Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

IV. Variétés

Les Normaliens en voyage

Gaston Deschamps

Texte intégral

1L’École normale n’a jamais eu l’ambition d’être un séminaire de missionnaires nomades. Elle ne prépare pas spécialement aux risques de terre ni aux fortunes de mer. Il faut croire, cependant, que les études prétendues sédentaires, dont elle maintient la tradition, ne sont pas tout à fait défavorables à l’esprit d’entreprise et d’aventure. Il suffit de parcourir la liste des promotions qui se sont succédé dans notre maison, pour trouver, parmi les professeurs casaniers et les administrateurs paisibles, des voyageurs intrépides, des savants qui eurent la main leste, le pied léger et le cœur vaillant.

2Dès la deuxième page de la liste si patiemment dressée par notre camarade Paul Dupuy, on remarque cette mention : « Nicolet, ancien astronome à l’Observatoire de Paris, mort en Amérique ». Quelles ambitions, quelles espérances, quel désir de découvertes, quelles étoiles nouvelles ont entraîné cet astronome vers le Nouveau Monde ? On ne sait. On a des renseignements plus précis sur Albrand, de la promotion de 1813, mort à Madagascar. Albrand fut un orientaliste fort estimé.

3Fulgence Fresnel appartenait à la même promotion qu’Albrand. Il traduisit les Contes de Tieck, et passa de celte occupation à l’orientalisme militant. Il fut consul à Bagdad. Ses Lettres sur l’histoire des Arabes avant l’Islamisme ont ouvert la voie aux recherches de Goldzier. C’était un homme d’esprit vif, d’humeur capricieuse, d’allure bizarre, d’ailleurs le plus aimable des compagnons de voyage. Il avait gardé de son long séjour en Mésopotamie certaines habitudes quasi musulmanes. On raconte qu’il aimait l’eau-de-vie comme si cette liqueur lui eût été défendue. M. Oppert, le savant assyriologue de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, a vécu longtemps avec lui, sur terre et sur mer. Pendant les traversées, Fresnel passait des nuits entières à rédiger des rapports au ministre. Il avait près de lui, sur sa table, une bouteille de cognac, afin de se réveiller quand le sommeil menaçait de lui faire perdre le fil de ses idées. Cet homme très original et très ingénieux a rendu de grands services à la science.

4Cette promotion de 1813 fut particulièrement peuplée de vagabonds. Car on y remarque encore, outre Rabany qui mourut professeur au lycée de la Réunion, un inspecteur en chef de la marine, Pariset, qui fut gouverneur de la Guyane, et membre du conseil d’amirauté.

5Fontanier, de la promotion de 1814, fut, comme Stendhal, consul de France à Civita-Vecchia. Foblant, de la promotion de 1827, alla, on ne sait pourquoi, exercer la profession de médecin à Smyrne.

6La biographie du philosophe Amédée Jacques, reçu à l’École en 1832, la même année qu’Ernest Havet, est plus connue. Les événements politiques l’obligèrent, avec beaucoup d’autres, à s’expatrier. Il partit pour le Brésil, où il mourut.

7L’École française d’Athènes, dont M. de Salvandy fut le fondateur, et qui n’eût peut-être pas vécu si notre camarade Guigniaut (de la promotion de 1811) ne s’était obstiné à la défendre, indiqua un but précis et raisonnable à tous ceux que tentaient les mirages lointains.

8Les débuts de cet établissement furent un peu, comme les commencements de toutes les institutions nouvelles, incertains et tâtonnants. Celui qui fera la monographie de l’École d’Athènes devra, pour tracer un tableau exact de cette première période, consulter des articles publiés par Charles Lévêque dans la Revue des Deux Mondes en 1851 et en 1879 et recourir à la correspondance de Gandar ainsi qu’aux lettres d’Edmond About.

  • 1 A la suite de la liste des promotions qui terminera le volume, nous donnerons la liste complète des (...)

