Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Livre I. Les boursiers de Louis-Le-Grand après l’expulsion des Jésuites

Texte intégral

  • 1 Voici la liste des collèges occupés par les Jésuites en France, en 1762 : Agen, Aix, Alby, Alençon (...)
  • 2 Voir Rocquain, l’Esprit révolutionnaire avant la Révolution, p. 171, et Tabaraud, Essai historique (...)

1L’expulsion des Jésuites marque une date capitale dans l’histoire de l’instruction publique en France. Non seulement, depuis qu’Henri IV leur avait rouvert le royaume en 1603, ils avaient réussi à mettre la main sur une foule de collèges1, mais encore, par les persécutions à propos de la bulle Unigenitus, ils avaient en partie désorganisé les universités et les congrégations rivales. Les grandes remontrances de 1753, qui motivèrent l’exil du Parlement, constataient que la savante congrégation de Saint-Maur avait été réduite à l’inaction par suite de l’appel de cinq cents religieux. En un seul jour, la Faculté de théologie de Paris avait été privée de cent docteurs, sans compter ceux que des ordres particuliers en avaient auparavant écartés ; la Faculté des arts en avait perdu quatre-vingts, tous anciens recteurs, principaux de collèges ou professeurs célèbres, et, parmi eux, les Rollin, les Coffin, les Gibert, les Hersan. Le même arrêt de proscription avait été prononcé contre l’Oratoire, la Doctrine chrétienne, Saint-Lazare. « Quelle perte, s’écriait le Parlement, que tant d’écoles où régnaient la piété et l’instruction la plus solide, l’affaiblissement de ces universités autrefois savantes et distinguées ;... on a laissé ces corps respectables asservis aux délateurs, on les a privés du secours de ceux qui étaient le plus capables de former des ministres éclairés pour l’Église, et pour l’État des citoyens fidèles. De là le découragement dans les écoles, l’affaiblissement des études, l’ignorance devenue presque universelle dans le royaume2. »

  • 3 Mémoire du Parlement de Grenoble au Roi, pour lui demander l’établissement d’une Université à Gren (...)

2Même en faisant la part de l’exagération, on se rend compte que la victoire des Jésuites sur le Jansénisme avait fait d’eux, sinon la seule, du moins la principale puissance enseignante en France. Il en résulte qu’en 1761, la victoire des Parlements sur les Jésuites détruisit ce qu’il y avait de mieux organisé pour l’instruction publique. Celte destruction même obligeait les Parlements à réparer sans tarder les ruines qu’ils avaient faites ; ils s’en réjouirent : c’était pour eux l’occasion si longtemps désirée de mettre enfin la main sur l’instruction publique, et de la rendre nationale en se la soumettant : « Le besoin est urgent, dit le Parlement de Grenoble, l’occasion unique.... Nous sommes dans un moment de crise, il faut le saisir ou tout est perdu sans retour3. »

3D’un bout de la France à l’autre, l’effervescence du monde parlementaire continua donc sur la question des collèges. Au Parlement de Bretagne, La Chalotais, procureur général, présenta le 24 mars 1763 un Plan d’éducation ou d’études pour la jeunesse ; au Parlement de Bourgogne, Guyton de Morveau, avocat général, soumit son Mémoire sur l’éducation publique, avec le prospectus d’un collège suivant les principes de cet ouvrage (18 mars 1764). Comme en 1755, lorsqu’il s’agissait de refuser au Grand-Conseil la connaissance des affaires publiques ; comme plus tard, en 1771, lorsqu’il s’agit du procès du duc d’Aiguillon, les Parlements de France exécutèrent un même programme, et ils eurent pour chef de file le Parlement de Paris, à qui revenait la tâche la plus importante.

  • 4 MM. le président Rolland, de l’Averdy, l’abbé Terray, et Roussel de la Tour.
  • 5 Voici la liste de ces collèges, d’après les comptes rendus des commissaires : Abbeville, Angers, B (...)

4Le plan de celui-ci était arrêté : il consistait à grouper les collèges des « soi-disant ci-devant Jésuites » en autant de circonscriptions qu’il y avait d’Universités dans son propre ressort, et, par arrêt du 3 septembre 1762, il demanda à cet égard des mémoires et des projets de règlement aux Universités de Paris, Reims, Bourges, Poitiers, Angers et Orléans. L’Université de Paris, établie dans le collège Louis-le-Grand, devait former un centre de correspondance pour tout le ressort et se trouver sous l’inspection immédiate de la Cour. Une fois l’héritage des Jésuites fortement organisé, on jetterait le filet sur tous les autres collèges. Le 24 mars 1765, les mêmes commissaires qui avaient été chargés de réorganiser les anciens collèges de la Société4, furent désignés pour rendre compte de tous les établissements consacrés à l’éducation et sis dans le ressort du Parlement, mais non desservis par les Jésuites. Il n’y en avait pas moins de quatre-vingt-cinq, la plupart, il est vrai, de peu d’importance, mais propres à former, au-dessous des anciens collèges des Jésuites ou avec un certain nombre d’entre eux, cet ordre subalterne que forment aujourd’hui nos collèges communaux au-dessous des lycées5.

  • 6 Recueil de plusieurs ouvrages de M. le président Rolland, pp. viii, ix, xxix, 191, etc. Avant de d (...)

5Ainsi se marqua, comme le répète nombre de fois le président Rolland6, l’intention bien arrêtée dès 1762, suivie jusqu’en 1771, et reprise sans succès en 1779, de réformer et de réorganiser l’instruction publique tout entière, en la soumettant au Parlement.

6Les circonstances furent donc pour le Parlement tout à fait analogues à celles où se trouvèrent la Convention en 1794 et Napoléon en 1808 ; seulement, tandis que la Convention eut devant elle table rase, et que Napoléon agit dans la plénitude du pouvoir absolu, le Parlement dut compter avec des droits acquis, des résistances ouvertes et puissantes, des méfiances invincibles. L’Université de Paris fut pour lui une alliée tiède, le haut clergé un ennemi déclaré, le gouvernement un surveillant jaloux.

  • 7 Arrêté du 2 avril 1762. (Voir Rocquain, p. 514.)
  • 8 Quanti populorum intersit eadem in omnibus schotis publicis de religione, de moribus et litteris d (...)

7Aussitôt après la suppression des Jésuites, avant môme qu’ils eussent définitivement quitté leurs collèges, l’Université de Paris s’était portée leur héritière. Elle avait fait rédiger par un de ses membres, M. Combalusier, un Mémoire sur les moyens de pourvoir à l’instruction de la jeunesse et de la perfectionner (15 janvier 1762). « Le bien de l’État, disait ce Mémoire, demande l’exclusion la plus légale et la plus authentique des ordres religieux, et peut-être même des congrégations particulières, de tout enseignement public. » L’allusion était transparente : c’était Saint-Maur, la Doctrine et l’Oratoire qu’on visait. Le Parlement désirait, lui aussi, les écarter, du moins autant qu’il le pourrait ; mais tout en voulant se servir de l’Université, il n’entendait pas s’y asservir : provisoirement il supprima son Mémoire7. Cinq mois plus tard, lorsqu’il la consulta, ce fut sur un programme à lui, sur son propre projet de mettre un ensemble dans tous les collèges du ressort. Elle fut dès lors plus souple : elle mit au concours, pour le prix d’éloquence latine de 1765, l’uniformité de l’enseignement8, et déposa en réponse à l’arrêt du 5 septembre 1762 un Mémoire où elle affectait de considérer la commission du président Rolland et de ses trois collègues comme une sorte de surintendance perpétuelle de l’instruction publique. Mais sous la docilité officielle se cachaient des mécontentements et des résistances opiniâtres : jusqu’en 1768, la nation de Normandie protesta que « l’Université était seule souveraine pour l’éducation, qu’à elle seule appartenait le droit de faire des lois sur cette matière ».

