Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Y voir mieux, y regarder de plus près

 | 
Danièle Cohn

Première partie. La peinture à l’épreuve de l’histoire

Histoire et théorie de l’art médiéval. Le modèle d’Otto Pächt

Jean-Claude Bonne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Grande figure de l’École de Vienne, Otto Pächt (1902-1988) a su reprendre à son compte l’un des objectifs essentiels de cette école qui est de penser l’articulation entre histoire et théorie de l’art. Mais l’art enveloppe de multiples aspects, comme le suggère par exemple la dualité, dans une peinture, de l’image et du tableau – de la peinture et de ses « dessous1 » –, et surtout il est amené à changer périodiquement de base aussi bien formelle que matérielle (pour ne rien dire naturellement des thématiques), en sorte qu’il n’enveloppe aucune identité d’objet et donc de théorie correspondante. Et puisque, derrière une possible unité de façade, un art intègre lui-même des niveaux d’organisation différents et même des réalités éventuellement hétérogènes (qui ont aussi droit à leur théorie), de quoi, dans cet objet complexe qu’est l’art, la théorie de l’art peut-elle être ultimement une théorie ? En quoi l’histoire de l’art constitue-t-elle une « discipline fondamentale » par rapport a...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540