9Les premiers agrégés qui, en 1846, débarquèrent dans le désert de ruines glorieuses où l’assemblée d’Épidaure avait résolu d’établir la capitale du nouveau royaume furent Benoist (Charles), Burnouf (Émile), Grenier, Hanriot, Lacroix, Lévêque et Roux1. Ils étaient pleins d’ardeur et d’enthousiasme. L’Itinéraire de Chateaubriand et le Voyage en Orient de Lamartine étaient leurs livres de chevet. Ils s’échauffaient l’imagination en déclamant, suivant qu’ils étaient classiques ou romantiques, les Messéniennes de Casimir Delavigne ou les Orientales de Victor Hugo.

10Eugène Gandar et ses contemporains continuèrent ces traditions. Sur le pont du navire qui l’emportait vers Athènes, Gandar, dès qu’il aperçut le cap Matapan, saisit sa plume, et écrivit à sa famille :

11« Voici la Grèce, ma patrie d’un moment, que mon cœur salue avec une émotion profonde, et que mes yeux entrevoient à travers des larmes... Le vent se calme, le mouvement du bateau devient insensible ; les plus malades sentent leurs forces renaître.... »

12Dès qu’il ouvrit sa fenêtre sur la plaine de l’Attique, il se mit à rêver devant le lumineux et souriant décor :

13« Sur cette plaine dépouillée, Cérès a semé les premiers épis ; sur ces rochers qui bordent la mer et où la roue s’est lentement creusé un passage, les initiés allaient l’adorer dans son temple ; de ces belles eaux transparentes sortit un jour la Vénus d’Apelle ; entre ces deux rivages voisins, Thémistocle écrasa les innombrables vaisseaux de Xerxès. Aujourd’hui, tous ces grands noms apparaissent comme des rêves : l’humanité a tant vieilli ! Mais la nature est toujours jeune, et détachant les yeux avec peine de ces flots harmonieux et de ces côtes désertes auxquelles la lueur pâle de la lune sied mieux que l’éclat du jour, on comprend que les croyances primitives, les arts, la poésie et l’histoire elle-même aient augmenté à l’envi le prestige de ces beaux lieux. »

14Pourtant cet esprit noble, solide, vraiment épris de l’antiquité, eut des accès de spleen. Il écrivait :

15« Je ne gagne jusqu’à ce jour à mon exil que les chaleurs excessives d’un été qui ébranle ma santé. A tout prendre, je suis presque découragé. J’aurai cependant le courage de rester ici, puisque j’y suis venu. »

16Dans ce pays sans eau, il regrette les « aimables mares » de sa Lorraine natale. Il enviait souvent le bonheur de ses compatriotes :

17« Allez, leur disait-il, allez ensemble chercher aux champs l’air pur et les nonchalantes promenades. Allez faire cuire sous le chaume de la charbonnière les premières pommes de terre ; allez sous mon chêne penser à moi, et dites-moi si mes jeunes arbres verdissent, et jusqu’où s’étend leur ombre. »

18Parfois il se permettait, en des moments d’impertinence furtive, des plaisanteries ingénieuses sur « les grandes ruines de l’Acropole et le village bavarois qui s’étend à leurs pieds » ; il blague, sans acrimonie, les rivages où « la belle Nausicaa venait laver les fustanelles de ses frères ». Par endroits, au détour des phrases volontiers sérieuses d’Eugène Gandar, on sentait, malgré la persistance des ressouvenirs classiques, comme le souffle d’un esprit nouveau. Un autre Lorrain, Edmond About, débarqua sur le quai du Pirée, le 3 novembre 1852.

19About, ne se souciant pas d’être envoyé à Lesneven comme Sarcey, ni à Nevers comme Taine, s’était décidé pour l’École d’Athènes. L’ennui le saisit dès les premiers jours. « Il fait horriblement chaud, écrivait-il, le 27 juin 1852 ; il fait piteusement triste ; il fait plus embêtant que jamais. J’ai une indigestion de ciel bleu, de montagnes bleues, de poussière bleue et de tout ce qui constitue un pays chéri des dieux. On attrape des coups de soleil en plein minuit ; impossible de quitter la chambre, impossible d’y rester ; j’ai beaucoup travaillé, cette semaine, à digérer et à respirer. Les plus simples fonctions de la nature sont plus difficiles à remplir que celles d’ambassadeur.

