Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

Les débuts de la section des sciences naturelles (1880-1894)

Frédéric Houssay

Texte intégral

1Un arrêté ministériel daté du 17 août 1880 invitait le directeur de l’École normale supérieure à prendre les dispositions nécessaires pour qu’une section des sciences naturelles fût organisée à l’École à côté de celles qui existaient depuis longtemps pour les sciences mathématiques et pour les sciences physiques, et formée comme celles-ci d’élèves préparant une agrégation spéciale.

2Au moment où s’achève le premier siècle de l’École, on peut déjà faire figurer à l’actif de son glorieux bilan les récoltes de ce champ qu’elle cultive depuis un temps si court.

3En suivant le développement de l’École normale jusqu’à ces dernières années on est frappé d’un fait capital : c’est que des sections distinctes se différencient progressivement d’un ensemble d’abord homogène. La dernière dégagée, celle des sciences naturelles, constitue pour le moment le dernier terme de cette évolution poursuivie toujours dans le même sens. Elle n’a pas apparu à la manière d’un bourgeon étranger, bien ou mal greffé sur un tronc robuste ; mais comme un appareil nouveau acquis par un organisme qui se perfectionne.

4Les élèves de l’École sont aujourd’hui divisés en littéraires et scientifiques, non seulement dès leur entrée, mais même bien auparavant ; la séparation se fait dans les classes supérieures du lycée.

5Il n’en a pas été toujours ainsi. Jusqu’en 1815, il y eut à l’entrée un concours unique. Dans l’intérieur de l’École, des groupes se constituaient ensuite d’après les genres d’études ; toutefois, les vocations ne devaient encore être ni très arrêtées ni très distinctes, puisque la préparation du baccalauréat était l’objet de la première année.

6En 1815, la tendance à la séparation par le recrutement, qui plus tard devait prévaloir, se dessine pour la première fois, mais d’une façon bien discrète encore. On autorise ceux qui se destineront plus particulièrement à l’enseignement des sciences à se faire interroger sur les mathématiques et la physique en dehors du programme commun. Il leur était, j’imagine, tenu compte d’un succès à cet examen facultatif pour compenser une légère infériorité en discours français ou en discours latin.

7Malgré cela, les exercices de la première année d’École étaient les mêmes pour tous ; ils devenaient différents, entre littéraires et scientifiques, au début de la seconde année seulement. Il faut aller jusqu’en 1826, quand le diplôme de bachelier fut exigé des candidats, pour voir chaque promotion séparée dès sa naissance en deux sections distinctes. Ce fut alors un fait acquis ; et depuis, les difficultés croissantes du concours ne firent qu’accentuer la divergence et rendre la spécialisation de plus en plus hâtive.

8La section des sciences, devenue indépendante, ne va pas rester longtemps indivise. Au début, de 1826 à 1830, les sciences mathématiques, physiques et naturelles sont également cultivées ; elles figurent ensemble dans les examens qui correspondent aux licences. Il n’y a qu’une catégorie d’élèves, tous interrogés à la fin de la première année sur le calcul différentiel et intégral, la chimie et une partie des sciences naturelles ; à la fin de la seconde, sur la mécanique, la physique et le reste des sciences naturelles.

9Dès 1830, cette uniformité reçoit une première atteinte. Après un an d’études communes les élèves sont répartis en deux groupes : l’un de mathématiciens et physiciens, l’autre de chimistes et naturalistes. Avant la fin de la seconde année, les uns doivent prendre la licence de mathématiques, les autres celle de physique. Depuis, aucun règlement n’a autorisé à se spécialiser d’une façon aussi précoce. On avait été très loin du premier coup. Les chimistes et naturalistes abandonnaient de très bonne heure leurs études de mathématiques, puisqu’ils ne suivaient pas même les cours de calcul différentiel et intégral.

10Ce n’est pas le lieu de discuter ici pour savoir si cette mesure était, en soi, bonne ou mauvaise ; mais elle était, à l’époque, mal adaptée aux règlements extérieurs. Il y avait, en effet, une seule agrégation des sciences, et, pour prendre part au concours, les deux licences étaient exigées. Or, pendant leur séjour à l’École, les normaliens ne se préparaient que pour l’un de ces grades. Cet état de choses ne pouvait subsister ; aussi l’année suivante, en 1831, les deux sections furent-elles refondues en une seule.

11Telle est la courte histoire de cette tentative de différenciation. Elle n’aboutit pas, autant par suite de défauts propres que par manque d’harmonie avec l’état contemporain de l’Université.

12Dans la période qui précède, toutes les sciences ont une part égale à la sanction par les examens de fin d’année ; dans celle qui suit, nous allons voir les sciences naturelles rendues un peu moins obligatoires à chaque règlement nouveau, éliminées peu à peu, et réduites enfin au minimum de place qu’elles pouvaient tenir sans disparaître. Non pas qu’il faille y voir le résultat d’un plan préconçu ; ce fut la conséquence nécessaire des difficultés que présentait l’accord des conditions suivantes :

131° L’École normale a pour mission de faire des agrégés ; 2° les élèves doivent préparer deux licences ; 3° la durée des études n’excède pas trois ans.