8Plus dangereuse que cette résistance ouverte était la tiédeur des gens qui se rappelaient les alternatives incessantes de la guerre entre les Parlements et la Société de Jésus depuis 1715, qui craignaient un revirement en faveur des Jésuites, qui tout au moins tenaient à ménager les évêques et prévoyaient leur revanche de 1771.

  • 9 Procès-verbaux du Clergé, VIII, pièces justificatives, p. 337.
  • 10 Lettre de Louis XV au duc de Choiseul, dans Saint-Priest, Chute des Jésuites, p. 266.
  • 11 Voir le détail dans Rolland, Recueil, p. 162 et suiv.
  • 12 Voir le texte dans Rolland, Recueil, p. xxviii.

9Le haut clergé en effet, à de rares exceptions près, avait défendu passionnément la Société. Il avait même poussé la passion pour elle jusqu’à la maladresse, lorsque, dans l’assemblée de 1762, réunie pour donner au roi son avis sur l’utilité des Jésuites, il avait déclaré que les autres ordres religieux lui paraissaient incapables de donner à l’éducation de la jeunesse une attention suivie9 : ni l’Université ni le Parlement ne pouvaient souhaiter une déclaration qui leur fût plus agréable. Dix ans après, les évêques changèrent d’avis ; mais en attendant que les circonstances favorables de 1771 le leur eussent conseillé, ils surent profiter de ce qui ne leur était pas tout à fait défavorable en 1762 pour réduire autant que possible la victoire des Parlements. Tout le monde savait que le roi avait abandonné les Jésuites à contre-cœur et qu’il aurait souhaité, « en les chassant, casser tout ce que le Parlement avait fait contre eux10 ». Il fut donc aisé d’obtenir qu’il refusât son consentement au projet d’organisation des collèges préparé par MM. de l’Averdy, Roussel de la Tour, l’abbé Terray et le président Rolland. Au texte de lettres patentes qu’ils lui proposèrent, il en fit opposer un autre préparé par une commission composée de trois conseillers d’État11. L’archevêque de Narbonne et l’évêque d’Orléans furent chargés de le porter chez le premier président Molé, où ils conférèrent avec MM. de l’Averdy et Rolland. Le résultat de ces conférences fut l’Édit de février 1763, portant règlement pour les collèges qui ne dépendent pas des Universités12. Cet édit est un véritable succès personnel de Louis XV dans la défense de l’autorité royale à la fois contre les parlementaires et contre les évêques. En les mettant aux prises, il a su, d’une part, faire disparaître les prétentions historiques de l’Église sur la possession ou le contrôle de l’instruction publique, prétentions dont les deux évêques avaient apporté la formule ; d’autre part, détruire la correspondance des collèges et des Universités, que le Parlement avait proposée pour mettre entre ses propres mains cette même possession ou ce même contrôle de l’instruction publique. Une organisation uniforme était, il est vrai, donnée aux anciens collèges des Jésuites, mais ils ne devaient plus dépendre ni des Universités, ni des Cours, ni des évêques ; ils devaient être administrés chacun par un bureau chargé de choisir le principal et les professeurs, et où des officiers royaux et municipaux et des notables de la ville se rencontreraient avec les représentants de l’Église et du Parlement.

  • 13 Voir Rolland, Recueil, p. 168.
  • 14 Voir Rolland, Recueil, p. 37.

10Le Parlement de Paris dissimula son mécontentement de l’Édit de février 1765, et se prépara à poursuivre par des voies détournées l’exécution de ses projets. La direction même des collèges lui échappant, il voulut se rattraper sur la préparation des professeurs. Les Jésuites abandonnaient en France près de quatre-vingt-dix collèges. Qui les remplacerait ? Eussent-elles excité-moins d’animosité de la part de l’Université et des Parlements, les autres congrégations enseignantes, de l’aveu même des évêques, n’étaient pas alors capables de recueillir une pareille succession, et les commissaires du Conseil leur étaient encore plus hostiles que ceux du Parlement, parce que le Roi craignait de paraître livrer les dépouilles des Jésuites aux rivaux qu’ils avaient persécutés. Aussi, de 1763 à 1771, n’y eut-il que cinq collèges quittés par les Jésuites qui furent confiés à des réguliers : les Doctrinaires eurent Carcassonne et Nîmes (dans le ressort du parlement de Toulouse) ; les Oratoriens, la Trinité de Lyon ; les pères de Saint-Joseph, le collège de Roanne ; les Dominicains, celui de Mâcon, d’où ils demandèrent à se retirer en 176913. Pour le reste, il fallut prendre ce qui se présenta, c’est-à-dire le plus souvent des gens médiocres, dont l’insuffisance devint un prétexte, après 1771, à la faveur exclusive dont jouirent les congrégations ; les neuf dixièmes d’ailleurs étaient des ecclésiastiques14.

11On était allé tout de suite au plus pressé, et l’on avait soutenu les collèges comme on avait pu ; restait à préparer l’avenir. Les Parlementaires se doutaient bien qu’ils n’avaient pas à compter sur une bien longue période de prépondérance, mais ils voulaient organiser le recrutement de telle sorte que les effets de leur prévoyance continuassent à se faire sentir pendant la réaction. C’est ici que paraît leur projet d’établir une école pour former des maîtres.

  • 15 Voir Jourdain, Histoire de l’Université de Paris, tome I, p. 294.
    Le texte cité par Jourdain se tro (...)
  • 16 Vie de Pavillon I, 40 (manuscrit communiqué par M. Gazier).
  • 17 Idée de la vie et de l’esprit de messire Nicolas Choart de Buzanval (Paris, 1717, in-12, p. 140). (...)
  • 18 Bibliothèque de l’Université (U 148, n° 6, — 7 pages in-4, sans lieu ni date).
  • 19 Collèges de Tréguier et des Dix-Huit.

12L’idée datait de loin. Depuis longtemps l’Université de Paris se plaignait de l’état dans lequel étaient tombés, faute de maîtres, nombre de collèges de son ressort, et elle cherchait le moyen de remédier à cette pénurie. Il y avait plus d’un siècle que le recteur Dumonstier avait proposé de fonder ce que nous appellerions aujourd’hui des bourses de professorat15 (14 octobre 1645). D’une façon générale, l’idée de fonder des écoles pour former des maîtres était dans l’air dès le milieu du dix-septième siècle, et on la rencontre plus particulièrement chez les jansénistes, qui tentèrent plusieurs fois de la mettre à exécution. Vers 1650, l’évêque d’Alet, Pavillon, avait institué une congrégation de « filles régentes » qui allaient faire l’école dans les différentes paroisses de son diocèse, et qui formaient d’autres régentes pour les seconder16. De cette congrégation sortit celle des Filles de l’Enfance, dans le diocèse de Toulouse, véritable école normale de femmes anéantie par les Jésuites en 1686. Vers le môme temps, Choart de Buzanval, évêque de Beauvais de 1650 à 1679, avait voulu former un séminaire de maîtres d’école pour son diocèse, mais n’avait pu y réussir faute d’argent ; il avait du moins établi pour le môme objet une communauté de filles à Beauvais, mais elle avait disparu après sa mort17. Après la révocation de l’édit de Nantes, nous retrouvons encore la même idée dans une petite brochure anonyme ayant pour titre : Avis important touchant l’établissement d’une espèce de séminaire pour la formation des maîtres d’école, et pour faire un utile emploi des biens des huguenots fugitifs18. En somme, en dehors des tentatives des évêques jansénistes qui n’avaient pour objet que les petites écoles, aucun essai sérieux ne fut tenté, et, la concurrence des Jésuites aidant, le mal n’avait fait qu’empirer dans la plupart des collèges parisiens, lorsqu’en 1730 l’Université se proposa d’y apporter un remède héroïque par la suppression de tous ces collèges, dont les uns n’avaient qu’un petit nombre de classes, les autres n’étaient plus que des auberges, où logeaient des boursiers élèves des grands collèges, d’autres enfin n’étaient plus que des maisons sans élèves ou des élèves sans maison19. Un plan fut rédigé pour la réunion de tous les boursiers dans un seul collège, et soumis au chancelier d’Aguesseau et au procureur général Joly-de-Fleury, qui l’approuvèrent. Malheureusement on ne disposait d’aucun édifice assez vaste pour opérer la réunion ; on craignait aussi que cette transformation de collèges, dont le plus ancien datait du douzième siècle, ne facilitât aux Jésuites l’accomplissement du désir qu’ils avaient toujours eu d’être membres de l’Université. Bref on en resta au projet. L’expulsion des Jésuites, en rendant libre leur collège de Louis-le-Grand, supprima la crainte et donna l’édifice.

