Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Chapitre VIII. L’aspect des cours

Texte intégral

  • 1 Annales patriotiques et littéraires du 3 pluviôse.
  • 2 Schmidt, Tableau de la Révolution, tome II, p. 246.
  • 3 Garat se figurait-il vraiment qu’il contenait deux ou trois mille personnes ? Il l’a dit tout au m (...)

1L’ouverture de l’École normale eut lieu le 1er pluviôse par un froid de onze degrés. La neige, fraîchement tombée, couvrait la ville et le fleuve gelé ; comme à travers un verre fumé, le soleil, derrière une brume épaisse, apparaissait presque noir1. Ce malin-là, par extraordinaire, il y avait eu du pain pour tout le monde chez les boulangers ; les rassemblements n’en étaient que plus nombreux à la porte des boucheries, et sur le port de la Tournelle, devant les rares bateaux de charbon qu’emprisonnait la glace, la queue s’allongeait toujours, avec son tumulte qui ne cessait même pas la nuit, grelottante, parfois furieuse et prête au pillage2. Nulle part la fièvre qui brûlait Paris n’était plus ardente que sur ce quai par où l’on gagnait la grille du Muséum. Peut-être la voiture du comité d’instruction publique qui conduisit Lakanal et Deleyre à la séance passa-t-elle devant celte foule de malheureux qui accusaient la Convention de leurs maux, et la vue des panaches tricolores excita-t-elle leurs clameurs. Peut-être, pour éviter ce passage dangereux, prit-on le chemin du faubourg Saint-Victor, qui conduisait directement à l’ancien hôtel de Magny où l’amphithéâtre avait été construit ; par là passèrent certainement la plupart des élèves que les travaux de la Sorbonne avaient décidés à se loger dans le quartier Latin. Ce fut sans doute pour la population de ces misérables quartiers une surprise extraordinaire que le défilé de ces hommes de tout âge et de toute allure, dont le costume trahissait les origines et les occupations diverses, mais qui tous portaient l’enthousiasme sur le visage, en se hâtant vers la séance impatiemment désirée, où ils allaient entendre enfin les savants les plus illustres du pays, où la plupart espéraient apercevoir la fin de leurs privations, le commencement d’une carrière nouvelle, et peut-être aussi celui de la régénération nationale. Beaucoup cependant eurent tout de suite une première déception. Lorsque les gradins de l’amphithéâtre furent occupés3, la porte, gardée par une sentinelle de la garde nationale, se ferma, et les derniers venus, malgré les cartes qui leur donnaient droit à l’entrée, furent obligés de rester dans le jardin et de se contenter du bruit des applaudissements qui remplissaient la salle.

  • 4 Décade du 10 pluviôse.
  • 5 Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 1871, pp. 229-232.
  • 6 Je crois que Méhée était élève de l’École. Dans un article du 20 pluviôse, signé de lui, il dit : (...)

2L’amphithéâtre avait été décoré de tentures tricolores4. Une lettre de Fourrier5 nous a conservé la description des séances. Des gens de lettres, des savants connus, des professeurs du Lycée, même des dames, occupaient des places réservées au bas de la salle, dans un espace plat séparé des gradins par une grille ; en face, sur un plancher surélevé, Laplace, Haüy et Monge, qui devaient parler pendant la séance, étaient assis dans des fauteuils. Derrière eux et sur un second plancher plus élevé encore, étaient assis Lakanal et Deleyre, dans la tenue des représentants du peuple en mission. Pour ouvrir la séance, Lakanal se leva et, chapeau en tête, sabre au côté, lut de sa forte voix de Méridional robuste le décret de la Convention qui établissait l’École. Tous les spectateurs et les élèves s’étaient de leur côté levés et découverts et répondirent par des salves d’applaudissements ; après quoi ils se rassirent, remirent leurs chapeaux sur leurs têtes, et Laplace, tête nue, lut son programme et fit sa première leçon. Haüy et Monge lui succédèrent. Les professeurs parlèrent toujours découverts devant les élèves couverts. Le cérémonial resta le même, au moins pendant les deux premiers mois, jusqu’à ce que Lakanal ait été envoyé en mission dans les départements pour l’organisation des Écoles centrales : Deleyre et lui présidaient toujours la séance, chacun à sa façon, le premier somnolent et bonhomme, le second important et majestueux. On ne tarda pas à s’impatienter de les voir ainsi dominer tous les deux du haut de leur estrade les séances de l’École. Dès le 7 pluviôse, le Journal de Perlet demanda « s’ils avaient par hasard la prétention de contrôler les leçons des premiers géomètres, des premiers physiciens, des premiers littérateurs de France et par conséquent d’Europe ». Le 12, Tallien fit une motion inutile à la Convention pour faire supprimer leur mission. Son journal, l’Ami des citoyens de Méhée6, leur décocha alors des épigrammes à travers lesquelles on aperçoit leur silhouette juste et leur attitude vivante.

  • 7 L’Ami des citoyens du 30 pluviôse.

Deleyre est un puits de science ;
Comme il préside la séance !
Savez-vous bien ce qu’il fait là ?
Il arrive, il dort, il s’en va :
Le lendemain il recommence7.

3Quant à Lakanal, sa posture est bien celle de protecteur des savants qu’il voulait garder pour la postérité ; seulement on la prenait moins au sérieux en 1795 que sous le règne de Louis-Philippe.

  • 8 L’Ami des citoyens du 30 pluviôse.

A nos leçons un pédant de collège
En belle chaire est venu s’installer.
Par un décret il a le privilège
De ne rien dire et de beaucoup parler.
Il règle tout ; sur lui tout doit rouler.
Il distribue et louange et reproche,
Exalte ceux qu’il faudrait ravaler ;
Bref, mon pédant est la mouche du coche,
Qui nuit, bourdonne et croit tout faire aller8.

4L’épigramme est manifestement conforme à tout ce que nous avons appris par ailleurs sur Lakanal, et je l’inscrirais volontiers au-dessous de l’épigraphe tirée de Sénèque qu’il a mise en 1838 à l’Exposé sommaire de ses travaux :

Qui statuit aliquid, parte inaudita altera,
Æquum licet statuerit, haud æquus est.

  • 9 Lettre de Bailly à Bernardin de Saint-Pierre, manuscrit de la bibliothèque du Havre. Bailly, prote (...)

5La présence des représentants du peuple aux séances n’empêcha pas qu’une des principales prescriptions du règlement, ou plutôt qu’un engagement formel des professeurs ne fût violé. Si l’on en croit la lettre de Fourrier, il y eut peu de leçons réellement improvisées. Profitant de la distance où se trouvaient les élèves, les professeurs avaient toujours leurs cahiers sous les yeux ; on ne savait si Haüy lisait ou récitait par cœur ; Daubenton lisait et parlait alternativement. Il est sûr que d’autres en ont fait autant : Volney a dû apprendre par cœur ses leçons très soignées de composition et de style9 ; La Harpe a lu des traductions ou relu ses leçons du Lycée ; Mentelle a certainement lu ses leçons sur la Russie ; Bernardin de Saint-Pierre, si l’on en juge par son manuscrit, a lu sans même se soucier que chaque leçon se distinguât bien de celle qui précédait et de celle qui suivait : il commençait à l’heure et finissait à l’heure, puis reprenait la fois suivante au point où il en était resté. Ce n’était vraiment pas la peine d’avoir consacré les trois premières pages du journal sténographique des séances à expliquer la différence « prodigieuse » qu’il y a entre un cours lu et un cours parlé.

  • 10 Ni Vandermonde qui ne commença son cours qu’en ventôse, ni Bernardin de Saint-Pierre qui ne parut (...)
  • 11 Pinet, Histoire de l’École polytechnique, p. 454.
  • 12 Voici une citation qui donne idée du ton de Monge. Dans la séance de débats du 10 pluviôse, expliq (...)
  • 13 Son enseignement ne pouvait, en effet, se passer d’exercices d’application. Dans sa deuxième leçon (...)

6Les portraits des professeurs de l’École10 sur leur estrade nous ont été conservés par la même lettre de Fourrier, croquis lestement enlevés et inégalement poussés suivant l’intérêt qu’il prenait au modèle. Mentelle et Buache sont à peine indiqués. Le premier fait des leçons extrêmement familières et qui n’ont rien de digne de l’établissement : « Il converse passablement, autant que j’en puis juger, car je ne l’écoute presque jamais ». Le second est un géographe très renommé qui parle fort mal et indique quelquefois de la science. — Daubenton est déjà dessiné de plus près : « C’est un vieillard cassé que l’on porte pour ainsi dire au fauteuil ; il n’est entendu de personne. Il y a quelques répétitions dans ses leçons, mais elles sont remplies de raison et de science : il n’y a point eu de naturaliste plus complètement et plus sagement instruits ; il a dans la parole un ton de bonhomie qui ajoute au respect qu’il inspire. » On n’eût pas parlé autrement il y a quelques années du centenaire Chevreul. — Berthollet et Laplace n’étaient pas, malgré tout leur génie, des professeurs de premier ordre, ou plutôt une pareille assemblée n’était pas l’auditoire qui leur convenait. « Berthollet, dit Fourrier, est le plus grand chimiste que nous ayons, soit en France, soit chez les étrangers ; il n’est pas âgé et d’un extérieur assez ordinaire. Il ne parle qu’avec la plus extrême difficulté, hésite et se répète dix fois dans une phrase et paraît embarrassé dans les moindres détails d’une expérience. Laplace paraît assez jeune, a la voix faible, mais nette ; il parle avec précision, mais non pas sans quelque difficulté ; il est d’un extérieur assez agréable et vêtu fort simplement ; il est d’une taille moyenne. L’instruction mathématique qu’il donne n’a rien d’extraordinaire et est fort rapide. » — Haüy, excellent dans les leçons, ne valait rien dans les conférences, à cause de sa timidité : « Haüy, ci-devant abbé, est d’une simplicité et d’une modestie fort extraordinaires ; il n’est pas vieux, son costume est encore à peu près celui d’un homme d’église ; il a en outre refusé de prêter le serment. Il a la voix très nette, se fait parfaitement entendre, et parle avec beaucoup d’élégance et de facilité. Il est impossible de s’exprimer en meilleurs termes. Il est tellement timide que si quelqu’un prend la parole pour lui demander un éclaircissement, il se brouille et répond mal ou ne répond pas du tout. » — Monge était évidemment, de tous les professeurs de sciences, celui qui exerçait l’action la plus énergique sur les élèves, qu’il tutoyait à la façon républicaine, en dépit de La Harpe. « Monge a la voix forte, il est actif, ingénieux et très savant. Comme on le sait, il excelle dans la géométrie, la physique et la chimie ; la science dont il donne des leçons est infiniment curieuse et il l’expose avec toute la clarté possible. On trouve même qu’il est trop clair ou plutôt que sa méthode n’est pas assez rapide. Il donnera des leçons particulières de pratique. Il parle très familièrement, avec précision le plus souvent. Il n’est pas seulement recommandable pour ses hautes connaissances, on le dit très estimable sous tous les rapports publics et privés ; son extérieur est fort ordinaire. » C’est le même homme qu’aux cours révolutionnaires de l’École centrale des travaux publics, passionné pour ses élèves et pour sa science, tout à eux et à elle. Le portrait qu’en a laissé Barnabé Brisson11 complète et confirme l’esquisse de Fourrier : « Plusieurs cours à la fois ne l’empêchaient pas de venir dans nos salles d’étude lever les difficultés, causer de sciences avec nous ; et lorsque le soir il regagnait sa demeure, une foule d’élèves l’accompagnaient jusqu’à sa porte pour profiter encore de son entretien. D’autres professeurs parlaient mieux que Monge, aucun ne professait aussi bien que lui ; ses gestes, sa pose, les tons variés de sa voix, tout servait à développer ses pensées et ajoutait à ses expressions. L’œil fixé sur les yeux de ses auditeurs, il savait y deviner le degré où en était l’intelligence de chacun d’eux, et ne passait jamais à la seconde partie d’un raisonnement que la première ne fût généralement comprise12. » Tel il était à l’Ecole polytechnique, tel il fut aussi à l’École normale, et c’est lui sans doute qui fit instituer les conférences par groupes dont nous nous occuperons plus loin13.

