Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

IV. Variétés

L’association des anciens élèves

Gaston Boissier

Texte intégral

1L’histoire de notre association peut s’écrire en quelques pages.

2Il y a une cinquantaine d’années, les anciens élèves de l’École normale, quand ils se retrouvaient à Paris, pendant les vacances, avaient coutume de se réunir, au mois de septembre, dans un banquet amical. On s’y donnait des nouvelles les uns des autres ; on y parlait des camarades qu’on avait connus, de ceux à qui la vie était facile, encore plus de ceux qui avaient éprouvé quelque infortune. Ce n’était pas assez de les plaindre, on chercha quelque moyen de les soulager. C’est ainsi que naquit l’idée de créer une caisse de secours mutuels, qui pût venir en aide aux camarades malheureux. Cette idée fut acceptée avec empressement et aussitôt mise à exécution. Des statuts furent rédigés, qui sont à peu près ceux qui nous régissent aujourd’hui. On nomma quinze commissaires pour former un conseil d’administration, et le 3 septembre 1846, Cousin, présidant la première assemblée générale, proclamait « que l’association charitable et fraternelle des anciens élèves de l’École normale était fondée ».

3Pendant plusieurs années l’association resta unie au banquet, dont elle était sortie ; le repas fini, on tenait l’assemblée, et le président prenait la parole. Lorsqu’en 1850 on jugea utile de se séparer, l’association erra quelque temps dans Paris à la recherche d’un domicile. Elle habita successivement l’École normale, la salle Taranne, le quai Malaquais, puis le petit amphithéâtre de la Faculté des lettres, à la Sorbonne. Enfin, en 1881, elle est revenue se fixer à l’École, dans la salle des Actes, qui paraît bien être son séjour naturel, et qu’elle espère ne plus quitter. Longtemps elle s’obstina à tenir ses assemblées au mois de septembre. Elle y gagnait de réunir quelques provinciaux, que le plaisir ou les affaires attiraient à Paris ; mais en revanche elle n’avait aucun Parisien. C’était une grande imprudence, car les Parisiens seuls pouvaient lui fournir un public nombreux et régulier. On se décida donc à fixer la réunion au second dimanche de janvier ; mais tous ceux qui n’y pouvaient pas venir, Parisiens ou provinciaux, eurent la faculté d’envoyer leur vote par écrit, de façon que le conseil d’administration pût être élu par tous les associés.

4Cousin avait été nommé d’abord président de l’association ; mais ce ne fut qu’un président d’honneur. Quoiqu’il eût affirmé « qu’il n’avait reçu de la fortune aucun titre qui lui fût plus cher », il avait trop d’affaires sur les bras pour s’occuper beaucoup des nôtres. Aussi s’empressa-t-on de lui nommer pour successeur Dubois (de la Loire-Inférieure). C’est lui qui a donné à notre associa-lion sa forme définitive et qui a fait sa prospérité. Les présidents qui sont venus ensuite, Patin (1866-1876), Havet (1877-1882) et celui qui écrit ces lignes n’ont eu qu’à continuer ce qu’il avait si allègrement mis en train.

5Comme Dubois n’a pas laissé d’ouvrage important qui perpétue son souvenir, nos jeunes camarades risquent de ne pas le connaître. Il eut pourtant son heure de gloire ; c’est lui qui fonda le Globe, dont la renommée fut si grande, dans la jeunesse intelligente et libérale, vers la fin de la Restauration. Sainte-Beuve a raconté de quelle manière il le dirigeait et comment il en était l’âme. Dubois n’écrivait que par éclairs ; il n’était pas orateur non plus : il manquait du calme nécessaire pour tenir de longs discours suivis. Ses idées, quand il s’animait, se pressaient sur ses lèvres, comme l’eau dans le goulot étroit d’une bouteille ; il n’arrivait jamais à finir une phrase, tant il avait hâte d’en commencer une autre. Mais, dans ce fracas de paroles saccadées, que de vues nouvelles, que d’aperçus originaux, dont ceux qui l’écoutaient faisaient leur profit ! Ils n’avaient qu’à endiguer cette verve bouillonnante et à s’en servir en l’aménageant. C’était une source qui ne s’arrêtait pas et à laquelle tous les rédacteurs du journal allaient puiser. On comprend qu’ayant fourni tant d’idées aux autres il n’en ait pas gardé pour lui-même. Quand il devint président de notre association, il était fort calmé, un peu triste, désenchanté de la politique, qui ne lui avait pas donné tout ce qu’elle semblait lui promettre. Cependant le feu intérieur brûlait encore et l’on en sent les étincelles quand on relit certains passages de ses allocutions. Mais il fallait le voir et l’entendre lui-même, lorsqu’avec sa face de vieux lion au repos il les prononçait d’une voix rauque et d’un débit haletant. On avait alors l’impression de ce qu’il avait dû être dans sa jeunesse.