13A ce moment la congrégation de France (les Génovéfains) entreprenait la construction de la nouvelle église Sainte-Geneviève (le Panthéon), dont le plan entraînait la démolition du collège de Lisieux : elle demanda que ce collège fût transféré dans les bâtiments de Louis-le-Grand. La requête fut communiquée aux officiers du Châtelet, aux Prévôt des Marchands et Échevins, et à l’Université. Non seulement tous approuvèrent la translation, mais encore ils proposèrent la réunion des petits collèges dans celui de Louis-le-Grand. L’occasion s’offrait donc d’elle-même au Parlement : il ne la laissa pas échapper, et, le 7 septembre 1762, quatre jours après avoir demandé aux Universités de son ressort les mémoires d’où il espérait faire sortir une refonte totale de l’instruction publique, il rendit un arrêt qui transférait à Louis-le-Grand le collège de Lisieux, mais en y ajoutant la disposition suivante :

  • 20 Rolland, Recueil, p. 158.

Comme aussi, attendu qu’il résulte de ce qui est énoncé dans l’avis des officiers du Châtelet, en celui du Prévôt des marchands et des Échevins, et en celui de l’Université de Paris, qu’il serait possible de rendre plus utiles encore dans la suite les fondations de bourses qui ont été faites dans différents collèges de Paris qui ne sont pas de plein exercice, en faveur des jeunes gens de différentes provinces du Royaume, en procurant une instruction publique propre à former des sujets capables de fournir des professeurs à l’Université de Paris, des maîtres aux provinces du ressort, des précepteurs aux enfants des citoyens, et, en général, des sujets utiles à la patrie,... en attendant qu’il ait été plus amplement pourvu sous le bon plaisir du Roi, la Cour ordonne que tous les humanistes et philosophes qui jouissent actuellement, et qui jouiront dans la suite des bourses établies dans les différents collèges de cette ville de Paris, autres néanmoins que ceux d’Harcourt, du Cardinal-Le-Moine, de Navarre, de Montaigu, du Plessis, de Dormans-Beauvais, de la Marche, des Grassins et de Mazarin, seront tenus, pour conserver les dites bourses, de fréquenter, à compter du premier octobre prochain, les classes du collège de Lisieux (transféré à Louis-le-Grand), exclusivement à toutes autres classes de l’Université, et d’en justifier par des certificats en bonne forme des professeurs du dit collège de Lisieux, dont il sera remis au Procureur Général du Roi un double tous les ans par les écoliers20.

  • 21 Mémoire sur la réunion des petits collèges fondés en l’Université de Paris, 1 vol. in-4, 97 pages (...)

14On n’attendit pas longtemps qu’il eût été plus amplement pourvu. L’arrêt de septembre 1762 ne touchait encore qu’aux bourses des humanistes et des philosophes ; les collèges furent bientôt menacés eux-mêmes dans leur existence précaire. Le 4 février 1763, un nouvel arrêt du Parlement somma les petits collèges de l’Université de produire des états de situation, accompagnés de mémoires qui devaient indiquer les revenus et les charges de chacun, les faits les plus saillants de son histoire, et l’avis du principal sur la meilleure manière de l’administrer. Une commission, composée du recteur, M. Fourneau, et de six anciens recteurs, examina les envois des collèges, et rédigea à son tour un rapport21 où elle posa nettement la question des boursiers. « Des boursiers distribués dans les grands collèges, disait-elle, ne seront élevés ni instruits de la manière la plus propre à faire d’eux d’excellents maîtres pour les collèges de Paris, pour ceux des provinces, et pour les enfants qui sont élevés dans les maisons particulières, sous les yeux des parents. Il faut, pour réussir à former de tels maîtres, des soins, des attentions, une règle et des exercices particuliers. » Il ne suffisait donc pas d’obliger les boursiers à suivre les cours d’un même collège : il fallait les y réunir.

  • 22 Paris, 1763, 1 vol. in-12. — L’abbé Pélissier publia deux lettres en réponse à ses propres Mémoire (...)

15Cette même idée était exposée au même moment dans une série de Mémoires sur la nécessité de fonder une école pour former des maîtres, selon le plan d’éducation donné par le Parlement, en son arrêt du 3 septembre 176222. L’auteur en était l’abbé Pélissier. Il écrivait ce qui suit dans son cinquième mémoire :

Il est bien surprenant qu’il y ait des apprentissages réglés par l’autorité publique pour les moindres corps de métiers, et qu’il n’y en ait point pour parvenir au droit d’enseigner les sciences aux jeunes gens et de travailler à leur éducation, qui est cependant l’art des arts, et qui demande des talents et des connaissances peu communes parmi ceux qui ont fait leurs études comme on a coutume de les faire. Il est vrai que, pour être reçu professeur de l’Université, il faut avoir le degré de maître ès arts. Mais l’acquisition de ce degré n’est assurément pas une preuve qu’un homme est en état d’élever et d’instruire la jeunesse. Il faudrait donc qu’il y eût une maison d’institution où des jeunes gens en qui on aurait reconnu de la sagesse, de l’application et des dispositions fussent instruits relativement à cet objet, tant par rapport à la piété que pour les sciences. Sans un pareil établissement, il n’est pas possible qu’il y ait autant de maîtres que l’on en a besoin pour l’instruction de la jeunesse.

16La maison d’institution que réclamait l’abbé Pélissier allait exister de fait, lorsque, suivant le vœu des recteurs, les boursiers des petits collèges seraient réunis à Louis-le-Grand. Le 21 novembre furent édictées les lettres patentes qui ordonnaient cette réunion.

  • 23 Rolland, Recueil, pp. 177 et 178.

17Le roi déclarait dans le préambule qu’il voulait former « une pépinière abondante de maîtres dont l’Etat avait besoin, et qui répandrait partout cette émulation si désirable pour l’éducation de ses sujets ; il espérait que l’exemple d’une si bonne et si sage administration mettrait l’Université, ainsi que le Parlement, en état de compléter ses vues pour le bien de l’éducation, en lui proposant incessamment les plans les plus convenables pour parvenir à la réforme ou à la plus grande perfection des collèges de plein exercice de l’Université, et même de tout le royaume23 ». Toute l’affaire avait été menée par cette même commission des quatre, à laquelle le Parlement avait confié le soin de s’occuper des anciens collèges de Jésuites, et de tous les collèges du ressort. Les lettres patentes les firent entrer comme représentants de la Cour dans le bureau d’administration du collège Louis-le-Grand.

  • 24 Rolland, Recueil, p. II.

18Mais déjà, depuis le 9 septembre précédent, le Parlement avait établi le chef-lieu de l’Université dans ce collège, si bien qu’à la fin de 1763 il formait à bien des égards le centre de correspondance de l’instruction publique pour le ressort judiciaire de Paris. Par des voies détournées, le Parlement avait réalisé presque complètement le plan auquel les évêques et le roi s’étaient opposés, au mois de février précédent, et, parmi les instruments de réforme et de gouvernement dont disposaient MM. de l’Averdy, Rolland, Roussel et Terray, le principal était cette réunion de boursiers où ils voyaient la pépinière des maîtres de l’Université. C’était pour en marquer l’importance, « pour lui donner de la consistance », suivant l’expression même du président Rolland24, qu’on avait mis à côté d’elle le chef-lieu de l’Université.

