Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

Les annales scientifiques de l’École

Désiré Gernez

Texte intégral

1Lorsque M. Pasteur fut nommé Administrateur de l’École et Directeur des études scientifiques, un de ses projets les plus chers fut de fonder une publication destinée à démontrer et à entretenir la vitalité de l’École. Il mûrit celle idée en cherchent les moyens pratiques de la réaliser et d’en assurer le succès. Sûr de la collaboration des maîtres éminents que possédait l’École, sa grande préoccupation était de développer chez les jeunes générations sa passion dominante : le dévouement à la Science. Il y réussit merveilleusement comme à toutes les questions qu’il aborda, en y pensant toujours. Lorsque les élèves arrivaient au terme de leurs études, M. Pasteur leur faisait entrevoir, comme très rapproché, un but que les plus hardis n’envisageaient que dans un lointain assez vague, celui de s’engager à la suite de leurs maîtres dans les voies qu’ils avaient si brillamment frayées et de contribuer, comme eux, aux progrès scientifiques. Ces perspectives, présentées sérieusement par un maître qui arrivait à l’École avec le double prestige de la jeunesse et d’une carrière signalée déjà par d’éclatantes découvertes, firent sur les élèves une impression profonde. Elles réveillèrent subitement des vocations qui sommeillaient, inspirèrent à quelques-uns assez de confiance en leurs forces pour les décider à en faire l’essai, et communiquèrent à tous quelques rayons de la flamme qui l’animait lui-même. Après plusieurs années de tâtonnements et de démarches pour assurer des ressources à cette publication, M. Pasteur fit connaître ses vues dans un avertissement qui parut à la date du 14 avril 1864, et dont voici le texte :

2« Il suffit de jeter un coup d’œil sur l’Histoire de l’École normale supérieure pour se convaincre que les études scientifiques y ont accompli des progrès considérables dans l’intervalle des vingt dernières années.

3« En même temps que la libéralité de l’État mettait au service de l’École de riches Collections et de vastes Laboratoires, les Membres éminents du Corps enseignant, qui suivaient ses travaux d’un œil paternel et jaloux de sa prospérité, s’efforçaient de placer son enseignement entre les mains de savants d’un grand mérite, capables de faire rejaillir sur elle l’éclat de leurs découvertes personnelles.

4« Cet éclat, pour un établissement de l’ordre supérieur, est d’une importance vitale. La jeunesse s’anime et s’inspire par l’illustration des maîtres qui la dirigent. Pour lui communiquer le feu sacré, il faut en être plein soi-même.

5« Aussi a-t-on vu l’École Normale attirer peu à peu à elle, dans l’ordre des sciences, comme elle en avait toujours eu le privilège dans l’ordre des lettres, une jeunesse d’élite, qui, après avoir été nourrie des fortes études de l’École, a porté dans toute la France, dans les Lycées, dans les Facultés et jusque dans les premiers établissements de Paris, des professeurs joignant à la pratique consommée de l’enseignement l’autorité du savant.

6« Cette marche progressive des travaux scientifiques auxquels l’École Normale donne l’impulsion grandira de plus en plus.

7« J’ai pensé qu’il serait utile et glorieux pour cet établissement de créer une publication périodique dans laquelle seraient réunies les meilleures productions de ses anciens élèves et de ses maîtres.

8« Un heureux concours de circonstances a permis la réalisation de ce projet, qui, après avoir reçu les encouragements empressés du Chef de l’École et l’adhésion unanime des maîtres de conférences de l’ordre des sciences, a rencontré le plus bienveillant accueil auprès de Son Excellence le Ministre de l’Instruction publique.

9« Puissent ces Annales devenir un honneur et une force pour un établissement dont la prospérité est inséparable de celle de l’Instruction publique dans notre pays ! »

10Le premier cahier des Annales débutait par cet avertissement : en le présentant à l’Académie des sciences, dans la séance du 20 juin 1864, M. Pasteur, après avoir signalé les deux Mémoires qu’il contenait, s’exprimait ainsi :

11« Ce recueil est édité par M. Gauthier-Villars, successeur de M. Mallet- Bachelier. L’impression en sera donc très soignée. Bien que la rédaction soit entièrement gratuite, c’est un mérite pour l’éditeur d’avoir accepté cette publication à ses risques et périls, sans subvention du Ministère de l’Instruction publique ni de l’École Normale ; je crois devoir lui en faire ici mes remerciements.

