Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

IV. Variétés

L’École en 1870-71

Lud. Bourgine

Texte intégral

1Il n’est pas difficile de s’imaginer à quel point les événements de l’année terrible occupèrent toute la jeunesse de l’École normale, sans l’arracher d’ailleurs aux préoccupations plus austères de ses travaux scientifiques et littéraires. C’a été de tout temps, en effet, une des caractéristiques de l’École que, tout en se jetant à corps perdu dans les spéculations de la science et de la philosophie, tout en ayant les yeux fixés sur les examens et les concours qui terminent chaque année d’études, elle ne se désintéresse point de ce qui se passe autour d’elle. Rien de ce qui est humain, rien de ce qui est français ne lui fut jamais étranger. Qu’on l’appelle séminaire laïque ou couvent universitaire, peu importe ; ce séminaire, ce couvent de la rue d’Ulm a les fenêtres largement ouvertes, par où pénètre l’air extérieur ; la règle y est observée sans tuer l’esprit qui vivifie tout, et l’administration qui la dirige n’y règne point sur des cadavres.

I

2Pendant l’année 1869, la politique avait déjà pénétré dans l’École : les élections générales qui devaient amener la constitution du ministère Ollivier avaient secoué la France entière, et nulle part le mouvement ne se fit plus vivement sentir qu’à l’École normale. Des réunions politiques, nécessairement privées, avaient été organisées dans nos salles d’étude ; rien n’y manqua de ce qui constitue ces sortes de réunions ; un président élu siégeait gravement assis sur une pile de dictionnaires ; des orateurs improvisés y discutaient les mérites de Rochefort et de Jules Favre, les deux candidats en présence dans notre circonscription ; les interruptions sérieuses ou plaisantes coupaient la discussion, sans la faire cependant dévier ; le commissaire de police enfin s’y faisait voir, comme dans les clubs d’à côté, mais plus aimable et moins solennel, et qui semblait demander pardon aux honorables orateurs d’être obligé de dissoudre, pour un temps, une réunion aussi intéressante : c’était le très aimé M. Gusse.

3Avec l’année 1870, la vie politique devint plus agitée en France : donc aussi à l’École. Le plébiscite ralluma toutes les discussions. Les mêmes salles d’étude, à l’heure des récréations, se remplissent de jeunes citoyens avides d’expliquer ou de combattre les « non » énergiques qu’on se propose de jeter dans l’urne qui va s’ouvrir ; les mêmes dictionnaires supportent de nouveaux présidents ; le même commissaire, et du même ton aimable, vient, à l’heure dite, dissoudre les réunions, tandis que le même Labarussias agite convulsivement la cloche, dont les appels désespérés ramènent péniblement aux salles de conférences les citoyens-élèves. Et cependant, les travaux ordinaires n’en vont pas moins leur train.

4Toutes ces bouffées d’air extérieur inspiraient même je ne sais quelle ardeur aux esprits surexcités, et, chez les élèves de troisième année, plus d’une leçon d’histoire ou de philosophie, de critique littéraire ou de philologie se ressentit de cette vie intense que les souvenirs de l’Empire absolu, que les promesses de l’Empire libéral, que les bruits sourds d’une guerre prochaine avaient éveillée chez tous les Français.

5Cependant, le mois de juillet était arrivé : un mois seulement séparait les élèves de troisième année des différents concours d’agrégation. C’est dire à quel point on travaillait dans les cellules du troisième étage. La ruche bourdonnante s’était faite silencieuse ; le dimanche même et le jeudi, à l’heure où la porte s’ouvrait pour tous les prisonniers de la semaine, plus d’un remontait à la chambrette solitaire, qui voulait éclaircir un point de littérature ou d’histoire encore obscur ou travailler de nouveau à une leçon insuffisamment préparée.

6Brusquement sonne le coup de clairon du 12 juillet : l’interpellation au ministre des affaires étrangères, les dépêches Benedetti, les préparatifs belliqueux, les séances orageuses de la Chambre des députés, les réponses du Ministère, tantôt conciliantes, tantôt provocatrices, les bruits de la rue, les cris des camelots, les promenades des régiments à travers les boulevards, la Marseillaise, la proscrite de la veille, promenée de bouche en bouche et de théâtres en cafés-concerts, tout cela, comme les vagues de la marée montante, vint battre les murs paisibles de la rue d’Ulm, et la fièvre parisienne, gagnant de proche en proche, envahit l’École entière depuis les laboratoires jusqu’aux mansardes.

7De nouvelles réunions politiques furent naturellement organisées, et, dans ce Corps Législatif au petit pied, les actes du gouvernement furent sévèrement examinés, et, pourquoi ne pas le dire, condamnés. On n’était, à l’École, ni assez ignorant de l’Allemagne, ni assez insoucieux de la France, pour ne pas entrevoir avec terreur les suites probables d’un duel aussi imprudemment engagé. Au laboratoire de chimie, entre deux expériences, l’excellent Henri Sainte-Claire Deville, qui revenait d’un voyage scientifique en Allemagne, ne pouvait contenir les élans de ses terreurs indignées : « Mes pauvres enfants, s’écriait-il, en aspirant une bouffée de sa pipe vingt fois éteinte et vingt fois rallumée, mes pauvres enfants, nous sommes... flambés. » Et il soulignait d’un geste énergique sa non moins énergique prédiction. — Puis il racontait ce qu’il avait vu en Allemagne : les corps de troupe organisés, se massant à la frontière, à qui certes il ne manquait ni matériel d’artillerie, ni matériel de campement, ni même les boutons de guêtres ; il décrivait l’enthousiasme froid et la confiance de toutes ces troupes qu’il avait traversées à son retour, l’attitude énergique, mais silencieuse, des populations de la frontière, et quand il avait établi la comparaison entre ce qu’il venait de voir et d’entendre et le spectacle que nous avions sous les yeux à Paris. « Ah ! mes enfants, concluait-il, nous sommes... flambés ! » et, silencieusement, il rallumait sa pipe ; il s’asseyait, le regard encore enflammé ; il s’essuyait les yeux du coin de son tablier de laboratoire, et son regard s’éteignait enfin, comme noyé dans une vision terrible. Que de fois, un peu plus tard, dans les longues heures passées à la tranchée, la sinistre prédiction du vieux maître est revenue à la mémoire de ses anciens élèves devenus des soldats !

