Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Introduction

Texte et contexte Le Livre du Centenaire et l’École normale supérieure en 18951

Jacques Verger

Texte intégral

  • 1 Le texte qu’on va lire n’est en rien une histoire de l’École normale supérieure au xixe siècle, ni (...)

1Le gros livre dont on va lire la réédition a été publié pour la première fois en 1895, à Paris, par les soins de la maison Hachette. Ce n’était pas le premier ouvrage consacré à l’École normale supérieure ; en 1884 déjà, à l’instigation de Fustel de Coulanges, alors Directeur de l’École, avait paru, également à Paris mais chez l’éditeur L. Cerf, un premier volume intitulé L’École Normale (1810-1883) ; cet ouvrage de 424 pages, qui reste fort utile, contenait, outre une notice historique, la liste des élèves et anciens élèves de l’École, ainsi qu’un répertoire méthodique des principaux travaux publiés par ces derniers dans les disciplines tant littéraires que scientifiques. Mais le volume de 1895 était, tant par sa taille (744 pages) que sa présentation matérielle et son contenu, d’une toute autre ambition.

2L’occasion de cette publication est indiquée par son titre même : Le Centenaire de l’École Normale. 1795-1895. Ainsi donc, en 1895, l’École célébrait son premier siècle d’existence. À la date du décret fondateur (9 brumaire an III, c’est-à-dire 30 octobre 1794), on avait préféré, semble-t-il, celle de l’ouverture effective de la première École normale (1er pluviôse an III, soit le 20 janvier 1795). En fait, c’est l’ensemble de l’année 1894-1895 qui fut occupée par cette célébration. Au milieu des diverses manifestations officielles, la décision de publier non pas une simple plaquette commémorative mais un gros livre, fortement construit et luxueusement présenté, fut certainement une décision heureuse. Elle nous a valu un ouvrage qui reste aujourd’hui encore un livre de référence, à la fois riche de matière et agréable à feuilleter, une étude solide sur l’histoire et les structures de l’École au xixe siècle en même temps qu’un monument au charme un peu désuet où le lecteur peut cultiver, en regardant les gravures anciennes et les photographies un peu passées, en parcourant les pages au ton parfois discrètement pompeux, sa nostalgie d’ » un monde que nous avons perdu ».

3Ce livre que l’École réédite aujourd’hui, à la fois comme un hommage à ceux qui la firent vivre jadis et comme un témoin de la longue tradition que, malgré tous les changements récents, elle ne saurait renier sans se condamner elle-même, ouvrons-le, lisons-le attentivement pour bien en saisir la valeur et la signification.

Le Livre du Centenaire : l’École vue par elle-même

  • 2 Sur Paul Dupuy, voir la plaquette commémorative publiée après sa mort par un groupe d’archicubes : (...)

4Aucun nom n’apparaît sur la couverture du livre mais il a eu, à l’évidence, un maître d’œuvre. Ce maître d’œuvre fut Paul Dupuy. Personnage aujourd’hui un peu oublié, Paul Dupuy joua, de l’avis de tous ceux qui le connurent, un rôle éminent dans l’histoire de l’École, où il fit pratiquement toute sa carrière, au point de s’identifier en quelque sorte avec elle2. Né en 1856 à Loudun (Vienne), il y était entré en 1876, dans la même promotion que Gustave Lanson, Lucien Lévy-Bruhl et Salomon Reinach, deux ans avant Jean Jaurès, trois ans avant Emile Durkheim. Historien, il connut comme maîtres de conférences Fustel de Coulanges, Vidal de la Blache, E. Desjardins et Lavisse. Ayant échoué à l’agrégation, il dut enseigner brièvement au lycée de Bayonne puis à Louis-le-Grand mais dès 1881, enfin reçu à l’agrégation, il revint à l’École comme « maître surveillant », recruté par Fustel de Coulanges qui était devenu Directeur en 1880. L’exigeant historien de la cité antique lui manifesta plus particulièrement sa confiance en faisant bientôt de lui, en quelque sorte, l’historiographe de l’École. Il lui confia le soin de rédiger la notice historique du volume de 1884 que nous avons mentionné plus haut. Il reprit cette notice dans le Livre du Centenaire (p. 211-252) mais en la faisant précéder d’un travail beaucoup plus ample et approfondi sur « Les boursiers de Louis-le-Grand » (p. 3-20) et surtout « L’École normale de l’An III » (p. 21-209), travail d’excellente qualité scientifique, fondé sur les sources originales.

5En 1885, Fustel quitta l’École, Dupuy, lui, devint, « surveillant général ». Ce titre fait aujourd’hui sourire mais il convenait bien au personnage chargé d’administrer la vie quotidienne d’un établissement où les élèves étaient encore soumis aux règles d’un strict internat. Paul Dupuy, nous le verrons, fut un surveillant général diligent mais libéral et, plus tard, les élèves se souviendront plutôt de lui comme d’un conseiller bienveillant, voire d’un directeur de conscience. Il sacrifia en tout cas à ses fonctions administratives et pédagogiques sa vocation d’historien ; les pages qui suivent – et qui sont pratiquement le seul travail historique important qu’il ait laissé (avec une Vie d’Évariste Galois publiée en 1896 dans les Annales scientifiques de l’E.N.S.) – montrent pourtant qu’il n’était pas, en la matière, dépourvu de talent ni de méthode.

6La carrière de Paul Dupuy après 1895 nous importe moins ici. Rappelons cependant qu’il occupa son poste jusqu’à sa retraite en 1925, soit un total de quarante-quatre ans passés au service de l’École et de ses élèves. En 1904, il reçut l’appellation plus moderne de « secrétaire général » de l’École. Il joua certainement un rôle important pour assurer la continuité entre l’École du xixe siècle – celle du centenaire de 1895 – et celle issue de la réforme de 1903 et, en un sens, pour limiter les effets de cette réforme.

7Par ailleurs, il fut, avec son ami le bibliothécaire Lucien Herr, – nous en reparlerons – un de ceux qui, parmi le personnel de l’École, s’engagèrent le plus fermement, à partir de 1897, dans le camp dreyfusard. Il publia en 1899, sous le pseudonyme de Paul Marie, deux livres (Le Général Roget et Dreyfus, Le Petit Bleu) qui défendaient vigoureusement la cause du capitaine. Engagement de gauche et sympathies anti-militaristes auxquels il resta fidèle. Après sa retraite, et non sans avoir publié un livre de souvenirs (Mes morts, Paris, 1924), il s’installa à Genève et enseigna la « culture internationale » à l’École internationale qui venait d’y être fondée ; ainsi il se rapprochait de ses filles et de ses gendres, notamment de Fernand Maurette, lui-même archicube et ancien « maître-surveillant » à l’École (de 1904 à 1924) avant de devenir sous-directeur du Bureau international du travail. P. Dupuy resta un membre actif de l’Association amicale des anciens élèves de l’École, quitte à polémiquer parfois avec son président, le très patriote académicien Emile Picard qui s’indignait de voir certains élèves critiquer la préparation militaire obligatoire. Il collaborait aussi régulièrement au Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure. Plus que nonagénaire, Paul Dupuy disparaît en 1948. Quelques mois avant sa mort, il publiait encore dans le Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure et dans l’Annuaire de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure l’éloge funèbre de quelques archicubes morts au champ d’honneur de la Résistance ou de la Libération, tels l’écrivain Jean Prévost ou son propre neveu Charles Le Cœur ; ultime témoignage de fidélité à ce qui avait été toute sa vie : L’École et ses élèves, la Gauche et ses combats.

  • 3 Sur Georges Perrot, voir la notice contenue dans C. Charle, Les professeurs de la faculté des lett (...)

8Si Paul Dupuy a été le maître d’œuvre du Livre du Centenaire de 1895, l’inspirateur en fut certainement le Directeur de l’École, qui était alors Georges Perrot3. Ce distingué helléniste avait été choisi en 1883 pour succéder à Fustel de Coulanges par Jules Ferry qui cumulait alors la présidence du Conseil et le ministère de l’Instruction publique. Né en 1832, tôt orphelin de père, G. Perrrot avait connu une jeunesse difficile et devait tout à ses succès scolaires. Reçu premier à l’École en 1852, premier à l’agrégation en 1859, il avait cependant connu, rue d’Ulm, les heures sombres de l’Empire autoritaire. Membre de l’École française d’Athènes puis professeur dans divers lycées, sa carrière dans l’enseignement supérieur n’avait commencé qu’assez tard mais il avait ensuite gravi rapidement les marches du cursus honorum académique : maître de conférences à l’École normale supérieure en 1871, directeur d’études à l’École pratique des hautes études en 1874, membre de l’Institut la même année, professeur à la Sorbonne en 1876, Directeur de l’École enfin. Protestant et républicain, membre des Conseils supérieurs des Beaux-Arts et de l’Instruction publique, G. Perrot devait se sentir en parfait accord avec les ministères modérés et « opportunistes » qui gouvernaient alors le pays. Archéologue compétent et germaniste averti, correspondant de la Société de géographie de Berlin, ayant fréquenté l’École pratique des hautes études, il incarnait assez bien cette génération d’universitaires français qui, ayant reçu avant 1870 une formation de type rhétorique traditionnel, avaient su s’ouvrir à l’histoire et à la philologie scientifiques, telles qu’elles s’élaboraient alors, en particulier en Allemagne, ou au moins avaient pris conscience de leur intérêt. À l’École même il s’était entouré d’une pléiade de brillants maîtres de conférences, souvent très représentatifs de ces tendances nouvelles.

  • 4 p. XVI.

9Comment Georges Perrot concevait la célébration du centenaire de l’École et ce qu’il en attendait pour celle-ci, l’introduction même qu’il donna au présent volume (« L’École normale et son centenaire », p. i-xlv) nous l’apprend assez bien. De ce texte qui, on peut l’imaginer, devait reprendre la substance des diverses allocutions qu’il eut à prononcer au cours de l’année 1894-1895, ressortent quelques idées essentielles : tout d’abord, celle du lien nécessaire entre l’École et la République ou, plus largement, ce qu’il appelait « la fortune du parti libéral et de la cause qu’il défendait »4. Ce lien remontait aux origines mêmes ; si l’École avait choisi de célébrer son centenaire en 1894- 1895, expliquait Georges Perrot, c’est-à-dire cent ans après la création de l’éphémère École de l’An III, haut lieu de savoir et de liberté, c’était pour bien marquer la vigueur de ses ambitions culturelles et de son enracinement idéologique ; se rattacher à la création de la communauté des boursiers du collège Louis-le-Grand (établie en 1770, au milieu des décombres de l’Université d’Ancien Régime) ou à celle du « pensionnat normal » caporalisé institué par Napoléon en 1810 aurait pu avoir quelque justification historique mais eut ramené à l’anecdote une célébration qui se voulait porteuse de sens et promesse d’avenir. Toute l’histoire ultérieure de l’École, surtout depuis 1830, ne témoignait-elle pas de la symbiose qu’elle avait su réaliser entre science et liberté ? Menacée et languissante au temps du Second Empire, elle avait retrouvé avec la République son dynamisme créateur :

  • 5 p. XLIV-XLV.

« [L’École] est une institution démocratique. Pourquoi la démocratie victorieuse ne continuerait-elle pas à lui témoigner la bienveillance que lui ont toujours prodiguée les gouvernements libéraux ? La démocratie a besoin d’une élite, qui y représente la seule supériorité qu’elle reconnaisse, celle de l’esprit »5.

  • 6 p. xxxvi.

10A quoi tenaient la valeur de l’École et son caractère irremplaçable ? G. Perrot avançait trois raisons : le recrutement par concours, l’enseignement par « conférences » (nous dirions par séminaires), la vie commune sous la règle de l’internat (qu’il se plaisait à peindre sous les couleurs les plus libérales). Grâce à ces principes originaux de fonctionnement, l’École occupait une place sans cesse plus importante dans le monde de l’enseignement et de la recherche, ce dont Georges Perrot donnait, à juste titre d’ailleurs, deux illustrations frappantes : l’essor récent de la section des sciences, la place toujours plus grande occupée par les Normaliens dans tous les ordres de l’enseignement supérieur (facultés, École pratique des hautes études, Collège de France) : « La plupart des chaires de l’enseignement classique sont occupées par des Normaliens »6. A quoi il ajoutait – avec quelque réticence (« nous n’encourageons pas ces infidélités ») – la célébrité de ceux qui, quittant l’Université, avaient fait carrière dans la littérature, le journalisme ou la politique.

11Mais n’y avait-il pas là le principe de quelque contradiction ? En s’ouvrant à l’extérieur, en se heurtant, même si elle faisait bonne figure, à des « concurrents » toujours plus nombreux et plus redoutables, l’École ne risquait-elle pas de perdre sa spécificité, voire sa raison d’être ? G. Perrot le sentait bien et pose en effet la question essentielle, tout à fait à l’ordre du jour en ces années 1890 :

  • 7 p. xxxii.

« Quelle place occupons-nous et prétendons-nous garder dans le système de cet enseignement supérieur doté de nouveaux organes, agrandi et régénéré, qui trouvera son couronnement dans la constitution des universités régionales ? »7

12(allusion à la « loi Liard » créant les universités qui devait être votée l’année suivante).

13Mais après avoir posé la bonne question, G. Perrot préférait ne pas y répondre. Peut-être n’en était-ce pas le lieu, mais le fait est qu’on ne trouve dans la suite de son propos aucune réfutation des critiques avancées contre l’École (tout au plus une petite pique contre « M. Lavisse [qui] a toujours poursuivi le vers latin de sa haine ») et qu’aux projets réformateurs, il n’oppose qu’une défense du statu quo :

  • 8 p. xxxiX.

« Nous tenons à la continuité ; nous n’aimons pas les révolutions et nous nous défions même de certaines réformes. L’École est un mécanisme élastique et délicat qui se perfectionne de lui-même ... Elle a su, presque sans rien modifier, en apparence, à son régime et à ses programmes, obéir à l’esprit du temps »8.

14Et il affirmait que la défense et illustration d’ » une forte culture classique », fondée sur la pratique assidue des humanités, le refus des spécialisations précoces et des technicités érudites, restait « le principe de l’École, son dogme ». Ne se forçait-il pas un peu pour tenir un tel discours ? Ne sentait-il pas, au fond de lui-même, que ces mots n’étaient plus tout à fait de saison ?

15Reste qu’après les fastes du centenaire, la fin du mandat de G. Perrot fut plus en demi-teintes. Les mutations redoutées se précipitaient, confirmant les craintes du Directeur. Ce n’était certainement pas la « politisation » croissante de l’École qui l’inquiétait le plus ; sans manquer au devoir de réserve que lui imposait sa fonction, lui-même sut clairement faire entendre, en diverses occasions, que ses sympathies penchaient du côté dreyfusard. Mais l’École même était de plus en plus menacée. G. Perrot dut ressentir comme particulièrement injustes les critiques visant une institution pourtant en incontestable essor et qui venait de célébrer avec éclat tout l’acquis d’un siècle d’existence et de travail.