6L’association des anciens élèves de l’École normale a été fondée « pour secourir ceux d’entre eux qui auraient besoin d’assistance » ; c’est le premier article de ses statuts. Ceux-là malheureusement sont beaucoup plus nombreux qu’on ne le pense. On meurt souvent jeune dans l’Université, et il est rare qu’on y meure riche. Quand la mort s’est trop hâtée, l’impitoyable loi des retraites refuse à la famille qui survit à son chef le maigre secours auquel il semble qu’elle aurait droit. C’est alors que nous lui tendons la main, et une fois que nous l’avons adoptée, jusqu’à la fin, sans nous décourager, nous l’aidons à vivre. Le fardeau est souvent très lourd pour nous. Nos pauvres camarades disparus avant l’âge laissent naturellement une famille encore jeune qu’il nous faut secourir longtemps. Il y a une de ces malheureuses veuves à qui nous avons payé notre tribut annuel pendant trente-cinq ans. C’est donc la misère sans espoir, à long terme, et qui exige de très grands sacrifices de ceux qui entreprennent de la soulager. Voilà ce qui explique le chiffre élevé de nos dépenses. Depuis que nous existons, nous avons payé, en secours passagers ou persistants, près de 450 000 francs.

7C’était beaucoup pour une association aussi pauvre que la nôtre, et les cotisations annuelles n’auraient pas suffi longtemps à ces lourdes dépenses. Heureusement, dans les premières années, les membres étant plus jeunes, les misères à soulager étaient plus rares. C’est à peine si l’on secourait trois ou quatre familles par an. On fit donc des économies, que le trésorier, M. Maas, un des rares financiers que l’École ait produits, sut fort bien ménager ; grâce à lui, à son esprit d’ordre, à sa gestion sévère, notre réserve s’accrut jusqu’à un chiffre respectable. Cependant l’économie ne suffisait pas ; les charges s’augmentaient plus vite que les revenus, et il vint un moment où l’association aurait été fort gênée, si elle n’avait su se faire d’autres ressources. Dans ce péril, notre président, M. Havet, eut l’idée d’invoquer la générosité, non seulement de nos camarades, mais même des personnes étrangères à l’École. Il a raconté comment, dans ses nuits d’insomnie, songeant à notre association, qui occupait beaucoup sa pensée, « il imaginait, il croyait voir déjà un riche, un grand riche, qui, sous une inspiration heureuse, versait tout à coup une large dotation dans notre caisse, et nous mettait à l’aise pour toujours ». C’était un rêve ; le grand riche, avec sa large dotation, n’est pas encore venu, mais en attendant qu’il arrive, beaucoup d’amis du dedans et du dehors, des connus et des inconnus, ont apporté, avec une bonne grâce, une bienveillance dont nous sommes fiers et reconnaissants, leurs libéralités, petites ou grandes, à la masse commune. Aujourd’hui notre épargne nous fournit, 10 560 francs de revenus ; elle représente donc, au taux de la rente 3 pour 100, une fortune de 352 000 francs. Quelques financiers habitués à manier les millions penseront peut-être que ce n’est guère ; quant à moi, quand je songe que cette fortune provient en grande partie de gens qui nous ont pendant près de cinquante ans fidèlement apporté leur aumône, et qui, pauvres eux-mêmes, ont songé à de plus pauvres qu’eux, qu’elle est faite de médiocrité, qu’elle représente le dévouement, le sacrifice, l’oubli de soi-même, je ne puis m’empêcher de la trouver considérable.

