Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 2

Quatrième partie. De l’expression à la suggestion

Expression, impression, suggestion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

FRANZ LISZT (1811-1886)

Le compositeur et pianiste dont la vie couvre la plus grande partie du xixe siècle est évidemment passé par des esthétiques tout à fait différentes les unes des autres.

Dans ce texte sur Frédéric Chopin, Franz Liszt mentionne certes une musique expressive, se rapportant aux sentiments, mais il donne cependant la part belle à un mot qui fera florès plusieurs décennies plus tard : les impressions.

On a contesté la sincérité des textes de Liszt à l’égard de son ami et néanmoins rival Chopin, et on a pensé qu’il dissimulait son envie par de l’admiration. On a fait de lui le premier artisan, intéressé, de la légende d’un Chopin maladif, lequel, de son côté, a mal interprété les éloges de Liszt dans lesquels il a vu une critique voilée. Quelle que soit l’interprétation biographique que l’on peut donner à ces écrits, ils n’en restent pas moins l’une des premières critiques cherchant à mettre en évidence le décousu, le fugitif, le superposé non discursif dans une œuvre....

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540