16On évoquera plus loin le débat qui se nouait alors autour du sort de l’École normale et qui n’était d’ailleurs lui-même qu’un élément dans le contexte beaucoup plus vaste de la restructuration générale de l’enseignement supérieur français. Tout cela aboutit en définitive au décret du 10 novembre 1903. Ce décret ne faisait pas disparaître l’École mais il aurait pu la réduire à peu de choses puisqu’il l’intégrait à l’université de Paris, supprimait son corps de maîtres de conférences et ses enseignements et examens propres en même temps que l’obligation de l’internat pour les élèves. Heureusement pour lui, G. Perrot, admis à la retraite en 1904, n’eut pas à appliquer cette réforme. Son successeur Ernest Lavisse, qui en était pourtant l’un des principaux inspirateurs, fut le premier, une fois dans la place, à en modérer les effets, sans doute avec l’aide de P. Dupuy. Georges Perrot, quant à lui, se consola sans doute en devenant secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (1905). Il mourut à Paris le 30 juin 1914, deux jours après l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand qui allait jeter l’Europe dans la tourmente où, au milieu de millions d’autres, 239 élèves et anciens élèves de l’École devaient disparaître.

17Aux côtés de Georges Perrot et de Paul Dupuy, le staff de l’École normale, comme on dirait aujourd’hui, comprenait en 1895 les deux sous-directeurs et le bibliothécaire. A dire vrai, aucun de ces trois personnages ne semble avoir joué un grand rôle dans l’élaboration du volume du centenaire. Pourtant, comme leurs noms nous sont aujourd’hui, paradoxalement, plus familiers que ceux du Directeur et du « surveillant général » d’alors, il convient d’en dire un mot.

  • 9 C. Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, I, p. 169.

18Le sous-directeur littéraire était, depuis 1881, le géographe Paul Vidal de la Blache9. Certes, il n’avait pas encore produit ses œuvres majeures (notamment le Tableau géographique de la France, 1903) qui en font le fondateur de la géographie moderne dans notre pays, mais ses États et nations de l’Europe et son Atlas général connaissaient déjà le succès ; il avait lancé en 1891 les Annales de Géographie et avait à l’École même quelques brillants disciples, L. Gallois (prom. 1881) et E. de Martonne (prom. 1892), qui deviendront ses collaborateurs. Sa contribution au volume du centenaire se limita à une note sur la bibliothèque (p. 447-453) : un bref historique, bien documenté, qui se termine sur quelques considérations où l’auteur met en valeur les qualités de celle-ci : « elle initie les élèves aux recherches personnelles », elle a le double avantage du libre accès aux rayons et de conditions très libérales de prêt. Le ton de cette note reste cependant assez neutre et Vidal ne semble guère s’émouvoir que la bibliothèque soit simplement « ouverte chaque jour de une heure et demie à quatre heures et demie ». Manifestement, elle n’était pas encore pour lui le cœur vivant de l’École, au moins littéraire, qu’elle est devenue aujourd’hui ; élèves et archicubes du bicentenaire mettraient certainement plus d’enthousiasme à célébrer leur bibliothèque !

  • 10 C. Charle et E. Telkes, Les professeurs de la faculté des sciences de Paris, p. 250.

19Le sous-directeur scientifique était, depuis 1884, le mathématicien Jules Tannery, fils d’ingénieur et frère de polytechnicien (lui-même, également reçu à Polytechnique, avait opté pour l’École)10. En 1895, il avait déjà produit une œuvre scientifique considérable et c’est par ailleurs de son temps, on le sait, que la section scientifique de l’École, jusqu’alors très en retrait par rapport à celle des lettres, prit vraiment son essor. On est donc d’autant plus déçu de constater que la contribution de Tannery au Livre du Centenaire, sous le titre prometteur « L’enseignement des mathématiques à l’École » (p. 387-394), ne contient en fait que les portraits sommaires et très anecdotiques des professeurs que Tannery avait lui-même connus dans les années 1866-1869, quand il était étudiant. Ces pages hâtives montrent bien que, moins encore que Vidal de la Blache, Tannery n’a guère été associé à l’élaboration de notre livre.

  • 11 Cf. D. Lindenberg et P. A. Meyer, Lucien Herr, le socialisme et son destin, Paris, 1977.

20Mais l’absence la plus surprenante, du moins à titre rétrospectif, est celle du bibliothécaire Lucien Herr. On ne lui a même pas confié, on l’a vu, la notice sur la bibliothèque et son nom y apparaît à peine. Élève de la promotion 1883, agrégé de philosophie, il était pourtant en poste depuis 1888. Etait-il mal vu de Georges Perrot qui avait, à l’origine, émis quelques réserves sur sa candidature ? Sa compétence professionnelle était cependant reconnue, alors que son activité de militant socialiste avait été longtemps ignorée à l’École ; ce n’est qu’à partir de 1892 qu’il a commencé à avoir une certaine influence sur un groupe encore restreint d’élèves11. Même s’il ne devint une figure de premier plan qu’avec l’affaire Dreyfus, donc après 1895, on ne peut que s’étonner de ne pas trouver une ligne de lui dans le volume du centenaire.

21Voici donc l’équipe dirigeante campée, les inspirateurs du projet identifiés. Ouvrons maintenant l’ouvrage, visitons de plus près ce monument édifié par l’École à sa propre gloire, essayons de dégager les ressorts de l’auto-célébration, de reconstituer l’image que, très consciemment, l’institution a voulu nous donner d’elle-même.

  • 12 Voir dans Histoire de l’édition française, t. III, Le temps des éditeurs. Du Romantisme à la Belle (...)

22Le livre, répétons-le, est bien fait. On s’était adressé à un grand éditeur, au savoir-faire impeccable et dont le catalogue reflétait un esprit assez comparable, somme toute, à celui de l’École. Les liens entre celle-ci et la maison Hachette remontaient loin12. Ancien élève lui-même (prom. 1819), Louis Hachette (1800-1864) avait toujours compté de nombreux Normaliens parmi ses auteurs, notamment Jules Quicherat et Jules Simon. De ses anciens camarades, il partageait non seulement les goûts littéraires mais aussi le libéralisme modéré et l’anticléricalisme discret. Ces liens avaient survécu au fondateur de la grande maison du boulevard Saint-Germain. L’Histoire des Romains de Victor Duruy était l’un des grands succès d’Hachette, en attendant lHistoire de France de Lavisse. Le catalogue Hachette associait manuels scolaires pour tous les ordres d’enseignement, du primaire au supérieur, et littérature générale pour les « gens du monde », notamment grâce à la collection « Grands écrivains de France » où triomphaient les Classiques du xviie siècle. Cette manière de concilier pédagogie et littérature, classicisme académique et divertissement mondain de bon goût ne pouvait que convenir au Directeur de l’École normale supérieure qui désirait placer sous les mêmes auspices le volume jubilaire de l’École.

23L’ouvrage, d’après sa table des matières, se divisait en trois parties. Il nous paraît plus logique d’en distinguer cinq. Nous avons déjà présenté les deux premières : l’avant-propos du Directeur Georges Perrot (« L’École normale et son centenaire » – p. i-xlv) définissait clairement l’esprit de l’entreprise, les notices historiques de Paul Dupuy retraçaient le premier siècle d’existence de l’École (p. 1-252) ; elles gardent aujourd’hui encore toute leur valeur documentaire. On peut ensuite regrouper ensemble les deux chapitres intitulés « Les directeurs » (p. 253-334) et « L’enseignement » (p. 335-475) ; il s’agit encore, pour une part, d’une série de notices historiques mais la diversité de tons et d’approches (tantôt le portrait d’un individu, tantôt l’évocation d’un lieu ou d’une activité), le mélange du passé et du présent nous indiquent que c’est davantage le vécu qui se donne ici à lire, soit dans sa dimension individuelle (le maître bien-aimé dans la mémoire du disciple), soit dans son aspect collectif et institutionnel (la conférence, la bibliothèque, le laboratoire).

  • 13 Cf. P. Christophe, « Le cardinal Baudrillart et ses choix pendant la Seconde Guerre mondiale », Re (...)

24Nous considérons comme une quatrième partie le chapitre « Variétés » (p. 477-657) ; pot-pourri de notices diverses, de ton souvent plaisant, ce chapitre avait manifestement pour objet d’essayer de saisir l’insaisissable, à savoir l’ » esprit normalien » ; il tente de le faire non à partir de ce que le Directeur appelait la « vraie fonction » de l’École, c’est-à-dire la formation des professeurs et des chercheurs, mais par divers biais marginaux qui évoquent soit les distractions des Normaliens, soit leurs activités extra-universitaires, soit les carrières réussies par quelques archicubes hors de l’alma mater ; à cette époque déjà, comme aujourd’hui, ces réussites mondaines ou politiques exerçaient sur l’ensemble des Normaliens, voire de l’opinion, une fascination sans commune mesure avec le nombre réel de ceux qui en bénéficiaient. Ceci nous vaut quelques souvenirs personnels, dont ceux de Pasteur et de Francisque Vial, futur directeur de l’enseignement secondaire et oncle de Pierre Brossolette, ainsi que divers essais sur « Musiques et musiciens » [à l’École], « L’instruction militaire à l’École », « Les Normaliens au théâtre et dans le roman », « Les Normaliens en voyage », etc. ; l’auteur est parfois inattendu : Gustave Bloch, maître de conférences d’histoire ancienne, futur professeur à la Sorbonne et père de Marc Bloch, avait été chargé de traiter de « La Charité à l’École » (p. 574-580). Curieusement, la notice la plus longue est sans doute celle intitulée « Les Normaliens dans l’Église » (p. 620-650). Exemple appuyé de tolérance laïque dans une école où la messe obligatoire avait disparu en 1869 et où la chapelle elle-même avait été fermée en 1881, cette étude recensait les Normaliens entrés dans les ordres, surtout dans la première moitié du xixe siècle ; le plus éminent était Mgr. Perraud (prom. 1847), alors évêque d’Autun et futur cardinal. L’auteur de la notice était promis aux mêmes honneurs puisqu’il s’agissait de l’abbé Alfred Baudrillart, alors prêtre de l’Oratoire ; élève de la promotion 1878 (celle de Bergson et de Jaurès), agrégé d’histoire, il deviendra recteur de l’Institut catholique de Paris en 1907 et cardinal en 1935 ; il mourra le 19 mai 1942, assez tôt pour ne pas avoir à répondre des positions violemment collaborationnistes qu’il avait prises depuis 194013.

25Enfin, comme celui de 1884, le Livre du Centenaire se terminait, de façon fort utile, par les listes nominales (pas exemptes cependant de quelques erreurs) des élèves, des professeurs et du personnel administratif de l’École depuis 1810 (p. 659-694).

26Cette combinaison de données factuelles, de notices historiques et d’essais plus subjectifs et littéraires a certainement été mûrement conçue par Georges Perrot et Paul Dupuy. Ne voulant publier ni une brochure commémorative ni un livre d’histoire érudite, mais plutôt un monument, réplique livresque de l’École de pierres et d’hommes qu’ils célébraient, auto- portrait de ce qui était déjà perçu, dirions-nous aujourd’hui, comme un « lieu de mémoire », les maîtres d’œuvre ont certainement essayé de donner à voir ce qui faisait, à leurs yeux, l’esprit même de l’École : un mélange de scientificité rigoureuse et de nonchalante fantaisie, de fermeté idéologique et d’émotion adolescente.

27En dehors de P. Dupuy, G. Perrot, Vidal de la Blache et Tannery, trente-sept archicubes furent invités à contribuer au volume du centenaire. Sans en faire une étude détaillée, on remarquera qu’ils se partageaient, pour l’essentiel, en deux groupes. D’une part, on a mis à contribution quelques anciens élèves récemment sortis de l’École, comme F. Vial, et surtout les maîtres de conférences en exercice, comme G. Lyon, G. Monod, F. Brunot, H. Goelzer, J. Violle, A. Joly, F. Houssay, V. Koenigs, Costantin. D’autre part, on a fait appel à quelques « grands noms », dont la contribution était évidemment indispensable au succès de ce volume jubilaire : citons, outre Pasteur, l’ancien ministre Jules Simon, le recteur Gréard, les académiciens Alfred Mézières, Gaston Boissier et Jules Lemaître, des maîtres de l’Université, tant en lettres (P. Janet, E. Faguet, C. Jullian) qu’en sciences, comme Emile Duclaux qui allait, cette même année 1895, succéder à Pasteur à la tête de l’Institut fondé par celui-ci. Anciens et nouveaux, les uns témoins vénérables d’un passé déjà lointain (J. Simon évoquait Joseph-Daniel Guigniaut, Directeur de 1830 à 1835, Alfred Mézières racontait ses souvenirs sur « l’École en 1848 »), les autres jeunes maîtres de conférences porteurs des projets d’avenir. Ici encore, il n’est pas douteux que ceux qui ont conçu ce livre ont à dessein mêlé ainsi passé et présent, célébrités et inconnus, hommes du monde et hommes du sérail ; quelle plus belle illustration pouvait-on trouver d’un autre aspect essentiel de l’ » esprit normalien » que cette fusion démocratique, dans la grande famille archicubale, des générations et des destins sociaux ?

28Laissons au lecteur le plaisir de découvrir, sous la plume de ces divers auteurs et dans un style souvent très « fin de siècle », les multiples facettes de la vie normalienne aux dernières heures de ce qui était encore, d’une certaine manière, le « pensionnat normal » de ses origines.

29Une image cohérente se dégage-t-elle de ce portrait brossé à petites touches ? Quelques points forts ... et quelques lacunes aussi, parfois surprenantes.

  • 14 Voir J. Dhombres (dir.), L’École Normale de l’An III, 1, Leçons de mathématiques, Paris, 1992.

30Premier trait majeur, tout le livre apparaît sous-tendu par un schéma historiographique qui semble universellement admis, celui même que Georges Perrot avait magistralement rappelé dans son introduction. Les origines révolutionnaires sont manifestement survalorisées ; Paul Dupuy y consacre les trois quarts de sa notice historique. Certes, les historiens actuels, à la suite de J. Dhombres, confirment l’originalité pédagogique et intellectuelle de l’École normale de l’An III14 mais, en 1895, le souci de fonder la tradition normalienne dans la plus pure légitimité républicaine (la République elle-même n’avait-elle pas célébré avec éclat, en 1889, le centenaire de la Révolution ?) a certainement pesé d’un grand poids ; à quoi il faudrait peut-être ajouter le désir de ne pas laisser à Polytechnique le monopole d’une ancienneté vénérable (« enfantillage », proteste Georges Perrot, mais qui sait ?).

31La période suivante (de 1810 à 1830) est au contraire quasiment passée sous silence ; sans doute voulait-on ignorer ces années sans gloire, en affectant simplement de croire que l’École n’avait gardé aucun stigmate de l’enfance souffreteuse qu’elle avait vécue sous la tyrannie militaire de Napoléon puis cléricale des Bourbons.

