, 1904.

15 Sur les figures fondamentales de l’oeuvre de l’historien italien, voir « Il progetto storico di Manfredo Tafuri », Casabella, 619-620, janv. -févr. 1995 ; « Being ManfredoTafuri : wickedness, anxiety, disenchantment », Architecture New York, 25-26, hiver 2000.

16 H. Damisch, avant-propos à Manfredo Tafuri, Théories et histoire de l’architecture, Paris, Société des architectes diplômés par le gouvernement, [1968] 1976, p. iii-x.

17 Id. , Yve-Alain Bois et al. , Modern’ Signe. Recherches sur le travail du signe dans l’architecture moderne, Paris, Comité pour la recherche et le développement en architecture-Centre d’histoire et théorie des arts, 1977.

18 Cf. J. -L. Cohen et H. Damisch (dir. ), Américanisme et modernité. L’idéal américain dans l’architecture, 1993.

19 Cf. J. -L. Cohen et Hartmut Frank (dir. ), Les Relations franco-allemandes 1940-1950 et leurs effets sur l’architecture et la forme urbaine, Paris, École d’architecture Paris-Villemin/ Hambourg, Hochschule für bildende Künste (direction de la recherche avec Hartmut Frank), 1989 ; J. -L. Cohen, Scènes de la vie future. Les architectes européens et la tentation de l’Amérique (1893-1960), préface H. Damisch, 1995.

20 Cf. notre recherche Architecture et culture technique au xxe siècle, Paris, École d’architecture Paris-Villemin-Délégation à la recherche et à l’innovation, 1989.

21 Cf. J. -L. Cohen et André Lortie, Des fortifs au périf. Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard-Pavillon de l’Arsenal, 1994 ; J. -L. Cohen et Monique Eleb, Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 1998.

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par