14Tant que l’agrégation demeura unique, il n’y avait guère de motifs pour réduire les programmes sur tel point plutôt que sur tel autre ; mais quand, en 1840, on eut fait deux agrégations, l’une pour les mathématiques, l’autre pour la physique et chimie, la solution était tout indiquée, le sacrifice des sciences naturelles était fatal ; elles n’entraient que pour une part infime dans la seconde agrégation ; elles ne furent plus cultivées que dans cette mesure. Et, malgré de brillantes exceptions, il est certain que dans toute cette période l’École normale ne tint pas dans les sciences naturelles une place comparable à celle que lui assuraient ses mathématiciens, ses physiciens et ses chimistes par l’éclat de l’enseignement et le nombre des travaux publiés. Au dehors cependant, les sciences naturelles étaient enseignées, et très activement. Avant le régime de la bifurcation, il existait en effet trois baccalauréats, l’un pour les lettres, l’autre pour les mathématiques y compris les spéciales, le troisième pour les sciences physiques et naturelles. Ce dernier était exigé pour commencer les études de médecine, et comme dans les lycées aucun enseignement n’y préparait, un public jeune, nombreux et empressé entourait les chaires des Facultés en vue d’acquérir ce diplôme. L’École normale, qui ne contribuait pas à former des professeurs pour cet enseignement, méconnaissait son rôle dans l’Université.

15De 1831 à 1838 les examens pour les licences furent répartis de la façon suivante : en première année, chimie ; en seconde, physique, calcul différentiel et intégral ; en troisième, mécanique. Cette dernière épreuve était subie quelque temps avant l’agrégation. En outre, la Faculté interrogeait les élèves sur la zoologie, la botanique et la géologie, et un échec à ces examens pouvait entraîner un renvoi de l’École.

16Il y avait donc encore pour ces études une sanction et même sévère ; mais, qu’on le remarque, c’était une sanction spéciale : une mise à part des sciences naturelles. Elles ne furent plus, ainsi que les autres, exigées par l’École pour des grades indispensables à la carrière ; elles devinrent comme un complément, un superflu d’instruction auquel on tenait beaucoup sans doute ; mais, le premier pas étant fait, l’indulgence devint de plus en plus la règle pour les examens ainsi rendus accessoires, jusqu’au jour où, n’étant plus qu’une simple formalité, ils disparurent d’eux-mêmes, sans que personne les attaquât ou les défendît.

17Le règlement de 1838 donna à l’École à peu près le régime qu’elle avait en 1880. Les deux premières années, consacrées à préparer les deux licences de mathématiques et de physique, la troisième restait libre pour l’agrégation. Et quand celle-ci fut divisée en deux en 1840, deux sections correspondantes furent définitivement organisées à l’École.

18En 1852, pour enrayer la décadence commencée, on créa une section des sciences naturelles en troisième année ; mais ce ne fut qu’une demi-mesure, on ne crut pas devoir ajouter une nouvelle agrégation, le baccalauréat ès sciences physiques et naturelles cessa d’être préparé dans les Facultés, ou même disparut tout à fait pour un temps ; et comme elle ne conduisait à rien de défini, cette section ne fonctionna plus dès 1858, sans avoir jamais été officiellement supprimée. Son existence éphémère ne fut toutefois pas stérile, il en est sorti des hommes comme MM. Fouqué, Sirodot, Fernet, pour ne citer que ceux-là. M. Fouqué communique à ce sujet une intéressante note que l’on verra reproduite avec plaisir.

19« C’est, écrit-il, à la rentrée de l’année scolaire 1852-53 qu’une section d’histoire naturelle a été inaugurée à l’École normale. Dumas en avait l’idée depuis longtemps et c’est à son instigation que cette fondation a eu lieu. Son but était d’établir ainsi un mode de recrutement sérieux des professeurs d’histoire naturelle pour les chaires de l’enseignement supérieur. Il croyait surtout créer ainsi une pépinière de préparateurs d’élite pour le Muséum. Le directeur de l’École normale, Michelle, et les bureaux du Ministère étaient favorables à cette institution pour d’autres motifs ; ils avaient plutôt en vue l’enseignement secondaire. Ils considéraient la culture des sciences naturelles comme un délassement, comme un moyen agréable d’occuper l’esprit des jeunes gens, de les détourner des conceptions théoriques et des sciences abstraites qui leur inspiraient une grande défiance. Il est probable que leur opinion eût été tout autre quelques années plus tard, au moment de l’essor des idées transformistes ; mais alors les études de la nouvelle section leur paraissaient sans danger.

20J’ai été l’un des quatre élèves de la première promotion. Hébert y professait la géologie, Valencienne la zoologie et Payer la botanique.

21Les leçons d’Hébert, très sérieuses et soigneusement préparées, étaient pénibles à suivre à cause des détails minutieux dans lesquels il aimait à entrer ; il savait cependant inspirer le goût de sa science et, à cette époque, il a eu en Dalimier un élève des plus brillants. Ses deux collègues, dépourvus de toute aptitude pédagogique et peu zélés, n’avaient aucune action sur leurs élèves ; leur enseignement comptait à peine ; nous allions au Muséum et à la Sorbonne suivre les leçons malheureusement trop spéciales de Brongniart et de Milne Edwards.