II

8La guerre avait été déclarée ; la mobilisation s’effectuait, au milieu de quel désordre, personne ne l’ignore. Les cris « à Berlin ! » que nous entendions pousser, dans nos promenades à travers Paris, nous faisaient froid au cœur ; si peu enthousiaste que l’on fût à l’École pour une guerre, quelle qu’elle fût, celle-ci ne laissait pas que d’agiter tous les esprits. On pressentait que ce n’était pas d’une vaine gloire à conquérir, que ce n’était même pas d’une dynastie qu’il s’agissait, mais de la France, et dès le début se posa la redoutable question : que doit faire l’École ?

9La situation des Normaliens en effet était tout particulièrement privilégiée : En échange d’un engagement qui liait pour dix ans les élèves au service de l’enseignement public, les Normaliens étaient dispensés de tout service militaire. Tant que, dans les guerres antérieures, la France avait dû prendre les armes pour obéir à une combinaison politique de son gouvernement, ou, comme on disait alors, « pour une idée », tant que subsistait le régime d’une armée permanente, sorte de corps fermé, quelque largement qu’il fût ouvert, l’École normale n’avait pas eu à se demander où, pour elle, était le devoir. Il consistait, évidemment, dans le respect absolu d’un contrat librement consenti : travailler à obtenir les grades universitaires, se préparer le mieux possible aux épreuves de la licence ou aux concours d’agrégation, c’était encore servir la France, avec des risques moins immédiats peut-être, mais avec des risques très réels pour la santé et pour la vie. Mais voici qu’aujourd’hui le problème se compliquait. La guerre actuelle semble devoir prendre des proportions imprévues : il ne s’agit plus seulement de se préparer à former pour l’avenir des générations d’hommes instruits et de bons citoyens ; ce sont des soldats qu’il faut immédiatement ; ce sont des régiments dont il faut combler les vides, vides énormes qui existent, avant même que le feu de l’ennemi y soit pour quelque chose ; c’est la frontière dégarnie qu’il faut défendre ; c’est le sol bientôt envahi qu’il va falloir déblayer.

10Les réflexions ne furent pas longues, les discussions le furent encore moins. On s’arrêta à cette résolution proposée par un des élèves : « Le jour où la France sera envahie par une armée allemande, l’Ecole devra demander au Ministère à être provisoirement dégagée des obligations de l’engagement décennal ; chacun de ses membres, ayant ainsi recouvré son indépendance, agira suivant sa conscience et ses forces, au mieux des intérêts supérieurs du pays. » Le projet de résolution fut adopté dès le 26 juillet.

11Mais ne pouvait-on, jusqu’au jour prochain où il faudrait l’exécuter, rendre déjà des services à l’armée nationale ? A ce moment, précisément, la Société de secours aux blessés demandait des conférenciers, disposés à faire appel dans tout Paris à la générosité publique en faveur des ambulances. L’élève Bourgine fut chargé de porter la parole, à la mairie du Xe arrondissement. Ses camarades l’y accompagnèrent et firent si bien, en recrutant jusque sur la voie publique des auditeurs pour garnir la salle, qu’ils contribuèrent, autant que le conférencier, à grossir le chiffre de la recette. La conférence du Xe arrondissement produisit à elle seule le dixième de la collecte totale des 20 arrondissements de Paris. L’École normale en fut officiellement remerciée par le président de la Société de secours aux blessés : mais l’École devait faire plus pour l’armée qu’adoucir ses misères prévues : elle se devait à elle-même de les partager. Le temps ne s’en fit pas attendre.

12Le mardi 7 août, au matin, le bruit se répand dans l’École que l’armée de Mac-Mahon a été écrasée à Reichshoffen, que le 1e r régiment de turcos a été mis en pièces, que la France est envahie. Que valait la nouvelle ? On ne savait. Mais on avait été si violemment frappé, deux jours auparavant, par le démenti donné à l’annonce de la fantastique victoire des carrières de Jaumont, qu’on était tout disposé à admettre la vérité des plus accablants télégrammes. A ce dernier coup, il n’y avait plus à discuter, plus à hésiter. Il fallait agir.

III

13L’École, à cette date, n’était plus au complet. Les élèves de première et de deuxième année, libres de tout examen, étaient, pour la plupart, rentrés dans leurs familles. Ceux de troisième année délèguent quatre des leurs auprès du directeur, M. Bouillier. Il s’agissait d’obtenir du ministre de l’Instruction publique la remise à une date ultérieure des concours d’agrégation et l’autorisation pour les élèves, qui en feraient la demande, de contracter un engagement dans l’armée, pour la durée de la guerre. M. Bouillier n’éprouva, devant cette démarche, ni hésitation, ni surprise : « Messieurs, dit-il, j’attendais votre visite : j’étais assuré de votre résolution ; j’en suis fier pour l’École. Je vais de ce pas au Ministère. Venez m’y retrouver dans une heure. » Une heure après, les élèves Renard, chef de section de troisième année, Denis, Rouard et Bourgine étaient présentés au ministre par M. Bouillier. L’entrevue fut courte, mais combien poignante ! Le ministre, M. Mège, revenait des Tuileries, où le Conseil s’était réuni sous la présidence de l’impératrice Régente. Ce qu’il y avait appris, il se garda bien de le dire ; mais ses yeux et sa physionomie révélaient tout ce que ses paroles voulaient déguiser : « Tout peut encore se réparer..., rien n’est désespéré », ne cessait-il de répéter ; c’était la phrase finale de la dépêche reçue le matin ; ses auditeurs la traduisaient par la phrase fatidique de Sainte-Claire Deville : « Mes pauvres enfants, nous sommes... flambés ! » — Faut-il ajouter que la double autorisation demandée fut immédiatement accordée, et que le Moniteur du lendemain devait l’enregistrer ?