salle des actes de l’école normale où se tiennent les réunions de l’association des anciens élèves

8Notre association a d’autres avantages qu’il importe de signaler. Elle ne fait pas du bien seulement aux malheureux qu’elle secourt ; ceux qui donnent en tirent presque autant de profit que ceux qui reçoivent. Elle prolonge la fraternité de l’École ; elle est le centre autour duquel se groupent les diverses promotions, elle sert de lien entre des gens dispersés à tous les coins de la France, dans toutes les routes de la vie, et en fait une famille. Le petit livret, que nous publions tous les ans pour rendre compte aux associés de l’emploi qu’on fait des sommes qu’ils ont versées, les tient au courant de toutes nos affaires ; il résume les succès obtenus par nos camarades dans les diverses académies ; surtout il donne un dernier souvenir à ceux qui ont disparu pendant l’année. Dans les premiers temps, le président pouvait parler de tous dans son discours ; c’est que nos pertes étaient alors peu nombreuses ; il y eut même une année — en 1853 — où l’association ne perdit personne. Depuis lors cette heureuse fortune ne s’est plus reproduite, et, comme le nombre de nos morts, à mesure que l’École vieillit et que les promotions s’accumulent, augmente sans cesse, il a fallu diviser le travail, et confier chaque notice funèbre à quelque ami du défunt. C’est ainsi qu’elles sont devenues plus longues, plus variées, plus intéressantes. Elles forment aujourd’hui un recueil important, et qu’il faudra consulter, quand on voudra connaître l’histoire de l’École normale et de l’Université, dans la seconde moitié de ce siècle.

9Je viens de les relire, et je voudrais bien résumer en quelques mots l’impression qu’elles m’ont laissée. Ce qu’on y voit d’abord, c’est dans quel milieu l’École s’est surtout recrutée. Quelques-uns de ses élèves viennent de familles aisées, bien peu de familles riches ; le plus grand nombre sort de la petite bourgeoisie, fonctionnaires, employés, marchands, instituteurs, fermiers, qui se sont imposé toute sorte de sacrifices pour bien faire élever leurs enfants. Il s’en trouve, dans le nombre, qui sont nés dans un atelier ou une boutique, et ce ne sont pas les moins grands. Le père de Pasteur était tanneur ; Debray enfant mania la lime et le marteau chez un serrurier ; Briot était destiné à exercer une profession manuelle, lorsqu’il fit une chute et se cassa le bras droit : il n’était plus bon à rien comme ouvrier, il devint un savant. Verdot avait commencé par être enfant de chœur et Weiss enfant de troupe. Que d’énergie n’a-t-il pas fallu à ces jeunes gens pour s’élever de si bas et devenir ce qu’ils ont été !