7Parmi les professeurs de sciences, celui dont Fourrier fait le portrait avec le plus de complaisance est celui qui professe le moins, mais dont le génie domine tous les autres, Lagrange : « Lagrange, le premier des savants d’Europe, paraît avoir de cinquante à soixante ans : il est cependant plus jeune ; il a dans les traits de la dignité, et de la finesse dans la physionomie ; il paraît un peu grêlé ou pâle ; sa voix est très faible, à moins qu’il ne s’échauffe ; il a l’accent italien très marqué, il prononce les s comme des z ; il est très modestement vêtu en noir ou en brun ; il parle très familièrement et avec quelque peine ; il a dans la parole l’embarras et la simplicité d’un enfant. Tout le monde voit bien que c’est un homme extraordinaire, mais il faut l’avoir vu pour y reconnaître un grand homme. Il ne parle que dans les conférences, et il y a telles de ses phrases qui exciteraient la risée. Il disait l’autre jour : « Il y a « encore sur celte matière beaucoup de choses importantes à dire, mais je ne « les dirai pas. » Les élèves, dont la plupart sont incapables de l’apprécier, lui font assez peu d’accueil, mais les professeurs le dédommagent. »

8En face de ce mathématicien exquis de simplicité et de gaucherie, qui zézaye et ne dit rien à la foule, le faiseur qui la séduit, reste toujours en scène et emporte le gros succès : « Sicard est connu comme instituteur des sourds-muets. Petit de taille, encore jeune, il a la voix forte, distincte et timbrée. Il est ingénieux, intéressant, actif, et sait comment occuper une grande assemblée. Il plaît à la multitude, qui l’applaudit à tout rompre. Il vante son art, sa méthode et ses principes, et parle à tout propos de l’homme de la nature qu’il prétend être le sourd et muet. C’est un homme de beaucoup d’esprit sans génie, qui parait fort sensible et qu’au fond je crois modeste, mais qui a été séduit par je ne sais quel système de grammaire, qu’il prétend être la clef des sciences. Il parle souvent, longtemps et avec emphase ; il a dans l’accent et dans la diction quelque chose de capricieux. Son projet de grammaire, qui a des côtés brillants, est un des plus fous que je connaisse. Cependant on parle de l’adopter et même de le prescrire dans les écoles de la République. Si on en vient là, nous aurons de quoi rire. Du reste, Sicard est rempli de zèle et de patience et donne l’exemple de toutes les vertus, mais il est fou : et cela me fait songer qu’il plaît aux femmes, quoique petit et assez laid. »

9Fourrier se sentait malgré tout un faible pour Sicard qui l’amusait ; il me paraît à l’égard de Volney d’une sévérité tout à fait injuste. Volney a probablement déplu par des qualités opposées aux défauts de Sicard : il était trop distingué, et Fourrier qui se faisait « multitude » pour jouir du remuant abbé, le restait sans doute un peu lorsqu’il s’exprimait ainsi sur le professeur d’histoire : « Volney est un homme assez jeune et fort bien vêtu, grand, d’un extérieur très agréable. Je connais peu ses écrits. Il parle avec facilité et en termes extrêmement choisis ; sa parole est lente, et il semble s’y complaire. Si les connaisseurs ne sont pas flattés sous le rapport du goût, ils sont du moins étonnés par l’éclat de la diction. Il a voulu remplir son cours de trop de philosophie, et au milieu de ces accessoires brillants, l’objet principal disparaît. »

10La personne de Volney était peut-être sympathique à Fourrier ; son talent lui était antipathique. C’est le contraire pour Garat auquel il reproche son exaltation philosophique, et pour La Harpe, dont il blâme les colères et les rancunes : « Garat est un homme assez jeune, de taille médiocre et d’un extérieur assez agréable. Il a la voix forte, le ton animé et très oratoire. Sa parole est forte et éloquente ; il a moins de goût que La Harpe, mais plus de chaleur et de vivacité. Quant au fond, je lui trouve des idées un peu exaltées : il ne parle de rien moins que de perfectionner l’organisation humaine et d’ouvrir des routes jusqu’ici inconnues à l’esprit humain. Il vante beaucoup et presque exclusivement Bacon, Locke et Condillac, dont il est admirateur enthousiaste. Au reste, il faudrait être injuste pour refuser à Garat des talents supérieurs et extraordinaires ; c’est, après La Harpe, celui que j’aime le mieux entendre parler.... La Harpe est fort connu, parle avec beaucoup d’élégance et de goût ; il n’a pas le ton de charlatanerie qu’on peut reprocher à quelques autres, mais il a le ton goguenard et tranchant ; il parle sans avoir l’air gêné et a la voix fort nette. Littérateur très savant, il ne fait point parade de science, ne la montre qu’à propos, ne cherche pas, comme d’autres, à vanter son art plus que tous les autres, et se fait écouter avec plaisir par les gens de bon goût. Il s’est montré partisan déclaré, comme on peut le voir dans son programme, et ne sera approuvé en cela que de la multitude. La persécution injuste qu’il dit avoir éprouvée n’est pas une cause suffisante, car il faut être tolérant, même à l’égard de ceux qui ne le sont pas toujours. Au reste, je trouve qu’il est de tous les professeurs celui qui parle le mieux. »

  • 14 Cette lettre, tirée des archives de Versailles, a été publiée dans Mariotti, Conférences de pédago (...)
  • 15 Il faut ajouter Vandermonde, arrivé au dernier terme de la phtisie et qui pouvait à peine se faire (...)

11Fourrier avait alors de bonnes raisons pour aimer la tolérance : ses ennemis commençaient à s’agiter contre lui à Auxerre. Son témoignage n’en est que plus probant pour montrer que l’École normale n’était pas jacobine. Il est confirmé d’ailleurs, sans parler des journaux, par une lettre d’un autre élève, l’abbé La Perruque, adressée sous forme de rapport au district de Versailles, quelques jours après la clôture de l’École14 : « La Harpe nous agrandissait les facultés de l’esprit, en faisant retentir à nos oreilles les chefs-d’œuvre d’éloquence de Démosthènes et de Cicéron, et de plusieurs auteurs qui ont immortalisé le nom français. Citoyens, si vous l’eussiez entendu tonner contre le vandalisme, l’ignorance et l’ânerie, foudroyer le système de nos derniers tyrans, système d’horreur, d’anarchie et de brigandage ; si vous l’eussiez entendu parler de ce tutoiement soi-disant républicain introduit dans la société par ce même système, le rechercher dans son origine impure, le démontrer dans ses progrès, insultant à la fois et les mœurs et la décence, le suivre enfin dans ses suites affreuses, féroces, sanglantes... et si, après des peintures terribles autant qu’énergiques, vous l’eussiez écouté rappelant les véritables principes de justice, de sociabilité, de décence, de moralité, sans doute vos esprits, vos cœurs, vos âmes se seraient joints aux nôtres, et vous auriez applaudi avec le même élan et le même enthousiasme que nous. » Autant qu’on peut en juger par ce témoignage, le succès de La Harpe a donc été comparable à celui de Sicard. Le Journal de Perlet du 15 floréal en prit prétexte pour poser sa candidature à la succession de l’abbé Barthélémy à la Bibliothèque nationale, en déclarant qu’il était impossible d’exciter plus d’enthousiasme dans une nombreuse assemblée. Ainsi la passion politique et la mise en scène sentimentale eurent plus de prise sur la majorité des élèves de l’École que la simplicité de l’enseignement scientifique ; leur action fut d’autant plus vive qu’elles eurent à leur service des hommes maîtres de leur parole, comme Sicard et La Harpe, tandis que la plupart des professeurs de sciences étaient trahis, comme Daubenton ou Laplace, par la faiblesse de leur voix, ou, comme Haüy et Berthollet, par leur timidité15.

  • 16 Citoyens représentants,
    Le plus beau jour, le plus heureux pour les Français, le plus glorieux pour (...)
  • 17 Cette adresse avait été rédigée et signée le 2. Le texte manuscrit, qui est conservé aux Archives (...)
  • 18 Leçons, I, p. 291.

12Quelques-uns des incidents les plus caractéristiques de l’existence de l’École normale se rattachent précisément à la sensiblerie et à la politique. En politique, l’École fut, je l’ai déjà dit, thermidorienne, très anti-terroriste, comme le montrèrent l’adresse à la Convention du 8 pluviôse16 et celle du 5 germinal17 dont il a déjà été question, et en même temps très éloignée de toute espèce de sentiments monarchiques, très passionnément républicaine : elle le fit voir dans la séance du 7 pluviôse où Daubenton, déjà animé par la critique du style de Buffon, éleva tout à coup la voix pour contester au lion le titre de roi des animaux ; il n’y avait pas, disait-il, de roi dans la nature. L’enthousiasme soulevé par cette déclaration fut si violent que les éditeurs du journal des séances ajoutèrent en note18 au compte rendu sténographique : « Quoique ces feuilles ne doivent rendre compte que des discours et non de leurs effets, le beau mouvement auquel cette phrase a donné lieu mérite de passer dans l’âme de tous ceux qui n’étaient pas à la séance. Jamais peut-être une aussi importante vérité n’était sortie d’une bouche plus respectable et n’a obtenu d’un auditoire aussi nombreux une conviction plus intime et plus prompte, une démonstration plus évidente et plus complète. Les mains, les yeux, les physionomies, les acclamations, les attitudes rendaient à l’envi la même opinion ou plutôt le même sentiment imprimé d’avance dans tous les cœurs. C’était vraiment l’esprit public qui jaillissait dans toute sa pureté et dans toute sa force du foyer de l’instruction. Jamais la haine de la royauté ne s’est manifestée avec plus d’énergie et l’amour de la République avec plus d’éclat. »

  • 19 Moniteur, réimpr., XXIII, p. 307. La citation est amusante, lorsqu’on sait que Bernardin de Saint- (...)

13Quant à la sensiblerie, nombre d’incidents prouvent que chez les élèves de l’École comme chez leurs contemporains, elle n’avait pas été atténuée, bien au contraire, par la période de la Terreur : les attendrissements ne cessèrent pas pendant toute la durée du cours. Le premier accès eut lieu le 3 pluviôse à la deuxième séance : « lorsque le bon, le vertueux Bernardin de Saint-Pierre, lorsque le respectable Daubenton se levèrent pour monter au bureau, les applaudissements unanimes et longtemps prolongés ont retenti dans l’amphithéâtre. L’oreille ne pouvait se lasser de les entendre ni l’œil de les voir. Quelque chose de plus que l’attention suspendait tous les esprits ; c’était de l’admiration, de l’attendrissement même, en voyant, en écoutant ces vénérables interprètes de la morale et de la nature19 ».

  • 20 Exemple de proposition incidente : « Tous les Français doivent se rallier à la Convention qui pour (...)
  • 21 Décret rendu après le rapport de Jouenne dont il a déjà été question (Moniteur, réimpr., XXIII, p. (...)
  • 22 Feuille de la République du 11 pluviôse. Le Moniteur du 15 reproduit ce récit (Réimpr., XXIII, p. (...)
  • 23 Leçons, II, p. 90.
  • 24 Ibid., I, p. 128.
  • 25 Ibid., p. 137.
  • 26 Ibid., p. 133.
  • 27 Ibid., II, p. 249.