14On savait bien maintenant à l’École où était le devoir ; il restait à trouver les moyens de l’accomplir. Ce n’était pas le plus facile. L’élève Bourgine fut chargé par quelques-uns de ses camarades de se rendre au bureau de recrutement de la Seine pour s’enquérir des formalités indispensables à l’incorporation dans le 1e r régiment de tirailleurs. C’était le régiment qu’ils avaient choisi, en apprenant qu’il avait été décimé à la bataille de la veille ; ils espéraient d’ailleurs y aller rejoindre un ancien normalien, qui s’y était vaillamment comporté, Albert Duruy. — « Fort bien, répond l’officier de recrutement. Je « vais vous diriger sur Oran. — Sur Oran ! mais la guerre sera terminée « quand nous y arriverons ! Nous renonçons aux tirailleurs et demandons « l’incorporation au 3e zouaves. — Alors, je vous dirigerai sur le dépôt à « Alger. » Cela ne faisait pas le compte de gens désireux de courir à la frontière. On se rabattit donc sur le 7e bataillon de chasseurs à pied, dont le dépôt était à Vincennes. En 24 heures toutes les formalités étaient remplies et trois normaliens, Rouard, Denis et Bourgine (prom. 67), signaient leur engagement au 7e bataillon de chasseurs à pied où devait les rejoindre, huit jours après, le camarade Pellet (68).

15La veille de leur incorporation, un punch d’adieux réunissait dans les salons de M. Bertin, l’aimable et dévoué sous-directeur de l’École, tous les élèves encore présents à Paris. La bonne humeur et l’entrain des maîtres de la maison firent une fête véritable de cette dernière soirée passée en commun dans les murs de la rue d’Ulm. M. Duruy, M. Pasteur, M. Sainte-Claire Deville, M. Bouillier, les plus illustres de nos anciens, n’avaient eu garde de manquer d’assister à cette joyeuse veillée des armes. Que de victoires y furent souhaitées ! que de bâtons de maréchal y furent distribués ! Et surtout que de chaudes poignées de main y furent échangées, précieuses récompenses et anticipées d’un sacrifice simplement accompli !

16Dès le lendemain, l’Ecole se vide ; les uns vont en province embrasser leurs familles, avant de se diriger sur les bataillons ou les régiments régionaux où ils doivent s’engager ; les autres demeurent à Paris et se répartissent bientôt, soit dans les bataillons de mobiles et de la garde nationale de la Seine, soit dans les services auxiliaires. L’École se vide, mais elle n’est pas fermée. A l’heure, en effet, où rien ne semblait plus devoir retenir, dans la maison de la rue d’Ulm, les chefs de l’Administration supérieure, ni M. Bouillier, ni M. Bertin n’eurent un instant la pensée de la quitter. Les élèves sont partis, il est vrai ; mais tous ne sont point dans leur famille ; plusieurs sont restés à Paris, et si l’un d’eux vient à être blessé, où trouvera-t-il asile et protection ? Les ambulances sont là, mais combien tristes à qui vient de quitter le foyer normalien ! Ne vaut-il pas mieux que l’École reste ouverte, et que le pauvre éclopé, s’il s’en trouve, y rencontre non seulement le gîte et le couvert, mais encore et surtout les bons et francs visages connus ? C’est là ce que se dirent les deux directeurs, et, chez eux non plus, la délibération ne fut pas longue : ils restèrent à leur poste.

IV

17Dès leur arrivée au régiment, les Normaliens, à quelque corps qu’ils appartinssent, semblèrent n’avoir pas changé d’élément. Ce serait un vrai préjugé, en effet, que de croire que tant de Français entraient autrefois dans l’Université, avec la seule préoccupation des avantages qu’elle offrait, avec le désir surtout d’obtenir l’exemption du service militaire, l’exonération de l’impôt du sang. On y entrait tout simplement, alors, comme aujourd’hui, parce qu’on avait le goût de l’enseignement, la passion de la haute culture scientifique ou littéraire, et la meilleure réponse à faire à ceux qui accusaient alors les Universitaires de n’avoir recherché la robe que pour échapper à l’uniforme, n’est-elle pas dans ce fait que le nombre des candidats à l’École normale a doublé depuis que le titre de Normalien n’entraîne pas la dispense complète du service militaire ? Nos cadets aujourd’hui sont soldats, tout en étant Normaliens ; nous le fûmes en 1870, quoique Normaliens, et le passage d’un état à l’autre se fit sans embarras. Aussi ce fut merveille pour ceux qui n’avaient voulu voir en nous jusque-là que des « francs-fileurs » d’apprendre avec quelle facilité les rabâcheurs de rosa rosæ, ou les « mâcheurs » de formules algébriques, se plièrent aux exigences de leur nouveau métier. La transformation se fit, si prompte, que, trois jours après notre incorporation, les vieux soldats, les rappelés, comme on appelait alors les réservistes, nous demandaient tout sincèrement : « Eh ! dis donc, toi, l’ancien, dans quel régiment c’est-y que t’as fait ton temps ? » Et cela était tout simple, et les Normaliens n’y avaient pas grand mérite ; c’eût été même leur faire injure que de s’en étonner.

18Ils avaient en effet l’heureuse fortune de ne connaître du métier militaire que les beaux côtés, puisqu’ils n’y étaient entrés que pour faire campagne. La vie du soldat, où tout est organisé en vue de la bataille, n’a de pénible que ce qui n’est pas ou ce qui ne semble pas être exercice immédiatement préparatoire au combat. L’idée de la mort même ne frappe guère l’imagination que dans les quelques heures qui précèdent une action, quand on est averti d’un engagement prochain. A peine les premiers coups de canon sont-ils tirés, que le souci de l’existence fait place à un souci tout aussi naturel, celui de rendre coup pour coup. Le raisonnement se fait vite, et même inconsciemment, que :

La balle dans le dos tue aussi bien qu’au ventre,
(Déroulède, Chants du Soldat).

