Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

IV. Variétés

Thuillier

Costantin

Texte intégral

1Thuillier avait fait de brillantes études à Amiens, sa ville natale ; reçu en 1877 à l’École normale, il en sortit, trois ans après, premier agrégé des sciences physiques.

2C’est en 1880, c’est-à-dire au moment où les plus importants travaux de M. Pasteur sur le charbon et la rage allaient paraître, que Thuillier entra dans le laboratoire de microbiologie. Il sut immédiatement conquérir la confiance de son maître, ce qui prouve certainement que ce dernier se connaît bien en hommes. Au lieu d’être tenu à l’écart, isolé dans un coin du laboratoire, comme risquent parfois de l’être les nouveaux venus, Thuillier fut associé de suite par M. Pasteur à ses travaux, et son nom figura avec ceux de MM. Chamberland et Roux dans plusieurs communications désormais célèbres à l’Académie des sciences. Plus tard les résultats des recherches sur la maladie du porc appelée le « rouget » ont été signés Pasteur et Thuillier ; enfin, pendant de longs mois, notre ami prit part à la poursuite ardente et passionnée de la cause de la rage et des moyens de la guérir.

3Chaque jour Thuillier nous apportait l’écho des débats que les grandes découvertes qui se faisaient alors dans le laboratoire de chimie physiologique soulevaient dans le monde médical et vétérinaire. Tantôt c’était le récit d’une séance de l’Académie de médecine au cours de laquelle M. Pasteur avait été aux prises avec des adversaires aussi malveillants que peu instruits ; tantôt c’était la lecture d’articles de journaux remplis d’injures pour ceux qui souvent exposaient leur vie en recherchant la vérité. Un de ces articles, entre autres, l’avait particulièrement touché : en terminant sa première communication sur la rage, M. Pasteur avait « remercié publiquement M. Thuillier, élève sortant de l’École normale supérieure, d’avoir pris part à ses études avec un dévouement digne d’éloges » ; cette phrase avait été vivement relevée par un agrégé de la Faculté de médecine qui n’y avait vu qu’une réclame déplacée sur le nom d’un jeune éliacin de la rue d’Ulm. « Voilà, nous disait en riant Thuillier, comment les botanistes nous traitent. »

4Il avait un caractère très jovial et par moments exubérant. Tous ses camarades ont conservé le souvenir de sa gaieté, de ses saillies et de ses dessins spirituels qu’il faisait en un instant sur un bout de papier ou sur un tableau noir. Mais le plus ordinairement il restait concentré sur lui-même et M. Pasteur l’a bien dépeint quand il a dit de lui que « c’était une nature profondément méditative et silencieuse ». Il possédait un ensemble de qualités aussi précieuses que rares chez un jeune homme : une grande maturité d’esprit, beaucoup de sang-froid et de décision, enfin une habileté pratique peu commune.

5La confiance que M. Pasteur avait en lui allait chaque jour grandissant. Lorsque l’expérience fameuse de Pouilly-le-Fort eut établi l’efficacité du vaccin du charbon, le gouvernement austro-hongrois voulut la faire répéter à Budapest : c’est Thuillier qui fut chargé de cette mission importante. Il était à peine de retour à Paris quand l’ambassadeur d’Allemagne vint, au nom du Ministère d’agriculture de Prusse, solliciter l’envoi à Berlin d’une mission semblable. Ce fut encore à lui que l’on confia cette tâche particulièrement délicate. Pendant trois mois, il fit à Packisch et à Borschütz une double série d’expériences dont les résultats heureux furent constatés par le rapport de l’éminent professeur Virchow et par la croix de chevalier de la couronne de Prusse que le gouvernement allemand lui décerna.

6A son retour d’Allemagne, en mars 1882, M. Pasteur lui proposa d’aller étudier dans le département de la Vienne une maladie qui dépeuplait les porcheries. Il était à peine arrivé depuis quelques jours dans la région où le mal sévissait avec intensité que déjà la cause de l’affection était découverte. La rapidité avec laquelle il obtint seul ce résultat, qu’un très habile médecin anglais, le docteur Klein, avait cherché vainement pendant de longues années, faisait grand honneur à sa sagacité : on pouvait, dès cet instant, prévoir qu’il serait un chercheur de premier ordre, « un savant du plus grand avenir », comme l’a dit plus tard son maître. La bactérie rapportée à Paris fut soumise à une étude approfondie, et six mois après, en novembre 1882, MM. Pasteur et Thuillier partaient tous deux pour Bollène, dans le département de Vaucluse, afin d’expérimenter un vaccin dont l’efficacité était vérifiée une année après en novembre 1883. Malheureusement à cette époque Thuillier avait cessé de vivre et il ne put pas jouir de la gloire que ce résultat devait faire rejaillir sur son nom.