14Sicard, qui sut jouer comme pas un de son auditoire et glissait, quand l’occasion s’en présentait, la politique dans des exemples de grammaire20, produisit sur les nerfs des élèves, en leur présentant ses sourds-muets, les effets qui lui valurent en tout temps un prodigieux succès. Le 6 pluviôse, il amena cinq jeunes sourds-muets avec lui, et entre autres Massieu, que la Convention lui avait adjoint comme répétiteur, avec 1 200 livres de traitement, par le décret du 16 nivôse21. Il raconta qu’en apprenant la nouvelle, « l’intéressant jeune homme avait levé les yeux vers le ciel et dit à son bienfaiteur dans le langage des signes : « Enfin je pourrai donc donner du pain à ma mère ! » Ce récit, fait par le citoyen Sicard avec l’accent de la sensibilité devait attendrir tous les élèves de l’Ecole normale ; et en effet les larmes coulaient de tous les yeux22. » Mais ce n’est pas seulement en montrant ses sourds-muets que Sicard se ménagea des succès d’attendrissement : tout son cours fut plein d’appels aux émotions faciles. « La grammaire est pour l’esprit et pour le cœur ce qu’est pour notre corps cette seconde nourriture qui remplaça celle que nous prodiguait le sein maternel23. » — « Et quel autre art que l’art de la parole nous consolerait si souvent au milieu des angoisses de cette triste vie, si l’âme de ceux qui nous entourent était fermée pour notre âme par l’absence de la parole ; si la nôtre ne pouvait s’ouvrir à son tour aux tendres accents de l’amitié ! Et quels signes remplaceraient jamais le nom si doux d’ami, quand la langue du cœur le prononce et l’adresse à l’oreille du cœur24. » — Ailleurs ce sont « les mères sensibles25 », c’est « la tendre enfance », l’enfant auquel on fait oublier « qu’il n’est plus sur le sein de sa mère26 ». — L’explication de l’origine du verbe être est un chef-d’œuvre du genre27 : « Nous apprendrons à notre élève que ce mot fut peut-être un des premiers que dut prononcer la tendresse de la première mère, qui voulut rassurer son mari sur l’apparence de mort de son premier enfant, endormi sur ses genoux. Il vit, dit-elle, il respire ; j’entends le souffle de sa bouche (et une mère ne saurait s’y tromper), ce souffle est celui de sa vie ; il existe, il est. » Sicard ajoutait ensuite que l’explication, empruntée à Court de Gébelin, était peut-être plus ingénieuse que vraie, mais l’effet cherché était produit, et tous les pères de famille redevenus élèves pleuraient en pensant à leurs femmes et à leurs enfants.

15C’est à peine si Bernardin de Saint-Pierre lui-même obtint un succès comparable à celui de Sicard. Il lui avait suffi tout d’abord de paraître pour que les larmes jaillissent des yeux, et une attente de trois mois le rendait plus intéressant encore : aussi sa première leçon (2 floréal) excita-t-elle le même applaudissement que la petite allocution du 5 pluviôse, où il s’était excusé de ne pas commencer en même temps que ses collègues. « Précédé de sa réputation, environné de l’éclat de ses vertus, sa présence si longtemps désirée a excité les plus vifs transports. C’est à la campagne, livré aux affections domestiques et dans l’espoir prochain d’être père, que l’orateur a déclaré avoir conçu et médité le projet d’un traité d’éducation.... Son discours, étincelant de beautés, fut souvent interrompu par des applaudissements qui, en rendant hommage au talent de l’auteur, annonçaient avec quel zèle son cours serait suivi à l’Ecole normale. » Ainsi s’expriment le 6 floréal les Annales patriotiques et littéraires de Mercier. Voici, retrouvé dans les manuscrits inédits de la bibliothèque du Havre, le passage qui, d’après le compte rendu, semble avoir excité les plus vifs transports :

  • 28 Voir dans la Décade du 10 brumaire an III (p. 234) les stances à sa fille Virginie.

Je laissai là d’anciens travaux littéraires, quoique agréables au public et à moi, et je me retirai à la campagne pour me rapprocher entièrement de la nature. Je commençai par y planter un jardin et m’y bâtir une maison au milieu d’un verger. Je pense dire comme Didon : mea mœnia vidi, j’ai vu les murs que j’ai élevés. Quand j’eus préparé ma retraite, je me mariai, et mon épouse au bout d’un an me fit jouir du bonheur d’être père. Ainsi dans le même temps que je travaillais à mon livre, j’ai fait un jardin, une maison et un enfant. C’était servir ma patrie de tous mes moyens. Je doutais d’abord que mes travaux sur l’éducation pussent jamais être utiles à mon enfant, car c’était une fille. Cependant je me dis : une fille ne doit-elle pas supporter comme un homme des passions, des chagrins, des maladies, la douleur et la mort ? N’a-t-elle pas à se préserver des préjugés et des superstitions ? Ne doit-elle pas connaître les devoirs de fille, d’épouse, de mère, de citoyenne ? N’est-ce pas des femmes que dépendent souvent les qualités morales des hommes ? Ne sont-ce pas elles qui élèvent notre enfance, reposent notre vieillesse, et, dans le court intervalle de la vie, influent sur tous nos destins ? Oh ! ma Virginie28, si, revêtue des grâces et des vertus de ton sexe, tu te formes un jour un époux et des enfants dignes de toi, en faisant ta seule éducation, j’en aurai fait plusieurs.

16Tout ne fut pas de ce ton dans la première leçon, puisqu’il y introduisit le récit du voyage de Riga à Breslau, qu’Aimé Martin publia plus tard et où l’on reconnaît, comme dans le Café de Surate, une imitation adroite de Voltaire. Mais c’était à ces passages sentimentaux qu’on attendait Bernardin de Saint- Pierre ; et lorsque, dans les leçons suivantes, sous couleur de morale, Bernardin de Saint-Pierre lut une partie de ses Harmonies accommodée pour la circonstance, il dut souvent toucher son auditoire et par cet étalage de tendresse à la fois sensuelle et idéaliste qui ravissait ses contemporains, et par ce sentiment très juste et très poétique de la vie universelle qui lui fait encore aujourd’hui pardonner tant d’absurdités et de niaiseries prétentieuses. Voici un autre passage inédit, tiré de la dernière leçon, qui fut manifestement un morceau de bravoure destiné à provoquer l’enthousiasme :

La sphère de la vie est comme celle du monde. Les éléments reposent dans leur berceau sur le pôle du printemps. Le soleil n’est qu’à l’horizon, l’atmosphère y est à peine dilatée, l’océan glacé et à demi fondu ne laisse apercevoir à travers ses brumes qu’une terre informe. Cependant les torrents qui en découlent entraînent de longues chaînes de glaces qui vont renouveler les mers et revivifier les fleuves et les terres. Un grand nombre échouent dans la zone glaciale même ; les autres viennent se dissoudre dans la zone tempérée ; leurs eaux s’évaporent en partie en orages dans la torride et, après un long cours, viennent de nouveau se fixer en glace sur le pôle de l’hiver couvert des ombres de la nuit. Ainsi l’océan de la vie entraîne chaque année du pôle de l’enfance une longue génération de mortels, comme des glaces flottantes. Les uns échouent sur les écueils du premier âge ; les autres circulent et s’harmonisent dans l’adolescence, s’évaporent en partie en météores brillants et orageux dans les ardeurs de la jeunesse. Un petit nombre, après avoir traversé l’âge viril, est fixé sur le pôle de la vieillesse par les glaces de la mort. Combien d’enfants sont sortis du pôle de la vie, sans avoir fait le tour de sa sphère, plus de la moitié avant d’en avoir atteint la huitième année ! Les uns ne connaissent les éléments que sur le sein maternel ; d’autres n’ont passé sur notre horizon que comme des aurores boréales qui n’annoncent aucun jour et qui n’éclairent qu’une nuit. Ils sont dans le drame de la vie comme ces personnages qui ne paraissent point sur la scène et qui font couler les larmes : ils ne sont connus que par les regrets et le désespoir de leurs mères. Mais pourquoi les plaindre ? On devrait bien plutôt les féliciter d’avoir en sortant du port atteint le rivage. Les enfants eux-mêmes ne craignent point la mort. Les superstitions seules peuvent troubler leurs âmes innocentes. Ces oiseaux de ténèbres voltigent en foule autour des berceaux et des tombeaux des hommes, cherchant une proie facile dans la faiblesse des naissants et des mourants ; il ne faut pour les dissiper que la lumière du jour. Instituteurs qui devez éclairer la raison des enfants et fortifier leur cœur, dites-leur que la mort n’est que le retour de nos éléments aux éléments, et de notre âme à Dieu ; dites-leur que pour plaire à l’auteur de la nature il faut suivre les lois qu’il a tracées non dans des livres, mais dans la nature même, qu’ils ne doivent pas plus s’inquiéter de ce qu’ils seront après leur mort que de ce qu’ils étaient avant la vie, qu’ils doivent se fier à Dieu même. Celui qui s’endort dans son sein, avec la confiance d’un fils, est bien sûr de se réveiller dans les bras d’un père.

  • 29 Dossier 128.
  • 30 Aimé Martin dit en note qu’il devait ces détails à M. Stiévenard, élève distingué de l’École norma (...)

17Sur la nature de l’enthousiasme que purent provoquer de semblables passages, Aimé Martin a essayé de donner le change en 1820, dans son Essai sur la vie de Bernardin de Saint-Pierre. A l’entendre, Bernardin de Saint-Pierre, en prononçant le simple nom de Dieu dans ses leçons de l’École normale, aurait, au péril de sa vie, provoqué parmi les élèves une sorte d’insurrection contre l’athéisme officiel. Il serait trop aisé de démontrer qu’il n’y avait pas alors d’athéisme officiel ; le décret sur la liberté des cultes datait des premiers jours de ventôse et les églises rouvertes regorgeaient de fidèles au moment où Bernardin de Saint-Pierre professait à l’École normale ; il n’a jamais risqué le sort de Socrate en prononçant le nom de Dieu. Il est d’ailleurs curieux de rapprocher le passage d’Aimé Martin d’un fragment d’autobiographie inédit que j’ai retrouvé dans les manuscrits du Havre29 ; Bernardin de Saint- Pierre y dit justement le contraire de son biographe. « Ce moment de sa vie, écrit Aimé Martin, fut remarquable par une circonstance inattendue : c’est l’enthousiasme que fit éclater tout l’auditoire lorsque, dans une phrase très simple, cet homme vénérable prononça le nom de Dieu. Au milieu des crimes du siècle, le nom de Dieu parut comme une vérité nouvelle ; et le professeur, entraîné lui-même par l’effet qu’il venait de produire, passa tout à coup d’une extrême surprise à une émotion qui fit couler ses larmes30. »

18L’homme vénérable avait écrit quelques années plus tôt, en préparant ses mémoires :

  • 31 Il n’y avait pas d’harmonies de la Providence dans le plan qui servit pour l’École normale (Manusc (...)

Quelle fut ma surprise lorsque je vis que l’athéisme dominait parmi les élèves ! J’en avais déjà eu des preuves à la convocation de l’École normale, et je puis dire que je les avais cherchées. Dans le petit discours que je fis à cette époque pour demander le temps de faire mon traité d’éléments, j’observai qu’il m’était impossible d’improviser et de rien dire sans y avoir pensé. Cet aveu si naturel m’attira beaucoup d’applaudissements ; mais quand ensuite j’ajoutai : « J’espère vous l’apporter bientôt, s’il plaît à Dieu », cette expression s’il plaît à Dieu, sur laquelle j’appuyai, excita un murmure de mécontentement dans une partie de l’assemblée. Je me dis alors en moi-même : « Dans quelles ténèbres la nation va-t-elle être plongée, si ceux qui en sont les yeux ne peuvent supporter le plus petit rayon de lumière ! » Ce fut bien pis quand trois mois après j’apportai mes cahiers et je vins à développer les harmonies de la Providence31 sur lesquelles j’appuyais les bases de la morale. A la fin de ma dixième et dernière leçon, dont chacune avait été de trois quarts d’heure, il ne me restait pas le quart de mes auditeurs.