19et l’on va de l’avant, sans éprouver autre chose qu’un léger agacement, produit par le sifflement des balles, moustiques invisibles et innombrables, qui ne s’accrochent pas toujours, heureusement, aux poitrines qu’ils ont visées. Les Normaliens donc ne devaient pas, non plus que les autres Français, « bouder au feu » ; ils le devaient même d’autant moins qu’ils puisaient dans la supériorité de leur instruction bien des éléments de courage patriotique, inaccessibles à de plus ignorants. Mais ce n’est pas seulement au feu qu’ils durent s’appliquer à donner le bon exemple : les heures de combat sont les plus rares et les plus courtes, pour ceux du moins qui sont engagés dans l’action. Combien plus fréquentes, combien plus longues sont les heures d’exercice, les heures de corvée, les heures de repos ! C’est alors surtout qu’il fallait, à force de bonne humeur et de résistance à la fatigue, triompher de sa personnelle inertie et enseigner aux autres à triompher de la leur. Car, par une rare bonne fortune, nous devînmes professeurs en devenant soldats. A la tranchée, pendant les rudes heures de la nuit, où les mains gelées avaient peine à soutenir le fusil, à la corvée, où les épaules mal exercées succombaient parfois sous le faix, les Normaliens donnaient partout l’exemple, et, plus d’une fois, un bon mot tombé de leurs lèvres, une parole d’encouragement, un joyeux couplet lancé à plein gosier, ranima les plus abattus et fit oublier la fatigue.

20Aussi, les officiers étaient fiers de leurs volontaires, les « savants », comme ils disaient. Pendant la retraite du corps Vinoy, la compagnie de marche du 7e bataillon de chasseurs arrive, un soir, avec la division d’Exéa dont elle faisait partie, à Dammartin, près de Paris. La pluie tombait à torrents et chacun, après avoir planté les tentes, de chercher de la paille pour s’y étendre. Les Normaliens pliaient sous le fardeau : mais c’était à qui porterait sur soi la plus épaisse paillasse. Le général passe : « Eh ! là-bas, capitaine Lombard, « crie-t-il au vieux commandant de la compagnie, vos hommes vont tomber « sous leur lit, avant de se coucher dessus ! — N’ayez pas peur, mon général, « je connais mes Normaliens ; ils iront jusqu’au bout, et c’est d’un bon effet « sur les autres. » Et tout fier de ses nouvelles recrues, il frappe sur l’épaule de l’un d’eux, au risque de tout abattre. « Voyez-vous, mon général, quand « ils feront plus tard de beaux discours, sur l’endurance, devant leurs élèves, « ils auront un fier succès ; ils auront prêché d’exemple ! » Et le brave homme riait de tout son cœur, et, tapant sur le ventre d’un de ses collègues : « Hein ! « tu n’en as pas, toi, des Normaliens ! Tant pis ! car c’est de rudes lapins ! »

21Ces mots-là rendaient légendaires dans la compagnie les quatre volontaires. Aussi rien ne semblait plus naturel que de les voir toujours les premiers à tous les appels, à toutes les corvées. Ce n’est pas qu’ils ne fussent parfois surpris et étonnés des services qu’on attendait d’eux. Un soir, on demande dans le camp quatre hommes de bonne volonté pour une mission spéciale ; le temps est dur, il gèle à pierre fendre ; les enthousiasmes se ressentent de la température. Les quatre Normaliens se présentent : c’était dans l’ordre. On leur met en main deux pioches et deux pelles et « en route », avec le caporal. « Bien sûr, se « disaient-ils, il faut aller creuser une tranchée ou préparer un parapet pour « un canon de la batterie ! » C’était en effet pour une tranchée. Mais quelle tranchée ! Il s’agissait tout simplement de creuser une fosse d’aisances pour le quartier général ! La besogne se fit avec entrain ; mais que de fois, en travaillant, s’écria-t-on : « Eh bien ! vrai ! j’aimerais mieux que ce fût pour une de nos mitrailleuses ! »

V

22Ce que nous avons dit des Normaliens engagés dans la compagnie de marche du 7e bataillon de chasseurs s’applique, et de tous points, à leurs camarades engagés dans les différents corps d’armée de Paris ou de la province. Artilleurs ou mobiles, simples soldats ou gradés (quelques-uns même devinrent officiers), tous n’eurent en vue, en servant de leur mieux la France, que de faire honneur à l’Ecole. Ce fut à qui, soit au feu, soit à la tranchée, dans les marches ou dans les avant-postes, montrerait le plus d’ardeur pour aller à l’ennemi, le plus de courage pour résister à la fatigue et vaincre les éléments. Le froid fut terrible dans cet épouvantable et long hiver de 70-71 ; plus d’un, pendant des semaines entières, n’eut pour abri que des maisons sans volets, ou des « gourbis » sans feuillage, pour lit que la terre durcie par la gelée ou le plancher d’appartements sans mobilier ; plus d’un y gagna des rhumatismes dont il souffre encore aujourd’hui, et dut plus tard endosser cette fameuse « flanelle antirhumatismale » dont Louis Veuillot, dans un méchant sonnet, l’avait préventivement habillé ; mais pas un ne songea à se plaindre : il aurait eu d’ailleurs mauvaise grâce à le faire, quand il avait pour compagnons de tente et camarades de souffrance le fils du paysan et le fils du millionnaire, unis dans un même amour de la France malheureuse.

23La guerre se poursuivait cependant, au milieu de quelles incertitudes et de quelle anxiété ! Ceux des Normaliens pourtant qui avaient été bloqués dans Paris, s’ils eurent plus que les autres à souffrir de la famine, eurent quelques compensations à leurs misères. M. Bouillier avait obtenu du ministre, M. Jules Simon, qu’on leur allouât une rétribution mensuelle de cent francs. C’était peu de chose à une époque où un œuf coûtait 3 francs et un chou 20 francs ; mais cela permettait d’ajouter quelque chose à l’extravagant ordinaire de la gamelle ; cela permettait surtout de soulager autour de soi maintes misères. Ah ! si le ministre avait eu l’heureuse inspiration de soumettre ces 100 francs-là au régime de la retenue ! c’eût été quelques mois de gagnés sur le temps de service exigé pour obtenir la pension de retraite ; mais on ne pouvait pas songer à tout, dans une pareille tourmente, et d’ailleurs nous-mêmes n’y avions pas songé ; nous étions alors si loin, ou croyions l’être, de l’époque où l’on peut penser à la retraite ; ces 100 francs de rente mensuelle furent donc les bien accueillis, et M. Bouillier, qui avait provoqué cette largesse, eut, de loin, l’hommage d’un toast enthousiaste qu’accompagnait de ses décharges le canon de nos batteries.