22La section a été supprimée en 1858, mais justement peu de temps auparavant des maîtres de conférences plus jeunes et plus actifs avaient remplacé ceux de la première heure ; et c’est alors véritablement que l’histoire naturelle a commencé à être cultivée avec succès à l’École normale malgré la disparition de la section. MM. Van Tieghem, Dastre, Perrier, Giard figurent parmi les normaliens de cette période de transition. »

23L’agrégation des sciences naturelles fut établie par Duruy en 1869. Le premier concours devait avoir lieu en 1870. L’École eût été immédiatement appelée à y tenir sa place ; car M. Giard, alors en troisième année, se fit inscrire pour ce concours. On voit assez par les dates pourquoi l’arrêté ministériel ne fut pas appliqué et pourquoi, dix ans de plus, les sciences naturelles furent délaissées par l’enseignement public.

  • 1 Gaston Bonnier, La Nouvelle agrégation des sciences naturelles. — Revue de l’enseignement secondair (...)

24Il y a eu en effet pendant un siècle, entre l’Université et l’École, un tel rapport d’organisme à organe que tout événement d’une part a eu de l’autre son contre-coup nécessaire ; et l’exemple d’un enseignement étendu où l’École n’avait pas de part et que nous rappelions plus haut est le seul peut-être que l’on pourrait citer. Quoi qu’il en soit, à mesure que les normaliens se détachaient de l’étude des sciences naturelles, à mesure aussi elles se trouvaient exclues des lycées et collèges. M. Gaston Bonnier écrivait à ce propos les lignes qui suivent et dont la précision est éloquente : « C’est à peine s’il subsistait dans la classe de seconde, sans aucun contrôle d’ailleurs, un programme restreint de zoologie, botanique et géologie. Dans ce cours, limité au second semestre, une fraction de la première partie était seule traitée par un maître de plus ou moins bonne volonté, lorsque le cours n’était pas, en fait, supprimé. Ainsi, aussi bien dans leurs premiers éléments, qu’on apprend partout aux enfants à l’étranger, que dans les développements un peu plus complets qu’on pouvait donner à des élèves de seconde : physiologie, zoologie, botanique et géologie, toutes ces sciences réunies devaient être enseignées en vingt heures. De plus, les sciences naturelles avaient été entièrement supprimées à la fois dans le programme du baccalauréat ès sciences et dans celui du baccalauréat ès lettres1. »

25En 1880, on réagit sérieusement, à l’École normale, contre la tendance à éliminer peu à peu les sciences naturelles qui s’affirmait toujours plus depuis près d’un demi-siècle. Sans doute les examens devenaient trop chargés, car les découvertes nouvelles accroissaient toutes les sciences ; mais d’en avoir négligé quelques-unes, sous ce prétexte, parut une solution médiocre. Il en était une autre plus conforme aux traditions.

26Quand il avait semblé excessif d’être à la fois érudit en lettres et en sciences, au lieu de laisser l’École en dehors de la haute culture scientifique, on avait fait à celle-ci un domaine à part. Quand plus tard il fut difficile de posséder à la fois les mathématiques et les sciences physiques, on ne fit point disparaître les unes pour donner de l’espace aux autres ; on divisa le travail entre les élèves ; après avoir reçu en commun une forte instruction générale, les uns devenaient mathématiciens, les autres physiciens. Il s’agissait simplement de faire encore un pas dans la même voie : puisque la tâche demeurait trop lourde, il était indiqué de la diviser davantage, et puisque deux sections étaient insuffisantes, il en fallait fonder une troisième.

27Le développement d’une nouvelle section ne fut donc pas un contresens dans l’histoire de l’École normale. Quelques-uns trouvèrent bien que la nécessité de la mesure n’était pas évidente et que l’École, avec son organisation antérieure, n’avait pas été sans produire des naturalistes et même d’éminents. On rappelait les noms de MM. Hébert, Lory, Fouqué, Van Tieghem, Dastre, Perrier, Cornu, Giard, Le Monnier, Bonnier et de quelques autres encore. Mais l’existence d’une division spéciale, sans entraver en rien ces vocations spontanées, en eût déterminé d’autres et renforcé d’autant par là la phalange des travailleurs français, brillante assurément dans toute cette période, mais combien peu nombreuse comparée à celles des nations voisines !

28Au surplus, la question n’était pas toute là. Il s’agissait d’abord, et à ce moment surtout, de créer pour l’enseignement secondaire un personnel capable de professer les sciences naturelles. Le seul moyen, parfaitement compris par Duruy en 1869, était d’établir une agrégation spéciale. Or les essais antérieurs avaient appris déjà qu’une section ne pouvait vivre à l’École sans qu’il existât une agrégation correspondante. La réciproque était-elle vraie ? ou pouvait-on tenter de susciter un brillant concours d’agrégation sans concurrents normaliens préparés dans une section correspondante ? C’eût été la première tentative de ce genre. Était-ce bien le moment de faire une expérience ?