20« ... La France ne fait pas ses affaires, en payant mes sueurs dix francs par jour. »

21Le 24 juillet 1852, mêmes impressions : « Il faisait chaud ; je consacrais six heures du jour à suer du haut de ma tête, six heures à bâiller, six heures à lire le Don Juan de Byron, six heures à tâcher de manger, six heures à essayer de dormir, six heures.... Les journées ont effroyablement d’heures dans les pays chauds. »

22Il chantait son infortune en strophes mélancoliques :

Bons habitants de Paris,
Apprenez par cet exemple
A chérir la rue du Temple
Et le faubourg Saint-Denis.

  • 2 Ces croquis drolatiques sont extraits d’un paquet de lettres, écrites par About à Charles Tissot qu (...)

23Il se désennuyait comme il pouvait. Les soirées à la légation, les déjeuners et les dîners à bord des navires de guerre mouillés en rade du Pirée étaient à peu près ses seuls plaisirs. De temps en temps, il revêtait son uniforme. Car les membres de l’Ecole avaient alors un uniforme (chapeau bicorne, frac brodé, pantalon de casimir blanc, épée à poignée de nacre). Ainsi accoutré, il se rendait aux bals du palais. Là il passait des heures « à jouer aux échecs » ou bien à « regarder les officiers de marine faire des effets de cuisse », ou bien encore à admirer les costumes de la diplomatie. « Le ministre russe avait l’air d’un crabe d’or ; le ministre de Bavière serpentait comme un boa, dans un habit rouge, avec plastron jaune et épaulettes de suisse d’église ; le consul du pape, tout en rouge, avait l’air d’un petit capitaine de l’armée anglaise. L’Angleterre se distinguait surtout par la forme de ses chapeaux ; il y a là des pipelets diplomatiques dont l’absence fait un grand vide au bal de l’Opéra2. »

24Le futur auteur de la Grèce contemporaine montrait à ses camarades, en se tenant les côtes autant que l’étiquette le permettait, « la bonne madame de Plüskow, grande-maîtresse du palais, et les demoiselles d’honneur, deux pauvres filles maigres comme des clous, toutes tannées à force de monter à cheval... ». Enfin, Leurs Majestés paraissaient. Le roi Othon disait aux hommes, en « arrachant de sa bouche chaque parole comme avec un tire-bouchon : Hil fhait bhien bheau ». La reine disait aux dames : « Il fait bié beau ». En rentrant chez lui, l’hôte fantasque de la dynastie bavaroise fredonnait, dans la nuit bleue, sa chanson favorite :

C’est pourquoi je vous recommande,
Mes amis, de prendre un bâton, tonton,
D’aller voir Athènes la grande
Et le palais du bel Othon, ton,

25Quant aux Grecs, il se préparait à les juger impartialement, en s’abstenant de les fréquenter.

  • 3 On nous saura gré de reproduire le jugement que porta, sur la première œuvre d’Edmond About, cette (...)

26L’École d’Athènes était alors bien différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Je ne voudrais pas que l’on vît, dans cette impartiale constatation, le dénigrement systématique d’un passé déjà lointain. Il faut toujours un temps assez long pour qu’une institution se fixe en des formes précises et durables. La gloire des premières générations d’ »  Athéniens » serait assez grande, même si elles n’avaient produit que le célèbre pamphlet d’Edmond About. Mais, dès ses débuts, l’École d’Athènes songeait à être autre chose qu’un nid de chroniqueurs mishellènes et spirituels. C’est de cette première période, si féconde, que datent (ne l’oublions pas !) : les Recherches d’Hanriot sur la topographie des dèmes de l’Attique ; les monographies mythologiques d’Alexandre Bertrand ; les voyages de Victor Guérin et de Lebarbier à Pathmos et à Samos, les essais d’Émile Burnouf, le Mémoire de Jules Girard sur l’île d’Eubée, l’exploration du Pélion et de l’Ossa par Alfred Mézières, les Rapports de Boutan sur Lesbos et sur la Triphylie, de Bazin sur l’Étolie, la dissertation si intéressante qu’Alfred de la Coulonche intitula Mémoire sur le berceau de la puissance macédonienne des bords de l’Haliacmon à ceux de l’Axios ; la Description de l’Arcadie par le même (excellente monographie qui est encore le meilleur « guide » que l’on puisse emporter dans ce pays. About lui-même crut devoir faire œuvre d’archéologue et rapporta de l’île d’Égine, avec un album de charges amusantes, un travail fort bien fait, auquel le rapport de la commission compétente ne reprocha qu’un excès de coloris3.