  • 32 M. Maury, dans son Étude sur la vie et les œuvres de Bernardin de Saint-Pierre (p. 103), a cru, d’ (...)

19Il est évident qu’Aimé Martin et Bernardin de Saint-Pierre ont menti tous les deux, chacun dans un sens différent, l’un pour flatter le catholicisme de la Restauration, l’autre pour flatter la haine de Napoléon contre les idéologues ; mais de leurs mensonges combinés il semble que l’on puisse tirer la vérité, et déduire l’effet que Bernardin de Saint-Pierre produisit réellement sur son auditoire de l’Ecole normale. Son succès personnel le 3 pluviôse n’est pas douteux ; les témoignages contemporains en sont trop précis ; si le s’il plaît à Dieu excita des murmures, ce furent ceux des gens qui craignaient qu’il ne plût pas à Dieu et qu’on ne revit plus le professeur de morale. L’enthousiasme de pluviôse, il le retrouva en floréal ; les journaux en ont témoigné pour la première séance ; lui-même l’a écrit à sa femme pour les suivantes : il s’est alors représenté au milieu des élèves qui l’environnaient après la leçon, l’un lui demandant la promesse de prendre son fils pour secrétaire quand il serait en âge ; un autre se déclarant son disciple ; d’autres lui demandant de faire imprimer ses leçons à part ; un autre lui disant : « Nous étions cannibalisés, vous nous avez humanisés » ; d’autres enfin lui demandant à l’aller voir dans son logement. Lui se contentait de dodeliner de la tête, avec son visage de rusé normand, aux yeux bridés et aux mille petits plis. Le 10 floréal, après sa quatrième séance, il écrivait encore à sa femme que les applaudissements allaient toujours en augmentant32. Si à la dernière leçon son auditoire était réduit au quart, c’est que les élèves avaient, comme nous le verrons, été autorisés à quitter Paris avant la fin du cours, et que la détresse y avait contraint la plupart. Ce fut la faim qui tua l’enthousiasme pour Bernardin de Saint-Pierre, en même temps qu’elle dispersa ses élèves.

20Aux clameurs et aux trépignements politiques, aux larmes et aux ravissements sentimentaux, il faut, pour se représenter l’aspect de l’École, ajouter encore autre chose : elle eut, au moins pendant quelque temps, le goût du bruit pour le bruit, du tapage en soi. Est-ce l’effet de la surexcitation morale doublée de misère physiologique où vivait alors Paris, ou faut-il croire qu’aucune réunion nombreuse d’étudiants français n’est possible, quel que soit leur âge, sans gamineries et sans charges ? Toujours est-il que, si on ne le savait pas d’autre part, on ne se douterait pas, à lire les comptes rendus de certains journaux, que parmi les six cents élèves assis sur les bancs de l’amphithéâtre, les plus jeunes et les moins nombreux étaient ceux qui n’avaient que de vingt et un à vingt-cinq ans. Anciens directeurs de séminaire, anciens vicaires épiscopaux, anciens professeurs de collège, anciens juges, anciens administrateurs de département ou de district, en devenant élèves, ils sont redevenus enfants. « Qui le croirait ? s’écrie, le 25 pluviôse, un journal sympathique à l’École normale, la Feuille de la République, on en a vu et même un très grand nombre battre des mains lorsqu’on apportait dans la salle un baquet de glace destinée à des expériences de chimie. » Leur admiration pour leurs maîtres devint tout de suite indiscrète et gênante. « Idolâtres de leurs professeurs, lit-on dans le même journal, ils les assourdissaient par de longs applaudissements toutes les fois qu’ils montaient au bureau pour donner la leçon, et, pendant la séance, ils accueillaient par des battements de mains toutes les expressions, toutes les tournures de phrases qui leur paraissaient extraordinaires. » Cette manie disparut heureusement peu à peu. « Enfin, dit le même article, les élèves reviennent de cet engouement puéril : ce ne sont plus de grands enfants qui garnissent les bancs de l’amphithéâtre, ce sont des hommes dignes des leçons qu’ils reçoivent » ; et, cinq jours plus tard : « Enfin les élèves sont ce qu’ils doivent être, dignes de l’objet qui les rassemble et de la mission importante qu’ils vont bientôt remplir dans leurs départements respectifs. »

  • 33 Feuille de la République du 6 pluviôse. Le Moniteur a reproduit l’article en supprimant le passage (...)
  • 34 Ibid., 11 pluviôse.
  • 35 Plassiard, Fourrier, Bénoni-Debrun.
  • 36 Feuille de la République du 14 pluviôse.
  • 37 Haüy appelait sans cesse les élèves « mes frères ». Sicard ne manqua pas de lui emprunter cet effe (...)
  • 38 Feuille de la République du 20 pluviôse.
  • 39 En faisant voter un crédit de 30 000 livres pour l’achat de livres. (Moniteur. réimpr., XXIII, p. (...)
  • 40 Peut-être Lakanal sortait-il de cette conférence du 19 lorsqu’il parla à la Convention. Son discou (...)
  • 41 1er ventôse.
  • 42 La séance à laquelle Méhée fait allusion n’est pas donnée pour Garat par le journal sténographique
  • 43 Ou du moins rien qui eût du sens. Voici sa réponse donnée par le journal sténographique (Débats, I (...)
  • 44 Manuscrits de la bibliothèque du Havre, dossier 132.

21La pétulance excessive des élèves gâta surtout les séances de débats où ils prenaient la parole pour poser des objections ou des questions aux professeurs. Les organisateurs s’en étaient promis merveille : le préambule de l’arrêté des représentants du peuple, où l’on reconnaît aisément le style de Garat, avait commenté cette innovation avec l’optimisme emphatique que l’auteur professait à l’égard de toutes ses idées. « L’enseignement, à l’entendre, ne devait plus être le résultat du travail d’un seul esprit, mais du travail et des efforts simultanés de l’esprit de douze à quinze cents hommes. L’emploi successif du style et de la parole devait être le moyen de réunir ce qu’il y a de plus éminemment utile dans le génie des modernes, et ce qu’il y a de plus beau dans le génie des anciens. » Combien cette idée était chimérique, on dut s’en douter dès le 2 pluviôse, après la séance où les élèves délibérèrent sur l’adresse qu’ils voulaient rédiger pour la Convention. Ce fut un tumulte effroyable que parvint mal à dominer le président d’âge, le vénérable Bougainville. « Beaucoup d’élèves, accoutumés sans doute à parler dans des sociétés particulières se disputaient la parole, et répétaient successivement des phrases banales qu’ils avaient tous prononcées déjà aux tribunes populaires33. » Cela n’était pas d’un bon augure pour les débats. Pourtant la première séance se passa bien34 : Lagrange, Laplace, Monge et Haüy devaient répondre. « On était impatient de voir de jeunes hommes entrer en lice avec les premiers maîtres de l’Europe, et il était facile d’apercevoir dans les regards inquiets et attentifs des élèves la crainte qu’ils avaient que ceux de leurs collègues qui allaient parler ne vérifiassent l’opinion désavantageuse que quelques journalistes se sont plu à donner d’eux sans les connaître. On a dit qu’ils n’avaient rien de mieux à faire que d’écouter, que presque tous étaient ineptes et savaient à peine lire : ces injures gratuites ont été copiées dans plusieurs feuilles. Les élèves qui avaient demandé la parole35 ont proposé leurs objections avec une justesse de raisonnement et une précision qui ont mérité les applaudissements des professeurs. C’est ainsi qu’ils répondront toujours à ceux qui les calomnient36. » Il fallut bientôt en rabattre : dans la séance suivante, la familiarité37 succéda au respect, et la confiance en soi à la crainte de compromettre sa dignité. La Feuille de la République le constata tristement : « A la seconde conférence, les élèves, je ne dirai pas encouragés, mais enhardis par l’accueil flatteur qu’avaient reçu les observations faites dans la première conférence, se disputaient pour ainsi dire la parole, afin d’offrir à l’envi des objections ridicules, des réflexions triviales et tout ce fatras scholastique qu’ils avaient puisé sans doute dans les cahiers de sommaires. La majorité des élèves a couvert leurs voix de murmures d’improbation qui honorent l’école, et les sténographes ont rougi de recueillir les inepties de ces babillards impudents. » Lakanal prit la parole à la conférence suivante (18 pluviôse) pour inviter les élèves à se montrer ce qu’ils devaient être, des instituteurs éclairés, et à ne rien proposer qui rappelât les ridicules subtilités des anciennes écoles. Peine perdue : « La conférence, sans intérêt de la part des élèves, a fatigué les hommes sensés qui connaissent le prix du temps, et qui ne se croient pas envoyés à l’École normale pour le perdre ». Le journal ajoutait avec mélancolie : « Il faudra cesser ces conférences si elles ne prennent pas bientôt un autre caractère, parce que, au lieu de contribuer à l’instruction, elles inspireraient du dégoût à ceux qui veulent et qui peuvent s’instruire38 ». Le lendemain, il est vrai, Lakanal disait à la Convention39 : « Citoyens, vous le savez, l’École normale prend de jour en jour un grand caractère qui fait concevoir aux amis des lettres et de la liberté les plus grandes espérances. Le mérite supérieur des professeurs et le civisme des élèves forment le plus beau spectacle que l’on puisse offrir à la raison humaine. » Mais, comme l’impartialité de la Feuille de la République ne fait pas de doute pour qui a lu la série de ses articles sur l’École, c’est bien elle qu’il faut croire et non pas Lakanal, trop évidemment intéressé à cacher à la Convention un désordre dont, après tout, il était responsable. La Feuille de la République nous apprend d’ailleurs que cette effervescence se calma comme la fièvre des applaudissements à tous propos : la majorité des élèves eut assez de bon sens pour imposer silence aux bavards et aux importants. « La séance du 19, dit le journal, a dû réconcilier avec les conférences ceux qui ne croyaient pas qu’elles pussent être utiles avant la fin des cours. Nous avons applaudi nous-même au ton honnête, aux observations judicieuses de plusieurs élèves. Il en est peu qui aient parlé, mais ils ont tous dédommagé leurs collègues de la peine qu’ils avaient éprouvée dans les deux dernières conférences40. » Et quelques jours plus tard41 : « Il est vrai que quelques élèves ont montré plus de vanité que de talents, que le besoin de parler en a égaré plusieurs ; mais les mortifications salutaires qu’ils ont reçues de leurs collègues leur ont appris à se taire quand ils n’avaient rien à dire. » Ceci s’applique aux débats du 26, du 27, du 28 et du 29 pluviôse ; il semble même que, dans ces séances, les élèves soient tombés dans un excès opposé à celui des premières : « L’école entière qui, dans les premiers jours, applaudissait à de vaines paroles, ne peut plus souffrir que les élèves fassent précéder leurs opinions de phrases oratoires, de périodes cadencées qui ne servent souvent qu’à cacher le vide des idées sous la pompe des expressions. » Dès la séance du 19, qui marqua le revirement, des objections sérieuses avaient été mal accueillies : « De temps en temps, écrivait Méhée dans l’Ami des citoyens du 20, il se manifeste, contre ceux qui font des observations qui ne sont pas d’abord saisies, une défaveur proportionnée à l’estime que l’on porte au maître. Cela n’est pas juste. Un jeune homme entre autres en a adressé une au citoyen Garat, à laquelle celui-ci a rendu justice en y répondant. Elle nous a paru très fine, et, comme l’a dit Garat, d’un homme très exercé. Il eût été malheureux que ce jeune homme, intimidé par le bruit qui paraissait le regarder, n’eût pas continué jusqu’à la fin la question dont la solution nous a éclairés42. » De même au cours de Sicard : un élève nommé Latapie lui présenta, peut-être sous une forme présomptueuse, mais en réalité avec toutes sortes de ménagements personnels, une objection aussi forte que juste : il lui paraissait, et à bon droit, étrange que Sicard présentât comme les « hommes de la nature » les sourds-muets, qui sont précisément victimes d’une « méprise de la nature ». Cela n’allait à rien moins qu’à ruiner tout le système de Sicard, et Sicard ne put rien répondre43 ; mais Sicard était grand favori, et Latapie fut hué. » Il a encouru, dit la Feuille de la République du 20 pluviôse, la défaveur de l’école entière. » Il est vraisemblable, d’après ces textes, qu’une partie de l’assemblée avait fini par devenir intolérante. Le journal sténographique, soigneusement expurgé sans doute avant d’être livré à l’impression, ne permet malheureusement pas de se faire une idée complète de ce qui se passait : le ton dut être quelquefois assez monté, non seulement d’élève à élève, mais d’élève à professeur et de professeur à élève. Un prote de Didot, Bailly, qui suivait les séances pour en rendre compte à Bernardin de Saint-Pierre, lui racontait, dans une lettre datée du 1er ventôse, que, Garat ayant cité le Nascuntur poetæ, un élève avait répondu qu’il n’en convenait pas, et que Garat avait riposté : « Tant pis pour vous, puisque c’est l’avis de tout le monde44 ».