32Tout commençait (ou plutôt recommençait) donc en 1830 ; la figure emblématique de ce renouveau était Victor Cousin, Directeur et ministre, peint quasiment sous les traits d’un parfait libéral. N’était-ce pas, significativement, sous le règne de Louis-Philippe que l’École avait reçu à la fois sa dénomination et ses bâtiments définitifs : elle sera désormais l’École normale supérieure de la rue d’Ulm.

  • 15 Voir infra les p. 276-298 dues au vice-recteur O. Gréard, figure très représentative de l’establis (...)

33Viennent les années ambiguës de la Seconde République puis les années noires du Second Empire. On mesure, à parcourir le Livre du Centenaire, à quel point les Républicains de 1895 étaient encore sensibles à ce souvenir. Pour les hommes qui avaient alors entre quarante-cinq et soixante-cinq ans (autant dire l’essentiel des élites du temps, tant politiques qu’intellectuelles), le Second Empire avait été le temps de leur jeunesse et de leurs études mais aussi, pour peu qu’ils aient déjà affiché des convictions libérales ou anticléricales, celui des frustrations, des brimades, des sanctions. On vénérait en Jules Simon le grand professeur révoqué pour avoir refusé de prêter serment au Prince-Président en 1852. En revanche, on évoquait sans indulgence la mémoire de M. Michelle, Directeur de 1850 à 1857, dépeint comme un bigot autoritaire et tatillon (il avait, de surcroît, la tare de n’être pas lui-même archicube)15. Après avoir envisagé de supprimer purement et simplement l’École, le Second Empire y imposa une discipline rigoureuse et un cléricalisme envahissant. Les candidatures au concours s’effondrèrent et les élèves de ces années (dont G. Perrot) eurent, à les en croire, bien du mérite à maintenir vivante, dans ces conditions, la flamme vacillante de l’intelligence et de la liberté qu’on cherchait à étouffer par tous les moyens. Aux yeux des hommes de 1895, même l’Empire libéral, incarné à l’École par le ministre Duruy et le Directeur Désiré Nisard, trouvait difficilement grâce.

34Tout avait changé, selon l’historiographie officielle de l’École, après la chute de l’Empire. Les vingt-cinq ans qui ont précédé le centenaire sont ceux d’une « montée en puissance » irrésistible ; l’École avançait désormais du même pas que la liberté retrouvée. Les directions successives permettaient de scander cet essor ; à Ernest Bersot (1871-1880), ami personnel de Monsieur Thiers, il était revenu de célébrer les retrouvailles de l’École et de la République, à Fustel de Coulanges (1880-1883) d’y réintroduire les plus hautes exigences scientifiques, à Georges Perrot enfin de présider à un essor sans précédent.

35Des réussites récentes, le Livre du Centenaire cherchait aussi, évidemment, à donner l’image la plus flatteuse. Il est intéressant de noter qu’il mettait plus spécialement deux points en valeur.

36D’abord, on l’a déjà mentionné, le développement rapide de la section scientifique. Alors que la tradition de l’École et son quasi-monopole dans le domaine des humanités jouaient traditionnellement en faveur de la section littéraire qui avait toujours rassemblé la majorité des élèves, celle des sciences, victime de ses effectifs moindres et de la concurrence des autres grandes écoles scientifiques (surtout Polytechnique), avait toujours occupé une place mineure. Cette situation était en train de changer à la fin du xixe siècle, sans doute depuis l’époque de Pasteur, et en jouant délibérément la carte de la recherche (peu représentée dans les grandes écoles d’ingénieurs) en plus de celle de la formation pédagogique, l’École scientifique était en train de se tailler une réputation nouvelle. Le Livre du Centenaire en rend bien compte. Dans le chapitre « Enseignement » par exemple, neuf notices sont consacrées aux sciences (contre six seulement aux lettres) et soulignent aussi bien la qualité des professeurs de l’École (comme Sainte-Claire Deville) que celle de ses installations (« Le laboratoire de M. Pasteur ») et de ses publications (« Les Annales scientifiques de l’École » créées par Pasteur en 1864).

37Curieusement en revanche, dans ces mêmes pages, l’École littéraire n’apparaît guère désireuse de faire étalage de ses titres de gloire proprement académiques ; peu de choses sur ses enseignements et notamment les tendances les plus modernes qu’incarnaient pourtant certains maîtres de conférences ; rien sur les publications et travaux de ses élèves et anciens élèves (recensés, il est vrai, dans le volume de 1884), bien peu sur leur participation, pourtant essentielle, aux activités des Écoles françaises d’Athènes et de Rome. Est-ce à dire que l’on tenait tout cela pour connu et acquis ? Ou, au contraire, que la notion même de recherche n’était pas encore, dans le domaine littéraire, reconnue et valorisée comme elle le sera par la suite ? Toujours est-il, on l’a vu, que c’est plutôt à travers leurs activités extra-universitaires (la presse, la littérature) que la spécificité des Normaliens littéraires était mise en vedette : revendication élitiste d’une certaine forme de dilettantisme et d’aptitude à la réussite mondaine ou sentiment inavoué du caractère déjà périmé de la « forte culture classique » dont le Directeur continuait à faire le « dogme » de l’École ?

38Autant en effet que par les accents mis ici ou là, le Livre du Centenaire parle par ses discrétions et ses silences.

  • 16 Cf. J.-Fr. Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et Normaliens dans l’entre-deux-guerres, (...)

39S’étonner de certains serait simple anachronisme. Rien de surprenant par exemple à ce que les classes préparatoires ne soient pratiquement jamais mentionnées. Comme l’a bien montré Jean-François Sirinelli et comme il est aujourd’hui admis par tous, au xxe siècle, c’est dans les khâgnes et dans les taupes, autant et plus qu’à l’École même, que s’est forgé, pour le meilleur et pour le pire, l’ » esprit normalien »16. Rien de tel au xixe. Les premières khâgnes en particulier, au sens moderne du mot, venaient à peine d’être ouvertes dans les lycées Louis-le-Grand et Henri IV. Ailleurs, la règle était encore ce qu’elle avait été pendant tout LE xixe siècle : parce que le concours d’entrée ne comportait pas, à proprement parler, de programme spécifique, les candidats se contentaient de « redoubler » – on les appelait des « vétérans » – les classes de rhétorique et de philosophie (nous dirions aujourd’hui de première et de terminale), c’est-à-dire, leur baccalauréat passé, revenaient suivre dans un bon lycée, avec plus ou moins d’assiduité et en bénéficiant d’exercices particuliers, les classes qu’ils avaient déjà fréquentées les deux années précédentes. Cette préparation assez inorganisée ne leur laissait évidemment pas d’empreinte profonde.

40De même, certaines absences parmi les auteurs sollicités s’expliquent aisément. Par exemple, celle d’Ernest Lavisse, à cette époque professeur d’histoire à la Sorbonne et déjà membre de l’Académie française, ou celle du directeur de l’enseignement supérieur Louis Liard ; on savait bien que l’un et l’autre travaillaient à ces projets de réforme générale de l’enseignement supérieur dont la direction de l’École n’attendait rien de bon.

  • 17 P. Dupuy, « Au sujet de Pasteur », Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, (...)
  • 18 Sur la politique scientifique de Pasteur à l’École, on trouvera de nombreuses indications dans C. (...)

41Plus surprenante me paraît être la relative discrétion du volume du centenaire autour de Louis Pasteur. On sait que celui-ci était alors auréolé d’une gloire immense, tant nationale qu’internationale ; aucun savant n’a sans doute jamais joui dans notre pays, de son vivant même, d’un tel prestige. L’École aurait donc pu se placer ostensiblement sous cet éminent patronage. Elle ne l’a pas fait. Certes, Georges Perrot le cite dans son introduction, mais surtout comme un exemple d’ascension sociale rendue possible par l’École (« le fils du tanneur d’Arbois »). Son disciple Émile Duclaux a consacré, on l’a dit, une notice au « laboratoire de M. Pasteur » (p. 449-468) et le grand homme lui-même avait envoyé quatre pages de « souvenirs intimes » où il narrait quelques anecdotes de sa vie d’étudiant (p. 477-480). C’est peu. A quoi cela tient-il ? Certes, Pasteur lui-même, qui mourra le 28 septembre 1895, était fort vieilli. Mais est-ce une explication suffisante ? L’École voulait-elle signifier que sa réputation ne tenait pas aux mérites d’un seul homme, si grand fut-il ? Ou bien certains n’avaient-ils pas totalement pardonné à Pasteur son rôle comme administrateur de l’École et directeur des études scientifiques de 1857 à 1867, aux heures noires du Second Empire ? Est-ce par hasard que son nom a été « oublié », à la page 660, dans la liste des sous-directeurs et directeurs des études de l’École ? Il est vrai que Pasteur s’était alors illustré par son autoritarisme, son mauvais caractère et la surveillance mesquine qu’il exerçait sur les élèves, spécialement les non-catholiques. Dans un texte de 1939 encore, Paul Dupuy, anticlérical impénitent, se plaira à rappeler ces épisodes peu glorieux avec une malice non dissimulée (« Rien de tout cela n’empêche Pasteur d’être un grand homme »)17. Mais on aurait aussi pu se souvenir que Pasteur avait été, aux côtés de Duruy, un des premiers à réclamer un relèvement substantiel des crédits publics accordés à l’enseignement supérieur et spécialement à la recherche scientifique, qu’il avait été le véritable créateur des laboratoires de l’École18. A moins, bien sûr, que l’École n’ait conçu quelque jalousie du développement de l’Institut Pasteur, où Pasteur lui-même, quittant la rue d’Ulm, s’était installé en 1888 ?

42Car c’est bien là, en définitive, ce qui frappe peut-être le plus qui feuillète aujourd’hui le volume du centenaire. C’est l’École, encore et toujours, et l’École seule qui est célébrée. Malgré quelques bonnes paroles de Georges Perrot (« L’École n’est ni exclusive ni routinière »), c’est une École singulièrement coupée du monde extérieur, en tout cas du reste du monde académique et universitaire, qui nous est présentée là. L’éloge appuyé de l’internat, qui revient à plusieurs reprises, le faisait pressentir, le contenu même de divers chapitres le confirme.

43Même les autres grandes écoles ne sont citées qu’avec parcimonie. Côté scientifique, il fallait bien mentionner l’École Polytechnique, rivale de toujours, avec laquelle, chaque année, les démissions réciproques au concours d’entrée entretenaient la confrontation ; mais les autres grandes écoles d’ingénieurs, dont certaines étaient pourtant aussi anciennes, voire davantage, que l’École normale, n’apparaissent pas dans le Livre du Centenaire. L’École littéraire, quant à elle, tirait une partie de sa force de l’absence de véritable concurrence. L’École des Chartes, qui est citée deux ou trois fois, exerçait son action dans un tout autre champ intellectuel et professionnel.

44L’absence la plus notable, du moins à nos yeux, est celle des trois autres Écoles normales supérieures. Pour les hommes du centenaire, il est clair que, malgré des dénominations identiques, elles n’appartenaient pas au même monde que la rue d’Ulm. Ce n’était pas seulement une question de recrutement social, nettement plus populaire, à coup sûr, dans les trois Écoles cadettes. Récentes (Fontenay-aux-Roses avait été fondée en 1880, Sèvres en 1881, Saint-Cloud en 1882), elles n’avaient ni les traditions, ni les finalités, ni surtout l’image de l’École parisienne.

  • 19 Sur l’histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, voir J.-N. Luc et A. Barbé, Des Norma (...)
  • 20 Sur les débuts de l’École normale supérieure de jeunes filles, voir F. Mayeur, L’enseignement seco (...)

45Que celle-ci ait eu le sentiment de n’avoir rien de commun avec les Fontenaysiennes et les Cloutiers qui se destinaient essentiellement à l’enseignement dans les Écoles normales d’instituteurs et dans le primaire supérieur, cela se conçoit aisément (encore que P. Dupuy ait régulièrement donné des cours de géographie à Fontenay) ; ce n’est que depuis la Seconde Guerre Mondiale et surtout les années 60 que des liens se sont noués19 . Plus instructive est l’indifférence apparente de la rue d’Ulm vis-à-vis de Sèvres. Certes l’éloignement géographique et le strict internat pratiqué dans les deux établissements ne poussaient pas aux contacts, mais il est clair que, de toute façon, la rue d’Ulm n’imaginait pas qu’on pût lui comparer « l’École normale supérieure de l’enseignement secondaire de jeunes filles » créée quatorze ans plus tôt20. Celle-ci aurait pourtant eu quelques arguments à faire valoir auprès de républicains comme Georges Perrot et Paul Dupuy. Sa fondation avait été un des fleurons de la politique scolaire de Jules Ferry et Camille Sée. Sa première directrice, Madame Jules Favre, toujours en fonction (elle mourra en 1896), était, ne serait-ce que par son nom, personne à forcer le respect de tous. Les Sévriennes, comme les Normaliens, préparaient l’agrégation et y remportaient de brillants succès (il s’agissait, il est vrai, des agrégations féminines créées en 1883, agrégations indifférenciées – lettres et sciences seulement – et de moindre niveau) ; et surtout, plusieurs Normaliens, souvent appelés à de belles carrières ultérieures, avaient fait fonction de maîtres de conférences à Sèvres : Gaston Darboux, Paul Appell et Jules Tannery en sciences, Henry Lemonnier et Louis Petit de Julleville en lettres. On ne s’ignorait donc pas totalement mais ces illustres cautions n’avaient pas suffi, à l’évidence, à briser l’indifférence ulmienne. L’École normale supérieure restait, et en toute bonne conscience, un monde exclusivement masculin.

46Plus fâcheuse encore, en tout cas à court terme, la faible place faite, à travers le Livre du Centenaire, au reste de l’Université. Il n’en est guère question que dans l’introduction de G. Perrot, et en quelques pages seulement. Le Directeur s’y réjouit de la place occupée par les Normaliens au Collège de France, à l’École pratique des hautes études, à la Sorbonne ; l’École y a installé, déclare-t-il de manière un peu dédaigneuse, « ses colonies » ; mais des facultés de province, de ces « universités régionales » dont on savait la naissance proche, pas un mot. Certaines étaient pourtant plus qu’estimables et des Normaliens y avaient trouvé place ; à Bordeaux par exemple, enseignaient entre autres, en 1895, Emile Durkheim et deux futurs professeurs du Collège de France, Camille Jullian (histoire de Bordeaux et du Sud-Ouest) et Jacques Hadamard (mathématiques). Mais l’École se voulait essentiellement parisienne, à une époque où l’on n’avait guère mauvaise conscience à se proclamer tel. Et sans doute aussi croyait-elle, en taisant jusqu’au nom de rivales de plus en plus actives, exorciser les menaces qui planaient sur elle. Allait-on gâcher la belle fête jubilaire par l’évocation de sombres perspectives, allait-on laisser la controverse et la critique envahir les pages du livre d’or ?