27En 1853, les découvertes de Beulé ont eu le mérite, sinon de mettre au jour le véritable escalier des Propylées, du moins d’indiquer à l’École française d’Athènes sa véritable voie. Depuis le décret qui la soumit à la direction scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, notre colonie savante est devenue une mission permanente d’archéologie et d’histoire, si vaillante au labeur, si heureuse dans ses découvertes, si glorieuse par ses réussites, que les étrangers eux-mêmes ont rendu d’éclatants hommages à ce laboratoire d’érudition et à ce foyer d’influence nationale. En effet, l’Allemagne, l’Angleterre, les États-Unis, ont fondé, sur le modèle de notre École, des établissements qui rendront sans doute de très grands services à la science, et qu’anime d’émulation le brillant passé de notre maison.

28Dès 1847, Ch. Benoit visitait Santorin et Délos. En 1849, Jules Girard, en compagnie de Vincent, reconnut la chaîne de l’Olympe, traversa le Pinde, explora la Thessalie, l’Épire, l’Acarnanie et une partie du cours de l’Achéloüs. En 1860, Heuzey se préparait, par une minutieuse exploration du mont Olympe et de l’Acarnanie, à sa mission de Macédoine, de Thessalie, d’Illyrie et d’Épire. Un peu plus tard, Georges Perrot étudiait Thasos et la Crète, en attendant son grand voyage archéologique de Galatie et de Bithynie. Albert Dumont commençait les travaux d’érudition et les récits de voyage où devait s’exercer, avant de s’appliquer au maniement des affaires d’Etat, la fine précision de son esprit. Terrier décrivait minutieusement les ruines de Sunium et la côte de l’Atlique. Fustel de Coulanges écrivait un admirable Mémoire sur l’île de Chio. Vidal de la Blache devenait géographe. Olivier Rayet se fixait, pour quelque temps, à K. s. Ce que les pensionnaires de l’École ont fait, à la suite de ces grands « anciens », on en aura quelque idée, pour peu que l’on parcoure la table des matières du Bulletin de Correspondance hellénique. Je m’abstiendrai de louer ce recueil, qui a été apprécié par Mommsen de manière à n’avoir pas besoin de nouvelles recommandations. On y trouve, avec des rapports sur de longs et périlleux voyages en Asie Mineure, le compte rendu détaillé des fouilles de Délos, de Samos, de Myrina, d’Ægæ en Éolide, d’Élatée, d’Akræphiæ, de Mantinée, d’Amorgos, de Tégée, de Thaspies, de Stratos, de Lagina, de Panamara, de Delphes, etc.

29L’entreprise des fouilles de Delphes est une œuvre exclusivement normalienne. En 1853, Reynald envoya à l’Académie des Inscriptions un rapport sur la topographie de Delphes. Les premiers coups de pioche sur l’emplacement du sanctuaire d’Apollon furent donnés, en 1860, par Wescher et Foucart. Faute de crédits, la besogne chôma longtemps. En 1880, Bernard Haussoul-lier continua la tranchée ouverte, et ajouta une moisson nouvelle aux documents épigraphiques déjà recueillis par ses prédécesseurs. Enfin, l’heureux accord de la diplomatie et de la science, de l’Université et du Parlement, offrit à nos missionnaires un champ tout à fait digne de leur activité. La convention de Delphes, d’abord retardée par la question des raisins secs, fut votée par notre Chambre des députés et par la Boυλή, au commencement de 1891. Aussitôt on se mit en campagne.