12« Sous le rapport de la rédaction et du choix des Mémoires à insérer, MM. les maîtres de conférences et moi, nous ferons tous nos efforts pour que ce nouveau recueil obtienne les sympathies de l’Académie. »

13Les maîtres de conférences enrichirent le recueil de Mémoires d’une haute valeur ; les anciens élèves s’empressèrent d’envoyer d’importants travaux, et les plus jeunes ressentirent vivement l’honneur de voir figurer leurs œuvres à côté de celles des maîtres.

  • 1 Journal des Savants, mars 1869, p. 129.

14Quelques années après, l’un des esprits les plus pénétrants de notre temps, que l’École se glorifie d’avoir compté parmi ses maîtres éminents les plus sympathiques, pouvait saluer la publication nouvelle avec l’éloquence précise et la bienveillance éclairée et généreuse qu’il a toujours et si libéralement mises au service des nobles causes. Dans une notice publiée au Journal des Savants, M. Bertrand rappelle l’impression profonde qu’avait produite sur les savants qui assistaient à l’inauguration de la statue de L. Thénard à la Louptière, en 1860, un discours de quelques lignes dans lesquelles M. Pasteur « avait uni pour louer Thénard1, aux accents émus d’un disciple reconnaissant, le jugement élevé et généreux d’un jeune maître aussi digne par le cœur que par l’esprit de lui succéder un jour ».

15« Que les circonstances, avait dit M. Pasteur, mettent à la tête d’une science quelconque des hommes qui, à l’exemple de Thénard, joignent à une grande autorité la bienveillance dans le caractère et la passion de l’encouragement à la jeunesse, et, dans l’espace d’un quart de siècle tout au plus, vous verrez cette science, fût-elle dans le déclin, prospérer à l’égal d’aucune autre. » Et M. Bertrand ajoute :

16« Les circonstances, je veux dire ses profondes études, ses vues originales et ses utiles découvertes, ont donné à M. Pasteur autant d’autorité que de lumière et de force ; elles l’ont entouré de jeunes gens studieux, élite brillante de sa chère École Normale, qui tous aujourd’hui, en relisant le discours de Sens, pourraient s’écrier, avec une juste reconnaissance : la noble tâche que M. Pasteur indiquait à tous, il l’a pleinement acceptée pour son compte. Jamais maître plus habile et plus pénétrant n’a su inspirer à ses disciples, avec un plus entier dévouement à sa personne, un plus grand respect pour la science et une plus grande ardeur pour ses progrès. M. Pasteur a groupé autour de lui, par les liens d’une amitié justement reconnaissante, la phalange déjà nombreuse des jeunes esprits qui, dans toutes les branches des études qu’il dirigeait, ont su concilier leur enseignement de chaque jour avec le culte de la science pure et franchir des limites qui se touchent de si près. Géomètres, physiciens et naturalistes trouvent sans cesse près de lui, non moins que les chimistes, aide efficace et cordial encouragement. Par son laboratoire et par celui de son excellent ami Henri Sainte-Claire Deville, l’École Normale est aujourd’hui un des foyers actifs et un centre illustre de progrès, et nos jeunes élèves, formés peu à peu et conduits comme par la main dans les routes inexplorées, peuvent, sans franchir les murs de leur École, y voir naître sans cesse des vérités nouvelles. Eux-mêmes sont admis, dès qu’ils en sont dignes, à interroger directement la nature, qui leur répond tout comme à leurs maîtres. Les travaux nombreux et variés nés d’une double influence, non seulement reconnue, mais proclamée avec bonheur, sont aujourd’hui, pour l’Ecole Normale, une gloire véritable et incontestée. Les Annales scientifiques de l’Ecole Normale supérieure, publiées sous la direction de M. Pasteur, avec la collaboration des maîtres de conférences, permettent d’en apprécier toute l’importance. »

17Après une analyse savante et lumineuse des principaux mémoires, où, après un délicat hommage à plusieurs de ses éminents collègues, il ne ménage pas les témoignages de sa sollicitude pour les jeunes savants qui débutaient alors dans la carrière, il conclut en ces termes :

18« Les découvertes qui enrichissent les cinq premiers volumes, et le nom des collaborateurs assurent dès à présent à la collection un avenir non seulement honorable, mais brillant, et c’est un honneur pour M. le Ministre de l’Instruction publique d’avoir, dès le début de son administration, encouragé la fondation d’une telle œuvre. Créée pour mettre en lumière les travaux d’une École active et florissante, ce n’est plus à elle seulement que les Annales de l’École Normale font honneur aujourd’hui, c’est à la science française. »