29M. G. Bonnier, alors maître de conférences de botanique, se rendit compte des liaisons nécessaires entre le relèvement des sciences naturelles, la création de l’agrégation et d’une section à l’École normale, et déploya la plus grande activité pour faire partager sa conviction autour de lui. Fustel de Coulanges, alors directeur, ne manqua pas de saisir la portée des arguments présentés et il employa toute l’autorité que lui donnaient sa situation scientifique et son caractère à faire triompher une réforme dont les conséquences intéressaient à la fois l’École normale, l’enseignement de l’Université et la science française. Ce ne fut d’ailleurs pas sans luttes. Pour relever l’enseignement des sciences naturelles, pour former, dans ce but, des agrégés, une autre solution était en effet offerte. Le Muséum, disait-on, avec ses riches collections de toutes sortes, et non l’École normale, était propre à assurer la préparation qu’il fallait, et c’est autour de ses chaires que devaient se préparer les candidats au futur concours. B

30Fustel de Coulanges sut montrer que les leçons destinées aux jeunes élèves des lycées devaient être assez claires pour en être comprises, assez riches cependant en idées générales pour guider toujours ceux dont les études cessent au baccalauréat ; qu’il fallait pour réaliser ce programme un art véritable de l’enseignement, et que les riches collections n’étaient pour l’acquérir ni nécessaires ni suffisantes. Au reste, pas plus pour les sciences naturelles que pour toute autre matière, l’École normale n’exigeait un monopole ; elle demandait seulement à ne pas être exclue d’une combinaison qui intéressait l’enseignement public. C’était son droit et même son devoir.

31Par analogie avec les autres agrégations et sur l’avis motivé et répété de M. Fouqué, qui revint à la charge plusieurs fois, on devait pour celle des sciences naturelles exiger deux licences. Cette condition, qui depuis si longtemps réglait la marche de l’École, allait intervenir dans la combinaison nouvelle.

32Là encore, il y eut place pour un nouvel obstacle. P. Bert, alors ministre, proposa au Conseil supérieur de l’Instruction publique de faire équivaloir, dans les conditions requises pour le concours, la licence ès sciences physiques, le doctorat en médecine et le diplôme des études supérieures de pharmacie.

33Fustel de Coulanges et M. Gaston Boissier firent le procès des spécialisations hâtives, mirent en lumière la manifeste nécessité de la physique et de la chimie pour les études physiologiques et firent comprendre à l’assemblée que sûrement le professeur avait besoin de posséder l’esprit même de ces sciences, longuement étudiées, pour enseigner les fécondes méthodes expérimentales, plus encore que pour les appliquer lui-même dans le laboratoire. Enfin un argument d’une suprême logique et qui parut valable enleva le vote. Ce fut qu’après tout, si les diplômes mentionnés pouvaient remplacer une licence, c’était la licence ès sciences naturelles et non celle des sciences physiques.

34Fustel de Coulanges put alors obtenir du ministre l’autorisation de remettre en vigueur le règlement de 1852, qui n’avait jamais été abrogé ; mais on ne pouvait l’appliquer sans changements. La section des sciences naturelles ne se séparait alors des autres qu’en troisième année ; d’où il résultait que les sciences naturelles n’étaient sérieusement étudiées que cette année-là.

35On estima que deux ans de préparation étaient un minimum nécessaire. Il ne fut pas même possible d’accorder d’abord ces deux années complètes. Pour obtenir la licence de physique, les naturalistes devaient en partie rester réunis à leurs camarades pendant la seconde année ; on les déchargeait simplement des cours de mécanique et d’astronomie en les autorisant à ne pas passer la seconde partie de la licence mathématique.

36En première année on crut nécessaire de les astreindre à suivre tous les cours de mathématiques et de chimie. A cela il y eut plusieurs raisons excellentes.

37Les naturalistes ne pouvaient se spécialiser en entrant à l’École. N’ayant encore étudié que les mathématiques et la physique, ils auraient été obligés de prendre une décision sans être suffisamment éclairés sur leurs aptitudes et leurs goûts. En outre, puisqu’ils avaient à préparer la licence de physique, les cours de calcul différentiel et intégral leur étaient nécessaires ainsi que ceux de chimie ; et puisque enfin le rôle de l’École semblait être de produire des naturalistes différant des autres par une culture scientifique plus étendue, il parut convenable de ne pas interrompre trop tôt leurs études mathématiques. Le temps se trouvait dès lors assez employé ; il restait place pour deux conférences de sciences naturelles : une de zoologie, une de botanique. Elles devaient être suivies par tous les élèves et garder par suite un caractère assez général.

38La section qu’il s’agissait de créer fut donc au début organisée d’après le règlement suivant :

39« Première année. — La première année d’enseignement est commune à tous les élèves des sciences. Ils doivent passer les deux examens de licence à la Sorbonne.

40« Deuxième année. — Les élèves qui se destinent aux sciences naturelles ne suivent en commun avec les autres que les cours de physique. Il pourra d’ailleurs leur être fait quelques conférences complémentaires sur la mécanique.

41« Ils suivent les conférences de sciences naturelles, vont aux cours et aux laboratoires de la Sorbonne.

42« A la fin de la seconde année ces élèves passent seulement la seconde partie de la licence physique.

43« Troisième année. — Les élèves de la section des sciences naturelles suivent à l’École uniquement des conférences de sciences naturelles.

44« Ils vont aux cours et aux laboratoires de la Sorbonne ; ils peuvent suivre aussi quelques cours du Muséum.