  • 21 Cf. O. Motte, « Le voyage d’Allemagne. Lettres inédites sur les missions d’universitaires français (...)
  • 22 Cf. C. Charle, « Ambassadeurs ou chercheurs ? Les relations internationales des professeurs de la (...)

47Un autre point surprend davantage car il prêtait moins à polémique, c’est la place mineure accordée aux relations de l’École avec l’étranger. Il y a bien une note intitulée « Les Normaliens en voyage », consacrée principalement à l’École française d’Athènes (p. 642-649) ; l’auteur, Gaston Deschamps (lui-même « athénien » en 1886), y recensait les principales missions et fouilles confiées à des Normaliens non sans faire observer avec quelque humour que leur passion pour l’Antiquité classique n’avait pas empêché ceux-ci de n’éprouver généralement qu’ennui et dédain vis-à-vis de la Grèce moderne. Dans son introduction, le Directeur avait également fait allusion à quelques Normaliens égyptologues (Maspéro) ou orientalistes (Chavannes). Mais sur les enseignements de langues et littératures étrangères à l’École même, rien ; sur les relations avec les universités italiennes, allemandes ou anglo-saxonnes, rien ; sur le « voyage d’Allemagne » que tant de jeunes universitaires français, convaincus, surtout depuis 1871, de la supériorité de la science et des méthodes allemandes, entreprirent dans ces années21 – pensons à Gabriel Monod, à Durkheim, à Lavisse, à L. Herr –, rien ; sur de possibles échanges internationaux de professeurs ou d’étudiants, rien. Bien sûr, ces échanges étaient loin d’avoir à cette époque l’ampleur qu’ils ont pris de nos jours. Mais l’idée même et la pratique n’en étaient pas totalement étrangères aux hommes de ce temps. Des bourses de voyage existaient. Si les échanges de professeurs étaient encore rares avant 190022, on était déjà convaincu que l’affluence d’étudiants étrangers (européens) était un bon indice de l’excellence d’une université et on déplorait de voir la France, en la matière, supplantée par l’Allemagne ; l’idée de s’informer de ce qui se faisait ailleurs était également tout à fait reçue et, ici encore, l’Allemagne était la référence classique, encore que plus étudiée et admirée que vraiment imitée. À ces débuts d’ouverture internationale, le discours officiel de l’École (je ne parle pas, répétons-le, de la pratique effective de nombreux jeunes archicubes) ne faisait guère écho. Pour l’École, conservatoire de la « forte culture classique », et son directeur, le seul voyage d’études digne de ce nom restait le « voyage d’Orient », l’ » itinéraire de Paris à Rome et Athènes », sinon Alexandrie ou Jérusalem, étapes classiques d’une translatio studii à rebours pour de jeunes humanistes en quête de racines.

48Nous en avons déjà trop dit. Car nous ne voudrions ni gâcher le plaisir de celui qui va découvrir le Livre du Centenaire, ni appliquer une pesante « grille de lecture » à un ouvrage qui, précisément, refuse les normes strictes d’une étude universitaire, érudite et exhausive, et revendique le droit à l’élégance, à la fantaisie et à la subjectivité. Nous soupçonnons que Georges Perrot et Paul Dupuy ont dû laisser une réelle liberté d’écriture aux auteurs qu’ils avaient sollicités ; ne refusons pas cette même liberté au lecteur d’aujourd’hui, ne lui imposons pas une interprétation qui est elle-même subjective et qui, en prétendant décoder le discours des Normaliens de 1894, révèle sans doute tout autant, à notre propre insu, les préjugés et les partis pris, les craintes et les aspirations d’un archicube de 1994.

L’École en 1895 : des pierres et des hommes

49Il ne sera sans doute pas inutile, en revanche, de fournir à ce même lecteur, à l’occasion de cette introduction, quelques données factuelles qui l’aideront à mieux saisir le contexte social, politique et institutionnel, dans lequel a été produit ce livre et, partant, à se faire par lui-même une idée des intentions de ses auteurs.

  • 23 En plus des livres et articles cités infra, j’ai eu recours à un mémoire inédit de P. Albertini (a (...)

50Car depuis une trentaine d’années, les travaux de divers historiens (parmi lesquels, curieusement, bien peu d’archicubes et beaucoup d’étrangers, surtout anglo-saxons) nous ont permis de savoir assez bien ce qu’était l’École normale supérieure à la fin du xixe siècle, au moment de son premier centenaire, à la veille de la loi de 1903. Il reste certainement encore énormément à faire mais beaucoup de chiffres et de faits ont déjà été tirés des archives de l’École, des publications du Ministère de l’Instruction publique, des annuaires et bulletins de l’Association des anciens élèves, des souvenirs et des papiers privés laissés par de nombreux archicubes23.

51Comprenons cependant, avant de présenter rapidement certains acquis de la recherche récente, qu’il y aurait quelque injustice – ou quelque anachronisme – à opposer brutalement la rigueur des chiffres aux approximations du discours commémoratif. Les auteurs de celui-ci ne disposaient pas, à strictement parler, de certaines de ces données et, de toute façon, leur propos n’était pas proprement historique ni sociologique. Mais la mise en contexte de celui-ci ne nous a pas semblé une entreprise indue ni par trop iconoclaste ; pour reprendre la devise donnée en 1876 par Gabriel Monod à la Revue historique qu’il venait de fonder : Ne quid falsi audeat, ne quid veri non audeat historia.

  • 24 Sur l’histoire des bâtiments de l’École, on consultera les notices très détaillées de P. Dupuy, «  (...)

52Qu’était-ce donc que l’École normale supérieure en 1895 ? Comme permettent de le constater les gravures du livre, l’aspect matériel, en particulier l’aspect extérieur, était déjà celui qui nous est familier, au moins pour la partie ancienne des bâtiments24.

53Dans les premières décennies de son existence, l’École avait dû se contenter d’hébergements de fortune, notoirement insuffisants. Les cours de l’École de l’An III avaient eu lieu dans l’amphithéâtre du Muséum. Puis l’École de l’Empire et de la Restauration, avec son internat, avait été installée, de manière précaire, tantôt dans l’ancien collège du Plessis, qui jouxtait le lycée Louis-le-Grand, tantôt au séminaire du Saint-Esprit, rue des Postes. En 1839, il fut décidé que l’École recevrait des bâtiments neufs et adaptés à ses besoins. Le terrain acheté à cette fin rue d’Ulm se trouvait dans un secteur encore non bâti, occupé par des jardins ; la rue d’Ulm elle-même était une impasse, qui s’arrêtait au niveau de l’École. La zone ne sera complètement urbanisée qu’à la fin du Second Empire, avec le percement des actuelles rues Gay-Lussac et Claude Bernard.

54L’architecte fut un certain M. de Gisors. Le plan primitif est aujourd’hui encore bien lisible : il était prévu des bâtiments en carré autour d’une cour d’honneur (dite alors « cour de récréation des élèves ») ; le carré serait flanqué de six pavillons bas délimitant entre eux quatre courettes ouvertes ; deux jardins d’une certaine importance étaient prévus, le « jardin de l’administration » (actuelle cour Pasteur) au Sud, la « cour des élèves » à l’Est, le long de la rue Rataud. L’existence, si fréquente à Paris, de carrières souterraines ralentit les travaux ; l’inauguration officielle et l’installation des élèves ne purent avoir lieu qu’en 1847. En 1895 la disposition générale et la destination des diverses parties du bâtiment restaient proches de celles de 1847 et l’École actuelle, malgré l’adjonction d’ailes modernes, en garde encore largement la trace : le corps de bâtiment noble, parallèle à la rue d’Ulm, abritait l’administration : bureaux au rez-de-chaussée, appartements de fonction, dont celui du Directeur, aux étages ; pour le reste, on trouvait, au rez-de-chaussée le réfectoire et des « études » (salles de travail) surtout pour les élèves de première année ; au premier étage, la chapelle (jusqu’en 1881), la bibliothèque et des salles de conférences ; au second, à nouveau des « études » et les dortoirs.

55De la notice historique très détaillée consacrée par P. Dupuy aux bâtiments de l’École, il ressort qu’à la fin du xixe siècle, deux traits majeurs caractérisaient ceux-ci. D’abord, une allure persistante et assez rébarbative de pensionnat ; partout des portes et des grilles, soigneusement fermées en dehors des heures réglementaires de « récréation » ou de sortie ; ici et là les « cabinets des maîtres surveillants avec un judas donnant sur les études » pour vérifier la présence et l’assiduité des élèves. On comprend qu’on ait affublé ces surveillants du nom de « caïmans » ! Ils étaient censés en avoir la vigilance et la férocité. Ils étaient également chargés de veiller au bon ordre dans les dortoirs. L’autre aspect souligné par P. Dupuy est que cinquante ans après leur construction ces bâtiments étaient déjà notoirement trop petits ; la cause principale du manque de place était le développement de l’École scientifique et la multiplication des laboratoires ; comme on le voit sur le plan de la page 658, on avait donc dû surélever les six pavillons bas primitifs et occuper une partie du terrain disponible tant dans les courettes latérales qu’au fond de la cour des élèves et le long de la rue d’Ulm (ce fut le laboratoire de Pasteur, transformé en infirmerie après son départ). Mais ce n’étaient là que solutions provisoires ; le problème de l’espace nécessaire aux activités scientifiques ne sera vraiment résolu (au moins pour un temps) que dans l’entre-deux-guerres, avec l’acquisition des terrains sis de l’autre côté de l’actuelle rue Érasme.

56Le véritable laboratoire des littéraires, c’est, comme chacun sait, la bibliothèque. En 1895, le cœur en restait la grande salle dont l’aspect n’a guère changé aujourd’hui encore ; mais elle avait colonisé plusieurs salles annexes. Car son développement, d’abord assez lent, s’était fortement accéléré après 1870, grâce à la croissance des dons et des échanges et surtout des crédits publics ; de 12 000 volumes en 1843 et 19 000 en 1863, on était brusquement passé, selon Vidal de la Blache (p. 450), à 60 000 en 1878, 78 000 en 1888, à l’arrivée de Lucien Herr, et enfin plus de 100 000 en 1895.

57Passons des bâtiments aux hommes. Nous avons déjà présenté le Directeur et les sous-directeurs, le surveillant général, le bibliothécaire ; ajoutons-y deux maîtres surveillants, un économe (autrement dit « le Pot » qui était alors M. Degand), un commis d’économat, un médecin et un chirurgien, une infirmière ; même si nous ne connaissons pas les effectifs exacts du personnel de service attaché à l’internat et à la bibliothèque, il est clair que l’appareil administratif était encore léger.

  • 25 A ces seize noms on pourrait ajouter celui de Romain Rolland, nommé maître de conférences d’histoi (...)

58Le corps enseignant, en revanche, était assez nombreux et on ne retrouvera des chiffres comparables, dans un tout autre contexte, qu’à une date relativement récente. D’après les listes données par P. Dupuy aux pages 661-666 (et légèrement complétées), l’École littéraire comptait seize maîtres de conférences (quatre en littérature française, trois en histoire, deux en grec, deux en latin, deux en philosophie, un en grammaire, un en allemand, un en anglais)25 et l’École scientifique onze (trois en mathématiques, deux en physique, deux en chimie, quatre pour les diverses sciences naturelles), auxquels il fallait ajouter six agrégés préparateurs ; les élèves scientifiques étant, on le verra, moins nombreux que les littéraires, ils bénéficiaient (déjà) d’un meilleur « taux d’encadrement ». Ajoutons que l’École comptait aussi six enseignants chargés de « cours annexes » dont la liste paraîtra pittoresque aux Normaliens d’aujourd’hui : le dessin d’imitation et le dessin graphique, l’enseignement musical et la diction, la topographie (confiée à un colonel) et la paléographie ; l’économie politique, en revanche, avait disparu en 1884, ce qui n’était évidemment pas un signe de modernisme.

59Un emploi de maître de conférences à l’École normale supérieure était alors un poste prestigieux, comparable à un poste de professeur de faculté, même si la rémunération était légèrement inférieure. C’était un emploi à plein temps, même si quelques-uns le cumulaient avec une direction d’études à l’École pratique des hautes études, voire une charge de cours temporaire dans une faculté ou au Collège de France.

60Analysons rapidement la composition de ce corps des maîtres de conférences tel qu’il se présentait en 1895. Je m’en tiendrai, pour faire bref, au cas des littéraires. Leur carrière avait tendance à s’allonger ; alors que, sous Louis-Philippe, ils ne restaient souvent en poste que trois ou quatre ans, en 1895, quatre maîtres de conférences étaient en place depuis plus de quinze ans et neuf des douze autres, en poste depuis moins de dix ans, seront encore là en 1904, au moment de leur transfert autoritaire à la Sorbonne. Certains étaient des maîtres de grand renom déjà bien avancés dans leur carrière (comme le latiniste Gaston Boissier, de l’Académie française, F. Brunetière en littérature, le philosophe Ollé-Laprune ou l’historien G. Monod), d’autres étaient en pleine maturité (comme les francisants F. Brunot, J. Bédier, G. Lanson), d’autres enfin à leurs débuts (tel le germaniste Ch. Andler) ; aucun n’était cependant vraiment jeune et tous avaient déjà enseigné en lycée (Lanson y avait professé quinze ans) ou en faculté (G. Bloch avait été professeur à la faculté des lettres de Lyon, le grammairien H. Goelzer à celle de Paris). Au total, on le voit, solide et expérimentée, l’équipe enseignante avait belle allure ; jamais sans doute depuis l’apparition du corps dans les années 1830, elle n’avait été aussi nombreuse ; et les noms les plus connus suffisent à démentir la fâcheuse impression d’immobilisme, voire de conservatisme qui se dégageait du discours officiel de la Direction ; pour un peu, ce contraste semblerait confirmer le diagnostic d’un des auteurs du volume du centenaire (p. 619) :

« Nous avons presque tous, à l’École, en dépit des apparences, et malgré ce qu’on a pu dire de notre vanité, une modestie narquoise qui, en rabaissant notre propre mérite, nous dispense d’exagérer celui du voisin. Cette modestie, parfois, devient, une ironie bizarre, que nous exerçons en public ... contre nous-mêmes et contre les nôtres. »

61Le rôle des maîtres de conférences s’explique par le cursus qui était alors celui des Normaliens. Pratiquement depuis les origines de l’École, ceux-ci étaient recrutés par la voie d’un concours national – spécialité bien française. Les modalités de ces concours, tant en lettres qu’en sciences, avaient été fixées dans les années 1830 et complétées par quelques aménagements ultérieurs. Malgré les réformes plus profondes qu’il connaîtra au xxe siècle, quelque chose de l’architecture du concours primitif subsiste encore dans celui d’aujourd’hui.