30Le rapport officiel, lu par Homolle devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dans la séance publique du 16 novembre 1894, l’exposition organisée, peu après, dans les salles de l’Ecole des Beaux-Arts, ont fait connaître au public quelques-uns des résultats obtenus. On me permettra de citer ici le témoignage de l’archéologue allemand Furtwængler : « Ces fouilles ont mis au jour des richesses que l’on ne soupçonnait pas et que même les plus présomptueux n’auraient point osé espérer. »

31La section romaine de l’École d’Athènes, devenue l’École française de Rome, doit être considérée, jusqu’à un certain point, comme une dépendance de l’École normale. Rien qu’elle se recrute un peu partout, deux de ses directeurs, Dumont et Geffroy, appartiennent à la famille normalienne. Beaucoup de ses pensionnaires sont venus de la rue d’Ulm.

32Les « Romains » sont moins nomades que les « Athéniens ». Ce n’est pas leur faute si leur horizon est un peu borné et si le zèle archéologique du gouvernement italien ne leur permet guère que les fouilles dans les archives et les explorations dans les bibliothèques, où ils font merveille. Cependant, les recherches de La Blanchère dans la vallée de Terracine, les fouilles de Gsell à Vulci prouvent que ceux qui n’ont pas peur de la fièvre, de la poussière et du soleil, peuvent trouver des accommodements avec le légitime amour-propre des antiquaires de Rome.

33Les deux noms que je viens de citer évoquent plutôt des souvenirs d’Afrique que des visions d’Italie. En effet, l’École de Rome est sortie très rapidement des limites qu’on lui avait d’abord assignées, et a essaimé vers l’Algérie, vers la Tunisie, même vers la Corse.

34L’établissement du protectorat français en Tunisie a été suivi d’une très belle campagne d’exploration vivement menée, tantôt par des officiers instruits, tantôt par des archéologues professionnels. L’expédition de Cagnat et de Salomon Reinach a été suivie par les recherches de Toutain, de Gauckler, etc. L’École supérieure des lettres d’Alger, dirigée avec beaucoup d’entrain et de vaillance par Masqueray, n’a pas voulu rester en retard. Les fouilles de Waille à Cherchell, de Gsell à Tipasa, sur l’emplacement de la basilique de saint Salsa, ont prouvé que les normaliens sont souvent (qu’on me passe ce mot, je ne l’ai pas fait exprès) de très heureux piocheurs.

35L’École normale, dans sa conquête du monde antique, ne pouvait négliger l’Egypte. Il suffit de citer le nom de Gaston Maspero pour rappeler qu’une grosse part de la succession de Champollion et de Mariette revient de droit à l’un des nôtres. La terre des pharaons promet à nos jeunes camarades de nouvelles récoltes. Un normalien, agrégé des lettres, Baillet, a été attaché à l’École du Caire. M. de Morgan, directeur du Musée de Boulaq, désireux de faire publier l’importante collection de papyrus grecs dont on lui a confié la garde, a récemment prié Homolle de vouloir bien lui prêter un pensionnaire de l’École d’Athènes, M. Jouguet.

36Nous pourrions trouver, sur bien d’autres points de l’univers, le témoignage de l’activité scientifique des normaliens. Un « archicube philosophe », appartenant à l’une des plus récentes promotions, Édouard Chavannes, a séjourné pendant plusieurs années en Chine. Il a étudié sur place ce que beaucoup de sinologues n’étudient guère qu’au fond de leur cabinet. Il vient d’être nommé professeur de chinois au Collège de France. Un « historien », Gautier, de la promotion de 1884, vient d’explorer les régions inconnues de Madagascar.

37Et je n’ai rien dit de nos diplomates, Patenôtre, Gérard, qui, par goût et par devoir, ont vu toutes les nations civilisées. Et je n’ai encore parlé que de nos « littéraires » ! La liste des « scientifiques » qui ont porté outre-mer la renommée de l’École serait fort longue.