24A ce premier avantage, les soldats parisiens de « la Normale » en ajoutaient un autre non moins précieux. Ils pouvaient de temps en temps se rejoindre, se retrouver. Ce n’était peut-être pas toujours avec une permission bien régulièrement obtenue ; mais le plaisir n’en était que plus vif et mieux goûté. Il nous souvient d’un banquet, depuis longtemps prémédité, que les « moblots » de l’École, en bivouac à Charenton, offraient à leurs camarades les « vitriers », de service à Maisons-Alfort. Les invités, gens de précaution, au risque de froisser la susceptibilité de leurs hôtes, s’étaient munis de quelques provisions : un chat étique, un rat efflanqué, tout étonnés de se rencontrer sans se poursuivre, firent les frais du festin ; quelques litres d’un vin de distribution, préalablement chauffé, pour en faire fondre la glace, arrosèrent le repas ; enfin la complainte de l’École où, la voix engourdie par le froid, on chantait que « l’École normale est un’ serre », nous tint lieu de dessert. Puis, on se quitta joyeusement, sans souci du lendemain, et chacun regagna son poste, en pleine nuit, franchissant d’un pas alerte la Marne alors gelée, la Bérésina des Parisiens !

25Parfois aussi on éprouvait le besoin de rentrer dans Paris ; quand il n’y avait pas lieu de prévoir une affaire avant quelques heures, nos officiers nous en donnaient la permission. Mais il fallait compter avec les gardes nationaux de service à chaque porte. Ceux-là se montraient impitoyables pour qui voulait pénétrer dans Paris. Ils semblaient flairer un espion sous chacune de nos capotes. Il fallait bien pourtant obtenir ou forcer le passage : mais n’avions-nous pas, en maintes circonstances, forcé par adresse la petite porte de la rue d’Ulm ? Aussi n’était-ce qu’un jeu.

26Un beau matin, un de nous en emmène trois autres avec lui ; il leur fait mettre aux mains d’énormes gants de tricot, leur couvre la tête d’un bonnet dit « passe-montagne » et arrive avec eux à la porte de Charenton. « On ne passe pas ! — Mais je conduis trois hommes à l’ambulance ! — Qu’ont-ils ? — La gale ! » Le brave factionnaire se recule effaré, dit un mot aux hommes du poste qui contemplent de loin les trois pestiférés et se détournent pour éviter la contagion. — Une autre fois, ce sont les huit moblots normaliens qui brûlent de forcer le même passage. Mais le moyen ? « Oh ! c’est bien simple, » dit l’un d’eux qu’on retrouverait peut-être aujourd’hui professeur à la Sorbonne. Il prend une civière, y installe un camarade : « Toi, tu es le blessé. Maintenant, quatre hommes pour le porter ! — C’est fait. — Bien, quatre autres en rang par derrière, et, en avant, marche ! » Et l’on défile sérieusement et silencieusement. Arrivés à la porte : « Halte-là ! qui vive ? — Blessé ! — Passez. — Oui, mais les quatre hommes-là, derrière ? — Ce sont les porteurs de remplacement. — Alors, passez tous ! »

27Tous passent, mais une fois entrés, les voilà qui détalent, le blessé, plus vite encore que les autres, et qui se dirigent au pas de course vers la rue d’Ulm. Ils n’avaient pas menti d’ailleurs : ils allaient bien à l’ambulance.

VI

28Qu’était en effet devenue l’École de la rue d’Ulm depuis le blocus ? Ce fut d’abord, comme le dit M. Bertin dans son rapport (Séance de rentrée, du 27 décembre 1871), ce fut « plus qu’un désert, une solitude ». Les projets ne manquèrent pas pour la peupler. Sera-t-elle ouvroir, refuge, caserne ou hôpital ? Les deux directeurs, qui n’avaient pas oublié que l’École devait rester ouverte à ses élèves dispersés dans tous les secteurs de la Défense, demandèrent et obtinrent qu’elle devînt ambulance. Il y avait bien l’ambulance de la Presse : pourquoi ne fonderait-on pas l’ambulance de l’Université ? Ouverte le 11 septembre, elle put offrir 75 lits, et, heureusement pour l’Université, ce ne furent point 75 Normaliens qui les occupèrent. 543 malades ou blessés y furent soignés, et pourtant il n’y eut que 22 morts : résultat merveilleux, qui fit honneur au Normalien Dastre, devenu second chirurgien militaire, et aux Normaliens Hostein et Rousset, transformés en infirmiers de premier ordre ! La croix de Genève flottait au-dessus des bâtiments : aussi l’École eut-elle les honneurs du bombardement. Mais les Allemands eurent la honte de leur acte sauvage, sans en avoir les bénéfices. Aucun malade ne fut blessé et le seul effet produit fut que l’on abrita mieux les lits, dans des locaux moins exposés, et que l’administration dut se réfugier dans les caves de l’École.

29Ah ! ces caves de l’École, nous ne les connaissions pas encore ; il est vrai que nous en connaissions si bien les toits ! Nous pûmes enfin les visiter et voir avec quelle adresse, et aussi quel peu de souci du bien-être, nos deux directeurs et M. Gaildraud, l’économe, les avaient aménagées : des lits de fer sur le sol, des tentures le long des murs et le long des portes : des lampes, plus ou moins bien suspendues aux voûtes, éclairaient de leur triste lumière un livre de philosophie ou un traité de physique, parfois même un jeu de whist ; car l’excellent M. Bertin qui, pendant tout le siège, passa tout son temps aux remparts ou à l’École, ne renonça pas plus à sa gaîté qu’à sa science, à ses distractions qu’à sa cordialité. M. Duruy était un des « fidèles » hôtes de la cave hospitalière, où l’on dut parler aussi souvent du siège de Jérusalem par Vespasien que du siège de Paris par Guillaume : on coupait la conversation par un whist et les coups de canon marquaient les points.

30Nos visites à l’École, si rares qu’elles fussent, étaient le signal d’une détente, d’une accalmie ; tout un monde souterrain s’agitait pour faire fête aux arrivants. Chaque visite, en effet, était comme l’apparition d’un revenant ; le local où elle se produisait contribuait à l’effet, et, si le fantôme, qu’on croyait ne plus revoir, apportait sur les manches de sa tunique les marques d’une distinction nouvelle, on n’allait pas loin pour chercher de quoi « trinquer » à la solidité des nouveaux galons. Au départ, on l’accompagnait jusqu’au haut de l’escalier de la cave, comme autrefois les grands seigneurs accompagnaient leurs hôtes de marque jusqu’au bas de l’escalier d’honneur, puis on se disait bien tristement « au revoir ». Le vœu était sincère ; mais, en l’exprimant, chacun doutait qu’il se réalisât.

