Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 2

Troisième partie. À la recherche concrète de l’expression musicale

Le rapport entre le texte et la musique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

STENDHAL (1783-1842)

Engagé dans l’armée de Bonaparte, Stendhal découvre l’Italie et se fixe à Milan jusqu’en 1821. De retour à Paris, il publie divers essais qui défendent un romantisme libéral. À travers la notion de dilettante qu’il développe, c’est une théorie du sujet écoutant qui se met en place : la spontanéité, l’invention libre de l’auditeur à l’affût de ses sensations s’opposent à la démarche du savant, qui sait apprécier la forme et la technique musicales.

Cependant, il ne s’agit pas de la recherche d’un plaisir immédiat et purement sensoriel, même si celui-ci est premier : c’est à l’expressivité que le dilettante est sensible, c’est-à-dire à l’émotion, à la participation active aux passions à laquelle lui permet d’accéder la musique ; dans la musique, le chant ; et, dans le chant, de préférence, le bel canto, c’est-à-dire le chant italien que Rossini à mené jusqu’à une certaine perfection, avant de sacrifier à la force et au refus de l’improvisation par les chanteurs. La m...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540