  • 45 Ibid.
  • 46 La Feuille de la République du 18 pluviôse dit que la séance du 14 a été presque entièrement occup (...)
  • 47 Leçons, I, p. 229.
  • 48 Ibid., II, p. 448.

22La distribution des cours trois par trois, à la suite les uns des autres et sans aucun répit, aggravait tous les défauts d’une assemblée nombreuse et naturellement bruyante. Il avait été sans doute impossible de disposer les choses autrement : il fallait, en ce sombre hiver, mettre les leçons aux heures les plus claires de la journée, et en même temps permettre à Lakanal et à Deleyre d’y assister sans trop sacrifier leurs autres occupations. Mais la combinaison était évidemment déplorable ; elle fatiguait et énervait les élèves : « J’ai entendu, écrivait Bailly à Bernardin45, des jeunes gens dire qu’on avait tort de faire parler trois professeurs dans la même séance, que le second faisait oublier ce qu’on avait retenu de la leçon du premier. » Les cours ainsi distribués ne se gênaient pas seulement parce que le second et le troisième s’adressaient à un auditoire déjà las : souvent le premier et le second professeur ne bornaient pas leur leçon aux trois quarts d’heure réglementaires46. La Feuille de la République du 20 pluviôse signala cet inconvénient, et conseilla aux professeurs de ne pas parler plus de trois quarts d’heure, parce qu’ils lassaient et décourageaient l’attention des élèves. Le danger était grave surtout lorsque le professeur qui prenait son temps ou plutôt prenait celui du suivant, était un professeur aimé des élèves : celui qui lui succédait avait peine à ressaisir l’auditoire, et, s’il était timide, il demeurait déconcerté. Le 7 pluviôse, Mentelle exprima au commencement de sa leçon la crainte qu’en faisant entendre des sourds et parler des muets Sicard eût rendu sa tâche bien difficile47. Le 13, Vandermonde s’intéressa tellement à la leçon de Volney qui précédait la sienne qu’il prit peur, se méfia de lui-même, fit une leçon plus décousue encore qu’à l’ordinaire, et oublia les trois quarts de ce qu’il voulait dire48.

  • 49 Débats, I, p. 411.
  • 50 Ibid., p. 458.

23L’inconvénient de cette organisation ne se fit pas moins sentir dans les séances de débats que dans celles de leçons, et contribua à les rendre bruyantes. Tous ceux qui voulaient questionner ou critiquer craignaient que le temps manquât, et s’impatientaient si le professeur ne leur donnait pas la parole. Beaucoup d’élèves prirent le parti de développer leur objection ou leur question dans la lettre par laquelle ils devaient avertir le professeur. L’un d’eux finit par proposer, dans une lettre lue par Sicard le 29 ventôse, que les conférences fussent dorénavant partagées en deux parties, l’une pour répondre aux lettres, l’autre pour répondre aux questions orales. « Alors, disait-il, ceux qui ne parlent jamais et ceux qui ne parleront peut-être pas pendant tout le cours, ne trouveraient pas d’obstacle de la part de ceux qui demandent la parole à toutes les conférences49. » Sicard annonça le 9 germinal qu’il adoptait ce système, et s’y tint, malgré le reproche qu’on lui fit d’avoir l’air de se ménager du temps pour réfléchir à son aise et n’avoir pas à improviser50. L’embarras du professeur était le plaisir de beaucoup d’élèves.

  • 51 Arch. nat., AF ii* 32 (Registre des arrêtés du comité d’instruction publique réorganisé après le 9 (...)

24Les professeurs de sciences firent mieux que Sicard : ils supprimèrent les débats. Haüy les remplaça par des séances d’expériences, pour lesquelles il fit venir le professeur de physique du Collège de France, Lefèvre-Gineau. Quant aux mathématiciens, probablement sur le conseil de Monge, ils organisèrent quelque chose d’analogue aux brigades de l’École centrale des travaux publics : on créa des conférences dirigées par les élèves les meilleurs. Ce fut l’objet du curieux arrêté que voici51 :

Du 20 pluviôse an III.
Le comité d’instruction publique, après avoir entendu les représentants du peuple près l’École normale, arrête :
1. Il sera ouvert dans les divers établissements d’instruction publique de la commune de Paris des conférences entre les élèves de l’École normale.
2. Ces conférences seront dirigées par des élèves pris dans le sein de l’École normale et désignés par les professeurs.
3. Les noms des directeurs de ces conférences seront proclamés dans une des séances de l’École normale et insérés dans le journal de l’École. Il sera fait aux-dits directeurs et à leur profit des distributions particulières des meilleurs ouvrages relatifs aux sciences qui feront l’objet des conférences.
4. Ces ouvrages seront indiqués par les professeurs, marqués au timbre du comité d’instruction publique et revêtus d’une attestation signée des représentants du peuple chargés de la surveillance de l’École normale.
5. Il sera nommé dix directeurs de conférences pour les mathématiques. Ces directeurs recevront, dans des entretiens particuliers avec leurs professeurs, les instructions nécessaires pour assurer le succès de leurs travaux.
6. La répartition des élèves qui voudront suivre des cours, et la désignation du local nécessaire à chaque cours en particulier, seront faites dans la liste de nomination des directeurs de conférences.
7. Ces conférences auront lieu pour les jours pairs de la décade, depuis 9 heures du matin jusqu’à 10 heures et demie.
8. La commission exécutive de l’instruction publique fera disposer convenablement les salles nécessaires pour l’exécution du présent arrêté. Elle fera son rapport à cet égard aux représentants du peuple chargés de l’École normale.
9. Il sera statué par un arrêté particulier sur les conférences qu’il paraîtra utile aux progrès de l’instruction d’ouvrir sur les autres branches des connaissances humaines.

  • 52 Lettre du 28 ventôse publiée par le Bulletin de la Société des Sciences de l’Yonne (1858, p. 122)  (...)
  • 53 Arch. nat., F4 1020. Le comité d’instruction publique, par un arrêté du 5 prairial, autorisa la co (...)

25Cet arrêté marquait le désir de corriger dans la mesure du possible les inconvénients que l’expérience des deux premières décades avait montrés dans l’organisation de l’École. Malheureusement il ne fut exécuté qu’en partie : jamais il n’y eut d’autres conférences que celles de mathématiques. Le journal sténographique n’en rend pas compte et ne dit pas où elles furent faites : d’après une lettre de Fourrier, je pense que c’est au Collège de France52. Quant aux dix élèves qui en furent chargés, leurs noms figurent aux Archives nationales sur un des rares papiers relatifs aux dépenses de la commission exécutive53. Les voici :

  • 54 Cette indication de district manque ; je l’ai rétablie d’après les documents départementaux.

Tédenat, du district de (Rodez)54.
Plassiart, du district de Blois.
Costas, du district de…
Vairin, du district de Metz.
Chalret l’aîné, du district de (Villefranche d’Aveyron)3.
Duport, du district de Paris.
Bourrelier, du district de Paris.
Saladin, du district de Douai.
Fourrier, du district d’Auxerre (erreur, de Mont-Armance).
Petit-Genet, du district de (Châlons-sur-Marne)3.

  • 55 Leçons, III, p. 276.

26Ces conférences de mathématiques ne furent organisées qu’à la fin de ventôse. Lagrange en effet, dans la leçon du 1er germinal55, annonça que, les conférences particulières de mathématiques ayant été établies depuis peu, les débats seraient remplacés par des leçons où l’on donnerait les développements qui ne pourraient pas entrer dans le cours principal.

  • 56 Volney, dans sa troisième leçon, fit l’éloge des salles des anciens et la critique des salles mode (...)
  • 57 Détails pris dans une note de la Fugue normale, pot-pourri national en vaudevilles (A Paris, chez (...)
  • 58 Mémoire sur le froid de l’année 3ede la République, par Jérôme Lalande (Magazin encyclopédique, I, (...)
  • 59 Feuille de la République du 25 pluviôse.
  • 60 Son discours est donné par le Journal de France du 6 pluviôse.

27Il y eut ainsi, au moins pour les cours de mathématiques, une amélioration sérieuse dans l’organisation de l’École. Mais le défaut principal, celui qui plus encore que la distribution des cours aggravait tous les autres, subsista jusqu’au bout : jamais l’École ne quitta l’amphithéâtre du Muséum d’histoire naturelle. En elle-même, la salle n’était pas mauvaise ; éclairée par le plafond, grâce à sa forme circulaire et à ses murs pleins, elle était d’une acoustique suffisante56 ; mais elle était de moitié trop petite : beaucoup d’élèves, lassés de ne pas trouver de place sur les gradins ou d’y étouffer, se découragèrent et cessèrent de venir57. Malgré la gelée qui ne cessa définitivement que le 4 ventôse58, la chaleur dans la salle était accablante, et surtout l’atmosphère tellement viciée que beaucoup ne pouvaient rester jusqu’au bout de la séance59 ; une fois sortis d’ailleurs, ils devaient renoncer à rentrer après avoir pris l’air. Dans l’enthousiasme des premiers jours on fut très sensible à cet inconvénient. Le 5 pluviôse, Merlin de Thionville60 obtint la parole à la Convention pour une motion d’ordre et dit :

28Vous devez attendre les plus heureux effets de l’établissement de l’École normale. On n’a pu encore trouver un local favorable pour recevoir les élèves pendant les leçons ; le local de la Sorbonne a été indiqué, et on demande 400 000 livres pour les réparations à y faire. L’assemblée peut économiser cette somme. Vous avez près de vous un local tout prêt qui est parfaitement inutile, la salle des ci-devant Jacobins ; je demande qu’elle soit destinée aux leçons de l’École normale.

  • 61 Journal de Perlet du 6 et du 22 pluviôse.
  • 62 « Il y a sans doute dans Paris une puissance supérieure à la Convention. Car on dit ouvertement qu (...)
  • 63 Procès-verbal de la Convention du 16 pluviôse.
  • 64 Voir le discours de Roux dans le Moniteur, à la séance de la Convention du 13 germinal.
  • 65 Feuille de la République du 25 pluviôse.
  • 66 Moniteur, Réimpr., XXIV, p. 132.
  • 67 Décret du 28 floréal.

