Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Y voir mieux, y regarder de plus près

 | 
Danièle Cohn

Première partie. La peinture à l’épreuve de l’histoire

Le mouvement, la gestualité et l’expression dans l’œuvre de Niccolò dell’Arca

Claudia Cieri Via

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le pathos de la vie et l’ethos de la mort sous-tendent de façon vibrante les figures en terre cuite du groupe sculpté que Niccolò dell’Arca réalisa pour l’église Santa Maria della Vita à Bologne1. Ces sculptures sont toujours dans la même église, décolorées, irrémédiablement privées des couleurs qui transmettaient la vie à ce grand drame de l’humanité : la mort du Christ. La disposition de chacune d’elles est problématique. Il est sans doute privé d’un des personnages qui participaient généralement à cette représentation, Nicodème, le jeune homme mentionné uniquement dans l’Évangile de saint Jean (19, 39-40) et qui est en fait toujours présent dans l’iconographie du thème de la Passion, présence indispensable surtout pour les représentations de la Descente de croix, du transport du corps du Christ ou de la déposition sur le sépulcre également en rapport avec l’épisode de l’onction. À Bologne ce personnage n’existe pas, mais même son compagnon, Joseph d’Arimathie, n’occupe aucun rôle...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540