19La réunion des boursiers était donc le grand objet que s’était proposé le Parlement pour réformer les études après la suppression et l’expulsion des Jésuites. Quand ses ennemis objectaient qu’il allait donner ainsi aux études de Louis-le-Grand une force telle que les autres collèges de plein exercice ne pourraient point lutter contre lui dans les concours universitaires, il pouvait se féliciter de l’objection, car c’était précisément là ce qu’il avait voulu, et, jusqu’en 1771, il ne cessa de travailler à perfectionner son œuvre.

20En 1766, l’établissement de l’agrégation fut comme le complément naturel de la réunion des boursiers. On avait voulu donner dans Louis-le-Grand une culture spéciale aux futurs maîtres de l’Université ; mais les bénéfices en auraient été perdus si le grade de maître ès arts avait continué de suffire pour obtenir une chaire dans un collège ; les élèves de Louis-le-Grand auraient été exposés à subir une concurrence d’autant plus dangereuse qu’elle aurait été plus facile et serait venue de rivaux très inférieurs en mérite. La création des trois agrégations de philosophie, de littérature et de grammaire devait leur permettre de prouver leur supériorité.

21Bientôt un règlement nouveau rompit toute attache avec le passé, et donna à l’institution des boursiers son caractère définitif. Ce règlement était l’œuvre du bureau d’administration du collège, où, comme on l’a vu, les quatre commissaires du Parlement avaient la haute main : il fut promulgué par lettres patentes du 20 août 1767. Le préambule de ces lettres invoquait pour principal motif « que le collège Louis-le-Grand devait être destiné avant tout à former des élèves capables de devenir eux-mêmes de bons maîtres, qui pussent se répandre ensuite dans les autres collèges du royaume ». Ainsi, à chaque mesure concernant le collège, on prenait soin d’en rappeler la destination essentielle.

  • 25 Titre II, art. 1 ; Titre III, art. 6, 7, 8. (Voir Jourdain, p. 437.)
  • 26 Titre III, art. 10 et 11.

22La plus intéressante des mesures qui furent promulguées avec les lettres patentes du 20 août 1767 était relative aux bourses. Les bourses étaient déclarées toutes d’égale valeur : au mépris des intentions des fondateurs, on mettait en commun le revenu de toutes les anciennes fondations. La collation môme n’en était laissée que pour la forme à ceux auxquels elle appartenait de droit, en vertu des actes originaux ; car l’admission définitive des boursiers était subordonnée à des conditions sévères, qui supprimaient réellement la liberté des choix. Avant d’être admis, les candidats devaient désormais subir un examen devant une commission composée du principal et de quatre émérites. Encore leur admission n’était-elle que provisoire : ils devaient passer par un noviciat de deux ans, après quoi la commission d’examen décidait « s’ils seraient confirmés dans la jouissance de leurs bourses, ou bien renvoyés du collège25 ». Cette mesure véritablement révolutionnaire et qui motiva les protestations les plus véhémentes n’est pourtant pas celle qui donne le plus nettement à la réunion des boursiers le caractère d’une école normale ; en voici de beaucoup plus importantes : la jouissance des bourses était prolongée d’une année pour tous les candidats qui, après leur philosophie ou leur théologie, voudraient se préparer aux concours de l’agrégation, à condition qu’ils eussent obtenu le degré de maîtres ès arts, et un certificat de capacité décerné après un examen sur les matières relatives à la classe d’agrégation qu’ils auraient choisie26 ; enfin l’article 15 du titre III était ainsi conçu :

Il sera dressé par les principal et examinateurs, dans un an de l’enregistrement des lettres patentes de ce jour, un règlement contenant les exercices que les boursiers qui se destineront à être agrégés, et qui, en conséquence, jouiront de leur bourse une année après leur philosophie ou leur théologie, seront tenus de faire dans le collège, sous les yeux et l’inspection du principal et des examinateurs.

23Sans doute, d’après le règlement de 1767, les études de Louis-le-Grand n’étaient point, comme dans l’École normale de l’Université impériale, une préparation exclusive au professorat, consécutive à de fortes études secondaires ; les boursiers y entraient à partir de la sixième, et n’étaient point obligés, en sortant, de se présenter à l’une des trois agrégations ; mais les explications du préambule, aussi bien que les prescriptions relatives aux bourses, montrent qu’il s’agissait bien avant tout de former dans Louis-le- Grand celte maison d’institution dont l’abbé Pélissier avait donné le plan quatre ans auparavant, afin de répondre aux vœux du Parlement.

  • 27 Discours d’inauguration de l’École normale, du 4 novembre 1847, pp. 5 et 6.

24M. Dubois27 a cru que cette maison ne paraissait pour la première fois dans un document officiel qu’à l’état de projet et seulement dans le Plan d’éducation de 1768, où le président Rolland résuma les mémoires rédigés par les Universités, conformément à l’arrêté du 3 septembre 1762. C’est une erreur. Dans ce Plan le président Rolland proposait non pas de créer quelque chose de nouveau, mais de confirmer et de développer quelque chose qui existait déjà. Cela ressort des expressions mêmes qu’il emploie en plusieurs passages.

  • 28 Rolland, Recueil, p. 59.
  • 29 Ibid., p. 67 et 68.
  • 30 Expressions déjà citées du préambule des lettres patentes du 21 novembre 1763.

« Il suffirait, dit-il28, d’adopter quant au fond le plan proposé par l’abbé Pélissier, dans les différents mémoires qu’il a donnés en 1762, et qui ont pour objet de démontrer la nécessité d’établir dans Paris une maison d’instruction pour former des maîtres ; plan dressé, ainsi que le dit l’auteur, d’après celui donné par la Cour dans son arrêt du 3 septembre 1762. Les lois qu’il a plu au Roi de donner depuis 1762, procurent le moyen de perfectionner ce plan. »
Et ailleurs29 : « Déjà les professeurs de la capitale sont assujettis à des épreuves qui répondent de leur capacité ; déjà l’Université est propriétaire d’un chef-lieu, qui sert en même temps de retraite à des professeurs émérites ; .... déjà les boursiers épars et négligés sont réunis dans un seul collège pour y former des maîtres et des régents. Il ne reste plus qu’un pas à faire pour procurer à l’État cette pépinière abondante de maîtres dont il a besoin, qui répandront partout l’émulation30 et dont, si je peux m’exprimer ainsi, la création était l’objet que le souverain se proposait en 1763, par la réunion des boursiers des petits collèges dans celui de Louis-le-Grand. Pour faciliter cette création, on pourrait conserver leurs bourses encore pendant quelques années à ceux qui se destineront à l’agrégation, et profiter de ce temps pour leur donner, ainsi qu’à tous ceux qui voudront se consacrer aux pénibles travaux de l’enseignement, une seconde éducation qui, en les instruisant eux-mêmes, leur apprenne à instruire les autres. »

25Rien de plus clair que tout cela : il n’y a plus qu’une chose à faire, dit en substance le président Rolland ; la maison d’instruction pour les maîtres existe, mais à l’état diffus, dans le collège Louis-le-Grand : il faut en faire une enclave bien délimitée. Il se propose en un mot de faire à Louis-le-Grand ce qu’y fit Mgr Frayssinous en 1826, lorsqu’il annexa au collège l’École normale rétablie sous le nom d’École préparatoire.

  • 31 Parmi les supérieurs-majeurs figurent les archevêques de Paris, de Tours, de Narbonne, de Reims, l (...)
  • 32 Voir le préambule de l’arrêt du Conseil du 29 avril 1768 dans Rolland, Recueil, p. 101, note 143.