29Cette proposition fut accueillie par des applaudissements unanimes, un décret rendu, et le comité d’instruction chargé de s’entendre avec celui des finances sur les dépenses d’appropriation. C’était fort peu de chose. « Dans deux jours, disait le lendemain le Journal de Perlet, les élèves peuvent être installés : il n’y a pas pour cent écus de dépenses à faire. » La salle des Jacobins eût été excellente : elle contenait de vastes gradins pour les élèves, d’immenses tribunes de trois à quatre mille places pour le public, une tribune bien placée pour le professeur ; la sonorité était excellente et la voix la plus faible pouvait s’y faire entendre61. Mais si grand que fût l’intérêt et si minime la dépense, aucun accord n’était possible entre le comité d’instruction publique et celui des finances. Peut-être aussi la résistance eut-elle des motifs politiques62. D’autre part, la section du Finistère réclamait pour que l’École fût établie dans son arrondissement63 ; la majorité des élèves elle-même, bien que leur adresse du 5 pluviôse eût félicité la Convention d’avoir fait de l’asile du terrorisme le temple des sciences utiles, ne tenait pas à émigrer dans le quartier le plus bruyant de Paris ; autant la Convention désirait le voisinage de l’École64, autant l’École redoutait celui de la Convention. Un grand nombre d’élèves s’étaient logés dans le quartier de la Sorbonne lorsque, en nivôse, on y voyait préparer l’établissement de l’École, et c’était toujours là qu’ils auraient désiré venir65. Pour toutes ces raisons, le décret du 5 pluviôse ne fut pas exécuté. Roux le rappela vainement à la Convention, le lendemain du 12 germinal66 : l’affaire était enterrée, et avant même que les cours de l’École fussent finis, la Convention décréta l’établissement d’un marché sur l’emplacement des Jacobins67.

  • 68 Arch. nat., AF ii*. 32
  • 69 Ferlus, ci-devant professeur d’éloquence au collège de Bordeaux (même arrêté).
  • 70 L’arrêté du 30 nivôse chargeait spécialement Ameilhon pour les livres, Charles pour la physique, R (...)
  • 71 Le 10 germinal, Haüy demande au comité d’instruction publique la machine d’Atwood qui est à la com (...)
  • 72 En même temps que la Bibliothèque nationale, les salles du Muséum d’histoire naturelle, celles du (...)
  • 73 Arch. nat., AF ii*. 32.

30L’École vécut donc jusqu’au bout dans l’amphithéâtre du Muséum, qui ne devint trop grand qu’en floréal, lorsque les élèves eurent commencé de quitter Paris. Elle se passa toujours des locaux annexes qui lui étaient indispensables, puisqu’il fallut établir ailleurs les conférences particulières de mathématiques, et qu’elle ne put jamais avoir auprès d’elle la bibliothèque et la collection d’instruments que lui avait attribuées un arrêté du comité du 26 frimaire68. Le conservateur69 en fut bien nommé, mais n’eut jamais rien à conserver : la commission temporaire des arts avait la meilleure de toutes les raisons pour ne point se conformer aux ordres du comité, bien qu’il les eût renouvelés le 50 nivôse70, la veille de l’ouverture : elle n’aurait su où loger les livres et les instruments qu’elle aurait pu rassembler. Pour les expériences des cours, il fallut emprunter des instruments au Collège de France où professait Lefèvre-Gineau, à l’agence des poids et mesures, au Conservatoire des arts et métiers, auxquels appartenaient les principaux professeurs de sciences, même à la commission des travaux publics71. Quant aux livres, la Bibliothèque nationale reçut les élèves qui voulaient travailler72 : le 10 nivôse, pour tromper l’attente des premiers arrivés, on avait décidé qu’elle leur serait ouverte tous les jours de neuf heures à quatre heures sur la présentation de leur carte ; le 8 pluviôse, le comité arrêta que la commission temporaire des arts prendrait dans les dépôts et délivrerait aux sous-gardes de la bibliothèque Capperonnier et Vanpraet, pour la durée de l’École, les livres que demanderaient les élèves et que la bibliothèque ne possédait pas en double73.

  • 74 Décade du 20 frimaire.
  • 75 Il occupait le cirque du Palais Égalité.
  • 76 Le 6 brumaire il avait exposé son dénûment au comité d’instruction publique.
  • 77 Il fut accordé par la Convention le 1er vendémiaire an IV, sur un rapport de Lakanal.
  • 78 Lycée des Arts.
    Arrêté du Directoire relativement aux Écoles normales.
    Pour répondre au désir que no (...)
  • 79 Dejob, l’Instruction publique en France et en Italie au xixesiècle, p. 157.
  • 80 Réimpr., XXIII, p. 626.
  • 81 Procès-verbal de la Convention, t. LVIII, p. 72.

31De son côté, le Lycée des Arts profita des circonstances pour s’ériger en une espèce de succursale officieuse de l’École. Il manquait d’abonnés et était obligé de recevoir les auditeurs gratis74 ; aussi tenait-il à la fois à garnir ses immenses salles75 et à obtenir des subventions76. La venue des élèves à Paris offrit au directeur du Lycée des Arts, Désaudray, une occasion de réclame qu’il ne laissa pas échapper et qui finit par lui valoir un secours de soixante mille francs77. Désaudray prétendit d’abord, et cela était possible, que plusieurs élèves arrivés en nivôse lui avaient demandé, en attendant l’ouverture de l’École, de les associer aux travaux de son établissement. Il prit un arrêté conforme à leur désir78 et le communiqua bien vite au comité d’instruction publique ainsi qu’à celui de salut public. Les cours dialogués qui leur étaient spécialement destinés ne commencèrent que le 20 ventôse ; en attendant, les élèves se contentèrent des cours ordinaires, et apprirent le chemin d’un établissement où ils trouvaient ce qui manquait au Muséum, une bibliothèque, un cabinet littéraire79. Le 10 ventôse, si l’on en croit le Moniteur80, l’intérêt de la séance publique fut doublé par la présence d’une foule d’entre eux qui partagèrent l’attendrissement général, lorsque « la musique joua l’air si connu mais expressif Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille ? » Le 20, une séance publique extraordinaire inaugura les cours dialogués, et leur succès aurait été assez grand pour que, le 9 germinal suivant, le Lycée des Arts annonçât à la Convention que les séances du soir recevaient non pas six cents, mais huit cents à mille élèves de l’École normale81, plus que l’École elle-même.

  • 82 Réimp., XXIV, p. 448.

32Ces relations du Lycée des Arts avec l’École normale persistèrent sans doute jusqu’au bout, puisque le 26 floréal, par une note insérée au Moniteur82, Désaudray invita les élèves qui allaient quitter Paris à devenir ses correspondants dans les départements. Même en admettant que les comptes rendus et les notes des journaux sur le Lycée des Arts aient eu surtout le caractère de réclames, il n’est pas surprenant que beaucoup d’élèves aient trouvé au Palais-Égalité le centre de ralliement que les organisateurs de l’École n’avaient pas su ou pas pu leur ménager. Désaudray tout au moins a vu clairement ce qui manquait à l’École du Muséum et il a essayé d’en profiter.

  • 83 Voici, tiré du Portefeuille politique et littéraire des 24 et 25 germinal an III, un fragment d’ar (...)
  • 84 Voici, à titre de curiosité, de pauvres strophes composées par un élève de l’École et qui furent c (...)
  • 85 Bernardin de Saint-Pierre en aurait fait autant s’il avait publié son autobiographie. Dans le frag (...)

33La fréquentation du Lycée des Arts ne fut pas sans danger pour les élèves : pour arriver au cirque du Jardin Égalité, il fallait passer par les galeries où, malgré le froid et la disette, la vie parisienne était aussi active et exubérante que jamais, traverser le quartier général des filles galantes et de la jeunesse dorée, d’où partaient les expéditions contre les Jacobins83. Par là, cela est très vraisemblable, les élèves de l’École prirent contact avec le foyer d’agitation le plus intense de Paris. Comment d’ailleurs auraient-ils pu rester étrangers à la furieuse bataille politique dont le 12 germinal et le 1er prairial furent les épisodes décisifs ? L’organisation même de l’École, plutôt campée qu’installée au Muséum, qui ne recevait que la moitié des élèves et ne leur prenait que deux heures et demie chaque jour, leur laissait le temps et la liberté nécessaires pour suivre de près les phases du combat, au besoin pour y prendre part. Nous avons déjà vu de quel côté ils se rangèrent ; l’unique manifestation politique collective fut l’adresse lue à la Convention le 5 germinal84 : elle porte cinq cent cinquante signatures, nombre à peu près égal à celui des élèves que l’amphithéâtre pouvait contenir. Comme la majorité des sections parisiennes, l’École normale a été thermidorienne ; aucun journal contemporain ne l’a accusée de jacobinisme, et on ne s’en serait pas fait faute si elle y avait donné le moindre prétexte ; ce n’est que plus tard, sous l’Empire, lorsque les ennemis de la Révolution ont créé contre elle la théorie du bloc, que Biot a lancé la légende85. Mais, jacobine ou thermidorienne, de même que l’École normale a subi le contre-coup du froid, de la famine, de l’agiotage, elle a subi celui des agitations politiques à côté desquelles elle vivait. S’il y a eu bien du désordre et du tumulte dans son existence, il faut reconnaître, pour en parler avec équité, qu’il n’y avait alors aucun refuge pour le calme nécessaire à l’étude : elle a subi la loi de son temps, aggravée par les vices de son organisation et les maladresses de ses organisateurs.

Notes

1 Annales patriotiques et littéraires du 3 pluviôse.

2 Schmidt, Tableau de la Révolution, tome II, p. 246.

3 Garat se figurait-il vraiment qu’il contenait deux ou trois mille personnes ? Il l’a dit tout au moins dans la séance du 9 ventôse (Débats, III, p. 21). L’erreur d’appréciation est singulière.

4 Décade du 10 pluviôse.

5 Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 1871, pp. 229-232.

6 Je crois que Méhée était élève de l’École. Dans un article du 20 pluviôse, signé de lui, il dit : « Nous ferons cependant un léger reproche à nos co-élèves ».

7 L’Ami des citoyens du 30 pluviôse.

8 L’Ami des citoyens du 30 pluviôse.

9 Lettre de Bailly à Bernardin de Saint-Pierre, manuscrit de la bibliothèque du Havre. Bailly, prote de Didot, suivait les séances pour en rendre compte à Bernardin de Saint-Pierre.

10 Ni Vandermonde qui ne commença son cours qu’en ventôse, ni Bernardin de Saint-Pierre qui ne parut à l’École qu’en floréal, ne figurent dans cette lettre.

11 Pinet, Histoire de l’École polytechnique, p. 454.

12 Voici une citation qui donne idée du ton de Monge. Dans la séance de débats du 10 pluviôse, expliquant la méthode qu’il avait suivie dans s e s leçons précédentes, « il fallait, dit-il pour finir, exciter en vous quelques-unes des émotions que ce spectacle (celui des objets de la géométrie descriptive) est propre à produire ; et si parmi vous il en est un à qui, pendant la première leçon ou à la lecture de la première séance, le cœur ait battu, c’en est fait, il est géomètre ! » (Débats, I, p. 63.)