62En 1895, le concours comprenait deux parties : un écrit qui pouvait être passé en province, un oral d’admission qui avait lieu à Paris et permettait de ne retenir qu’une partie (à peu près la moitié) des élèves admissibles. En lettres, l’épreuve de vers latins ayant été supprimée en 1885, l’écrit comportait « discours latin » et « discours français », « dissertation philosophique en français », version latine, thème grec et composition d’histoire ; il n’y avait pas, rappelons-le, de programme ; on attendait simplement des candidats une maîtrise supérieure des disciplines et techniques (avant tout rhétoriques) enseignées dans les classes terminales des lycées. L’oral comprenait cinq épreuves (explications grecque, latine et française, interrogations de philosophie et d’histoire) ; d’une comparution globale d’une heure devant une commission unique, on en était progressivement venu à cinq interrogations distinctes par des examinateurs différents, normalement pris parmi les professeurs de l’École. Il n’existait, on le voit, aucun système d’options. Précisons qu’entraient en ligne de compte, outre les réponses des candidats, un certain nombre d’attestations et de recommandations, notamment rectorales, qu’ils devaient fournir, témoignant aussi bien de leurs aptitudes générales et de leur caractère que de leur situation de famille ; ces attestations intervenaient, sinon sur la décision même du jury, en tout cas sur celle d’attribuer ou non au candidat reçu une bourse entière ou une simple demi-bourse.

  • 26 Cf. N. Hulin, « La rivalité École Normale-École Polytechnique. Un antécédent : l’action de Pasteur (...)

63Le concours scientifique avait une structure comparable ; à l’écrit, l’essentiel était représenté par les mathématiques (coefficient 10) et la physique (coeff. 7) à quoi s’ajoutaient une dissertation française (coeff. 2) et une version latine (coeff. 1) qui sera supprimée en 1896 ; à l’oral, mathématiques (coeff. 35), physique (coeff. 15), chimie (coeff. 10), « épure » (coeff. 2), dessin d’imitation (coeff. 1) ; ces deux dernières épreuves seront remplacées en 1896 par une « épreuve pratique de mathématiques » et une version de langue vivante. Ici encore, pas d’option possible, ce qui, on le voit, défavorisait la chimie et plus encore les sciences naturelles que Pasteur avait pourtant si bien illustrées à l’École. Mais pour soutenir la concurrence avec Polytechnique (mesurée par le jeu des démissions au concours d’entrée), laquelle, après une période faste, était redevenue un peu plus tendue depuis 189026, il fallait proposer aux candidats le même programme, à dominante mathématique.

64On trouvera dans le tableau ci-contre, d’après les indications réunies par Pierre Albertini (travail cité supra n. 22), les chiffres concernant à la fois le nombre de candidats et le nombre de places mises au concours, en lettres et en sciences, de 1851 à 1904 (notons qu’il n’y eut pas de concours en 1871).

65Les chiffres parlent d’eux-mêmes. On y voit l’École sortir, de manière spectaculaire, de la situation somme toute assez médiocre qui avait été la sienne pendant le demi-siècle suivant sa fondation. C’est en sciences que l’essor a démarré d’abord et l’action personnelle de Pasteur y a certainement été pour beaucoup ; pendant les dix ans de son mandat de directeur des études scientifiques (1857-1867), le nombre des candidats bondit de 71 à 206 alors que celui des places passait seulement de 12 à 17 ; freiné pendant quelques années, l’essor reprend vers 1875 (285 candidats) pour culminer à 355 en 1886 pour 20 postes ; dans la décennie suivante, le recul surprenant de ceux-ci (on retombe à 18, puis 17, puis 13) décourage un peu les candidats (166 en 1899) ; mais la pression est telle (263 candidats en 1902, 308 en 1904) qu’il faut relâcher cette politique malthusienne : 17 postes en 1903, 20 en 1904, 22 en 1907, chiffre qui ne bougera pratiquement plus jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

66L’évolution de l’École littéraire est plus tardive ; les mauvais procédés de l’Empire autoritaire avaient entraîné un marasme durable du recrutement et les 100 candidats de 1851 ne seront définitivement dépassés qu’en 1876 ; le mouvement s’accélère en 1879 ; 24 postes avaient été mis au concours dès 1878. On entrait dans l’ère des grandes réformes républicaines qui allaient donner un nouveau souffle à tout l’enseignement supérieur, ce dont l’École profitera au premier chef, avant, nous le verrons, que cet essor ne finisse par se retourner, d’une certaine manière, contre elle. La croissance se poursuit jusqu’en 1897 (228 candidats) ; puis survient, comme en sciences, un épisode malthusien, lié sans doute à la mise en cause de l’École même par les projets de réforme ; places mises au concours et candidatures baissent simultanément, mais ici la carotte budgétaire accrochée à la réforme de 1903 (35 places au concours à partir de 1907) tardera à produire son effet et les 228 candidats de 1897 ne seront dépassés qu’en 1929 (237).

67De toute façon, il apparaît clairement qu’en 1895, tant en lettres (11,7 % de reçus) qu’en sciences (6,3 %), le concours remplissait parfaitement sa fonction de sélection méritocratique et requérait des candidats et de leurs familles des efforts intellectuels (et financiers) dont ils attendaient évidemment un profit sûr et maximum en termes de rentabilité sociale et professionnelle.

68Dans la vie des élèves une fois reçus à l’École, on peut distinguer deux aspects : le cursus des études, la vie quotidienne.

69Le premier était défini par un certain nombre de textes réglementaires mais aussi par l’interprétation qu’en donnait la direction, et les pressions mêmes des élèves. La scolarité durait trois ans (ce qui, notons-le en passant, devait amener au début de l’année 1895 à un effectif total de 74 élèves littéraires et 49 scientifiques). La première année était normalement consacrée à la licence, la seconde à des séminaires plus spécialisés (le diplôme d’études supérieures ou D.E.S. qui occupera plus tard cette seconde année, n’est créé qu’en 1894 pour l’histoire-géographie et en 1904 pour les autres disciplines littéraires et scientifiques), la troisième à l’agrégation (en cas d’échec pouvait être accordée une quatrième année de réparation). Une année de séjour à l’étranger pouvait s’ajouter à ce cursus. Enfin depuis 1889, les élèves étaient astreints à un an de service militaire « volontaire » qu’ils plaçaient pendant leurs études ou, plus souvent, à la fin de celles-ci.

70Pendant longtemps, l’École avait été la seule institution préparant sérieusement à la licence et surtout à l’agrégation, ce qui avait largement contribué à son succès. Les élèves recevaient sur place, auprès des maîtres de conférences, les enseignements dont ils avaient besoin ; cours réguliers, séances intensives en petits groupes, nombreux exercices écrits et oraux soigneusement corrigés, travail collectif dans les « études » mises à la disposition des élèves faisaient la qualité de ces enseignements, au moins dans la perspective de la préparation aux examens et concours. Cela n’allait pas sans susciter quelque jalousie à l’extérieur, mais les élèves s’étaient toujours opposés aux tentatives pour introduire à l’École des auditeurs libres venus de la Sorbonne. Dans une lettre adressée en 1866 ou 1867 au Directeur, au nom de leurs camarades, A. Croiset et F. Didon, futurs caciques, respectivement, des agrégations de lettres et de mathématiques, l’expliquent sans ambages :

  • 27 Cité dans A. Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, (...)

« Nous considérons l’admission des élèves externes aux conférences de la troisième année [celle de l’agrégation] comme préjudiciable à nos travaux. ... [Les élèves] ne sauraient comprendre qu’après avoir acquis par une préparation difficile le droit d’entrée à l’École, ils fussent chargés, dans la troisième année, d’armer contre eux-mêmes des concurrents. »27

71À cette époque, les élèves, qui de toute façon étaient soumis à un régime d’internat rigoureux, ne fréquentaient guère les cours de la Sorbonne. À l’École même, leur assiduité était soigneusement contrôlée et un système d’examens internes, annuels ou semestriels, permettait de vérifier leurs progrès.

72Cette situation changea à la fin des années 1870 lorsque les facultés, qui organisaient surtout, jusqu’alors, des cours publics et dont les professeurs se faisaient très souvent remplacer par des suppléants, ne se contentèrent plus de la collation des grades et se mirent à organiser des enseignements cohérents pour préparer, elles aussi, à la licence et à l’agrégation. Aux professeurs titulaires vinrent s’ajouter des chargés de cours et des maîtres de conférences des facultés (différents de ceux l’École) ce qui permit de reproduire les méthodes pédagogiques qui avaient fait la fortune de l’enseignement normalien : cours fermés, travail en petits groupes, etc. Il fallut donc se décider à ouvrir un peu plus largement la porte de la rue d’Ulm. Le Directeur autorisa de manière de plus en plus libérale des élèves de troisième, puis de seconde, enfin de première année à aller suivre des cours à la Sorbonne (ainsi qu’à l’École pratique des hautes études et au Collège de France) ; les examens internes de première et de troisième année avaient été supprimés dès 1865-1872, les épreuves de la licence et de l’agrégation étant considérées comme « assez sévères » pour sanctionner le travail des élèves ; seuls subsistèrent jusqu’en 1904, du moins en théorie, les examens de fin de deuxième année et certains examens semestriels.

  • 28 p. xxxix-xlii.

73L’existence quotidienne des élèves à l’École ne se ramenait évidemment pas aux conférences et autres exercices d’agrégation. Le régime d’internat qui a perduré tout au long du xixe siècle était propice au développement d’une vie collective assez intense. Celle-ci n’a évidement laissé que des traces discrètes dans les archives ; on doit donc plutôt recourir, pour l’évoquer, aux témoignages littéraires (de Jules Romains à Alain Peyrefitte) et aux souvenirs d’archicubes. Mais les uns et les autres, comme les traditions orales dont certaines ont survécu jusqu’au début des années 60 de ce siècle, ont sans doute contribué à alimenter un folklore idéalisé autant qu’une image réelle de ce qu’était la vie de l’École à la fin du xixe siècle. Le discours officiel de l’institution, on l’a vu plus haut en citant l’introduction de Georges Perrot, exaltait sans réserve le régime de l’internat, présenté comme le creuset où venaient se fondre les jeunes énergies et d’où surgissait cet « esprit normalien », fait d’élégance intellectuelle et morale autant que de science, qu’on présentait comme la contribution la plus originale de l’École au renouveau des élites françaises28.

  • 29 Cf. J.-Fr. Sirinelli, Génération intellectuelle, p. 347-351.
  • 30 C. Charle, Les élites de la République (1880-1900), Paris, 1987, p. 297.

74Faut-il le dire ? Il y avait là une large part de mythe. Certes, nul ne nie qu’une vie commune de tous les instants a pu créer des conditions très favorables au travail intellectuel (plus, il est vrai, sous les espèces de la maîtrise des savoirs reconnus et de la virtuosité rhétorique que du travail érudit ou de la recherche originale, en marge des sentiers battus). Elle a pu aussi façonner une sociabilité marqué par le sens de l’humour et le goût passionné de la discussion. Des camaraderies très durables s’y sont nouées, des affinités intellectuelles se sont révélées, le socialisme français y a quelques-unes de ses racines intellectuelles (pensons au petit cercle de Lucien Herr ou à cet autre berceau du socialisme normalien que fut la « turne Utopie » fondée en 1894 par Charles Péguy, Albert Mathiez, Albert Lévy et Georges Weulersse)29. Sur un tout autre plan, on rappellera aussi que, bien souvent, les rencontres faites à l’École ont facilité la constitution ultérieure d’alliances familiales assurant la pérennité des dynasties normaliennes ; combien d’archicubes ont épousé les sœurs ou les cousines de leurs camarades, quand ce n’étaient pas les filles ou les nièces de leurs maîtres : il y a des arbres généalogiques éloquents. Christophe Charle a, par exemple, reconstitué celui de quelques archicubes, principalement scientifiques, de la seconde moitié du xixe siècle : on y voit que Léon Brillouin, professeur de physique au Collège de France de 1932 à 1941, était fils, petit-fils et arrière-petit-fils, en ligne tantôt masculine, tantôt féminine, de quatre archicubes, également professeurs au Collège de France ou à la faculté des sciences de Paris depuis le milieu du xixe siècle, sans parler de son grand-oncle Emile Duclaux, le successeur de Pasteur, et du fils de celui, Jacques, également professeur au Collège de France ; quant à la femme de ce Jacques Duclaux, Germaine Appell, elle était elle-même belle-sœur, fille, petite-fille et cousine d’archicubes, tous professeurs à Paris ou membres de l’Institut (sans parler de deux grands-oncles professeurs à la faculté des sciences de Paris et au Collège de France dans les années 1880... mais non archicubes !) ; cas évidemment exceptionnellement complexe, mais bien significatif30.

75Cette sociabilité avait, comme il se doit, ses règles, son jargon, ses rites, les uns presque quotidiens (comme la promenade sur les toits, au grand dam des maîtres surveillants), les autres plus solennels. Le plus ancien est sans doute le « canular », qui est passé dans la langue courante, il s’agissait à l’origine, semble-t-il, du bizuthage des « conscrits » ; le mot a servi par la suite pour désigner toutes sortes de mystifications, généralement sans méchanceté, visant soit l’administration de l’École, soit des personnalités extérieures à elle. Plus mondaines, les « revues », spectacles de chansons satiriques qui se terminaient souvent par une garden party, semblent régulièrement organisées à partir de 1888. Le centenaire de 1895 fut l’occasion d’une grande revue quasiment officielle. Au chapitre des festivités normaliennes, mentionnons aussi le concert annuel remplacé, en cette même année 1888, par un bal de bienfaisance. Celui-ci devint rapidement un événement mondain important, qui permettait aux élèves de rencontrer archicubes célèbres, hommes politiques, diplomates... et filles à marier. Ici encore, le bal de 1895 dans les grands salons de la Sorbonne, en présence du Président de la République Félix Faure, des présidents de section de l’Institut, du président du conseil municipal de Paris, de recteurs, de préfets et de représentants des universités étrangères, fut d’un éclat exceptionnel, au même titre que le banquet donné auparavant dans le jardin de l’École sous la présidence de Raymond Poincaré, alors ministre de l’Instruction publique.

76À côté de ces célébrations de bon ton, l’ » esprit normalien » trouvait aussi à s’exprimer de manière plus contestatrice à l’occasion de manifestations d’opposition ou de chahuts. À dire vrai, l’année 1895 appartient à cet égard à une période plutôt calme. Les luttes glorieuses du Second Empire (parfois, il est vrai, simple fronde anti-directoriale) relevaient déjà du souvenir héroïque, les grands combats de l’Affaire Dreyfus et les bagarres avec les étudiants nationalistes de l’Action française étaient encore à venir. Restaient les chahuts à usage interne, comme celui qui, en 1893, contraignit au départ Alfred de La Coulonche, maître de conférences de littérature française peu apprécié des élèves.

  • 31 Cité dans R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, Albany, 1982, p. 81.