26Mais au moment même où le président Rolland se flattait d’achever son œuvre, le temps n’était pas éloigné où le Parlement devait subir à son tour le sort qu’il avait infligé aux Jésuites. Les lettres patentes de 1767 avaient soulevé une opposition formidable : l’Université était blessée de voir rabaissé le grade de maître ès arts ; tous les défenseurs obstinés des traditions se révoltaient contre les mesures relatives aux bourses, qui non seulement détruisaient les règlements originaires des collèges réunis à Louis-le-Grand, mais encore limitaient par des examens les droits des collateurs sur les bourses et les droits de propriété des boursiers. La plupart des supérieurs-majeurs des collèges étaient membres du haut clergé31 : ils renforcèrent de leurs plaintes celles de l’Université. Un ancien recteur, M. Hamelin, publia une lettre tellement violente que la Grand’Chambre la condamna au feu. La nation de Normandie remit au vice-chancelier le mémoire dont j’ai déjà parlé ; un arrêt du Conseil du Roi32 supprima ce mémoire, et tança vertement la nation de Normandie, mais seulement pour « indécence » de forme, car il ordonnait en même temps que, si l’Université entière avait des représentations à faire sur les lettres patentes et le règlement du 20 août, le Roi ne voulait pas l’en empêcher, mais ordonnait au contraire que le tribunal de l’Université en fit remise au Conseil dans le délai d’un mois (29 avril 1768). Ainsi, pendant que le président Rolland lisait au Parlement le plan qui devait parachever l’œuvre de la commission des quatre, les universitaires, excités par les évêques et encouragés par le gouvernement, préparaient le mémoire qui devait la ruiner.

27Une enquête fut décidée et confiée au conseiller d’État Lenoir. Son rapport, au dire de Rolland, fut de tous points favorable au maintien du règlement du 20 août. Mais le chancelier n’en tint compte, et publia le 1er juillet 1769 des lettres patentes qui bouleversaient le régime des bourses des collèges réunis à Louis-le-Grand, et enlevait au bureau, c’est-à-dire au Parlement, pour la donner au principal, la nomination des possesseurs.

  • 33 Rolland, Recueil, p. 202.

28Personne ne se trompa sur la signification de cet acte d’hostilité déclarée de la part du gouvernement. Cependant le président Rolland ne se découragea pas. Il se hâta de faire établir par le bureau d’administration de Louis-le-Grand, et sur les deniers du collège, des bourses nouvelles destinées à remplacer celles dont on venait de lui ôter la disposition. Personne n’avait rien à dire à cela, et Rolland aurait plus sûrement atteint son but s’il avait pu commencer par là. Mais l’opération de la réunion des collèges avait été une opération fort onéreuse pour Louis-le-Grand : leur actif ne dépassait pas 200 000 livres de revenu, tandis que le passif se montait à 440 000 livres de rentes constituées, sans compter 240 000 livres de dettes immédiatement exigibles : Louis-le-Grand avait dû solder la différence. Ni les anciens privilèges et exemptions du noviciat et de la maison professe des Jésuites, ni l’abbaye de Saint-Martin-au-Bois qui lui furent attribués ne suffirent : il avait fallu emprunter 400 000 livres. Ces embarras d’argent font d’ailleurs comprendre pourquoi on avait d’abord essayé de réaliser par des moyens détournés la maison d’institution, et pourquoi on se décida si tard, trop tard, à lui donner une organisation fixe par le règlement pour les boursiers de 1770. Encore n’était-ce point une organisation immédiate : on légiférait non pour le moment présent, mais pour celui où l’état des revenus permettrait cette nouvelle dépense ; on avait hâte de le faire, disait le président Rolland33, afin de lier tous ceux qui administreraient par la suite les biens du collège Louis-le-Grand, et les forcer d’opérer le bien malgré eux.

29Ce règlement in extremis fut rédigé chez le président et homologué le 4 septembre 1770 par le Parlement.

  • 34 Titre I, art. 3.
  • 35 Il n’y avait que soixante places d’agrégés en tout. Trente avaient été mises au concours en 1767, (...)
  • 36 Titre I, art. 4.

30La partie la plus importante est relative aux bourses que le bureau d’administration pourra fonder avec les épargnes du collège34 : on prévoit l’ordre dans lequel elles seront établies suivant leur affectation. Avant que le bureau puisse en conférer aucune de son plein gré, il devra en mettre six au concours pour les écoliers, puis six au concours pour les aspirants à l’agrégation ; quand, après cela, il en aura donné douze autres à sa libre nomination, la série recommencera dans le même ordre. « Les bourses affectées aux aspirants à l’agrégation seront fixées au nombre de douze35….. Ceux qui en seront pourvus seront nourris et instruits gratuitement dans le collège, comme les autres boursiers ; ils recevront en outre, chaque année, une somme de cent livres pour leur entretien36. »

31Tout le titre III concerne les bourses au concours pour les aspirants à l’agrégation ; en voici les principaux articles :

  • 37 L’article 7 prescrivait que la correction des compositions se ferait au secret, comme cela a lieu (...)

TITRE III
« Art. 1. Les qualités requises pour être admis au concours seront : 1° d’avoir fini son cours de philosophie sous des maîtres séculiers ; 2° d’être maître ès arts d’une université du royaume dont les étudiants puissent être immatriculés dans celle de Paris, ou du moins pour ceux qui auront étudié à Paris, d’être dans le cas d’obtenir le degré de maître ès arts avant l’ouverture du concours.
« Art. 2. Lors de l’établissement desdites bourses, il y en aura à chaque création deux pour chaque ordre d’agrégés établis par les lettres patentes des 3 mai et 10 août 1766.
« Art. 4. L’ouverture dudit concours se fera dans les premiers jours du mois de juin, et sera annoncée trois mois auparavant par une affiche où seront marqués les jour et heure que les concurrents devront se rendre au collège. Le principal aura soin de faire mettre l’annonce du concours dans les nouvelles publiques, afin que les maîtres ès arts de province puissent lui envoyer leurs titres un mois au moins avant l’ouverture du concours.
« Art. 6. Les exercices du concours consisteront, pour la philosophie, en deux compositions et deux examens ; pour les rhétoriciens et grammairiens, en trois compositions et un examen. Les compositions seront jugées avant qu’il soit procédé à l’examen des candidats, et les auteurs de celles qui seront faibles ne seront pas admis à l’examen. L’examen de chaque concurrent sera au moins d’une heure ; il se fera les portes ouvertes, et tous les membres de l’Université auront le droit d’y assister.
« Art. 837. Les compositions de philosophie seront écrites en latin ; le sujet de la première sera une question de métaphysique ou de morale ; celui de la seconde, une question de physique.
« Art. 9. Les examens de philosophie rouleront, l’un sur la logique, métaphysique et morale, l’autre sur les mathématiques et la physique. Ils se feront par de simples interrogations, qui ne seront pas proposées par les concurrents, mais par le principal et les juges du concours, s’ils le jugent à propos.
« Art. 10. Les compositions, dans l’ordre des rhétoriciens, seront une amplification latine, une amplification française et une pièce de poésie latine ; dans l’ordre des grammairiens, un thème, une version latine et une version grecque.
« Art. 11. Les examens des rhétoriciens rouleront sur les orateurs et poètes français, grecs et latins, et sur les règles de la rhétorique et de la poésie.
« Les examens des grammairiens rouleront sur les auteurs grecs et latins, (qu’on a coutume de voir jusqu’en troisième inclusivement, et sur les règles des trois grammaires française, grecque et latine.
« Aux uns comme aux autres, dès le moment où ils seront admis à concourir, on assignera cinq à six pages d’un auteur grec, sur lequel ils seront interrogés.
« Art. 13. La durée des bourses sera fixée à trois ans, sans pouvoir être augmentée
sous quelque prétexte que ce soit.
« Art. 15. Il sera dressé, par le principal et les examinateurs établis par lettres patentes du 20 août 1767, un règlement particulier pour les études et les exercices de ces boursiers, auxquels ils seront tenus de se conformer. »

  • 38 Voir page 11.