13 Son enseignement ne pouvait, en effet, se passer d’exercices d’application. Dans sa deuxième leçon il dit : « Ce sera par des exemples nombreux et par l’usage de la règle et du compas dans nos salles d’exercice que nous acquerrons l’habitude des constructions. » (Leçons, I, p. 286.) Dans le débat du 16 pluviôse, il dit encore : « Dans nos salles particulières de travail, je ferai ce qui dépendra de moi pour rendre la géométrie descriptive utile à ceux qui voudront se perfectionner dans cette partie de l’analyse. »

14 Cette lettre, tirée des archives de Versailles, a été publiée dans Mariotti, Conférences de pédagogie, pp. 387-391.

15 Il faut ajouter Vandermonde, arrivé au dernier terme de la phtisie et qui pouvait à peine se faire entendre.

16 Citoyens représentants,
Le plus beau jour, le plus heureux pour les Français, le plus glorieux pour la représentation nationale, le 9 Thermidor enfin, a vu tomber, avec la tyrannie, le système de vandalisme qui, en étouffant la liberté dans son berceau, devait paralyser les sciences et les arts.
Par l’énergie de la Convention nationale et la sagesse de ses décrets, l’ignorance, compagne inséparable du despotisme, a été vouée à l’opprobre, l’instruction proposée à tous les citoyens, des savants consommés dans la méditation des vrais principes choisis pour les établir et les développer, plus d’un millier d’élèves appelés pour les recevoir et pour les répandre.
Le foyer des lumières est ici dans toute sa pureté.
C’est à la lueur de ce feu que l’éducation française doit s’élever à un degré qui ne fut jamais atteint dans les plus fameuses républiques de l’univers, et ce point de perfection est le but des Écoles normales.
A votre voix, citoyens législateurs, se sont réunis au centre commun les républicains que le choix de leurs concitoyens destine à concourir à l’exécution de ce plan régénérateur.
La carrière vient de leur être ouverte ; mais avant d’y faire le premier pas, ils viennent offrir à la patrie le tribut de leur zèle, et à la Convention nationale l’hommage de leur dévouement.
Puissent-ils, soutenus par la présence de vos dignes collègues, y marcher d’un pas ferme et rapide ! Puisse chacun d’eux recueillir un faisceau de lumières et le transmettre à ses compatriotes ! Puissent-ils, par leurs travaux et leurs succès, assurer dans toute la République le triomphe de la raison, de la saine philosophie, sur les ruines des préjugés, du fanatisme et de l’erreur !
Grâces vous soient rendues, citoyens législateurs : l’asile où naguère le terrorisme et la tyrannie forgeaient des fers, inventaient des supplices aux talents et aux vertus, va devenir le temple des sciences utiles et de la morale républicaine. (Allusion au décret du 5 pluviôse qui ordonnait l’établissement de l’École normale aux Jacobins.)
Cette inauguration peut-elle se faire sous des auspices plus favorables et dans des circonstances plus heureuses ? Elle se fera au milieu des transports d’allégresse que font naître dans le cœur de tous les bons Français les victoires les plus signalées de nos armées républicaines, qui dans cet instant fortuné réparent en Hollande, par leurs vertus civiques, les outrages faits à l’égalité et à la liberté, ou qui, par leur valeur, établissent leur règne sur le sol que la férocité des tyrans les avait forcés d’abandonner ; elle se fera aux cris mille fois répétés de
Vive la République, vive la Convention !
(Arch. nat., C. 334, dossier 1537.)

17 Cette adresse avait été rédigée et signée le 2. Le texte manuscrit, qui est conservé aux Archives nationales (C. 338, dossier 1597), porte plus de cinq cent cinquante signatures. Le voici :
Liberté, égalité, justice, fraternité.
Pères de la patrie,
Une portion de la grande famille dépose ses alarmes dans votre sein. Une horde séditieuse vous menace : permettez que les élèves de l’École normale vous renouvellent les expressions du respect qu’ils ont juré aux lois.
Les cris souterrains des ennemis de l’ordre semblent appeler le retour de l’anarchie et le règne du crime ; les amis des sciences et des arts se groupent autour de vous dans le calme et le silence que commandent vos travaux.
Une poignée de scélérats cherchent à cerner vos avenues ; souffrez que notre amour vous environne.
Nos travaux peuvent être ajournés, les vôtres sont la dette de tous les moments.
La victoire entre le crime et la justice ne peut être longtemps incertaine : la crise sera courte, mais elle doit être décisive contre les factieux, nous ne pourrions sans honte différer de nous prononcer en cet instant. Si les périls sont grands, notre énergie est plus grande encore.
Les élèves de l’École normale vous feront un rempart de leur corps dans tous les dangers de la patrie.
Vive la République !
Vive la Convention !

18 Leçons, I, p. 291.

19 Moniteur, réimpr., XXIII, p. 307. La citation est amusante, lorsqu’on sait que Bernardin de Saint-Pierre et Daubenton, associés dans cette ovation, se détestaient cordialement.

20 Exemple de proposition incidente : « Tous les Français doivent se rallier à la Convention qui poursuivra tous les factieux quel que soit leur parti. » (Leçons, II, p. 264.)

21 Décret rendu après le rapport de Jouenne dont il a déjà été question (Moniteur, réimpr., XXIII, p. 143).

22 Feuille de la République du 11 pluviôse. Le Moniteur du 15 reproduit ce récit (Réimpr., XXIII, p. 355).

23 Leçons, II, p. 90.

24 Ibid., I, p. 128.

25 Ibid., p. 137.

26 Ibid., p. 133.

27 Ibid., II, p. 249.

28 Voir dans la Décade du 10 brumaire an III (p. 234) les stances à sa fille Virginie.

29 Dossier 128.

30 Aimé Martin dit en note qu’il devait ces détails à M. Stiévenard, élève distingué de l’École normale.

31 Il n’y avait pas d’harmonies de la Providence dans le plan qui servit pour l’École normale (Manuscrits du Havre, dossier 90).

32 M. Maury, dans son Étude sur la vie et les œuvres de Bernardin de Saint-Pierre (p. 103), a cru, d’après cette lettre, qu’à côté des applaudissements il y eut à l’École des murmures contre Bernardin. Celui-ci dit, il est vrai : « Les applaudissements vont toujours en augmentant, mais aussi les murmures, par un effet des compensations des choses humaines. » Mais ces murmures sont ceux du dehors et non pas du dedans. Il est trop clair que les uns et les autres ne pouvaient pas augmenter simultanément dans l’intérieur de l’École. Bernardin de Saint-Pierre ajoutait du reste immédiatement après : « Il y a des journaux qui me comparent à Caton et à Aristide ; d’autres disent au contraire que j’ai reçu une pension du clergé, que j’ai épousé à soixante-huit ans une fille de dix-huit ans et demi, et qu’au lieu d’une chaumière j’ai bâti un temple à l’amour. »
J’ai retrouvé l’attaque à laquelle Bernardin de Saint-Pierre faisait allusion : elle avait paru, le 8 floréal, dans le Portefeuille politique et littéraire de Lamiral. Lamiral s’en prenait à la manière dont le succès de la première leçon avait été rapporté dans les Annales patriotiques et littéraires (voir p. 145). « Quel style pour des républicains ! écrivait-il ; ne croirait-on pas qu’il est question d’un Caton ou d’un Aristide ? Si quelques-uns des disciples de ces philosophes se fussent permis à leur égard des louanges aussi ridicules, ils les auraient chassés de leur école. Il paraît que nous ne savons guère, généralement parlant, ce que c’est qu’un philosophe, puisque Bernardin de Saint-Pierre passe pour tel. Un homme qui, dans ses écrits prétendus philosophiques, a voulu prouver la divine légation de Moyse et son déluge universel, et qui a reçu pour sa profonde sagacité et son antique érudition une pension du clergé de France. Celui qui, à l’âge de soixante-huit ans, épouse une demoiselle qui n’en a que dix-huit et demi. Celui qui se plaint dans le monde, au sujet de sa Chaumière, que les contrefaçons de ses ouvrages ne lui laisseraient pas de quoi en bâtir une où puisse se délasser sa philosophie, et qui cependant bâtit une maison charmante, un temple à l’amour, est-il vraiment un philosophe ? Nous ne pouvons cependant pas disconvenir que Bernardin de Saint-Pierre est un de nos plus aimables littérateurs ; que son style est séduisant, enchanteur ; que l’âme ne peut se refuser aux plus vives émotions, lorsqu’on lit ses romans sentimentales (sic) ; mais il n’aurait jamais dû se faire physicien, ni naturaliste ; car, au dire des connaisseurs, il n’est que littérateur, et rien de plus. Nous demandons pardon au citoyen Saint-Pierre de cette critique sévère. Si elle a quelque chose qui le blesse, il ne doit s’en prendre qu’au flagorneur qui l’a provoquée. Il faut une médecine pour l’esprit comme pour le corps. Le remède doit toujours être à côté du mal. Salut et fraternité. L***. »
Bernardin de Saint-Pierre fut piqué au vif, et répondit par une lettre au Courrier républicain, que celui-ci inséra dans le numéro du 14 floréal. Il y relevait entre autres choses l’erreur commise sur son âge et celui de sa femme : il avait cinquante-huit ans et demi, sa femme vingt-deux, et ils étaient mariés depuis un an et demi. Il terminait par une invitation aux personnes qui voudraient publier des nouvelles fausses sur son compte à les envoyer à Lamiral, qui les insérerait dans le Portefeuille politique et littéraire.

33 Feuille de la République du 6 pluviôse. Le Moniteur a reproduit l’article en supprimant le passage que je cite.

34 Ibid., 11 pluviôse.

35 Plassiard, Fourrier, Bénoni-Debrun.

36 Feuille de la République du 14 pluviôse.

37 Haüy appelait sans cesse les élèves « mes frères ». Sicard ne manqua pas de lui emprunter cet effet.

38 Feuille de la République du 20 pluviôse.

39 En faisant voter un crédit de 30 000 livres pour l’achat de livres. (Moniteur. réimpr., XXIII, p. 408.)

40 Peut-être Lakanal sortait-il de cette conférence du 19 lorsqu’il parla à la Convention. Son discours n’en parait pas moins extraordinaire après les séances du 16 et du 18.

41 1er ventôse.

42 La séance à laquelle Méhée fait allusion n’est pas donnée pour Garat par le journal sténographique.

43 Ou du moins rien qui eût du sens. Voici sa réponse donnée par le journal sténographique (Débats, I, p. 109) : « J’observerai, citoyen, que, comme dans la chaîne des êtres il n’y a rien d’absolu, que tout y est relatif, de même dans les langues rien n’est absolu. Quand je dis que le sourd-muet est l’homme de la nature, je le dis par opposition à l’homme civilisé, à l’homme en société, que le sourd-muet doit être considéré comme serait l’homme de la nature qui n’aurait pas eu de civilisation. »

44 Manuscrits de la bibliothèque du Havre, dossier 132.

45 Ibid.

46 La Feuille de la République du 18 pluviôse dit que la séance du 14 a été presque entièrement occupée par Garat. Mentelle et Sicard n’en parlèrent pas moins ce jour-là.

47 Leçons, I, p. 229.

48 Ibid., II, p. 448.

49 Débats, I, p. 411.

50 Ibid., p. 458.

51 Arch. nat., AF ii* 32 (Registre des arrêtés du comité d’instruction publique réorganisé après le 9 thermidor).

52 Lettre du 28 ventôse publiée par le Bulletin de la Société des Sciences de l’Yonne (1858, p. 122) : « Je suis attaché à un établissement national et même employé d’une façon toute particulière par le gouvernement au Collège de France.... J’ai été nommé directeur des conférences de mathématiques : elles ont lieu tous les jours. »

53 Arch. nat., F4 1020. Le comité d’instruction publique, par un arrêté du 5 prairial, autorisa la commission exécutive à ordonnancer, au nom des directeurs de conférences nommés par son arrêté du 20 pluviôse au nombre de dix, une somme de 3 000 francs à répartir également entre eux. C’est sur un papier relatif à l’exécution de cet arrêté que se trouvent les dix noms.