38Beudant (de la promotion de 1810) a navigué dans le golfe de Livonie pour observer des mollusques. Fouqué, après avoir étudié les gaz de l’Amérique du Nord et de la Toscane, est allé de volcan en volcan, à Santorin, à Céphalonie, à Mételin, à San Miguel dans les Açores. Gorceix a été son compagnon presque partout, et dirige actuellement l’École des mines d’Ouro-Préto, au Brésil. Frédéric Houssay a été le « naturaliste » de la mission Dieulafoy en Perse.

39Je voudrais nommer et célébrer tous les vaillants qui ont quitté ainsi la vie casanière et la tranquillité du foyer, pour courir au loin de belles aventures. Ils ont un grand défaut. Ils ne savent pas assez se faire valoir. On est obligé de fouiller dans les archives de l’Ecole et dans la mémoire de leurs amis, pour trouver la trace de leurs prouesses. Nous avons presque tous, à l’École, en dépit des apparences, et malgré ce qu’on a pu dire de notre vanité, une modestie narquoise qui, en rabaissant notre propre mérite, nous dispense d’exagérer celui du voisin. Cette modestie, parfois, devient une ironie bizarre, que nous exerçons en public, pour l’ébaudissement de nos ennemis, contre nous mêmes et contre les nôtres. A ceux qui seraient tentés de remettre à neuf les plaisanteries de Louis Veuillot et de considérer nos voyageurs comme de simples touristes en quête de déplacements faciles, je rappellerai que Cambier, prêtre missionnaire, est mort en Chine ; que Guigniaut est mort au retour d’un voyage en Thessalie ; que Deville, après avoir exploré la vallée du Nil, est mort au retour d’une mission dans l’Archipel ; que Bilco est mort dans une auberge de Lamia ; que Veyries est mort à l’hôpital de Smyrne, et qu’il y a, dans le vestibule de l’École, une plaque de marbre, avec celte inscription : Louis Thuillier, mort pour la science, Alexandrie, 1883.

Notes

1 A la suite de la liste des promotions qui terminera le volume, nous donnerons la liste complète des membres de l’École d’Athènes. Elle comprend quatre-vingt-neuf noms ; trois seulement, sur ce nombre, n’appartiennent pas à l’École. Les cinq directeurs qui se sont succédé à Athènes, Daveluy (1846), Burnouf (1867), Dumont (1875), Foucart (1878), Homolle (1890), sont tous normaliens.

2 Ces croquis drolatiques sont extraits d’un paquet de lettres, écrites par About à Charles Tissot qui était alors attaché au ministère des affaires étrangères et qui fut, depuis, ambassadeur à Constantinople et à Londres. Ces lettres sont en la possession de notre camarade Salomon Reinach, qui me les a obligeamment communiquées. On ne peut pas les publier in extenso. C’est dommage. Elles sont comme un premier crayon de la Grèce contemporaine.

3 On nous saura gré de reproduire le jugement que porta, sur la première œuvre d’Edmond About, cette commission dont faisaient partie MM. Raoul Rochette, Hase, Guigniaut, Ph. Le Bas, Wallon :
« M. About a choisi l’île d’Égine, cette illustre et infortunée rivale d’Athènes, etc., etc.
« Nous regrettons que, dans le tableau animé qu’il a tracé de la grandeur des Éginètes, M. About n’ait pas été sauvé par l’exemple de cette admirable simplicité, qui n’exclut pas l’éclat, dans le récit des guerres médiques, chez Hérodote, de l’imitation trop fréquente d’une école historique qui tranche les questions de critique par le paradoxe plus ou moins brillant, ne se défend ni de l’antithèse ni de l’épigramme, et, dans le silence des faits, a recours aux conjectures les plus hasardées, pour peu qu’elles soient piquantes. »
About terminait un des chapitres de son mémoire par cette phrase : « La plus intéressante de toutes les ruines qu’on vient étudier en Grèce, c’est encore le peuple grec. »

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540