77De tels épisodes relevaient peut-être de la tradition mais il s’est avéré qu’à la fin du xixe siècle un certain nombre d’élèves supportait de plus en plus mal une discipline rigoureuse, jugée infantilisante. Les cas d’indocilité notoire étaient nombreux, un des plus célèbres étant celui de Léon Blum (prom. 1890), qui ne resta d’ailleurs qu’une année à l’École pendant laquelle P. Dupuy ne cessa de relever qu’il « provoquait du désordre dans les dortoirs », sauf quand il n’était « pas rentré de la nuit »31.

78On comprenait mal qu’un régime aussi strict, qui rappelait les tristes souvenirs du Second Empire et de l’administration grincheuse de Michelle et Pasteur, pût survivre sous la République laïque et libérale. La prise en charge par l’État de l’entretien et du « trousseau » des jeunes Normaliens ne semblait plus justifier une telle rigueur. Il faut dire qu’au début des années 1880, pour des jeunes gens de dix-huit à vingt-trois ans en moyenne, les règles de l’internat étaient encore très strictes. Qu’on en juge :

  • 32 Cité dans R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 80.

« Réveil à six heures en hiver, cinq heures en été (six les lendemains de sortie ou même sept en cas de permission de minuit) ; on quittera le dortoir vingt minutes plus tard, quand la cloche sonnera ; petit déjeuner à sept heures trente. Étude ou cours de huit heures à midi. Déjeuner à midi, récréation jusqu’à une heure trente. Étude ou cours d’une heure trente à quatre heures trente de l’après-midi. Goûter à quatre heures trente, récréation jusqu’à cinq heures. Étude de cinq heures à huit heures. Dîner à huit heures, récréation jusqu’à neuf heures ; veillée possible de neuf heures à dix heures. Le jeudi, autorisation de sortie de midi à dix heures du soir ; dîner à six heures trente. Le dimanche, autorisation de sortie de huit heures du matin à dix heures du soir en hiver, dix heures trente en été ; le dernier samedi de chaque mois, permission de minuit (i.-e. de cinq heures de l’après-midi à minuit et demi). »32

  • 33 Indications données dans les notices citées supra n. 23.

79Ajoutons à cela l’inconfort des dortoirs, une nourriture souvent décriée par les intéressés (qu’on pense à la célèbre « révolte des haricots » qu’avaient dû affronter Désiré Nisard et Pasteur) et une situation sanitaire également médiocre ; P. Dupuy ne cachait pas que si le transfert de l’infirmerie dans le laboratoire de Pasteur avait été un progrès, Madame Callot, infirmière en poste depuis 1865, était incompétente et indifférente à toute règle d’hygiène et de prophylaxie (dans l’ancien laboratoire de Pasteur !)33. Une pièce provenant des archives de l’infirmerie indique qu’entre 1879 et 1896 vingt-et-un élèves sont morts de tuberculose (plus sept cas douteux) : rappel brutal d’une réalité qui, à dire vrai, n’avait rien d’exceptionnel à cette époque.

  • 34 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 82- 83.

80Georges Perrot et Paul Dupuy comprirent rapidement qu’il fallait lâcher du lest. Les sanctions internes se firent rares, la surveillance moins tatillonne ; les élèves purent faire la grasse matinée ou travailler la nuit. Des autorisations exceptionnelles de sortie étaient accordées libéralement et, de toute façon, les cours de la Sorbonne et du Collège de France que les élèves fréquentaient de plus en plus, étaient autant d’occasions de hanter les rues du Quartier Latin ; car nul ne se serait plus avisé de leur demander de regagner l’École dès le cours fini, en groupe et par l’itinéraire le plus court, comme le voulaient les règlements anciens34.

81Voici donc comment nous pouvons nous représenter la vie des élèves dans « le cloître de la rue d’Ulm », comme dira Romain Rolland, en cette fin de xixe siècle. Nous l’avons peinte de couleurs un peu moins riantes que le jeune archicube Francisque Vial (p. 554-564), dans un texte qui sent évidemment un peu la commande (« Les élèves aiment l’École... où ils trouvent, non seulement une vie matérielle facile et exempte de soucis, mais encore des affections sûres et fortes, une direction douce et bienveillante, des protecteurs dévoués... Pour eux, Directeur et professeurs n’épargneront ni leur temps ni leur peine »). On accordera cependant volontiers à F. Vial que la jeunesse fait passer bien des choses et que les conditions propices au travail intellectuel, les studieuses flâneries à travers les rayons de la bibliothèque, le charme des conversations « à bâtons rompus » étaient – et restent aujourd’hui – des atouts précieux de la vie normalienne et qui valaient bien quelques sacrifices. Laissons-nous aller un temps à l’indulgence de la mémoire.

Normaliens et universitaires de la Belle Époque

82Ces Normaliens de 1895, dont nous avons essayé d’évoquer l’existence quotidienne, qui étaient-ils ? Nous en connaissons les noms mais les listes officielles sont bien sèches. Beaucoup ont fait l’objet, souvent à leur décès, d’une notice biographique mais ces notices, d’ailleurs hétérogènes, sont dispersées dans des publications diverses ; en faire le recensement complet serait œuvre très utile (il existe déjà une Table de celles parues dans l’Annuaire de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, dressée en 1975 par N. Rollet et publiée par les Presses de l’E.N.S.) mais non pas suffisante car beaucoup – ces « morts inconnus » dont parlent les dernières pages du Livre du Centenaire (p. 651-657) – n’ont pas connu ce modeste honneur posthume ; il faudrait donc qu’une équipe d’historiens s’attaque à la confection d’un véritable dictionnaire biographique de tous les Normaliens morts, voire, ce qui serait plus délicat, vivants.

  • 35 Parmi les nombreux articles de V. Karady, on peut citer « Normaliens et autres enseignants à la Be (...)

83Nous ne sommes cependant pas totalement désarmés pour essayer de dessiner le profil collectif des Normaliens de la fin du siècle dernier ; par ce biais, on peut tenter à la fois de retracer l’image que la société française se faisait de l’École et de mesurer le rôle qu’elle y tenait effectivement. Des historiens et des sociologues, en particulier Victor Karady à qui nous avons emprunté le titre même de ce paragraphe, Robert J. Smith, Craig S. Zwerling35, ont déjà rassemblé d’importants matériaux et dresser des tableaux statistiques ; les données ne sont pas toujours homogènes et l’interprétation en est délicate. Mais quelques tendances fortes semblent d’ores et déjà ressortir. Nous essaierons de les présenter ci-dessous, laissant au lecteur curieux de plus de précisions le soin de se rapporter à ces recherches ... et à celles qui devraient encore être faites pour parvenir à une connaissance pleinement satisfaisante de l’institution qui célèbre aujourd’hui son bicentenaire.

  • 36 Introduction de G. Perrot au Livre du Centenaire, p. XLIV ; Gustave Lanson, Directeur de 1919 à 19 (...)

84Une conception naïve de l’histoire sociale de l’École la ramènerait volontiers à deux thèmes qui semblent avoir eu une certaine fortune dès la fin du xixe siècle : son recrutement démocratique (« L’École s’est toujours recrutée, pour une large part, dans des familles où l’on vit du travail quotidien, souvent du travail manuel »)36, la grande diversité de ses débouchés (selon la formule classique, « Normale mène à tout »). Les études historiques récentes, comme on pouvait le prévoir, ont bien montré le caractère largement mythique, ou du moins très excessif, de ces deux propositions.

85Diverses analyses du recrutement social et géographique de l’École ont été faites. Les catégories socio-professionnelles employées ne sont peut-être pas toujours également pertinentes pour toutes les époques et les évolutions à moyen et long terme ne ressortent pas toujours clairement... Nous en savons cependant assez pour voir si l’adjectif « démocratique », appliqué au recrutement de l’École, est acceptable ou, si l’on préfère, quel sens, sans doute plus politique que social, il convient de lui donner.

  • 37 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 42.

86Empruntons à R. J. Smith et C. Charle deux tableaux assez parlants. Le premier indique l’origine sociale des Normaliens littéraires (L) et scientifiques (S) entre 1868 et 1909 (en pourcentages)37.

  • 38 C. Charle, « Le champ universitaire parisien à la fin du 19e siècle », Actes de la Recherche en Sc (...)
  • 39 Rappelons que l’indice des « chances de succès » des membres d’un groupe social donné pour l’accès (...)

87Le second tableau, un peu moins précis chronologiquement (les chiffres proviennent, de manière variable selon les colonnes, de la période 1850-1914) et n’utilisant pas exactement la même classification sociale, permet de comparer le recrutement social de l’École normale supérieure à celles d’autres catégories d’enseignants (en pourcentages)38 ; le chiffre figurant entre parenthèses indique, pour chaque catégorie concernée, l’indice de « chances d’accès » à l’un des trois types de position retenus (enseignement, ENS, facultés parisiennes)39. D’autres données pourraient venir corroborer ces deux tableaux mais le propos de cette introduction n’est pas d’accabler le lecteur de chiffres, de statistiques et d’indices. Ceux qui figurent ci-dessus suffisent à faire apparaître quelques points incontestables.

88Première et brutale constatation. Malgré les beaux discours officiels de l’establishment républicain et universitaire, les classes populaires, urbaines et plus encore rurales, étaient bien peu représentées à l’École normale. En fait, s’agissant des plus pauvres (ouvriers agricoles, manœuvres), on peut même parler d’une exclusion totale. Ce n’est qu’en se rapprochant, avec les ouvriers qualifiés, petits commerçants, employés, de la petite bourgeoisie, qu’on trouve des pourcentages moins dérisoires, mais toujours largement minoritaires. Ces pourcentages augmentent encore quand on arrive à des catégories aux revenus sensiblement équivalents mais plus intellectuelles et plus habituées au service de l’État (petits fonctionnaires, instituteurs) sans pour autant former ces cohortes massives de boursiers méritants qu’on aurait peut-être attendues ; nos deux tableaux sont d’accord pour maintenir en-dessous de 10 % la proportion des Normaliens fils d’instituteurs ; cette image, popularisée par quelques cas célèbres, comme le futur ministre des Affaires étrangères Yvon Delbos (prom. 1907), en attendant Georges Pompidou, ne saurait donc être généralisée.

89Plus prévisible était sans doute la place limitée des enfants des couches soit les plus riches (banquiers, hommes d’affaires, grands propriétaires, ancienne aristocratie), soit les plus liées au commerce et à l’entreprise privée (commerçants, fabricants, courtiers), autrement dit de ce qui constituait depuis le début du siècle le milieu des « notables » aux positions assises, aux fortunes sûres, aux traditions familiales solides, souvent catholiques et politiquement conservateurs. Non que ces milieux aient forcément dédaigné l’enseignement supérieur mais, quand ils y envoyaient leurs enfants, c’étaient plutôt vers les grandes écoles militaires (Saint-Cyr) ou d’ingénieurs (Polytechnique) ou dans les facultés de droit ou de médecine. C’est leur présence dans ces dernières qui explique que, dans notre second tableau, ils apparaissent plus nombreux parmi les universitaires parisiens en général que parmi les Normaliens.

  • 40 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 40-41.

90Au total, c’est donc dans le vaste éventail des « classes moyennes » que se recrutaient avant tout les Normaliens, c’est-à-dire dans des milieux combinant ambitions sociales, moyens financiers (dans certaines limites), respect pour les valeurs de la culture et de l’école (souvent accompagné d’une précoce déchristianisation), convictions républicaines et, dans beaucoup de cas, une certaine tradition du service public. Mais, autre point qui ressort clairement de nos tableaux, c’est manifestement des strates supérieures du monde vaste et divers des classes moyennes que venaient surtout les Normaliens. On ne s’étonnera pas de la prime considérable donnée aux fils de professeurs (du secondaire ou du supérieur) ; aux atouts cités ci-dessus, ils joignaient évidemment celui d’une tradition familiale directe, avec tout ce que cela impliquait de connivence intellectuelle et de relations personnelles. On sera peut-être plus surpris des pourcentages non négligeables de fils de juristes ou de médecins, de hauts fonctionnaires et même d’officiers ; rappelons-nous par exemple le cas d’Edouard Herriot (prom. 1891), petit-fils de laboureur et fils d’un officier sorti du rang, suffisamment cultivé (en autodidacte) pour ne pas s’opposer à la vocation du jeune Édouard40. Pour le futur Président du Conseil du Cartel des Gauches comme pour bien d’autres, l’ascension sociale s’était accomplie en deux temps et l’accès à Normale n’avait pu être le fait que d’une seconde génération déjà assurée d’un certain héritage matériel et culturel.

91Résumons-nous. L’École normale supérieure ne recrutait guère dans les milieux populaires mais pas davantage chez les « notables » traditionnels. De ce dernier point de vue, elle était certainement plus « démocratique », peut-être plus moderne que sa vieille rivale Polytechnique. Son vivier naturel était représenté par le monde des classes moyennes (15 à 20 % peut-être de l’ensemble de la société française) dont l’essor, lié à la modernisation économique du pays, a accompagné, sinon permis, l’instauration de la République. Mais au sein de ces classes moyennes, elle accueillait avant tout les plus aisés et les plus habiles, ceux à qui la chance ou le labeur de leurs parents avait déjà procuré un certain capital financier, social et culturel.

92Si nous comparons les Normaliens à l’ensemble du monde enseignant (instituteurs, professeurs des collèges, agrégés non normaliens), on constate donc sans surprise que ce dernier (y compris les trois autres Écoles normales de Fontenay, Sèvres et Saint-Cloud) gardait un recrutement nettement plus « populaire » (cf. tableau 2). Le rapprochement avec l’ensemble du monde universitaire parisien (au sein duquel beaucoup de Normaliens finissaient leur carrière) donne des résultats plus contrastés : par certains côtés, ces universitaires étaient d’origines sociales plus mêlées, du fait sans doute des professeurs enseignant dans les matières dédaignées des Normaliens, soit en vertu d’un préjugé ancien (grammaire), soit parce que trop récentes (langues étrangères, sociologie, sciences naturelles) pour avoir déjà attiré en nombre ces tenants du classicisme et des disciplines « nobles ». Mais le milieu universitaire parisien gardait aussi un secteur de notables (facultés de droit et de médecine, École des Chartes) qui avaient peu de contacts avec la rue d’Ulm.

  • 41 Cf. C. Charle, Naissance des « intellectuels », Paris, 1990, p. 86-93.

93Si le recrutement social de l’École, tel que nous venons de le décrire, n’a pas connu, entre la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe, de bouleversements fondamentaux, une certaine évolution est cependant sensible. Il s’est agi, on le voit clairement sur le tableau 1, d’une très relative ouverture en direction des classes populaires, disons mieux, sans doute, de certaines fractions de ces classes elles-mêmes en voie d’ascension. On a d’ailleurs mis en rapport l’apparition de ce contingent d’origine plus modeste (ou, du moins, où se conservait le souvenir d’origines modestes encore récentes), complété par les enfants issus de minorités religieuses (protestants, juifs), et la naissance du socialisme normalien autour des premiers « intellectuels » dreyfusards (L. Herr, A. Mathiez, A. Lévy F. Simiand, etc. sans oublier Péguy)41.

