Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

O. Riemann

Henri Goelzer

Texte intégral

1Parmi les maîtres dont l’enseignement a honoré l’École, Riemann a su se faire une place, et, bien qu’une mort cruelle et prématurée ait borné sa carrière, on peut dire que ses leçons ont été fécondes.

  • 1 Ces travaux n’ont pas été perdus ; outre le profit que Riemann en a retiré pour son enseignement, i (...)
  • 2 Paris, Thorin, 1884 ; la première édition est de 1879.
  • 3 Qua rei criticæ tractandæ ratione Hellenicon Xenophontis textus constituendus sit (Paris, Thorin, 1 (...)

2Nommé au commencement de l’année 1882 maître de conférences de grammaire, il succédait à Charles Thurot, dont la science philologique était tenue en haute estime par tout le monde savant. C’était un lourd héritage à recueillir, et cependant, quand Riemann accepta de s’en charger, il n’y eut personne qui le jugeât inférieur à la tâche. C’est que malgré sa jeunesse — il n’avait pas encore vingt-neuf ans — il avait déjà eu l’occasion de montrer qu’il était digne d’un pareil honneur. Il avait fait ses preuves à la Faculté des lettres de Nancy et à celle de Paris ; ses leçons avaient réuni autour de lui un groupe nombreux d’étudiants intéressés et ravis par la science solide et sincère du jeune grammairien. D’ailleurs, même avant qu’il ne lui eût été donné de se produire ainsi, il avait montré à ses camarades de l’École normale et de l’Ecole d’Athènes qu’il était vraiment quelqu’un. La fermeté, la netteté de son esprit, la rigueur de sa méthode étonnaient ses maîtres ; il dépassait toujours leur attente. Quant à ses amis, ils le consultaient souvent, et, quelque embarrassant que fût le cas proposé, il était rare que Riemann ne découvrît pas ou n’aidât pas à trouver la solution. En Italie et en Grèce, il avait achevé de développer les précieuses qualités qu’il apportait aux études philologiques ; il s’était fait connaître par d’importants travaux sur le texte de Tite-Live et sur le dialecte attique1. Enfin ses deux thèses de doctorat, accueillies avec la plus grande faveur par la Faculté des lettres de Paris, avaient montré qu’il était sûr de sa méthode. Dans sa thèse française (Études sur la langue et la grammaire de Tite-Live), il redressait une foule d’erreurs traditionnelles et ne craignait pas de montrer un jugement indépendant ; loin de se laisser éblouir par l’éclat de certains noms, il se tenait sur ses gardes et il estimait qu’en philologie surtout le respect pour les maîtres ne doit pas aller jusqu’à la superstition. Le succès du livre fut très grand ; bientôt il devint nécessaire d’en donner une seconde édition2, et le jury de l’agrégation de grammaire fit à Riemann le grand honneur de proposer aux candidats l’étude de certains chapitres des Études sur la grammaire de Tite-Live. Dans sa thèse latine sur la constitution du texte des Helléniques de Xénophon3, il ne contribuait pas seulement à donner une connaissance plus exacte des manuscrits et de leur valeur, mais il indiquait avec précision et sûreté la véritable méthode à suivre pour déterminer quelles sont les formes vraiment attiques. Ces deux ouvrages étaient déjà d’un savant et faisaient honneur à la fois au latiniste et à l’helléniste.

  • 4 Première édition, Paris, Klincksieck, 1887 ; 2e éd., 1890 ; 3e éd., 1894.