45« Ils se présentent à la fin de juin à la licence ès sciences naturelles et en août à l’agrégation des sciences naturelles (dont le programme ne diffère pas sensiblement de celui de la licence). »

46Pour la zoologie M. Dastre, pour la botanique M. Bonnier, pour la géologie Lory et un peu plus tard M. Munier-Chalmas furent les maîtres de conférences auxquels incomba la lourde tâche de réaliser la réforme, de préparer les élèves aux premiers concours et de prouver par leur zèle que, malgré les difficultés de la première heure, l’École normale était assez plastique encore pour une transformation.

47A la Sorbonne, M. de Lacaze-Duthiers se montra sympathique à la tentative nouvelle et fit aux élèves de l’École une place dans ses laboratoires de Paris et de Roscoff, une part dans les conseils et les encouragements qu’il prodiguait autour de lui.

48La durée des études avait été calculée d’après cet élément que les programmes de la licence et de l’agrégation n’étaient pas au début essentiellement différents comme somme de connaissances exigées ; les examens toutefois n’étaient pas de même nature : l’agrégation demandait à un plus haut degré des qualités d’ordre et d’exposition dans les faits assimilés. Dans les premières promotions, quelques élèves réussirent pourtant à passer les deux examens à la fin de la troisième année ; la proportion n’était pas très forte (5 sur 13, en quatre ans), mais on espérait qu’elle irait en croissant.

49Il n’en fut point ainsi. L’écart entre les deux examens s’exagérait ; et les maîtres de conférences reconnurent que, malgré leur travail, les élèves ne pouvaient plus arriver en deux ans et que même, en préparant l’agrégation, ils risquaient de compromettre leur succès à la licence. Cependant M. Perrot avait remplacé Fustel de Coulanges à la direction de l’École, et M. Tannery succédait à Bertin comme directeur des études scientifiques. Ils eurent à cœur non seulement de ne pas laisser péricliter une œuvre qui dès le début avait affirmé sa vitalité, mais même de la perfectionner en y faisant les retouches que l’usage montrait nécessaires. Pour commencer, ils se virent obligés, à la suite de plusieurs échecs à la licence et à l’agrégation, de demander pour quelques élèves une année de travail complémentaire, soit à l’École, soit au Muséum.

50Ce n’était qu’un remède provisoire, et il importait d’obtenir une solution définitive. Les élèves de l’École n’étaient pas placés dans des conditions comparables à celles où se trouvaient leurs concurrents. Tandis que ceux-ci employaient deux ans à préparer la licence et ensuite deux ou même trois ans pour l’agrégation, les normaliens avaient en tout un an et demi : la disproportion était frappante. Aussi M. Perrot, d’après l’avis de MM. Giard, Costantin, Munier-Chalmas, maîtres de conférences, et de M. Tannery, insista-t-il auprès du ministre pour qu’une quatrième année fût accordée aux élèves de sciences naturelles qui auraient obtenu le grade de licencié à la fin de la troisième. Ils avaient ainsi deux ans et demi d’études spéciales, ce qui parut suffisant.

51La mesure était excellente ; depuis qu’elle est appliquée, les échecs, au lieu d’être réguliers, sont exceptionnels. Le fonctionnement normal de la section est désormais assuré.

52Pendant que la direction de l’École s’attachait à résoudre ces difficultés, les résultats s’affirmaient chaque année davantage.

5332 élèves sont sortis de la section ; 21 ont passé l’agrégation avec succès et 13 ont obtenu le diplôme de docteur ; ajoutons que 8 anciens élèves travaillent à des thèses qui viendront très prochainement grossir le nombre mentionné. On se trouve en face d’un résultat presque surprenant comme succès au doctorat.

54En outre des travaux accomplis en vue des grades universitaires, plus de 120 volumes, mémoires ou notes produits dans cette période témoignent d’une prodigieuse activité. Cette statistique dit assez que la réforme des études scientifiques à l’École ne fut pas inopportune et que le zèle déployé depuis pour assurer son succès n’a pas été vain.

55Il est impossible de ne pas remarquer aussi que les conditions nouvelles exigées des étudiants pour leur entrée à la Faculté de Médecine rendent plus nécessaire que jamais l’existence d’une agrégation et d’une section de sciences naturelles à l’École. A la Faculté des Sciences les futurs étudiants en médecine doivent d’abord préparer et obtenir un certificat d’études physiques, chimiques et naturelles. C’est le baccalauréat ès sciences physiques et naturelles supprimé par le système de Fortoul que M. Liard vient de faire rétablir et qui crée aujourd’hui comme autrefois un fécond mouvement autour des chaires scientifiques ; c’est en apparence un simple retour à un état ancien ; quelle situation différente au fond ! Car, dans l’intervalle, l’enseignement supérieur qui n’existait pas est né, s’est développé, les laboratoires sont outillés déjà suffisamment ; on fera mieux encore : et la même semence dans un milieu nouveau et dans un sol plus riche portera des fruits plus abondants. Dumas avait voulu créer à l’École une section pour assurer le recrutement des professeurs que cet enseignement demandait ; aujourd’hui le recrutement régulier du personnel s’est trouvé assuré d’abord et ceci est une supériorité manifeste de l’organisation nouvelle.