94Néanmoins, c’était des familles de professeurs, de hauts fonctionnaires, d’hommes de loi, de médecins et de pharmaciens que continuait à venir le gros des Normaliens ; et curieusement, la légère mais incontestable tendance à la « démocratisation » que l’on observait dans l’École depuis les débuts de la IIIe République semble même se retourner dans la première décennie du xxe siècle ; plus que les incertitudes planant alors sur le destin de l’École, il faut sans doute incriminer le succès des nouvelles universités qui, à Paris et en province, semblaient désormais offrir aux familles de la petite bourgeoisie, à moindres frais et dans une perspective plus « moderne » pour des gens qui n’étaient pas des « héritiers », des espérances, sinon équivalentes, du moins très convenables de réussite sociale.

95On retiendra enfin du tableau 1 un trait qui, lui, semble constant dans le recrutement social de l’École, c’est le caractère un peu plus populaire du recrutement de l’École scientifique. Le clivage entre le monde ancien des notabilités scientifiques, largement contrôlé par les Polytechniciens, et celui des nouvelles carrières scientifiques devenues, grâce à l’action de Pasteur, le quasi-monopole des Normaliens, était sans doute plus fort qu’en lettres, ce qui a dû retentir sur le recrutement social. On notera d’ailleurs que le petit retournement de tendance des années 1900-1909, que nous avons relevé plus haut, a été moins marqué à l’École scientifique qu’en lettres.

  • 42 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 30-33, et V. Karady, « Normal (...)

96Les recherches sur la sociologie normalienne ont mis en lumière bien d’autres traits qui forment avec les précédents un ensemble cohérent42. Les Normaliens venaient de toute la France mais les Parisiens étaient nettement surreprésentés parmi eux ; puis venaient l’Est et le Sud-Est du pays. A l’inverse, du Massif central, de l’Ouest et du Nord ne venait qu’un nombre limité de Normaliens. Ces écarts s’expliquent aisément par les traditions culturelles, religieuses et politiques des régions concernées, ainsi que par leur situation économique à la fin du xixe siècle. On sait aussi que, parisiens ou provinciaux, ils venaient, pour plus de la moitié, de grandes villes, celles qui offraient certaines ressources culturelles et de bons lycées. Et, s’ils étaient parfois nés dans de modestes bourgs, au moment de leur succès au concours, leurs parents avaient déjà souvent déménagé dans une ville plus importante, ce qui signifie sans doute qu’il s’agissait de fonctionnaires ou de professeurs que leur progression dans la carrière rapprochait des capitales provinciales ou de Paris. Lorsqu’il appartenait à une famille de plusieurs enfants, le Normalien était souvent l’aîné des garçons : la préparation du concours avait sans doute représenté pour sa famille, surtout si elle était relativement modeste, un investissement qu’elle ne pouvait réitérer pour les cadets.

97Enfin, si les opinions politiques des parents sont difficiles à connaître, on observera au moins que la quasi-totalité des Normaliens de la fin du xixe siècle avaient fait leurs études secondaires (au moins les dernières classes du lycée) dans un établissement public. Presque aucun ne venait de l’enseignement catholique. Nous sommes pourtant à une époque où les collèges privés se multipliaient, entraînant la contre-offensive républicaine que l’on sait. Depuis leur enfance, la destinée scolaire des Normaliens, toujours brillante (beaucoup avaient été lauréats du Concours général) avait donc eu partie liée avec l’essor de l’éducation nationale, ses fastes et ses valeurs.

98Il ne suffit évidemment pas de savoir d’où venaient les Normaliens, il faut aussi se demander où ils allaient en quittant la rue d’Ulm, une fois leurs études terminées. Les sociologues et les historiens qui les ont étudiés, ont eu, nous disent-ils, le sentiment d’avoir affaire, ici plus qu’ailleurs, à des individus (et à des familles) dont les stratégies de carrière étaient mûries de longue date et pour qui la lourdeur de l’investissement initial incitait à rechercher par la suite le rendement maximum et détournait de prendre des risques inutiles ou de s’engager sur des voies mal balisées.

  • 43 Rappelons qu’à cette époque les fonctionnaires étaient astreints à un strict devoir de réserve. L. (...)

99On pourra trouver cette vue des choses un peu réductrice et on aime à croire que les Normaliens de jadis, en flânant autour du bassin des Ernests ou sur les toits de l’École, ont parfois rêvé à autre chose que plan de carrière et bicorne d’académicien. Certains ont su au moins, autour de Lucien Herr, ne pas reculer devant un engagement militant authentique, quoique d’abord clandestin43. D’autres iront même comme Péguy jusqu’à des ruptures plus tonitruantes avec ces maîtres qui veulent instaurer un « gouvernement des esprits ».

100Mais, même dans un milieu qui se voulait individualiste, il existait des régularités et des parcours habituels, qu’on discerne aisément.

101Commençons donc par nous défaire d’un mythe complaisant, « Normale mène à tout ». Ce n’était guère vrai à la fin du xixe siècle et ce ne le sera sans doute jamais. À toutes les époques, quelques brillantes individualités ont pu le faire croire, mais la vérité était, et est toujours, que l’École normale faisait et fait avant tout ce pourquoi elle a été fondée, c’est-à-dire qu’elle forme des professeurs et des chercheurs. G. Perrot, on l’a vu, s’en réjouissait et le jeune archicube Francisque Vial, déjà cité, le confirmait lucidement :

  • 44 p. 564.

« C’en est fait du Normalien brillant, dont toute l’ambition était de devenir un journaliste en vue. Les visées sont maintenant plus humbles. Les élèves de l’École, tous ou presque tous, ne songent plus à l’heure présente qu’à faire sérieusement leur métier de professeurs. »44

  • 45 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 51.

102Que nous apprennent, plus précisément, les historiens ? Le tableau ci-dessous, où nous avons indiqué, d’après R. J. Smith, la proportion de Normaliens ayant quitté l’enseignement, montre d’abord que l’attrait des carrières non universitaires a toujours été très faible chez les scientifiques ; chez les littéraires, il est vrai, que leurs aptitudes aient été plus diverses ou les carrières universitaires moins attrayantes, on a des chiffres plus élevés et en légère croissance à la fin du xixe siècle45.

  • 46 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 53.

103Où allaient ces Normaliens qui désertaient l’enseignement ? Chez les littéraires, plus de la moitié se tournaient vers la littérature, le journalisme ou la politique ; chez les scientifiques, il s’agissait surtout de recherche dans des entreprises privées. La haute fonction publique (le Normalien énarque), la diplomatie et les affaires ne deviendront des débouchés plus familiers, sinon fréquents, qu’au xxe siècle. C’étaient évidemment ceux qui, ayant l’origine sociale la plus élevée, avaient aussi les relations les plus étendues et les pratiques mondaines les plus assurées, qui quittaient le plus volontiers le professorat ; en revanche, les Normaliens d’origine plus modeste, y restaient massivement fidèles à 86 %, contre 76 % parmi les plus fortunés (pour l’ensemble de la période 1868-1941)46.

  • 47 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 104-113.

104Non seulement ces Normaliens ayant quitté l’enseignement n’étaient pas très nombreux mais, à la date de 1895, aucun ne jouissait d’une célébrité de nature à fasciner leurs jeunes camarades. On citait quelques grands ancêtres disparus (Prévost-Paradol, Taine) mais point de contemporains. Blum venait d’entrer discrètement au Conseil d’État et Péguy était élève de première année. Une douzaine de Normaliens siégeaient à la Chambre ou au Sénat mais c’étaient pour la plupart des vétérans des années 1870 (J. Simon, H. Wallon) et les plus jeunes étaient des députés obscurs ; à l’exception de Jaurès récemment passé au socialisme (1893), tous appartenaient aux tendances opportunistes ou modérées et avaient servi Gambetta ou Jules Ferry47 ; le plus connu en 1895 (mais bien oublié aujourd’hui) devait être Paul Challemel-Lacour (prom. 1846), ancien ministre des Affaires étrangères de J. Ferry devenu président du Sénat : pas de quoi enflammer les jeunes générations.

105L’enseignement était donc le destin de l’immense majorité des Normaliens et ils le savaient. Ils s’en accomodaient d’autant mieux qu’en ces années ils y occupaient une place plus qu’enviable. Ils n’en avaient aucune mauvaise conscience car c’était l’héritage d’un effort presque séculaire.

  • 48 Voir A. Chervel, Histoire de l’agrégation.

106Pendant longtemps, le rôle de l’École avait été clair : elle formait des agrégés, en lettres et en sciences, et elle était pratiquement la seule institution à le faire en France. L’agrégation avait été (re)créée en même temps qu’elle en 1808 et, après quelques incertitudes, avait été établie de manière régulière et définitive en 1821. Le concours, à l’origine unique (lettres ou sciences), s’était progressivement individualisé : lettres et grammaire en 1821, philosophie en 1825, histoire en 1831, mathématiques et physique en 1841, allemand et anglais en 1849, sciences naturelles en 188148. Pendant la plus grande partie du xixe siècle ne se présentèrent à l’agrégation que des candidats déjà en poste dans l’enseignement secondaire (dont le taux d’échec était élevé et qui devaient généralement se présenter plusieurs fois) et des Normaliens ; ces derniers, naturellement, déjà sélectionnés par le concours d’entrée à l’École (d’autant que l’ » esprit » de l’agrégation, surtout en lettres, était analogue : obtenir des candidats ayant une parfaite maîtrise, au niveau supérieur, des disciplines enseignées dans les lycées) et bien préparés par leurs maîtres de conférences, étaient reçus beaucoup plus jeunes et monopolisaient les premières places.

  • 49 Pour une présentation générale de l’histoire des universités françaises au xixe siècle, voir les c (...)
  • 50 Rappelons que jusqu’en 1876 la rémunération des professeurs de faculté a compris à la fois un « fi (...)

107Il faut se souvenir que, jusqu’aux années 1870, les facultés des lettres et des sciences n’ont eu qu’une existence misérable49 ; pauvrement dotées sur le plan matériel, vivant surtout des droits d’inscription et d’examen payés par les étudiants, elles avaient pour principale fonction de fournir les jurys de baccalauréat, de licence et de doctorat mais sans se charger de former les candidats à ces examens ; ces candidats devaient donc se préparer soit dans les lycées, soit par eux-mêmes. Seuls, ici encore, les Normaliens recevaient une préparation effective à la licence, ce qui assurait aux facultés parisiennes une certaine clientèle et renforçait leur prépondérance sur celles de province, souvent tout à fait squelettiques. Peu nombreux, mal rémunérés50, sans intérêt pour la recherche (les thèses n’étaient alors que des dissertations latines de quelques dizaines de pages), les professeurs de faculté se contentaient d’assurer quelques « cours publics » dont ils choisissaient eux-mêmes le thème et qui se déroulaient dans des salles presque vides ou remplies d’un public mondain. Dans ces conditions, il était préférable et plus rémunérateur pour de bons étudiants comme les Normaliens d’obtenir un poste de professeur (ou de proviseur) de lycée à Paris plutôt qu’une chaire dans une faculté de province ; seuls la Sorbonne ou le Collège de France pouvaient justifier que l’on abandonnât l’enseignement secondaire. C’étaient donc des carrières tournées beaucoup plus vers le lycée que vers les facultés et vers la reproduction rhétorique des savoirs scolaires acquis que vers la recherche que faisait la majorité des Normaliens dans la première moitié du xixe siècle.

108C’est en sciences que les choses ont commencé à bouger dans les années 1850-1860. Henri Sainte-Claire Deville, maître de conférences de chimie à l’École de 1851 à 1881, fut l’initiateur du mouvement mais c’est évidemment Pasteur, on l’a déjà dit, qui fut l’homme de la mutation décisive. Autant que ses découvertes personnelles, cette politique scientifique à larges vues est à porter à son crédit et pèse en définitive infiniment plus lourd dans la balance que son mauvais caractère et ses tristes manies de pion grincheux. À dire vrai, la faculté des sciences de Paris, moins atone que celle des lettres, moins directement à la remorque de l’enseignement des lycées, avait toujours assuré quelques cours spécialisés que suivaient les Normaliens ; mais c’est Pasteur qui eut le premier l’idée de relever la qualité de l’enseignement à l’École même et de l’orienter vers la recherche en associant aux conférences la pratique de laboratoire ; il eut d’autre part l’initiative de proposer aux meilleurs élèves un nouveau type de carrière faisant l’économie de l’enseignement secondaire (même si l’agrégation restait obligatoire) et démarrant directement dans l’enseignement supérieur en multipliant à leur usage, à partir de 1858, les postes d’agrégés-préparateurs accessibles dès la fin de leur scolarité.

109Ce système bien établi, où l’École normale régnait presque sans partage, surtout en lettres (car, en sciences, il y avait la concurrence des grandes écoles d’ingénieurs et d’établissements tels que le Muséum, l’Observatoire, etc.), change brusquement à partir de 1879. Désormais assurés du pouvoir, les Républicains, sous l’égide de Jules Ferry, entreprennent une réforme en profondeur de tout le système éducatif français, du primaire au supérieur.

  • 51 Cf. G. Weisz, « La réforme de l’enseignement supérieur sous la troisième République », dans Proces (...)
  • 52 Les facultés catholiques ne réussirent pas vraiment à se développer du fait que les gouvernements (...)

110À dire vrai, d’autres pays européens (Angleterre et Italie notamment) ont connu, à la même époque, un bouleversement comparable, dans un tout autre contexte politique. Mais le cas de la France (qui était alors, avec la Suisse, le seul pays non monarchique d’Europe) est assez spécifique. Le contexte et les motivations de la politique « ferryste » sont connues51 : il s’agissait de faire pièce à l’Église qui, depuis la loi Falloux (1850), améliorait rapidement ses positions dans l’enseignement secondaire et avait même essayé de prendre pied dans le supérieur avec la création, grâce à la loi du 12 juillet 1875, de six groupes de facultés catholiques52. Il s’agissait, dans la perspective de la « revanche », de rattraper le retard culturel et scientifique sur l’Allemagne auquel on imputait une bonne part de responsabilité dans le désastre de 1870. Il s’agissait enfin d’unifier le pays et notamment ses couches populaires et ses nouvelles élites autour de l’idéologie républicaine, idéologie vigoureusement laïque et rationaliste, fortement marquée de « positivisme » et donc de confiance dans la valeur morale et civique de l’éducation, à condition que celle-ci fût ordonnée autour d’une conception unificatrice et dynamique de la science et du progrès. Enfin, il s’agissait de répondre à une demande sociale croissante liée à l’essor économique du pays et au développement de la fonction publique. La volonté réformatrice vint d’abord d’« en haut » (politiciens et administrateurs) mais elle émanait aussi du corps enseignant qui voyait là l’occasion d’obtenir une autonomie et des moyens matériels qu’à quelques exceptions près (Guizot et surtout Duruy), lui avaient toujours déniés les régimes autoritaires qui avaient précédé la République, dont la plupart des professeurs étaient de fervents partisans.