54 Cette indication de district manque ; je l’ai rétablie d’après les documents départementaux.

55 Leçons, III, p. 276.

56 Volney, dans sa troisième leçon, fit l’éloge des salles des anciens et la critique des salles modernes. Il pensait surtout à celle de la Convention qui était rectangulaire et où l’acoustique était déplorable. Il excepta de s e s critiques l’amphithéâtre du Muséum, « qui, quoique trop petit pour nous à qui il ne fut point destiné, remplit bien d’ailleurs le but de son institution « (Débats, II, p. 225.)

57 Détails pris dans une note de la Fugue normale, pot-pourri national en vaudevilles (A Paris, chez les marchands de nouveautés, l’an 5e de l’Ère française, in-8 pages 8°). Je dois la communication de cette curieuse plaquette à l’obligeance de M. le docteur Hamy, membre de l’Institut, professeur au Muséum (Voir le texte du pot pourri, p. 193).

58 Mémoire sur le froid de l’année 3e de la République, par Jérôme Lalande (Magazin encyclopédique, I, p. 305).

59 Feuille de la République du 25 pluviôse.

60 Son discours est donné par le Journal de France du 6 pluviôse.

61 Journal de Perlet du 6 et du 22 pluviôse.

62 « Il y a sans doute dans Paris une puissance supérieure à la Convention. Car on dit ouvertement que son décret ne sera pas exécuté, que les écoles ne viendront pas aux Jacobins.... Ne craint-on pas d’occuper, d’embarrasser par les Écoles normales la salle des Jacobins dans un moment où on dit assez hautement qu’on en aura bientôt besoin pour un tout autre usage ? » (Journal de Perlet du 22 pluviôse.)

63 Procès-verbal de la Convention du 16 pluviôse.

64 Voir le discours de Roux dans le Moniteur, à la séance de la Convention du 13 germinal.

65 Feuille de la République du 25 pluviôse.

66 Moniteur, Réimpr., XXIV, p. 132.

67 Décret du 28 floréal.

68 Arch. nat., AF ii*. 32

69 Ferlus, ci-devant professeur d’éloquence au collège de Bordeaux (même arrêté).

70 L’arrêté du 30 nivôse chargeait spécialement Ameilhon pour les livres, Charles pour la physique, Richard pour l’histoire naturelle, de former les collections prescrites par l’arrêté du 26 frimaire.

71 Le 10 germinal, Haüy demande au comité d’instruction publique la machine d’Atwood qui est à la commission des travaux publics, pour faire les principales expériences sur la pesanteur. Lefèvre-Gineau se servit de la machine à la séance du 16. (Débats, I, 470.)

72 En même temps que la Bibliothèque nationale, les salles du Muséum d’histoire naturelle, celles du Muséum des arts et de tous les dépôts publics consacrés à l’instruction furent ouvertes aux élèves à partir du 10 nivôse. « Ici, écrivaient les élèves du district de Bernay, nous avons vu le marbre expirant (sic) ; là la toile animée ; partout enfin nous avons vu l’art marcher de front avec sa rivale la nature. »

73 Arch. nat., AF ii*. 32.

74 Décade du 20 frimaire.

75 Il occupait le cirque du Palais Égalité.

76 Le 6 brumaire il avait exposé son dénûment au comité d’instruction publique.

77 Il fut accordé par la Convention le 1er vendémiaire an IV, sur un rapport de Lakanal.

78 Lycée des Arts.
Arrêté du Directoire relativement aux Écoles normales.
Pour répondre au désir que nous ont témoigné quantité de nos frères des départements arrivés pour l’École normale, il est arrêté que dix nouveaux cours dialogués vont être ouverts aux heures qui leur restent libres dans la soirée, et six cents places gratuites leur seront réservées.
Nous disons cours dialogués, parce que nous avons cherché à leur donner la seule forme qui nous convienne vis-à-vis de semblables élèves. On ne peut pas se dissimuler que leur nombre renferme beaucoup de citoyens éclairés, dont les connaissances sont très étendues et peuvent en se communiquant devenir fort utiles. C’est sûrement ce que l’on a prévu quand on n’a fixé qu’à quatre mois la durée des cours de l’École normale. Nous pensons que c’est la modestie et le zèle qui ont conduit à Paris beaucoup de ces estimables citoyens, dont le principe a été de ne se refuser à aucun moyen de multiplier leurs recherches ; mais que c’est à notre clairvoyance à ne pas laisser échapper cette occasion de profiter de leurs lumières dans les conférences publiques qui seront ouvertes au Lycée des Arts, non pas pour les instruire, mais pour méditer avec eux et nous éclairer réciproquement.
Ces cours dialogues auront lieu le soir à 5 et 7 heures, aux jours indiqués ci-après. Chaque élève pourra en suivre trois, et ils y seront reçus en se faisant inscrire au bureau de l’administration, jardin Égalité, le matin, chez le citoyen Gervais, l’un des administrateurs.
Les conférences publiques auront lieu le décadi 20 de chaque mois : tous les élèves y seront admis et chacun y pourra lire des notes ou discours sur quelque partie de l’instruction, après les avoir communiquées au Directoire.
Extrait du présent arrêté sera porté par une députation au comité d’instruction publique (la députation y alla le 24 nivôse) et à celui de salut public.
Délibéré au Directoire, ce 22 nivôse an 3e de la République française, une et indivisible.
Signé :
Leblanc, président.
Désaudray, secrétaire général et fondateur.
Ordre des cours les soirs à cinq et sept heures :
Image img01.jpg
Deux autres cours seront indiqués pour les nonidis.
(Extrait de la Feuille de la République du 9 ventôse.)

79 Dejob, l’Instruction publique en France et en Italie au xixe siècle, p. 157.

80 Réimpr., XXIII, p. 626.

81 Procès-verbal de la Convention, t. LVIII, p. 72.

82 Réimp., XXIV, p. 448.

83 Voici, tiré du Portefeuille politique et littéraire des 24 et 25 germinal an III, un fragment d’article intitulé Tableau d’un petit coin de Paris, qui donne l’aspect du Palais-Égalité juste au moment dont nous nous occupons. L’auteur annonce qu’il est arrivé depuis peu à Paris d’une province paisible, où il y a encore quelques mœurs : c’est peut-être un élève de l’École normale.
« Après avoir été étouffé au spectacle, je l’ai encore été en sortant pour aller au Palais-Égalité, me rafraîchir chez Velloni, où chaque jour un cercle nombreux de jolies femmes se rassemble. Pour y arriver, je traverse la galerie vitrée ; là, pressé par la foule, je vois près de moi un vieillard décrépit, chancelant, prêt à tomber, qui, une lorgnette à la main, jouissait, par le seul sens qui restait intact chez lui, de la vue d’une petite maîtresse vêtue dans le dernier goût, et que froissait en passant un rustre qui jurait après les muscadins et les muscadines qui obstruaient le passage ; à côté de là, un jeune militaire, la moustache retroussée, le chapeau de travers, la pipe 5 la bouche, lorgnait le beau sexe qui l’entourait ; une coquette levait la tête et semblait dire : regardez-moi ; une prude baissait les yeux, une grisette regardait, courait et écoutait ; la courtisane effrontée cherchait une victime ; toutes se coudoyaient, se poussaient ; nous nous poussions tous, sans que j’eus (sic) le temps de remarquer que nous filions entre deux rangs de boutiques bien illuminées ; à droite était un fripier, un café, un bijoutier, un charcutier ; à gauche, c’était une marchande de fruits, une vente publique, une tabagie, les fantoccini et les ombres chinoises du célèbre Séraphin. — Oui veut voir le beau spectacle ! disait celui-ci. — Achetez de mes bonnes oranges, ma belle dame ! — A 36 livres, qui met au-dessus ? — Mon bon monsieur, faites-moi la charité, s’il vous plaît ! — Voilà le journal du soir, par Étienne Feuillant ! — Mon petit ami, veux-tu monter chez moi, je suis bien complaisante. — Là, le remède était à côté du mal : une jeune fille veut m’obliger de prendre l’adresse d’un de ces charlatans qui guérissent de toutes les maladies, et particulièrement de celle qui se gagne au Palais-Royal. Dans ce moment je me sens heurté par deux femmes ; l’une dit : il y a deux jours que je n’ai pas eu de pain, et ce matin on m’en a f.... une demi-livre qui était bonne à crépir un mur. — Ah ! réplique l’autre, j’pouvons bien nous serrer le ventre avec une sangle....
« Tout cela s’est dit et passé dans l’espace de trente pas et de deux à trois minutes. Ce tableau mouvant se répète sans interruption toute la journée ; mais il est plus vif et plus piquant à la sortie des spectacles. Les galeries et le camp des tartares offrent à peu près le même coup d’œil ; mais le cadre est plus large, on peut au moins respirer. C’est là où les femmes qui ont perdu toute vergogne, viennent mettre leurs charmes à l’encan ; c’est le portique des filoux et des agioteurs ; c’est là où les jeunes gens des départements laissent leur santé et leur bourse ; où beaucoup de nos héros imberbes viennent déposer leurs lauriers aux pieds des nouvelles Circés !
« O Paris ! ville étonnante et superbe ! est-ce ainsi que tu te régénères ? Peux-tu être libre avec de telles mœurs, avec de semblables exemples pour la génération naissante ? »
C’est dans le même journal que se trouvent les strophes citées dans la note suivante.

84 Voici, à titre de curiosité, de pauvres strophes composées par un élève de l’École et qui furent chantées après le 12 germinal au théâtre Feydeau, sur l’air du Réveil du peuple. Je les ai trouvées dans le Portefeuille politique et littéraire du 25 germinal an III.
La France n’est plus asservie,
Et le sénat est libre enfin
De cette insolente ennemie
Des droits du peuple souverain.
Plus de montagne ! plus de crête !
Plus d’oppresseurs ! plus d’intrigants !
Et c’est pour elle que s’apprête
L’affreux supplice des méchants.
Que voulaient-ils ? les cannibales !
Nous asservir ! nous égorger !
Et déjà leurs voix infernales
Appelaient ici l’étranger....
C’est à nous de punir leur crime
Et de tirer de leurs forfaits
Une vengeance magnanime
Et digne du peuple français.
Attachons-les sur leur montagne....
De leur cœur éternel vautour,
Que ce remords les accompagne.
Et qu’ils n’aient point d’autre séjour :
Qu’ils y contemplent la justice
D’un peuple bon et généreux....
Voilà leur unique supplice :
La mort n’en est pas un pour eux.
Ennemi de la tyrannie,
Appui des faibles innocents,
Dieu, protecteur de ma patrie,
Reçois mes vœux reconnaissants !
Ne rejette point notre hommage,
Tu connais sa sincérité ;
Libre de rois et d’esclavage,
C’est celui de la vérité.
Et toi, dont le tardif courage
A terminé tous les combats
Que t’avait suscités la rage
D’un vil troupeau de scélérats,
Sénat français, sénat auguste,
Ne sois pas indéterminé,
Sois toujours grand, sois toujours juste,
Et le peuple t’a pardonné.
Braves compagnons de ta gloire,
Citoyens de cette cité,
Vous avez part à la victoire
Que le Sénat a remporté (sic).
Avec lui la France s’écrie :
Paris a par sa fermeté,
Bien mérité de la patrie :
Il a sauvé la liberté.

85 Bernardin de Saint-Pierre en aurait fait autant s’il avait publié son autobiographie. Dans le fragment que j’en ai déjà cité, il prétend qu’on avait recruté les élèves « parmi les Jacobins les plus forcenés qui avaient pour principe que le patriotisme tenait lieu de toute science ».

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540