31Mais tout a une fin, même les cauchemars : aussi bien celui du siège de Paris durait-il depuis cinq mois. L’armistice fut signé, à la fin de janvier 1871, au milieu de quelles révoltes intimes, tout le monde le sait, avant-courrières de révoltes réelles que personne n’oubliera. C’est alors seulement que tous les élèves de l’École normale purent se revoir et se -raconter les uns aux autres ce que chacun avait fait pendant cette trop longue séparation : il y eut alors aussi comme une révélation : La Famille en effet, dont les membres s’étaient dispersés à la suite des premiers événements de la guerre, s’était accrue, sans que les frères aînés eussent eu le temps de s’en apercevoir. A la suite des examens de juillet 1870, une génération nouvelle était éclose, que personne ne connaissait, mais qui tout de suite avait fait acte de virilité. Dispensés déjà du service militaire par leur âge, les nouveaux élèves n’avaient pas cherché dans le titre récemment conquis un second élément de dispense : entraînés par leurs sentiments patriotiques, entraînés aussi peut-être par l’exemple de leurs aînés, ils se firent pour la plupart soldats ; et ce ne fut pas un des moindres bonheurs de leurs anciens, à la fin de la campagne, que d’apprendre, avec les noms de leurs « petits conscrits », les actions d’éclat par lesquelles ils s’étaient déjà distingués : bon sang n’avait pas menti !

VII

32Bientôt sonna l’heure où le Ministre de l’Instruction publique d’alors, M. Jules Simon, devait passer la revue d’honneur de la petite armée normalienne. Le 27 décembre 1871, il vint à l’École pour entendre le rapport sur les études de l’année scolaire 1870-71 et inaugurer les travaux de l’année nouvelle. Le rapport de M. Berlin, sous-directeur, complété par celui de M. Gusse, fit connaître au Ministre la conduite des élèves pendant la guerre : les deux rapports furent insérés au Bulletin administratif de l’instruction publique de janvier 1872 : c’était la mise à l’ordre de l’Université de ceux de ses membres qui l’avaient honorée par leur courage pendant cette triste période.

33Plusieurs noms s’y détachent que nous ne pouvons omettre, même dans cette courte notice.

34C’est d’abord celui de Lemoine, élève de la section des lettres, promotion de 1869. Engagé dans la garde nationale de Paris, il se lassa bientôt d’une existence qui ne lui semblait être que la parodie de la véritable vie militaire, et passa, sans que personne eût été mis par lui dans le secret, au 123e régiment de ligne. Il n’y devait pas rester longtemps ; à l’attaque de Petit-Bry, le jour de la bataille de Villiers, il s’élance avec les plus ardents ; on le perd de vue au milieu du feu ; on ne le retrouve le lendemain ni parmi les morts, ni parmi les blessés, soignés dans nos ambulances : il fallut attendre la fin de la campagne, pour apprendre des Allemands que, blessé à la cuisse, il avait subi, dans leurs ambulances, une épouvantable amputation, et qu’il y avait succombé : il fut le martyr de l’École normale et la mort se contenta, pour le moment, de cette victime de la guerre de France : elle en avait marqué quelques autres, comme Rivalz et Jeannin, à qui la guerre impitoyable, en ruinant leur santé, n’accorda qu’un bien faible sursis.

35C’est Lande (promotion de 1867), le joyeux compagnon qui, dès le 12 août 1870, fait partie du bataillon des fusiliers marins envoyé à Paris, où il tint garnison au fort d’Ivry ; du 19 novembre jusqu’à la fin du siège, il fait le service de la tranchée, se distingue partout où son bataillon est engagé, à la Gare aux bœufs, au Moulin-de-pierre ; bavard et gai, comme un véritable enfant des bords de la Garonne, alerte et vif comme un vrai gamin de Paris, il fait l’admiration des rudes matelots bretons dont il partage les travaux et les fatigues ; aussi pas un ne s’étonne que, dès le mois d’octobre, la médaille militaire soit venue récompenser tant de sang-froid dans le danger, tant de belle humeur au milieu des privations, tant de confiance et tant d’entrain dans les moments désespérés. Il nous a lui-même conté sa vie de campagne et les exploits des fusiliers marins pendant le siège (voir la Revue des Deux Mondes, du 15 juillet 1871). La mort, qui n’avait pas voulu de lui quand il s’était offert si souvent et si franchement à elle, le guettait, quelques années plus tard, dans un voyage qu’il faisait en Espagne, et nous apprîmes sa fin mystérieuse, au moment où nous attendions de lui quelques-uns de ces récits pleins de soleil et pleins de verve où il excellait.

36C’est Szymanski (promotion de 1867) qui, le 15 août 1870, est maréchal des logis chef dans une batterie d’artillerie de la garde mobile du Rhône et, le 10 septembre, rend ses galons pour devenir simple canonnier dans le 9e régiment d’artillerie. Les hasards de la campagne le portent à l’armée de la Loire, à l’armée de Bourbaki ; mais, que ce soit à la bataille de Coulmiers ou dans les combats livrés autour de Montbéliard, il est toujours, avec sa batterie, le premier à l’attaque, le dernier dans la retraite. Peu s’en fallut que, grâce à lui, et à ses camarades parisiens du 7e bataillon de chasseurs à pied, devenu le 21°, l’École normale ne soit devenue, comme sa sœur l’École polytechnique, une nouvelle pépinière d’officiers d’artillerie. Le commandant Chastang en effet le proposait pour le grade de sous-lieutenant d’artillerie, comme le commandant Charpentier de Cossigny proposait ses camarades Denis, Rouard et Bourgine pour le grade de sous-lieutenant dans les batteries de mitrailleuses. Les deux Écoles, filles de la Convention, qui sauvait la France en 1793, se montraient ainsi capables de confondre leurs efforts, pour essayer de sauver la France en 1870. Le maréchal des logis Szymanski reçut la médaille militaire.