56Notre jeune section compte déjà des morts et l’on permettra peut-être à l’auteur de ces pages d’adresser ici à ses camarades un souvenir ému en rappelant leurs noms. C’est Wasserzug enlevé au seuil d’une carrière que ses premiers travaux promettaient éclatante, Bédier devenu proviseur du lycée de la Réunion après y avoir professé plusieurs années, Besson qui enseignait au lycée Lakanal, Douliot enfin que la fièvre et l’épuisement ont accablé loin de la patrie, au moment où, ses explorations finies à Madagascar, il allait rentrer en France.

57Par la nature même de leurs études, les élèves de la section des sciences naturelles ont une vie un peu isolée et en conséquence un peu particulière, aussi bien pendant les périodes de travail que dans les repos dont elles sont coupées.

58En 1883, à la suite des démarches répétées de Fustel de Coulanges, l’École normale s’est accrue d’une propriété occupée autrefois par une congrégation enseignante ; un petit bâtiment composé de trois étages a été aménagé pour servir de laboratoires et pour recevoir les collections des sciences naturelles. Il est séparé du reste de l’École par une assez vaste cour dont le niveau est situé en contre-bas. Après avoir parcouru le monument de la rue d’Ulm, si régulier que les élèves nouveaux mettent plusieurs jours avant d’y retrouver leur chemin, quand on arrive devant l’annexe des naturalistes, la monotonie est de suite rompue. Plus rien d’académique, dès le léger escalier qu’il faut d’abord descendre. Mais que l’on ne soit pas dupe de ce modeste aspect : c’est le point où l’École a rompu sa ceinture de pierres de taille, et ce fut presque le fait essentiel dans la réforme qu’il s’agissait d’accomplir.

59Les diverses tentatives pour établir d’une façon durable une section de sciences naturelles avaient échoué jusqu’en 1880 ; en outre des raisons que nous avons données, il faudrait ajouter que jamais avant celte époque on n’avait préparé par une installation matérielle convenable le succès que l’on souhaitait. Les collections ne laissaient pas trop à désirer, mais les laboratoires n’existaient pas. Celui de Zoologie était un véritable corridor éclairé par une seule fenêtre ; la Géologie n’était guère mieux partagée, et les manipulations de Botanique se faisaient loin des collections, dont on ne pouvait profiter.

60Le petit escalier conduit aujourd’hui dans des laboratoires suffisamment spacieux, et où la lumière ne manque pas. Depuis quelques années les élèves peuvent, comme leurs camarades de Physique et de Chimie, faire leurs exercices pratiques à l’intérieur même de l’École ; ils ont renoncé à l’hospitalité qui leur était, au début, accordée à la Sorbonne.

61Sans entrer dans des détails trop techniques et trop circonstanciés, le fait même que les naturalistes passent tout leur temps au milieu des collections et dans les laboratoires montre assez combien la création de ces laboratoires était indispensable.

62D’autres dispositions encore, jointes à celles-là, furent combinées pour donner aux élèves de sciences naturelles à la fois l’érudition, et ce que, faute d’un meilleur terme, on peut appeler le sentiment de la nature et de la vie. En théorie, ils doivent travailler en commun avec tous leurs camarades dans les salles d’étude ; mais l’administration sait fort bien, en pratique, qu’il est superflu de les y chercher jamais. Comment en effet repasser les cours suivis à la Sorbonne, au Muséum et à l’École sur des croquis pris rapidement, quand il y a là-bas, dans la collection, les pièces elles-mêmes sur lesquelles on comprendra bien mieux ? Puis, c’est un renseignement qui fait inopinément défaut ; la bibliothèque du laboratoire est toujours ouverte, on va feuilleter les mémoires à la recherche d’un document. Au début, le passage entre l’École et son annexe était interdit aux heures où il n’y avait point de conférences ; mais le règlement tomba peu à peu en désuétude, quand il fut reconnu que cette tolérance n’entraînait point d’abus.

63La bibliothèque du laboratoire, qui peu à peu s’enrichit de nombreux volumes, est installée dans une pièce dont l’accès paraît interdit par l’imposante inscription : « Cabinet du professeur » ; en réalité, c’est le cabinet de tout le monde. C’est là que maîtres de conférences et élèves se rencontrent, parcourent ensemble les mémoires nouveaux, se font part, à mesure, de ce qui les intéresse ou les frappe. C’est là que se donnent en causeries les renseignements sur tel ou tel point resté obscur ; ces rapports quotidiens établissent entre maîtres de conférences et élèves une intimité plus complète que dans toutes les autres sections. Peu à peu les naturalistes s’accoutument à passer dans ce quartier même leurs récréations.

64Une moitié de l’ancienne cour des congréganistes a été transformée en jardin botanique ou, comme on dit plus justement, en « Jardin de la Nature ». Ces mots expriment bien qu’il n’a point été question de faire en ce petit espace un « herbier vivant » où toutes les familles fussent représentées. Les plantes les plus communes de notre flore poussent à leur guise, mêlées comme elles le sont dans la campagne. Aussi les allées tirées au cordeau et bordées de buis par un garçon de laboratoire, dans la tradition de Le Nôtre, font-elles un contraste marqué avec les plates-bandes échevelées où les tiges s’enchevêtrent, où des plantes grimpantes entortillées s’élancent le long de leurs supports, où les fleurs de toutes formes et de toutes couleurs sortent pêle-mêle d’un fond vert infiniment nuancé. Tous les phénomènes de la vie végétale se passent là librement : on y voit successivement croître et tomber les feuilles : on y suit jour par jour l’éclosion de la fleur, la fécondation, la formation du fruit, de la graine, etc. — Il n’est pas défendu d’arracher l’objet dont la structure éveille la curiosité ; les vides ainsi produits sont rapidement comblés par la prévoyance des élèves, qui rapportent d’excursion de nouveaux sujets. On comprend, sans qu’il soit besoin d’insister, quel excellent complément d’instruction la nature donne dans son jardin.