7Ces deux découvertes de la cause de la maladie du porc et du moyen de la guérir, qui furent faites en six mois, ont passé presque inaperçues du grand public ; elles n’en ont pas moins la plus haute portée théorique et pratique. Si à l’heure actuelle nous jetons un coup d’œil d’ensemble sur les innombrables travaux publiés partout en France et à l’étranger dans le champ immense ouvert à la science par M. Pasteur, nous voyons que, depuis la mort de Thuillier, le nombre des vaccins pratiquement efficaces s’est très peu élevé. Si le sombre destin avait épargné la vie de notre cher Thuillier, peut-être posséderions-nous aujourd’hui des résultats qui contribueraient à adoucir un peu la souffrance de l’humanité.

8L’heure qui devait nous l’enlever était, en effet, venue. Il était sur le point de partir pour la Russie afin d’étudier la peste bovine, lorsque le choléra éclata à Alexandrie. M. Pasteur proposa au comité d’hygiène d’envoyer quatre jeunes savants en Égypte pour étudier ce grand fléau de l’Europe. Lorsqu’on offrit à Thuillier de faire partie de la mission, il demanda vingt-quatre heures pour réfléchir, puis il accepta d’une manière irrévocable. L’indiscrétion d’un journal fit connaître bientôt à sa famille quelle était sa décision ; sa mère et sa sœur apprirent cette nouvelle avec terreur et elles le conjurèrent de ne point partir. Il les rassura, leur dit que rien n’était officiellement décidé ; il leur annonça même son départ pour la Russie. Jusqu’à la dernière heure, il garda son calme et son secret, et se refusa même tout témoignage de tendresse qui aurait pu donner l’éveil à ceux qu’il chérissait. Cette heure de l’adieu fut certainement une des plus douloureuses de sa vie.

9Tout alla bien d’abord à Alexandrie ; la santé et la bonne humeur se maintenaient, mais l’épidémie diminuait et le microbe n’était pas trouvé. Le 17 septembre, Thuillier fit au lazaret l’autopsie d’un bœuf que l’on croyait atteint de la peste bovine et passa ainsi vingt minutes dans une salle où étaient morts des cholériques. Le soir, il se coucha sans aucun malaise ; à quatre heures du matin, le mal éclata tout à coup ; à sept heures, il était perdu. Ses collègues de la mission française, MM. Roux, Strauss et Nocard, malgré leurs soins, ne purent retarder sa mort que de quelques heures. Dès que la nouvelle de sa maladie se répandit dans Alexandrie, les médecins envoyés par le gouvernement allemand pour étudier le choléra accoururent offrir leurs services, la colonie européenne assiégea la porte de la maison et le lendemain elle se pressait autour de sa tombe. M. Koch, chef de la mission allemande, prononça quelques paroles émues et dit en déposant des feuillages sur la bière : « Ces palmes sont celles que l’on cloue sur le cercueil des glorieux ».

10Le 19 septembre, M. Pasteur apprenait la nouvelle de cette mort à l’Académie des sciences : « La science, disait-il, perd en Thuillier un de ses plus courageux représentants et du plus grand avenir. Je perds un disciple aimé et dévoué, mon laboratoire un de ses principaux soutiens. »

11L’annonce de cette mort fit en France une sensation profonde : le pays tressaillit en apprenant qu’un de ses meilleurs enfants venait de disparaître, victime de son dévouement pour l’humanité. Paris et Amiens firent inscrire le nom de Thuillier sur leurs murs ; à l’appel des journaux une souscription publique s’organisa pour venir en aide à ceux que sa mort privait d’un sou-lien ; la famille arrêta cet élan généreux mais maladroit. L’empressement que montra le public en cette circonstance a probablement décidé plus tard M. Pasteur à s’adresser à lui pour la fondation de l’Institut antirabique, et, par sa mort, Thuillier a peut-être contribué à la création de ce magnifique établissement. Espérons qu’un souvenir y perpétuera un jour son nom.

12L’École normale s’est empressée de lui rendre un juste hommage. Dès que la nouvelle de sa mort parvint à M. Fustel de Coulanges, il fit poser à l’École une plaque de marbre avec ces simples mots : « Thuillier, mort pour la science ». Une souscription faite entre les anciens maîtres et les camarades de notre ami a permis de placer son buste dans le vestibule intérieur, près des salles d’études des élèves, et un portrait d’une frappante ressemblance dans le parloir de l’École. Les jeunes générations peuvent, en contemplant celte dernière image, deviner « cette mâle énergie qui se dégageait de sa personne, qui a frappé tous ceux qui l’ont connu ».

13L’acte froid et réfléchi qui a conduit Thuillier à la mort n’a été que le couronnement de toute sa vie. A Alexandrie comme dans le laboratoire pendant qu’il étudiait la rage, il a été courageux jusqu’à la bravoure : la mort malheureusement ne se laisse pas indéfiniment tenter.

14Le nom de Thuillier sera à jamais conservé dans le souvenir de la famille normalienne et dans la mémoire de ceux qui pensent que les grandes institutions vivent autant par les nobles actions qu’elles suscitent que par les découvertes qu’elles font naître. L’Université aura prouvé par son exemple qu’elle peut engendrer des martyrs.

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540