32Si ce règlement avait été appliqué, il y aurait eu ainsi à Louis-le-Grand une douzaine d’élèves spécialement destinés et préparés aux agrégations, comme le sont aujourd’hui ceux de l’École normale, et distingués de leurs camarades par un règlement particulier et des appointements. Mais après la suppression du Parlement, ce texte fut loin d’obliger aussi fortement que l’avait espéré Rolland le bureau intérimaire, chargé d’administrer le collège depuis le mois d’août 1771 jusqu’au mois de novembre 1774, et même jusqu’au mois d’août 1777. Pendant ces six années, aucune partie du règlement de 1770 ne fut appliquée ; l’œuvre ne fut reprise qu’après le retour du Parlement, lorsque l’ancien bureau eut été remis en possession du collège. Presque tous les actes du bureau intérimaire furent alors annulés, et les lettres patentes du 5 septembre 1778 ordonnèrent l’exécution du règlement de 176738 sur les boursiers réunis, nonobstant toutes choses à ce contraires. Ces lettres furent confirmées par d’autres en 1779 et en 1780.

  • 39 Recueil des délibérations, p. 566, 567.
  • 40 Voir ce Recueil, p. 562.
  • 41 Arch. nat., M. 154. — 2.

33Quant aux bourses d’agrégation pour lesquelles avait été fait le règlement de 1770, nous voyons39 qu’il en avait été fondé six le 5 décembre 1777, six mois après la reprise de possession du collège. Lorsque vint, le 25 novembre 1779, le tour de fonder les six autres, on y renonça. Il n’y eut donc pour l’agrégation (que la moitié des bourses prévues. En 1781 elles étaient encore occupées, au moment où le président Rolland faisait imprimer le Recueil des délibérations du bureau40. Seulement, au lieu d’être données au concours, elles avaient été conférées par le bureau à des jeunes gens nommés aux prix de l’Université et qui se trouvaient dans des classes différentes. En octobre 1778, deux maîtres ès arts candidats, l’un à l’agrégation de philosophie, l’autre à l’agrégation de grammaire, Landry et Le Prévost, avaient été choisis en même temps qu’un élève de rhétorique. En 1779, 1780 et 1781, les choix ne portèrent plus que sur des élèves de cinquième, de quatrième, de troisième, de seconde et de rhétorique41.

34Ainsi, par la faute des circonstances adverses, la maison d’institution proposée par l’abbé Pélissier, désirée par le président Rolland, n’eut jamais dans le collège Louis-le-Grand qu’une existence incomplète, intermittente et incertaine. Nous n’en devons pas moins chercher là le premier type de l’École normale, et nous pourrions dire presque, pour parler le langage familier de la maison, que les maîtres ès arts Landry et Le Prévost sont les plus anciens archicubes dont on ait pu retrouver les noms.

35Au reste, comme je l’ai déjà dit en commençant, les ressemblances apparaissent surtout dans l’ensemble des circonstances qui ont déterminé la tentative du Parlement, la création de la Convention et celle de Napoléon. Elles apparaissent également dans les circonstances qui l’ont fait échouer, comme elles ont fait supprimer ou mutiler l’École normale en 1822 et en 1852.

  • 42 Rolland, Recueil, p. 55
  • 43 Rolland, Recueil, p. 49.
  • 44 Collection des procès-verbaux du Clergé, t. VIII, p. 479-482.
  • 45 A quoi le Parlement répliquait que, si la religion était combattue par les philosophes, c’était la (...)

36Les quatre années que dura l’exil du Parlement avaient été mises à profit par les évêques. Il ne leur suffisait pas que les neuf dixièmes des professeurs dans les anciens collèges de Jésuites fussent clercs : ce qu’ils voulaient, c’était prendre eux-mêmes la haute main sur les collèges. Il y avait eu dans les écrits des parlementaires sur l’enseignement plus d’un écho inquiétant de la pensée des philosophes. La Chalotais et Guyton de Morveau n’avaient pas caché qu’après les Jésuites c’était les réguliers, et après les réguliers les prêtres eux-mêmes qu’ils prétendaient écarter. Si l’ardent janséniste Rolland n’exprima pas d’abord la même opinion, il y fut à son tour amené par la chaleur de la bataille. Lorsqu’il publia en 1781 son plan d’éducation de 1768, après l’avoir corrigé, il osa écrire42 : « A qui persuadera-t-on que des pères de famille, qui éprouvent un sentiment que n’a jamais dû connaître un ecclésiastique, seront moins capables que lui d’élever des enfants, et d’allier dans leurs instructions la tendresse paternelle à la fermeté de l’instituteur ? Tous les célibataires seront peut-être pour le clergé ; mais sûrement tous les pères adopteront mon opinion. » Ainsi, plus tôt ou plus tard, plus ou moins spontanément et vigoureusement, par tous les ennemis des Jésuites fut exprimée l’idée qu’il fallait non seulement écarter les réguliers de l’enseignement, mais encore y élargir la place des laïques. De là l’âpreté de l’opposition des évêques contre toutes les mesures qui furent prises après 1762, même contre celles qui n’avaient pas donné complète satisfaction au Parlement. L’édit de février 1765 était en partie, nous l’avons vu, l’œuvre de l’archevêque de Narbonne et de l’évêque d’Orléans ; il fut presque aussi violemment attaqué que si le texte proposé par le Parlement n’avait pas été modifié par ces prélats et par une commission du Conseil d’État. Les évêques ne pouvaient admettre que, suivant l’expression de M. de l’Averdy, l’inspection des ordinaires eût été réduite à ce qui regardait la religion, « le surplus étant sans contredit du ressort de l’autorité séculière43 ». On ne s’étonne pas de voir l’assemblée du clergé de 1 765 rédiger simultanément une déclaration sur la bulle Unigenitus, une exposition sur les droits de la puissance spirituelle, un réquisitoire contre les philosophes, une prophétie sur la révolution dont l’esprit du siècle menace l’ordre de l’État, et un Mémoire au Roi sur l’administration des collèges : tout cela se tenait dans l’esprit des évêques. L’ennemi pour eux dans chaque collège, c’était le bureau d’administration qui le gouvernait sous le contrôle parlementaire. Il n’y avait dans ce bureau qu’un seul ecclésiastique, et c’était l’évêque ; s’il manquait, son suppléant était exclu de la présidence ; aucun membre du clergé de second ordre n’y figurait ; quand un évêque refusait d’instituer ou destituait un professeur de théologie, il devait donner ses raisons par écrit44. En un mot le contrôle épiscopal était réduit au minimum, et c’était là, à n’en pas douter, l’une des causes de tous les maux dont souffraient la religion et l’État45.

  • 46 Collection des procès-verbaux du Clergé, t. VIII, pp. 687-690.
  • 47 On croit lire une des diatribes qui assaillirent sous Louis-Philippe les collèges de l’Université.

37Après 1771, le clergé passa des récriminations à l’attaque. L’assemblée de 1772 publia un nouveau Mémoire au Roi sur l’éducation dans les collèges46. On y dénonçait d’abord la décadence des mœurs et les progrès de l’impiété « par l’abus qu’on fait des sciences et des lettres ». Les bureaux d’administration étaient de nouveau attaqués, et en môme temps le corps enseignant, « hommes de tout état, ecclésiastiques, religieux, laïques, mariés, célibataires, rassemblés plutôt par le hasard que par un sage discernement ». Conclusion : « La plupart des collèges ne sont pas de bonnes écoles ; la foi et l’innocence y sont exposées à de grands dangers47.... La constitution en est essentiellement défectueuse et ne peut être réformée assez promptement.... Nous espérons, sire, que vous voudrez bien rendre aux évêques la principale inspection sur l’éducation de la jeunesse. » Ce Mémoire fut présenté le 15 juillet 1772, et examiné par une commission où entraient en nombre égal des prélats et des conseillers d’État. Le 28 août suivant paraissaient des lettres patentes qui enlevaient le collège de Compiègne aux prêtres séculiers pour le donner à la congrégation de Saint-Maur. Ce fut le commencement d’une série de mesures officielles qui devaient faire passer toute l’instruction publique entre les mains de ces mêmes congrégations religieuses dont, dix ans plus tôt, les évêques disaient qu’elles étaient impropres à l’enseignement. Mais alors il s’agissait de sauver les Jésuites, et maintenant il s’agissait de les remplacer.