65Ce jardin de la nature nourrit aussi quelques arbres de belle venue, qui protègent la flore épanouie à leur pied. Sans eux, le soleil d’été, réverbéré par quatre murs nus, aurait bientôt rendu notre enclos parfaitement stérile. Un marronnier au lourd feuillage tient le rôle de géant de la végétation ; il a pour émule en hauteur un faux acacia, que l’âge a rendu un peu chauve ; chaque printemps les feuilles y sont moins nombreuses : il faudra se résigner à utiliser seulement l’ombre du tronc. Quelques autres plus modestes contribuent à donner en été une fraîcheur fort appréciée.

  • 2 M. de Lacaze-Duthiers.

66Dans la partie de la cour où ne s’étend point le jardin, on a établi un petit bassin de 3 mètres de côté sur 0 m. 60 de profondeur. La botanique et la zoologie s’y confondent dans un pittoresque fouillis. Une touffe d’iris pseudo-acorus le domine et balance ses fleurs jaunes à plus d’un mètre au-dessus de l’eau ; des nymphæa étalent à la surface leurs larges feuilles et leurs blanches corolles ; au fond, c’est un inextricable mélange de toutes les plantes aquatiques, en réserve pour les aquariums de laboratoire. Parmi les tiges rampe, flotte, nage ou saute une faune chaque jour plus riche et plus variée. Sans doute que toute cette vie grouillante et intense ne frappe pas les yeux du passant distrait ; il faut, suivant le joli mot d’un de nos maîtres2, faire quelque temps le héron sur la rive. Pendant leurs loisirs, les élèves s’entendent très bien à faire le héron ; il suffit, pour réussir, de quelques dispositions naturelles. On s’étend sur le bord de l’eau et on regarde : d’abord on ne voit rien ; il faut continuer à regarder, peu à peu un mouvement vague soulève une foliole, un tentacule déborde, palpant les environs : c’est une lymnée en promenade. Puis voici des planaires, des sangsues diverses, d’agiles crustacés ; tout un monde remue où l’on ne soupçonnait rien.

67Il est bien évident que ces études pratiques seraient fort insuffisantes pour comprendre les multiples aspects de la vie. Elles ont leur bon côté en permettant de revoir en petit, à tête reposée, quelques phénomènes rencontrés sur une plus vaste scène ; elles permettent aussi d’en provoquer quelques autres et d’appliquer à leur étude les procédés d’expérience qui apportent à l’observation un précieux complément. Elles donnent le temps et le moyen de digérer et d’assimiler, si l’on peut ainsi dire, l’instruction reçue au dehors pendant les excursions.

68Les excursions dirigées par les maîtres de conférences constituent, pour les élèves de la section des sciences naturelles, l’exercice qui leur est à la fois le plus particulier et le plus utile. Bien qu’elles aient lieu les jours de sortie et que par suite elles soient facultatives, personne ne s’y soustrait jamais. On attend au contraire leur retour comme celui d’un jour de fête. En hiver, elles sont nécessairement plus courtes ; mais pas moins agréables. La boue, dans les bois, n’a pas l’air lamentable de celle qui englue nos pavés, la brume qui flotte entre les branches dépouillées est gracieuse et légère auprès de celle qui condense, dans la grande ville, l’haleine des chevaux de fiacre et des promeneurs grelottants ; et les gouttes d’eau glissent sur les fougères et les mousses avec moins de mélancolie que sur les parapluies ou les toits. — C’est le moment propice pour étudier les mousses et les champignons. On revoit aussi, desséchées, les plantes estivales ; on retrouve leurs graines ; on en apprécie l’allure, la forme, le port, abstraction faite de la couleur et de la fleur. — L’attention se porte alors sur quantité de faits intéressants que l’abondance ou la richesse des récoltes font un peu négliger dans la belle saison.

69En été, les excursions deviennent beaucoup plus longues et beaucoup plus fréquentes. Ces jours-là, quand la cloche du réveil sonne à cinq heures, les naturalistes sont les premiers debout. On doit prendre un train matinal, souvent à l’autre extrémité de Paris ; il faut s’équiper, déjeuner à la hâte, traverser la ville encore en proie aux maraîchers et aux balayeurs. On se retrouve à la gare, on se compte, on escalade un des meilleurs wagons de troisième classe ; il faut bien — puisqu’il n’y en a pas de quatrième, ainsi que l’expliquent les anciens aux nouveaux.

70Suivant le cas, il s’agit d’explorer la forêt de Fontainebleau, de Compiègne, de Sénart, de Saint-Germain ou de Montmorency ; — d’autres fois on parcourt les jolis vallons des environs de Malesherbes, ou les coteaux sableux de Lardy avec leurs pittoresques amoncellements de grès, ou encore les collines qui bordent la Seine du côté de Mantes.