19L’École a le droit d’être fière et le devoir d’être reconnaissante de ce témoignage éclatant qui attestait avec tant d’autorité la valeur des Annales et ne pouvait que contribuer à sa prospérité. Cependant un coup imprévu venait d’ébranler fortement la santé de M. Pasteur sans amoindrir sa vive et solide intelligence qui, bientôt après, donnait au monde ses plus retentissantes découvertes. Sans se désintéresser d’une œuvre qui lui était toujours chère, il crut que son état financier mal assuré exigeait le concours de mains plus actives.

20Nous avons dit, en effet, que M. Gauthier-Villars avait accepté la publication à ses risques et périls ; or, jusque-là, l’administration de l’Instruction publique n’avait souscrit qu’à trente exemplaires ; le nombre restreint des abonnements laissait à l’éditeur une lourde charge ; les événements de 1870- 1871, qui compromirent toutes les situations, ne lui permirent plus de la supporter et la publication fut interrompue.

21Henri Sainte-Claire Deville ne put se résigner à voir s’éteindre une œuvre qu’il jugeait à la fois avantageuse à l’École et plus utile que jamais aux progrès scientifiques de la patrie.

22Il avait alors toutes les apparences de la santé la plus vivace et il semblait devoir suffire longtemps encore à toutes les charges que son amour pour le bien le conduisait à assumer. Il accepta la direction du Recueil avec l’ardeur entraînante qui était un trait de sa généreuse nature et réussit à intéresser à sa prospérité les savants les plus éminents dont les œuvres lui donnaient une haute valeur scientifique. Mais il fallait augmenter notablement le nombre des souscripteurs ; il y déploya toutes les ressources de son esprit ingénieux. Le nombre était grand de ceux qui avaient recouru à son inépuisable libéralité, les uns pour des services personnels, les autres pour des démarches, d’autres pour des conseils toujours désintéressés : il leur demanda une souscription aux Annales comme à une œuvre patriotique. Il sollicita aussi le concours de directeurs de grandes sociétés, de compagnies de chemins de fer, d’ingénieurs, d’industriels qui avaient été aussi ses obligés. Il eut la satisfaction de constater que ses anciens élèves saisirent avec joie cette occasion de lui manifester leur attachement.

23Plusieurs de ceux qui lui devaient beaucoup ne répondirent pas à son appel, je ne dis pas à ses espérances, car il prenait sans aigreur l’espèce humaine pour ce qu’elle est ; un certain nombre s’exécutèrent de bonne grâce, ou, ce qui revenait au même pour le but qu’il poursuivait, donnèrent une souscription sinon personnelle, au moins administrative.

24Enfin, grâce au précieux concours du Directeur de l’Enseignement supérieur, il obtint du Ministre de l’Instruction publique une augmentation notable du nombre des abonnements et bientôt il fut en état de reprendre, après un an d’interruption, la publication des Annales et l’annonça en ces termes :

25« Ce journal créé en 1864 par M. Pasteur, avec le concours des professeurs de l’École, est devenu un des recueils les plus estimés de la Science française par l’importance des travaux qui y ont été publiés et par le nom des auteurs qui se sont associés à notre illustre savant. Mais, à cause de l’état de sa santé, et malgré tous les efforts que ses amis et collaborateurs ont faits pour le retenir, M. Pasteur a renoncé à la direction des Annales scientifiques de l’École Normale supérieure. C’est pour nous un vif regret, que partageront tous les amis de la science.

26« Les circonstances actuelles imposent à tous les hommes de science des devoirs que nous voulons remplir, en facilitant la publication de tous les travaux, de quelque part qu’ils viennent ; en encourageant les efforts des hommes jeunes, à quelque école qu’ils appartiennent.