37C’est Charve (promotion de 1869) qui, dès le 16 août, s’engage dans le bataillon des mobiles de Saône-et-Loire, risque sa vie pour aller seul, à travers 70 kilomètres de montagne et sous un déguisement, rechercher le drapeau de son bataillon, oublié, dans la retraite, à Remiremont ; qui, devenu sous-lieutenant dans le 58e régiment provisoire, prend part à la défense de Belfort, contribue à l’héroïque résistance de notre cité d’avant-garde et procure à l’École normale l’honneur, bien trop rare alors, de défiler, dans sa personne, l’arme à la main, devant les ennemis victorieux. (Charve fut décoré en 1871.)

  • 1 Le 12 décembre 1894 Burdeau, devenu Président de la Chambre des Députés, mourait, on peut le dire, (...)

38C’est Burdeau (promotion de 1870-71), un de ces jeunes dont nous parlions tout à l’heure, qui fit à ses grands anciens de la promotion 1867 l’honneur de les imiter, en devenant, comme eux, sergent au 21e bataillon de chasseurs à pied, et en faisant aimer l’École normale chez les « vitriers » de province, comme elle était aimée chez les « vitriers » de Paris. A Villersexel le 12 janvier, à Arcey le 13, à Héricourt le 16, le 17, le 18 il se bat sans trêve ni repos, sans défaillance : les circonstances mêmes l’aident à se grandir et à montrer, déjà, qu’il n’est jamais au-dessous d’elles : abandonné au village de Sainte-Marie, avec 120 hommes, il se fait chef de corps, résiste pendant quatre heures à un bataillon de landwehr soutenu par deux pièces d’artillerie. Blessé en deux endroits, privé de la moitié de ses hommes, il est bien forcé de se rendre ; mais il parvient à s’évader dès le 18 mars : repris près de Lindau, il s’évade une seconde fois, le 10 juin ; repris le 18 juin, sur la frontière d’Autriche, il s’échappe encore et rentre enfin en France quelques jours après : ce fut bien un Français de France, ce sergent de chasseurs qui ne pouvait supporter de respirer longtemps loin de la patrie, se hâtait d’y revenir après la guerre comme s’il prévoyait que, dans la paix, elle aurait bientôt besoin de lui. Ses prévisions ne l’avaient point trompé d’ailleurs : la France le retrouva, au sortir de l’École, tel que l’École l’avait trouvé, au sortir de l’armée : un de ces esprits vifs et primesautiers, prompts à s’assimiler les connaissances qui semblent les plus étrangères à leurs premières études : une de ces natures droites et fermes qui ne sont jamais inférieures au poste où la confiance du pays les appelle ; ainsi le sergent du village de Sainte-Marie, qui résistait aux assauts de troupes si supérieures en nombre, annonçait déjà le futur ministre de la marine capable de tous les efforts pour faire respecter, où qu’il soit porté, le nom de la France. (Burdeau fut décoré en 1871.) On sait ce que Burdeau est devenu depuis1.

VIII

39L’énumération serait longue de tous ceux auxquels il faudrait consacrer une notice particulière, si nous voulions offrir un tableau complet de ce que, dans leur amour de la France et de l’École, chacun des Normaliens de 1870 entreprit de faire contre l’ennemi commun. Nous arrêterons là notre notice et la compléterons en donnant la nomenclature de ceux des élèves (promotions de 67-70) qui prirent part, à quelque titre que ce soit, à la défense du pays. Plus d’un a déjà disparu, enlevé par une mort qu’il aurait désirée plus glorieuse, même prématurée : les autres servent la France aujourd’hui ; la plupart, dans les rangs de l’Université, où ils occupent tous une place honorable, si différents qu’en puissent être les degrés. Mais il n’en est aucun qui ne se rappelle avec orgueil la part, si petite soit-elle, qu’il prit à ce grand mouvement de la défense nationale en 1870. Aussi pouvons-nous dire en nous résumant :

40Nous croyons avoir montré que l’École, en 1870, fit preuve de toutes ses qualités ordinaires, de désintéressement, d’amour du travail, de dévouement et de bonne humeur ; il eût fallu demander à chacun de ses membres le récit de ce qu’il avait fait et éprouvé, dans cette période, pour que le tableau fût complet ; mais, si restreint et si pâle qu’il soit, il est fidèle. Une page manque, qui le compléterait : sera-t-elle jamais écrite ? nous l’espérons. Au sortir, en effet, de toutes les émotions et de tous les dangers auxquels tous furent alors exposés, il n’est pas un de ceux qui eurent l’honneur d’appartenir à l’École en 1870, qui n’eût au fond du cœur le désir de reprendre bientôt le fusil et de repasser par les mêmes épreuves, avec l’espoir d’un meilleur succès. Vingt-trois ans se sont écoulés et ont jeté sur ces ardeurs belliqueuses tout le poids du temps ; mais ils n’ont pas éteint l’espoir. Nous avons cédé à d’autres le flambeau du coureur antique ; mieux préparés que nous, les jeunes Normaliens le porteront plus légèrement, mais non plus courageusement. Puissent les générations actuelles de l’École, si la France les appelle un jour à l’honneur de la défendre et de nous venger, se rappeler ce que firent leurs « archi-cubes », les imiter et les dépasser. Ceux de leurs anciens, qui le pourront encore, les accompagneront et les aideront ; ceux à qui l’âge refusera ce grand bonheur les suivront de leurs vœux. D’ici là, que tous travaillent, au poste qu’ils occupent, au relèvement de la France, dont aucun n’a désespéré, même en 1870. C’est un grand honneur pour les anciens, quand ils ont à parler, devant leurs élèves, des luttes de « l’année terrible », de pouvoir leur dire : « J’étais là ! » Ce sera un grand honneur pour nos cadets, quand on parlera devant eux des luîtes qu’on peut prévoir, de dire aussi : « J’y serai ! »

41Décembre 1893.

Annexes

APPENDICE

PROMOTION 1867

Lettres.

Aulard. 7e bataillon des mobiles de la Seine.

Bourgine, sergent-fourrier au 21e bataillon de chasseurs à pied (corps Vinoy), (siège de Paris).

Coutant, maréchal des logis d’artillerie (Garde mobile de la Seine).

Dejob, employé au Bureau des renseignements (ambulance de l’Association Internationale).

Delaitre, attaché aux ambulances de l’Association Internationale (palais de l’Industrie). Le 21 décembre, ambulance de l’Hay.