71Les environs de Paris, dont le charme est si justement célèbre, présentent les aspects les plus variés. Il y a d’ailleurs un lien entre les plantes d’une région, la nature des formations géologiques qui affleurent, et les allures diverses du paysage. En sorte que, après plusieurs années, on retrouve dans le même souvenir, souvent notés sur le même cahier, la minutieuse analyse d’un pistil et le groupement des formes et des couleurs dans le panorama.

72Quoi qu’il en soit, on avance à travers les prés ou les bois, le long des marais ou des falaises crayeuses, cueillant des plantes, déterminant à la hâte celles que l’on rencontre pour la première fois, et les connaissances indispensables à tout naturaliste, quelle que soit la voie qu’il doive suivre, s’acquièrent ainsi comme en partie de plaisir.

73Pour la géologie les excursions sont plus indispensables encore ; sans elles il n’est pas possible de concevoir comment le sol que nous foulons aux pieds a pu se constituer tantôt par les brusques éruptions des diverses roches ignées, tantôt par le dépôt, réalisé avec une infinie lenteur, des vases ou des débris organiques que les eaux tenaient en suspension. Les élèves de l’École normale, réunis à leurs camarades externes de l’Université de Paris, suivent les excursions dirigées par M. Munier-Chalmas, professeur à la Sorbonne, ou sortent seuls sous la conduite de leur maître de conférences.

74Aux vacances de Pâques, il y a une course géologique de plusieurs jours. Les élèves de l’École, qui déjà se privent avec entrain de leurs sorties hebdomadaires, n’hésitent jamais à réduire aussi leurs vacances de semestre, bien qu’ils n’y soient pas forcés. Il faut dire que le sacrifice est compensé et au delà par tout le profit scientifique et l’agrément qu’il leur procure. Une fois, l’on visite la Normandie. L’étude des falaises et quelques courses dans l’intérieur du pays permettent de voir successivement tous les terrains crétacés et jurassiques, et vers l’ouest les terrains anciens sur lesquels ils reposent. Les aspects divers de cette riche province se déroulent, l’esprit cherche à travers les blés verdoyants et les bouquets d’arbres les limites des mers anciennes. A mesure que le sac bouclé sur les épaules se remplit de fossiles, et que les faunes des grands céphalopodes disparus vivent dans la pensée, à mesure aussi les yeux s’emplissent de toutes les choses actuelles qui prospèrent sur leurs débris. Et les jours passent trop vite, laissant heureusement après eux une trace durable dans le souvenir.

75Une autre promotion visite les Ardennes, ou le Maine, ou l’Auvergne : les lieux à explorer ne manquent pas ; car, disait non sans fierté patriotique notre regretté maître, Hébert, « la France est le plus beau pays pour la géologie ».

76L’étude déborde jusque sur les grandes vacances. Heureusement, c’est toujours l’étude en plein air. Le premier mois est consacré à un séjour dans une station maritime. Depuis l’impulsion donnée par M. de Lacaze-Duthiers, plusieurs laboratoires ont été créés en divers points du littoral français. Les élèves de l’École, depuis 1881, en ont fréquenté quelques-uns : Roscoff, Banyuls, Concarneau, Wimereux, Saint-Waast, et sont revenus de partout avec la reconnaissance de l’accueil qui leur a été fait. Depuis le passage de M. Giard à la maîtrise de conférences de zoologie les élèves, de plus, vont sous sa direction, avant l’excursion géologique de Pâques, « faire » la grande marée d’équinoxe au laboratoire de Wimereux qu’il a fondé et qu’il dirige.

77Ce travail, au bord de la mer, vient en quelque sorte féconder les idées tirées de l’enseignement oral ou des lectures. Le flot glauque recouvre un monde que nul cerveau de poète ne peut imaginer. Comment traduire le saisissement que l’on éprouve si l’on explore dans les très grandes marées une grotte qui découvre rarement ? Les flaques d’eau claire sont sillonnées par des êtres demi-transparents si sveltes, si élégants, si souples qu’aucune forme terrestre n’en peut donner l’idée. Le rocher disparaît entièrement sous plusieurs couches superposées de matière vivante, informe au premier regard et d’où sortent pourtant mille suçoirs, mille fleurettes infiniment délicates, mille tentacules aux ondulations lentes et rythmées. Des couleurs inconnues sont brutalement écrasées, ou si délicatement fondues qu’elles semblent abstraites et sans support tangible. Au milieu d’un silence absolu, religieux, presque horrible, au milieu de ces êtres aux vagues perceptions que l’Océan va de nouveau engloutir et voiler, il se fait une révélation de la vie si intense et si nette, que toutes les pensées de l’avenir doivent en porter la marque.

78En outre de ces coins de synthétique mystère, rapidement entrevus mais inoubliables, la mer donne un sujet d’analyse dans chacun des types que couvre et découvre son flot. La fin du séjour arrive, et c’est presque à regret que l’on entre définitivement en vacances.

79Mais il ne s’agit pas d’écrire la « Monographie d’un naturaliste » ; arrêtons là ces quelques notes, suffisantes pour fixer ce qu’a de spécial dans l’École normale l’enseignement des sciences naturelles.

Notes

1 Gaston Bonnier, La Nouvelle agrégation des sciences naturelles. — Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur.

2 M. de Lacaze-Duthiers.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540