10Ce que je remarque ensuite, c’est que la forte éducation de l’École semble préparer à tout. Rien n’est plus curieux que de voir dans combien de carrières différentes nos camarades se sont dispersés, et quelles aptitudes inattendues ont révélées chez eux les nécessités de la vie. Je n’en veux citer que quelques exemples. Maas, forcé de quitter l’enseignement, fonde la compagnie d’assurances l’Union, et y fait sa fortune ; Moreau-Champlieu est un remarquable administrateur des douanes ; Pariset, un commissaire général de la marine et un gouverneur de la Guyane ; Chevriaux tour à tour professe la philosophie et commande à un bataillon de mobiles ; Albrand est inscrit sur nos listes comme « chef de tribu à Madagascar » ; Séguy-Villevaleix devient un des principaux fonctionnaires de l’empereur Soulouque ; Sonnet, qui mourut inspecteur de l’Académie de Paris, s’était fait, à sa sortie de l’École, chef d’orchestre du théâtre de Saint-Pétersbourg et dirigeait les bals de la cour de Russie. Parmi tant d’autres, qui ont été avocats, médecins, magistrats, négociants, libraires, et presque toujours avec distinction, j’en remarque aussi un bon nombre qui ont quitté l’enseignement pour l’Église. Ceux qui s’en étonnent ne savent pas à quel point l’École s’est tenue loin de tous les fanatismes et qu’elle a toujours pratiqué pour toutes les opinions la plus large tolérance. On lui a reproché, à certaines époques, d’être un foyer de libre pensée. C’est un reproche qu’elle accepte volontiers et dont elle est fière, si l’on veut faire entendre que nulle part on n’a jamais été plus libre que chez elle de penser ce qu’on voulait et d’oser le dire. N’est-ce pas de l’École que sortaient les écrivains du Globe, qui, au milieu de passions aveugles et enflammées, proclamèrent avec éloquence que toutes les opinions doivent se supporter et se comprendre, qu’il leur est interdit d’employer, dans leurs luttes, d’autre arme que la discussion, et que l’incrédule est encore plus odieux que le dévot, quand il excommunie et persécute. Ces maximes, nous les avons toujours pratiquées. Voilà comment il se fait que l’École, qui s’honore d’avoir produit beaucoup d’esprits indépendants, qui ont voulu se faire eux-mêmes leurs croyances, compte aussi sur ses listes des oratoriens, des dominicains, des jésuites. C’est un des nôtres que cet abbé Cambier dont notre camarade Mgr Perraud a raconté la vie et qui est allé chercher le martyre en Chine ; et le père Olivaint, qui l’a trouvé à Paris, dans les fossés de la Roquette. Il me semble que cette variété de vocations est la preuve manifeste du caractère libre et large de nos études, et je regarde comme un grand honneur pour notre École qu’elle ait abrité des gens de toute communion, qu’elle les ait fait vivre ensemble dans une union fraternelle, et qu’elle leur ait appris ce qu’il y a au monde de plus difficile et de plus important, le respect des opinions sincères.

11Voilà ce que ces notices funèbres nous apprennent ou nous rappellent ; aussi est-il difficile à un Normalien de les relire sans émotion. Quelques-unes attirent tout d’abord l’attention par l’importance du personnage dont elles nous entretiennent. Ce ne sont pourtant pas celles dont je suis le plus touché. A côté de ces noms retentissants de grands savants ou de grands écrivains, que l’avenir retiendra, il en est beaucoup d’autres plus modestes, qu’on risque d’oublier et qui méritent un souvenir. Tout le monde ne se trouve pas, dans la vie, le loisir ou le courage d’écrire. Ceux à qui l’existence est dure, et qui sont aux prises, dès le premier jour, avec des devoirs rigoureux, ceux à qui manque l’excitation du milieu, la ressource des bibliothèques, et cette surabondance de santé qui résiste aux durs labeurs de la classe, doivent se contenter d’être d’excellents professeurs. Ils donnent tout ce qu’ils ont de talent et d’ardeur à leurs élèves, ils s’épuisent pour eux, et souvent tombent sur la route avant d’être arrivés au bout. Leur vie ne jette guère d’éclat ; le bien qu’ils font n’est connu que de ceux qui en profitent, et ceux-là n’ont pas toujours la reconnaissance bien longue ; ils risquent, quand ils disparaissent, de mourir tout entiers. On nous dit à la vérité que les œuvres de ces humbles seront révélées au dernier jour ; mais c’est bien tard, et il n’est pas mauvais pour l’exemple, je dirai presque pour l’édification de tous, qu’on nous les fasse connaître un peu plus tôt. Voilà pourquoi nous attachons tant de prix à ces notices que leur consacrent leurs collègues, leurs élèves, leurs amis, et qui nous racontent en détail ce qu’ont été ces honnêtes gens, avec quel courage, quelle constance, quelle héroïque régularité ils ont accompli jusqu’à la fin les devoirs de leur profession. C’est le parfum de ces vies obscures, toutes pleines de vertus cachées, de dévouements et de sacrifices, qui donne à notre annuaire un charme particulier.

Table des illustrations

Légende salle des actes de l’école normale où se tiennent les réunions de l’association des anciens élèves
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540