  • 48 C’était déjà un collège de Bénédictins.
  • 49 Ceci aurait exclu l’Oratoire.
  • 50 Ceci aurait exclu les gens mariés et, en général, par un moyen détourné, les laïques.

38Après la mort de Louis XV, le rappel du Parlement fut loin d’avoir pour conséquence une diminution de l’influence des évêques. L’assemblée du clergé de 1775 présenta sur l’éducation un nouveau Mémoire plus énergique encore que celui de 1772. Elle y reprenait la théorie opposée par les évêques à celle du Parlement en 1763, mais dont le roi lui-même n’avait pas voulu qu’il fût question dans l’édit de février, à savoir que « les Universités ont été des émanations des écoles épiscopales ». Elle déclarait que les rédacteurs de l’édit (et l’un d’eux n’était autre cependant que son propre président, le cardinal de la Roche-Aymon) avaient mis de « cruelles entraves à l’exercice des ministres ecclésiastiques, qu’ils avaient jeté dans les collèges un germe funeste d’indépendance, qu’ils avaient fourni aux maîtres et à la jeunesse elle-même le moyen de mesurer les droits et l’autorité du supérieur ecclésiastique ». Les évêques reçurent satisfaction l’année suivante. Le roi déclara le 31 octobre 1776 qu’il était indispensable, pour le bien de ses sujets, de confier à des congrégations une partie des collèges qui n’étaient pas desservis par les Universités ; il modifia même la constitution de la congrégation de Saint-Maur pour l’approprier à sa destination nouvelle. Le Parlement essaya vainement d’arrêter cette invasion ; après plusieurs remontrances, il reçut des lettres de jussion et dut vérifier, sur le très exprès commandement du roi, la déclaration de 1776. Pour commencer, tous les collèges transformés en Écoles militaires furent en 1776 donnés à des congrégations : Sorèze, Tiron, Rebais, Beaumont, Pontlevoy48, Auxerre et Dôle, aux Bénédictins de Saint-Maur ; Vendôme, Effiat et Tournon, à l’Oratoire ; Brienne, aux Minimes ; Pont-à-Mousson, aux chanoines réguliers du Sauveur. La Flèche et Bourges devinrent en la même année des collèges de la Doctrine chrétienne, Moulins en 1780 ; Tours fut donné à l’Oratoire en 1779. Dans tous ces collèges les bureaux étaient supprimés. On aurait certainement fait davantage si les congrégations avaient été capables de donner plus de sujets, et on se proposait de continuer l’épuration. L’assemblée du clergé mit en 1780 sous les yeux du roi non plus un Mémoire sur l’éducation, mais un plan d’administration qu’elle se réservait de perfectionner dans une réunion suivante ; pour y mieux réussir, ses agents firent passer à tous les prélats du royaume un questionnaire où on leur demandait, entre autres choses, « les inconvénients de l’administration introduite par l’Édit de février 1763 dans les collèges ci-devant confiés aux Jésuites », — et « s’il ne serait pas avantageux d’appeler au gouvernement des écoles publiques des communautés régulières49, et d’en exclure les maîtres particuliers, soit ecclésiastiques séculiers, soit laïques, ou si, en continuant d’employer ceux-ci, il ne faudrait pas les assujettir à la vie commune, sous les yeux et l’inspection du principal50 ».

39Telles étaient les vues des évêques de France sur l’instruction publique à la veille de la Révolution. On voit clairement que la suppression des Jésuites a pour la première fois mis aux prises, à propos de l’enseignement, l’État représenté par le Parlement, et l’Église représentée par son haut clergé et ses congrégations. On ne voit pas moins clairement qu’au moment où réclament le plus énergiquement les évêques, la religion n’est pour eux qu’un prétexte, puisque l’immense majorité des professeurs de collège sont des prêtres : il s’agit avant tout de la suprématie du pouvoir ecclésiastique sur le pouvoir civil ; leurs plaintes sont de même ordre que leurs protestations contre toute taxation de leurs biens.

40Il est également clair que, dans cette guerre contre les Parlements, c’étaient les évêques qui paraissaient avoir le dernier mot, lorsque la Révolution vint réconcilier les deux adversaires en les supprimant, et il est facile de comprendre, d’après les progrès des congrégations religieuses dans les collèges à partir de 1772, pourquoi le bureau d’administration de Louis-le-Grand n’établit jamais que la moitié des bourses qu’il avait réservées aux candidats à l’agrégation, et pourquoi ces bourses furent données presque toutes à de simples élèves des classes du collège. C’est que l’avenir semblait réserver tout l’enseignement aux congrégations religieuses, dont les noviciats seraient devenus les pépinières de maîtres du royaume.

  • 51 7e question ( Rolland, Recueil, p. 776.)

41Telle est la raison qui empêcha la maison d’institution de Louis-le-Grand d’être jamais autre chose qu’une œuvre incomplète et informe ; mais, coïncidence curieuse, en cette même année 1780 où elle ne comptait en réalité que deux jeunes maîtres ès arts candidats à l’agrégation, par conséquent au moment où l’on pouvait considérer comme avorté le projet des parlementaires, ce même projet était repris par les évêques, et figurait au questionnaire de l’assemblée de 1780 sous cette forme : Quels seraient les moyens de former un établissement qui pût fournir des principaux, des régents et des sous-maîtres dans toutes les parties du Royaume51 ?

42Le Parlement avait pu donner à cette idée un commencement d’exécution ; cela n’était pas réservé à l’Église. Par contre, elle eut l’amertume de voir ces congrégations enseignantes sur lesquelles elle avait compté pour résister à l’esprit du siècle, donner à la Révolution des soldats et des chefs. Nous en retrouverons plusieurs et dans le comité de la Convention qui prépara et organisa l’École normale de 1795, et dans le conseil de l’Université impériale qui fonda celle de 1808 et l’organisa en 1810.

Notes

1 Voici la liste des collèges occupés par les Jésuites en France, en 1762 : Agen, Aix, Alby, Alençon, Amiens, Angoulême, Arles, Arras, Aubenas, Auch, Aurillac, Autun, Auxerre, Bar-le-Duc, Besançon, Béziers, Billom, Blois, Bourg, Bourges, Caen, Cahors, Carcassonne, Carpentras, Castres, Chalon, Châlons, Chambéry, Charleville, Chaumont, Clermont, Compiègne, Dieppe, Dijon, Dôle, Einsisheim, Embrun, Épinal, Eu, la Flèche, Saint-Flour, Fontenay-le-Comte, Gray, Grenoble, Hesdin, Langres, Libourne, Limoges, Lyon (2 collèges), Mâcon, Marseille, Mauriac, Metz, Montauban, Montpellier, Moulins, Nancy, Nevers, Nîmes, Orléans, Pamiers, Paris (Louis-le-Grand), Pau, Périgueux, Perpignan, Poitiers (2 collèges), Pont-à-Mousson, le Puy, Quimper, Reims, Rennes, Rhodez, Roanne, la Rochelle, Rouen, Saintes, Sedan, Sens, Strasbourg, Tournon, Tours, Tulle, Vannes, Verdun, Vesoul, Vienne. (Crétineau-Joly, Histoire des Jésuites, V, p. 148.)
Il va sans dire que tous ces collèges n’étaient pas d’égale importance

2 Voir Rocquain, l’Esprit révolutionnaire avant la Révolution, p. 171, et Tabaraud, Essai historique sur l’établissement des Jésuites en France, p. 285.