3Mais Riemann n’avait pas seulement à diriger à l’École des conférences de grammaire grecque et de grammaire latine, il fallait qu’il s’occupât aussi de grammaire française, et cette partie de sa tâche l’inquiétait un peu ; il se trouvait insuffisamment préparé. Ce fut l’affaire de quelques mois à peine ; il ne lui restait d’ailleurs qu’à compléter et à achever les recherches qui lui avaient servi pour la rédaction de son cours à Nancy et à Paris. Ce cours, il n’a pas cessé un seul instant de l’améliorer et de le perfectionner en toutes ses parties. Sur les notes qu’il a laissées et qui remplissent de volumineux cahiers, il est intéressant de voir les progrès de sa doctrine. Il commence, comme il est naturel, par suivre assez docilement ses devanciers, autant du moins que leurs opinions ne sont pas en contradiction avec ce que ses recherches lui ont appris ; puis, peu à peu, ses idées personnelles deviennent plus nettes et plus fermes, car il les soumet au contrôle de l’expérience et ne s’y arrête qu’après en avoir vérifié l’exactitude ; enfin il se trace lui-même sa voie et y marche d’un pas assuré. De ces travaux et de ces efforts pour découvrir la vraie doctrine est sortie une Syntaxe latine4, dont l’originalité consiste en ce que l’auteur s’est proposé, non de traiter avec un égal développement toutes les parties de la syntaxe, mais de passer assez rapidement sur les points où tous les grammairiens sont d’accord, pour insister davantage sur certaines questions controversées, signalant des faits qui n’avaient pas encore été relevés et les expliquant le premier d’une manière satisfaisante. Il ne voulait nullement se singulariser ; il avait horreur de ceux qui cherchent à attirer l’attention, de quelque façon que ce soit : il ne poursuivait qu’une chose, la recherche consciencieuse du vrai, estimant que c’est encore le meilleur moyen de rendre l’attrait de la nouveauté même à des questions rebattues. C’est d’ailleurs la passion de la vérité qui a animé tout son enseignement, qui l’a soutenu dans ses recherches patientes et obstinées, qui lui a donné enfin la force de se séparer quelquefois de ses maîtres. Charles Thurot avait toujours montré pour la grammaire historique, quand elle s’applique au grec et au latin, une sorte de réserve qui allait jusqu’à la défiance : il estimait que, les littératures grecque et latine nous étant parvenues à l’état fragmentaire, il y avait beaucoup de témérité à affirmer que telle construction est classique et telle autre, point. Riemann n’était pas aussi sévère : au contraire, il s’efforçait dans son cours de réfuter les objections de son maître, et il a été un des plus ardents défenseurs de la méthode historique dans la grammaire latine et même dans la grammaire grecque. En revanche, il n’était pas loin de trouver, comme son maître, qu’on faisait à la grammaire comparée une place beaucoup trop grande dans l’enseignement élémentaire. Il connaissait aussi bien que personne les méthodes de la linguistique auxquelles l’avait initié le cours de M. Bréal au Collège de France, en 1874. Il savait quel service elle nous a rendu en nous débarrassant de toutes sortes de vieilles explications purement mécaniques empruntées pour la plupart aux grammairiens anciens. De plus il jugeait que c’est une étude très intéressante. « Il est fort curieux, disait-il, que, grâce à elle, nous arrivions aujourd’hui à savoir de quoi est composée une forme grecque ou latine infiniment mieux que les Grecs ou les Latins ne le savaient. » Aussi consacrait-il un grand nombre de ses leçons à résumer les résultats de la grammaire comparée. Mais en même temps il mettait ses auditeurs en garde contre les brillantes hypothèses des linguistes ; il insistait sur l’impossibilité où l’on est le plus souvent d’en vérifier l’exactitude ; enfin il estimait que, si l’étude de la grammaire comparée elle-même peut être un couronnement utile de l’enseignement des langues grecque et latine, elle ne peut pas être un moyen d’apprendre le grec et le latin.

4La passion de la vérité et la rigueur de la méthode n’étaient pas les seules qualités de Riemann ; il y joignait le bon sens et un goût délicat. Il ne voulait pas qu’on confondît le grammairien et le philologue avec ceux qui ne voient dans l’étude grammaticale des auteurs qu’un prétexte à dresser des statistiques. Il s’était déjà finement moqué dans sa thèse du travers puéril où tombent ceux qui, pour donner à leurs conclusions une apparence de rigueur mathématique, s’expriment ainsi : « Il y a en latin 3814 substantifs abstraits, dont 2889 ne se rencontrent qu’au singulier, 925 aussi au pluriel ». Il ajoutait : « Ce n’est pas tout de réunir des exemples : il faut savoir les comparer entre eux, marquer les ressemblances et les différences, reconnaître dans un fait grammatical les circonstances essentielles et celles qui ne sont que des accidents, tenir compte des raisons particulières qui, dans chaque cas, ont pu modifier l’expression et faire choisir telle construction de préférence à telle autre, enfin se défier avant tout des distinctions subtiles et ne pas se hâter d’imaginer des règles que les faits viennent démentir ensuite. Tout cela demande une grande rigueur de méthode, beaucoup de critique, de netteté d’esprit et de bon sens, un sentiment très fin de la langue qu’on étudie, je dirais même beaucoup de goût, si ce terme n’était pas peut-être trop ambitieux en pareille matière ».