27« Les maîtres des conférences scientifiques de l’École Normale, composant le comité de rédaction, après avoir recueilli les souscriptions nécessaires pour assurer aux Annales, non seulement l’existence avec une grande extension, mais encore, dans l’intérêt des auteurs, une large publicité, ont décidé qu’une nouvelle série du journal serait constituée dans le même format, mais avec une tomaison indépendante. »

28Le Recueil vécut, se propagea surtout à l’étranger, mais, au bout de quelques années, le sentiment de la reconnaissance s’émoussa chez un certain nombre de souscripteurs recrutés par Henri Deville. Devant la perspective d’une situation critique, il fit de nouvelles instances près de l’administration de l’Instruction publique pour obtenir une augmentation de la subvention. Il faisait valoir l’importance sérieuse de la publication, sa diffusion croissante qui faisait connaître la Science française en pays étranger, les facilités qu’elle offrait aux jeunes gens d’avenir pour l’impression d’une thèse dont leurs moyens ne permettaient pas de faire les frais. A ses sollicitations réitérées, il fallait répondre et comme les crédits affectés à ce genre de subventions étaient épuisés, on offrit à Henri Deville, pour équilibrer le budget des Annales, une allocation personnelle de deux mille francs, sous la rubrique « Secours à un savant pauvre » ; il s’agissait de sauver le Recueil, il accepta ce prétendu secours. Mais celte glorieuse humiliation lui fut épargnée les années suivantes ; car un Directeur de l’Enseignement secondaire, intelligent, droit et infatigable, qui sut plusieurs fois soutenir fermement les intérêts et l’honneur de l’Université, M. Zevort, informé de la situation, trouva, sur les fonds de souscription aux publications périodiques, les ressources nécessaires pour abonner aux Annales les bibliothèques d’un certain nombre de grands lycées : l’avenir des Annales était assuré. Ce fut une des dernières joies de notre cher et illustre maître.

29L’extension lente, mais continue, que le Recueil a prise depuis cette époque a permis d’offrir aux abonnés, à la fin de chaque année, un supplément qui a souvent dépassé en étendue le 1/10 du volume. Cette prospérité ne s’est pas ralentie pendant les douze années qui se sont écoulées : elle est due pour beaucoup à l’appui très efficace qu’ont donné à celte publication les éminents Directeurs de l’Enseignement supérieur et de l’Enseignement secondaire qui ont compris que c’est par en haut qu’il faut instruire les hommes. Dès maintenant se trouve assurée pour longtemps l’existence d’une œuvre que MM. Pasteur et Henri Deville avaient édifiée si laborieusement, malgré sa grande valeur, que H. Debray s’est estimé heureux de continuer et que M. Hermite veut bien maintenant soutenir de la grande autorité de son nom.

ANNALES SCIENTIFIQUES DE L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

30Première série.

31Sept volumes : 1864-1870. — Directeur : M. Pasteur.

32Deuxième série.

33Douze volumes : 1872-1881. — Directeur : H. Sainte-Claire Deville.

341882-1883. — Directeur : H. Debray.

35Troisième série.

36Onze volumes : 1884-1888. — Directeur : H. Debray.

371888-1894. — Directeur : M. Hermite.

COMITÉ DE RÉDACTION

38composé des maîtres des conférences scientifiques.

39Sciences mathématiques :

40MM. P. Appell, de l’Institut ; J. Bertrand, de l’Institut ; G. Darboux, de l’Institut ; E. Coursât ; Ch. Hermite, de l’Institut ; G. Kœnigs : E. Picard, de l’Institut ; L. Raffy ; J . Tannery, sous-directeur à l’École ; F. Tisserand, de l’Institut.

41Sciences physiques.

42MM. Berthelot, de l’Institut ; E. Bouty, professeur à la Sorbonne ; M. Brillouin, H . Dufet ; C. Friedel, de l’Institut ; D. Gernez ; P. Hautefeuille, de l’Institut ; A. Joly ; E. Mascart, de l’Institut ; L. Troost, de l’Institut ; J. Violle.

43Sciences naturelles.

44MM. G. Bonnier, professeur à la Sorbonne ; J. Costantin ; A. Dastre, professeur à la Sorbonne ; A. Des Cloizeaux, de l’Institut ; H. de Lacaze-Duthiers, de l’Institut ; A. Giard, professeur à la Sorbonne ; Houssay ; Munier-Chalmas, professeur à la Sorbonne ; L. Pasteur, de l’Institut ; E. Perrier, de l’Institut ; P. Van Tieghem, de l’Institut ; F. Wallerant.

ADMINISTRATION.

45Directeur : MM. Ch . Hermite, de l’Institut, professeur à la Sorbonne ; Trésorier : Gauthier-Villars ; Secrétaire : MM. G. Darboux, de l’Institut, professeur à la Sorbonne ; D. Gernez, maître de conférences à l’École Normale ; P. Haute-Feuille, de l’Institut, professeur à la Sorbonne.

Notes

1 Journal des Savants, mars 1869, p. 129.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540