3 Mémoire du Parlement de Grenoble au Roi, pour lui demander l’établissement d’une Université à Grenoble, etc. (1764), pp. 50 et 55.

4 MM. le président Rolland, de l’Averdy, l’abbé Terray, et Roussel de la Tour.

5 Voici la liste de ces collèges, d’après les comptes rendus des commissaires : Abbeville, Angers, Bar-sur-Aube, Baugé, Beaufort, Beaupréau, Beauvais, Bellac, Beuil, Boulogne-sur- Mer, Brioude, Calais, Céancé, Chartres, Chateau-Gontier, Château-Thierry, Châtellerault, Chauny, Chinon, Clamecy, Cluny, Corbie, Crespy-en-Valois, Doué, Dreux, Effiat, Épernay, Étampes, Évron, Felletin, Guéret, Issoudun, Juilly, La Fère, La Rochefoucauld, Laval, Laval-Montmorency, Le Lude, Le Mans, Linières, L’Isle-Bouchard, Loches, Loudun, Mayenne, Meaux, Meulan, Montargis, Montbrison, Montdidier, Montluçon, Montreuil, Mural, Nanterre, Néelle, Niort, Nogent-le-Rotrou, Notre-Dame-de-Grâce, Noyon. Péronne, Pontlevoi, Pontoise, Provins, Rethel, Riom, Roye, Sainte-Ménehould, Saint-Germer, Saint-Maixent, Saint-Pol, Saint-Quentin, Saint-Rambert, Saumur, Senlis, Sézanne, Soissons, Surgères, Thiers, Thiron, Thouars, Troyes, Vendôme, Versailles, Vierzon, Villefranche-en-Beaujolais, Vitry-le-François.

6 Recueil de plusieurs ouvrages de M. le président Rolland, pp. viii, ix, xxix, 191, etc. Avant de donner le précis des comptes rendus par ses collègues et lui, sur les collèges non desservis par les Jésuites, le président Rolland dit :
« La multiplicité des réclames que contient le présent Recueil, démontre plus que je n’ai pu l’établir (voyez les sommaires 12 et 29 de mon Plan d’éducation, et 9, 10, 21, 52 et 55 de mon Mémoire sur l’administration du collège de Louis-le-Grand), que, depuis 1763, nous avions un plan, et que, malgré les obstacles de tout genre que nous avons éprouvés, nous l’avons constamment suivi jusqu’à la révolution de 1771. » (Rolland, Recueil, p. 761.)

7 Arrêté du 2 avril 1762. (Voir Rocquain, p. 514.)

8 Quanti populorum intersit eadem in omnibus schotis publicis de religione, de moribus et litteris doceri.

9 Procès-verbaux du Clergé, VIII, pièces justificatives, p. 337.

10 Lettre de Louis XV au duc de Choiseul, dans Saint-Priest, Chute des Jésuites, p. 266.

11 Voir le détail dans Rolland, Recueil, p. 162 et suiv.

12 Voir le texte dans Rolland, Recueil, p. xxviii.

13 Voir Rolland, Recueil, p. 168.

14 Voir Rolland, Recueil, p. 37.

15 Voir Jourdain, Histoire de l’Université de Paris, tome I, p. 294.
Le texte cité par Jourdain se trouve à la Bibliothèque de l’Université dans les Archives de l’Université de Paris (Registre XXVII, fol. 361).

16 Vie de Pavillon I, 40 (manuscrit communiqué par M. Gazier).

17 Idée de la vie et de l’esprit de messire Nicolas Choart de Buzanval (Paris, 1717, in-12, p. 140). Je dois également communication de ce livre a l’obligeance de M. Gazier.

18 Bibliothèque de l’Université (U 148, n° 6, — 7 pages in-4, sans lieu ni date).

19 Collèges de Tréguier et des Dix-Huit.

20 Rolland, Recueil, p. 158.

21 Mémoire sur la réunion des petits collèges fondés en l’Université de Paris, 1 vol. in-4, 97 pages (Bibl. Mazarine).

22 Paris, 1763, 1 vol. in-12. — L’abbé Pélissier publia deux lettres en réponse à ses propres Mémoires. Voici ce qu’on lit dans celle datée de janvier 1763 (p. 26) :
« On dit la fondation d’une école pour former des maîtres d’école déjà ébauchée à Paris dans la maison qui fournit les maîtres aux écoles gratuites de la paroisse Sainte-Marguerite : si cet établissement est tel qu’il serait à souhaiter que fût l’école pour former les maîtres d’école, il n’y aurait plus qu’à lui donner une certaine étendue et lui assurer la stabilité. » (Cité par Rolland, Recueil, p. 26, note 56.) Il s’agit là des Écoles chrétiennes du faubourg Saint-Antoine, association qui comprenait : 1° des vétérans qui avaient tenu les écoles, 2° des instituteurs qui les tenaient, 3° des élèves destinés à les tenir. On entrait dans cette association entre 17 et 21 ans, et l’on restait dans le noviciat jusqu’à ce qu’on fût en état de tenir une école (Mémoire historique sur la ci-devant communauté des écoles chrétiennes du faubourg Saint-Antoine, par le citoyen Renaud, ancien instituteur, Paris, germinal an XII, 38 pp. in-8°).

23 Rolland, Recueil, pp. 177 et 178.

24 Rolland, Recueil, p. II.

25 Titre II, art. 1 ; Titre III, art. 6, 7, 8. (Voir Jourdain, p. 437.)

26 Titre III, art. 10 et 11.

27 Discours d’inauguration de l’École normale, du 4 novembre 1847, pp. 5 et 6.

28 Rolland, Recueil, p. 59.

29 Ibid., p. 67 et 68.

30 Expressions déjà citées du préambule des lettres patentes du 21 novembre 1763.

31 Parmi les supérieurs-majeurs figurent les archevêques de Paris, de Tours, de Narbonne, de Reims, les évêques de Laon et du Mans, le grand-aumônier, le chancelier de Notre-Dame, les chapitres de Paris, d’Arras, de Noyon, de Rouen, etc. (Recueil de toutes les délibérations importantes prises depuis 1763 par le Bureau d’administration du collège de Louis-le-Grand et des collèges réunis, p. 99).

32 Voir le préambule de l’arrêt du Conseil du 29 avril 1768 dans Rolland, Recueil, p. 101, note 143.

33 Rolland, Recueil, p. 202.

34 Titre I, art. 3.

35 Il n’y avait que soixante places d’agrégés en tout. Trente avaient été mises au concours en 1767, six devaient l’être chacune des cinq années suivantes, sans compter celles qui pourraient devenir vacantes. Après, les vacances seules devaient déterminer le nombre de places mises au concours.

36 Titre I, art. 4.

37 L’article 7 prescrivait que la correction des compositions se ferait au secret, comme cela a lieu aujourd’hui pour les copies du concours général.

38 Voir page 11.

39 Recueil des délibérations, p. 566, 567.

40 Voir ce Recueil, p. 562.

41 Arch. nat., M. 154. — 2.

42 Rolland, Recueil, p. 55

43 Rolland, Recueil, p. 49.

44 Collection des procès-verbaux du Clergé, t. VIII, p. 479-482.

45 A quoi le Parlement répliquait que, si la religion était combattue par les philosophes, c’était la faute des scandales donnés par les Jésuites et leurs partisans ; les hommes chargés de l’enseigner ou de la défendre avaient par leur conduite tout fait pour l’avilir. (Voir Rocquain, p. 252.)

46 Collection des procès-verbaux du Clergé, t. VIII, pp. 687-690.

47 On croit lire une des diatribes qui assaillirent sous Louis-Philippe les collèges de l’Université.

48 C’était déjà un collège de Bénédictins.

49 Ceci aurait exclu l’Oratoire.

50 Ceci aurait exclu les gens mariés et, en général, par un moyen détourné, les laïques.

51 7e question ( Rolland, Recueil, p. 776.)

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540