5Il était impossible de définir avec plus de bonheur la tâche du grammairien vraiment digne de ce nom. Tant qu’il enseigna à l’École, Riemann ne fit pas autre chose que mettre en pratique la théorie qu’il avait si bien résumée. II se préoccupait autant de former des savants que de préparer des candidats à l’agrégation : il ne croyait pas que le but d’une institution comme l’École fût uniquement de mettre une élite de jeunes gens en état de passer des examens. Sans doute il ne négligeait rien pour assurer le succès de ses élèves ; il lisait avec eux leurs auteurs, mais non pas à la hâte et en ne laissant rien à leur initiative. Il aimait à s’arrêter, à s’attarder, si l’on veut, sur une page, montrant par des exemples tout ce que demande de connaissances la complète intelligence d’un auteur ; tel mot lui fournissait l’occasion d’une courte étude sur la succession des sens, telle construction l’amenait à prouver combien il est difficile d’énoncer une règle qui soit à la fois exacte et précise. Formés à une telle école, les élèves ne tardaient pas à acquérir l’habitude de la réflexion et l’esprit de méthode ; quelques-uns y puisaient pour la science un respect qui allait jusqu’au culte ; tous avaient pour leur maître une estime et une admiration sincères. C’est que Riemann ne venait presque jamais à l’École sans apporter à ses élèves quelque chose de nouveau et d’inédit ; c’est qu’il se faisait un plaisir d’élucider pour eux, autant qu’il le pouvait, les questions les plus obscures ; c’est qu’enfin il ignorait l’art d’esquiver les difficultés ; il aurait rougi de dissimuler l’embarras où le mettaient certaines particularités de langue et de syntaxe.

6Chez Riemann l’homme valait le savant ; sous une apparente froideur, il cachait une sensibilité vive, une bonté que connaissaient bien ses parents, ses amis et ceux de ses élèves auxquels il s’était plus particulièrement attaché. Ennemi du bruit, vivant loin du monde, il se donnait tout entier aux siens et à la science. Sa modestie était extrême ; alors que son autorité était reconnue à l’étranger et ses ouvrages cités partout avec éloge, il ne songeait nullement à en tirer vanité. Il allait même jusqu’à dire que ses travaux de philologie lui paraissaient bien peu de chose et que ses succès étaient dus uniquement à ce qu’il avait eu la patience de lire certains livres et de se livrer à certaines recherches qu’un philologue passablement doué aurait pu et pouvait entreprendre aussi bien que lui. Il faisait, on le voit, bon marché de ses précieuses qualités ; mais s’il était à ce point désintéressé et oublieux de lui-même, l’École lui doit et se doit à elle-même de ne pas laisser périr sa mémoire. D’ailleurs ses élèves — et il en a laissé qui lui font honneur, comme MM. Brunot, Des-rousseaux, Fournier, Petitjean, Durand, etc. — ses élèves ne permettraient pas qu’il en fût ainsi ; ils lui ont tous gardé la reconnaissance et l’affection les plus vives. Un d’entre eux, que la mort devait ravir quelques semaines à peine après Riemann, M. Charles Cucuel, professeur à la Faculté des lettres de Bordeaux, en donna une preuve bien touchante. Quand il apprit la mort de Riemann, il siégeait au jury de l’agrégation de grammaire ; malgré tous ses efforts, il ne put continuer à accomplir sa tâche, il sentait les larmes monter à ses yeux et il dut sortir pour pleurer librement.

  • 5 Il ne saurait être question dans cette notice que du rôle joué à l’Ecole par Riemann. Pour avoir un (...)

7Mort au milieu d’août 1891 des suites d’un accident de montagne, Riemann a vu sa vie brisée à trente-huit ans à peine, mais il n’a pas péri tout entier, puisque son œuvre subsiste et qu’il a formé des élèves, dignes héritiers de sa méthode et de son esprit scientifique. C’est là sans doute une consolation, mais une consolation bien faible, quand on pense à ce qu’il nous aurait donné lui-même dans la pleine maturité de son talent et surtout quand on songe au vide qu’il a laissé à son foyer5.

Notes

1 Ces travaux n’ont pas été perdus ; outre le profit que Riemann en a retiré pour son enseignement, il en a consigné les résultats dans une série d’articles publiés par diverses revues. Cf. Bulletin de correspondance hellénique, 1878, pp. 133-161, 317-319 ; 1879, p. 492 ; 1880, p. 140. — Revue de Philologie (nouvelle série), t. IV, pp. 100 e t 157 ; t. V, p. 145 et suiv. ; t. IX, pp. 49, 169.

2 Paris, Thorin, 1884 ; la première édition est de 1879.

3 Qua rei criticæ tractandæ ratione Hellenicon Xenophontis textus constituendus sit (Paris, Thorin, 1879).

4 Première édition, Paris, Klincksieck, 1887 ; 2e éd., 1890 ; 3e éd., 1894.

5 Il ne saurait être question dans cette notice que du rôle joué à l’Ecole par Riemann. Pour avoir une idée complète de sa vie et de son talent, on pourra lire, outre les discours prononcés sur sa tombe au cimetière Montparnasse, la notice que lui a consacrée M. Chatelain dans la Revue de philologie, t. XVI, p. 1 sqq., et celle que j’ai composée moi-même et qui se trouve dans l’Annuaire de l’Association des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1892.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540