Denis, sergent au 21e bataillon de chasseurs à pied (corps Vinoy), (siège de Paris).

Egger, attaché aux ambulances de l’Association Internationale (palais de l’Industrie). Le 21 décembre, village de Rosny.

Jeannin, 7e bataillon des Mobiles de la Seine.

Lande, sergent vaguemestre au bataillon des Fusiliers marins (Fort d’Ivry).

Lebrun, sergent au 3e bataillon des Mobiles du Calvados (armée de la Loire).

Mérimée, attaché aux ambulances. Le 21 décembre à Nogent-sur-Marne (médaille militaire).

Renard, au 6e bataillon des Mobiles de la Seine.

Rivalz, 7e bataillon des Mobiles de la Seine.

Rouard, sergent au 21e bataillon de chasseurs à pied (corps Vinoy) (siège de Paris).

Vast, 7e bataillon des Mobiles de la Seine.

Sciences.

Barthélémy, défense de Metz, puis volontaire au 8° bataillon de chasseurs à pied (armée de la Loire). Lieutenant du génie auxiliaire à la Rochelle.

Hervieux, garde nationale à Metz.

Joly, garde nationale à Paris.

Lefebvre, garde nationale à Boulogne-sur-Mer.

Rousset, ambulance de l’École Normale.

Szymanski, maréchal des logis, 9e d’artillerie (armée de Bourbaki).

PROMOTION 1868.

Lettres.

Bayet, sous-lieutenant au 6e bataillon de la Légion étrangère.

Bizos, sous-officier (armée de la Loire). Officier d’ordonnance du colonel de Saisy de janvier à mars 1871.

Brochard, ambulance de l’Association Internationale. Le 21 décembre au mont Avron.

Collignon, 7e bataillon des Mobiles de la Seine.

Clerc, sergent-major dans les gardes mobilisés de l’Aude.

Colsenet, ambulancier au lycée pendant le siège de Strasbourg.

Lecène, garde nationale de la Seine, sergent-fourrier (Compagnies de marche).

Pierre, sous-lieutenant, troisième légion des mobilisés de la Haute-Marne (armée de Bourbaki).

Richepin, francs-tireurs dans le Nord et l’Est.

Souquet, 7e bataillon des Mobiles de la Seine.

Zeller, artillerie de la garde nationale d’Amiens.

Sciences.

Angot, garde nationale à Abbeville.

Astor, lieutenant dans l’artillerie mobilisée des Pyrénées-Orientales.

Bonant, 3e bataillon des gardes mobiles de Saône-et-Loire (siège de Paris).

Dufet, maréchal des logis dans l’artillerie de la garde mobile de la Loire-Inférieure (siège de Paris).

Fochier, garde nationale à Bourgoin.

Hostein, attaché à l’ambulance de l’École normale.

Macé de Lépinay, garde nationale à Grenoble.

Pellet, caporal au 21e bataillon de chasseurs à pied (corps Vinoy) (siège de Paris).

Tartinville, garde nationale à Briare.

PROMOTION 1869.

Lettres.

Casanova, 7e bataillon des Mobiles de la Seine.

Chantavoine, garde nationale à Mussy-sur-Seine.

Darsy, garde nationale à Cognac.

Dupuy, garde nationale à Pau.

Génin, garde nationale (siège de Verdun).

Jacob, garde nationale de Paris.

Joyau, garde nationale du Havre.

Lemoine, 123e de ligne (siège de Paris), blessé à la bataille de Villiers, mort à l’ambulance allemande.

Rabanis, 7e bataillon des Mobiles de la Seine.

Tardieu, secrétaire du commandant (Mobilisés de l’Hérault).

Sciences.

Bédorez, garde nationale de Cambrai.

Brésard, garde nationale à la Sommette.

Capin, capitaine dans l’artillerie mobilisée de l’Hérault (camp de Montpellier).

Charve, sous-lieutenant au 2e bataillon du 58e provisoire (garde mobile des Vosges) (défense de Belfort).

Damiens, secrétaire du Comité de Défense de Valenciennes.

Floquet, sous-lieutenant du génie auxiliaire (armée de la Loire). Roux, garde nationale à Cayeux-sur-Somme.

Verdier, éclaireurs de Seine-et-Oise, puis franc-tireur, puis sous-lieutenant et enfin capitaine d’artillerie (artillerie mobilisée de Seine-et-Marne).

PROMOTION 1870.

Lettres.

Burdeau, sergent-fourrier au 21e bataillon de chasseurs à pied (province) (armée de Bourbaki).

Dupont, adjudant-payeur au 34e bataillon de la Garde nationale de Paris (compagnies de marche).

Gasquet, garde nationale de Clermont-Ferrand.

Gazeau, garde nationale à Paris.

Peine, garde nationale dans la 3e compagnie de marche du 118e bataillon à Paris.

Pellisson, garde nationale à Vars.

Rina, sergent-major (Mobilisés d’Indre-et-Loire).

Sciences.

Grec, garde mobile des Alpes-Maritimes, puis incorporé dans la brigade Menotti Garibaldi (armée de l’Est ; combats de Dijon, de Larthenay, d’Antons).

Kalb, garde nationale de Paris.

Mathieu, garde nationale mobilisée de l’Yonne, puis sous-lieutenant du génie à Nevers.

Pellat, ambulances du Palais-Royal (9 décembre 1870-fin janvier 1871).

Sentis, sergent-major des mobilisés des Hautes-Alpes, puis lieutenant d’artillerie.

Nota. — Nous avons dû borner la notice ci-dessus dans les limites étroites que nous en fixait le titre. Nous ne pouvons, faute de renseignements précis, introduire ici les noms des Normaliens antérieurs à la promotion 1867. Et pourtant, que de chers noms omis — comme ceux de Letrait (1861), de Debidour (1866) (du 7e bataillon des Mobiles de la Seine), de Martine (de la 6e batterie de l’artillerie mobilisée de la Seine)... et que d’autres !

Notes

1 Le 12 décembre 1894 Burdeau, devenu Président de la Chambre des Députés, mourait, on peut le dire, à son poste. Ce fut pour la France, ce fut pour l’École, une perte que l’avenir seul permettra de mesurer.

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540