111Tous les ordres d’enseignement furent concernés et réagissaient les uns sur les autres (l’essor de l’enseignement secondaire créait d’urgents besoins de maîtres formés dans les facultés). Nous nous en tiendrons ici à l’enseignement supérieur.

  • 53 Sur la politique universitaire de la IIIe République, on verra surtout G. Weisz, The Emergence of (...)

112L’œuvre ministérielle fut sans cesse soutenue par la réflexion des partisans de la réforme regroupés depuis 1878 dans la Société de l’enseignement supérieur (221 membres à l’origine, 514 dès 1880). La politique suivie fut menée selon trois axes complémentaires : augmentation des moyens, rénovation des cursus, autonomie des établissements53.

  • 54 Cf. La Sorbonne et sa reconstruction, dir. par Ph. Rivé, Paris, 1987.

113Le budget des facultés doubla en dix ans (de 7,5 millions en 1875 à 15,2 en 1885), la plus grande part étant désormais prise en charge par l’Etat. Partout, souvent avec l’appui des municipalités et des départements, on construisit des bâtiments nouveaux dont les plus importants furent ceux de la « nouvelle Sorbonne » bâtie entre 1885 et 190154 ; surchargée d’une lourde symbolique républicaine, la nouvelle Sorbonne fut l’image vivante du renouveau de l’Université ; l’inauguration solennelle de la première tranche de travaux par le Président de la République Sadi Carnot en 1889, fut d’une solennité exceptionnelle. Partout, on multiplia laboratoires et bibliothèques. On créa aussi de nouveaux postes d’enseignants, chaires magistrales mais surtout postes de moindre rang (maîtrises de conférences et charges d’enseignement) : pour faire face à l’afflux souhaité des étudiants, les facultés s’ouvraient largement à de jeunes chercheurs, souvent non encore docteurs ou même non titulaires. Aux étudiants en effet, on offrit désormais à la fois un soutien matériel sous la forme de bourses de licence (1877) et d’agrégation (1881) et un enseignement plus adapté. S’inspirant de la pédagogie élaborée à l’École normale, les facultés créèrent de vraies préparations aux examens et concours, avec des cours « fermés » et un encadrement plus efficace des étudiants (grâce à la multiplication des postes d’enseignants).

114La modernisation des cursus ne s’arrêta pas là ; on voulait introduire dans les facultés à la fois la recherche et les disciplines nouvelles. Il apparut bientôt aux réformateurs que la condition préalable était la reconstitution des universités proprement dites, vastes institutions autonomes d’enseignement et de recherche à la manière allemande, rassemblant les facultés jusque là dispersées. Le projet, qui suscitait à la fois de multiples inquiétudes corporatistes (aussi bien dans les facultés que dans les grandes écoles) et des appétits politiques (toutes les villes de province ayant quelques facultés voulurent une université) mit vingt ans à aboutir. Louis Liard, directeur de l’enseignement supérieur de 1884 à 1902, y attacha son nom. À dire vrai, la loi qu’il réussit à faire voter le 10 juillet 1896, était assez en retrait par rapport à ses espérances initiales et les facultés restèrent très indépendantes les unes des autres, ce qui était d’autant plus fâcheux que beaucoup d’entre elles, en province, étaient encore en-dessous de la masse critique nécessaire pour avoir de véritables activités de recherche. Mais il n’importe. La « loi Liard » concluait symboliquement vingt ans de politique réformatrice. Allégeant la tutelle administrative (à défaut de vraiment décentraliser), elle affirmait le principe de l’autonomie universitaire (en autorisant les universités à créer leurs propres diplômes, à côté des diplômes nationaux, et à inaugurer des enseignements nouveaux).

115Ces deux décennies d’intense activité législative et réglementaire, soutenue par une réflexion approfondie sur les finalités mêmes de l’enseignement supérieur, portèrent incontestablement leurs fruits. L’université française en vivra au moins jusqu’en 1968. Laissons ici de côté les facultés « professionnelles » de droit, de médecine et de pharmacie. En sciences et en lettres, on assiste partout à la fois à la croissance des effectifs étudiants et enseignants et à la naissance de la recherche universitaire autour des laboratoires en sciences ou de la thèse d’État en lettres, laquelle devient un véritable travail d’érudition (510 pages en moyenne en 1900). Les facultés des sciences provinciales trouvèrent de féconds appuis dans l’industrie locale. Celles de lettres restèrent plus dominées par les disciplines classiques (partiellement renouvelées d’ailleurs sous l’influence du positivisme et de la philologie allemande) et l’agrégation ; mais un public qui ne se destinait pas à l’enseignement y apparaît alors, ainsi que de nombreux étudiants étrangers. Des diplômes d’université furent créés, qui correspondaient à des enseignements nouveaux (langues étrangères « rares », orientalisme, géographie, ethnologie, sociologie, psychologie expérimentale, etc.).

  • 55 Voir, par exemple, F. Mayeur, « Fustel de Coulanges et les questions d’enseignement supérieur », R (...)

116Et l’École normale dans tout cela ? Que devint-elle au milieu de ce bouillonnement ? Elle l’a évidemment plus subi que dirigé. Ses élèves et anciens élèves n’étaient pourtant pas, au moins à titre personnel, indifférents aux problèmes de la réforme de l’enseignement supérieur55. Ils figuraient en nombre, en 1878, parmi les membres fondateurs de la Société de l’enseignement supérieur (non seulement quelques gloires obligées, comme Taine ou Pasteur, mais des hommes en pleine maturité : Fustel de Coulanges, G. Paris, G. Perrot, G. Monod). Et quelques-uns des principaux inspirateurs ou collaborateurs de J. Ferry et de ses successeurs, étaient des archicubes comme E. Lavisse ou les directeurs des enseignements secondaire (Ch. Zévort) ou supérieur (L. Liard). Mais il apparut bientôt que l’École avait peine à trouver sa place dans le nouveau dispositif qui se mettait en place.

117Dans un premier temps cependant, elle profita largement des réformes. Elle eut sa part de la manne budgétaire et de 1878 à 1888 sa dotation passa de 383 210 à 513 600 francs. De nouvelles bourses pour les élèves, de nouvelles maîtrises de conférences lui furent attribuées. Surtout, les jeunes archicubes tirèrent, dans un premier temps, un parti optimum de la croissance de l’enseignement secondaire (vers lequel beaucoup continuaient à se diriger) et plus encore de l’essor du supérieur. Bien formés et bien introduits, reçus jeunes et brillamment à l’agrégation, docteurs d’État des facultés parisiennes (alors que les doctorats provinciaux étaient en train de se dévaluer complètement), ils furent dans les années 1880 les mieux placés pour s’emparer des postes offerts tant à Paris qu’en province. De nouveaux profils de carrière se dessinaient où le passage par une faculté de province n’était plus perçu comme une calamité et où le séjour dans le secondaire (souvent complété par des suppléances ou des charges de cours temporaires à la faculté) devenait plus bref. Chez les scientifiques, beaucoup ne passaient même plus du tout par le lycée.

  • 56 Je tire ces chiffres des articles déjà cités de V. Karady, « L’expansion universitaire et l’évolut (...)

118Mieux qu’un long discours, quelques chiffres illustrent bien la position dominante des Normaliens dans l’enseignement supérieur français à la veille du premier centenaire de l’École. En 1890, un tiers des Normaliens (32 %) enseignait en faculté, 6,7 % étaient dans la haute administration universitaire (recteurs, inspecteurs généraux), le reste se partageait à peu près également entre lycées de province (32,4 %) et lycées parisiens (29 %), beaucoup de ces professeurs de lycée ayant évidemment l’espoir d’accéder ultérieurement à l’enseignement supérieur. Plus frappant encore, le fait qu’en cette même année 1890 les Normaliens littéraires aient représenté 76 % des professeurs de la Sorbonne et 63 % dans les facultés provinciales ; les pourcentages étaient un peu plus bas en sciences (concurrence des élèves des autres grandes écoles ?) mais cependant impressionnants : respectivement 64 et 46 %56. Il y avait là, à coup sûr, de quoi justifier la fierté de Georges Perrot, ses revendications budgétaires (d’ailleurs modestes) et la confiance qu’il semblait afficher en l’avenir. Et pourtant les menaces s’accumulaient.

Du Capitole de 1895 à la roche Tarpéienne de 1903 ?

119Les menaces étaient d’abord dans les faits têtus. Les facultés suscitaient désormais aux Normaliens des rivaux de plus en plus dangereux. Les bourses de licence et d’agrégation enlevaient à l’École une partie de son attrait simplement économique. Aux concours d’agrégation, les simples étudiants, surtout parisiens, remportaient d’incontestables succès et n’étaient désormais guère plus âgés que les Normaliens. Ils préparaient aussi des doctorats. Ils étaient donc de plus en plus à même de concurrencer les Ulmiens pour l’accès aux nouveaux postes offerts dans les lycées ou les facultés.

120Sans doute dira-t-on que les Normaliens étaient de taille à affronter cette concurrence. Il est vrai que leur situation n’avait rien de dramatique et la règle bien connue du cumul des avantages acquis (depuis leur scolarité secondaire) continuait à jouer en leur faveur. Mais en même temps, la tradition même de l’École tendait à se retourner contre elle. Ce que Georges Perrot célébrait en 1895 comme sa fidélité à l’irremplaçable « culture classique », était en fait l’attachement à un héritage qui valorisait la parfaite continuité des investissements intellectuels depuis les classes terminales des lycées jusqu’à l’agrégation incluse ; autrement dit, la pratique normalienne était une pratique naturellement conservatrice, qui peinait à prendre en compte l’autonomie croissante de l’enseignement supérieur et privilégiait la présentation rhétorique par rapport à la recherche érudite, l’approximation littéraire face à la rigueur positiviste, les disciplines « nobles » et consacrées (lettres classiques et philosophie en lettres, mathématiques et physique en sciences) au détriment des disciplines nouvelles, encore mal définies, qui se constituaient aux marges des anciens savoirs académiques.

121Les Normaliens avaient depuis longtemps abandonné aux non Normaliens les agrégations de grammaire ou de langues vivantes, ils étaient désormais en recul à la fois sur le front des institutions de recherche pure (École pratique des hautes études et même École française de Rome, sinon d’Athènes) et des secteurs innovants. Si l’on ajoute à cela, dès les années 1890, après l’euphorie des premières créations de postes, un début d’encombrement des carrières rendant les cursus honorum plus lents et la concurrence plus âpre, on comprend qu’il y ait eu matière, pour beaucoup de Normaliens, à quelque amertume.

122Nous parlons ici, naturellement, d’une attitude collective, fâcheusement corroborée par le discours officiel. Il est évident qu’à titre personnel beaucoup de Normaliens surent voir où était le renouveau et y prendre leur place, d’autant plus vigoureusement qu’en fait leur « culture classique » originelle, ainsi que leur « capital social » de Normalien, n’étaient pas sans efficacité même dans ces domaines nouveaux. Pour ne citer que deux exemples connus, on sait bien ce que deux des gloires les plus incontestables de l’université française au tournant du siècle, à savoir la naissance de la sociologie moderne et la constitution de la géographie régionale et humaine comme sciences à part entière, durent à des archicubes, Emile Durkheim d’un côté, Vidal de la Blache et ses élèves de l’autre.

  • 57 Sur les débats ayant préparé le décret de 1903, voir R. J. Smith, The École Normale Supérieure and (...)

123Mais ces réussites ponctuelles suffiraient-elles à sauver l’École ? Les réformateurs s’interrogeaient sur l’utilité de maintenir une institution qui semblait de plus en plus faire double emploi avec l’Université rénovée. Passés les fastes du centenaire, les interrogations se firent plus insistantes. Dans le rapport Ribot de 1899, Ernest Lavisse posait clairement la question : à quoi bon maintenir l’École en l’état alors que désormais la faculté des lettres de Paris avait plus de 1 500 étudiants et fournissait la majorité des agrégés ? Et il ajoutait que la solution était de trouver, d’une manière ou d’une autre, le moyen de réformer l’École pour la distinguer de la Sorbonne. Quant à lui, il suggérait de faire porter l’effort sur la pédagogie - de transformer en somme l’École en ce que nous appellerions aujourd’hui un institut supérieur de formation des maîtres – et de laisser à la Sorbonne la responsabilité des enseignements disciplinaires et de la recherche. A ces projets inquiétants, Georges Perrot, sentant que l’immobilisme – qui n’était d’ailleurs pas forcément dans la nature de ce républicain libéral, membre fondateur de la Société de l’Enseignement supérieur – n’était plus tenable, essaya de riposter à sa façon. Après avoir suggéré, avec quelque malice, que la passion de Lavisse pour la pédagogie théorique était une forme de germanomanie contraire à la tradition française, il proposa de faire évoluer l’École vers la recherche pure, tant en lettres qu’en sciences (où c’était d’ailleurs déjà largement le cas). Pratiquement, il demanda, mais sans succès, que les élèves ne soient plus admis que déjà licenciés, ce qui leur aurait permis de se consacrer à l’agrégation et surtout à la recherche57.

124Ce fut pourtant le point de vue de Lavisse qui triompha dans le décret pris le 10 novembre 1903 par le ministre Chaumié. On a en indiqué plus haut le contenu. Personne n’avait voulu prendre la responsabilité de « licencier » l’École (comme on disait au xixe siècle) mais, en la vidant de ses maîtres de conférences, en l’ouvrant aux externes et aux auditeurs libres, en limitant ses enseignements aux cours de pédagogie (confiés, il est vrai, à Durkheim), n’allait-on pas en faire un simple « hôtel meublé du Quartier latin », une coquille vide destinée à dépérir à plus ou moins brève échéance ?

125On sait qu’il n’en fut rien. Ce serait une autre histoire, que d’autres raconteront mieux que moi, que de faire le récit de cette seconde vie de l’École. Disons simplement ici que c’est, pour une bonne part, dans les vertus et les ressources qu’elle avait accumulées pendant son premier siècle d’existence que l’École a puisé l’énergie de sa survie.

126Les hommes sont demeurés, qui ont sans doute plus veillé à assurer la continuité qu’à mettre en œuvre la réforme. P. Dupuy a simplement pris le titre nouveau de secrétaire général et L. Herr est resté bibliothécaire. Devenu Directeur, E. Lavisse lui-même modérera bientôt, on l’a vu, ses impatiences réformatrices.

127L’internat, aménagé et humanisé, a survécu et la grande majorité des élèves a continué – jusqu’à nos jours – à choisir ce mode d’hébergement qui, par-delà ses commodités matérielles, est évidemment le creuset irremplaçable de l’ » esprit normalien ». Enfin les maîtres de conférences transférés à la Sorbonne ou au Collège de France sont revenus, par provocation ou par habitude, faire tout ou partie de leur enseignement à l’École : ainsi de Goelzer, Gustave Bloch ou Tannery, bientôt rejoints par d’autres maîtres prestigieux comme Mario Roques en littérature française, Christian Pfister en histoire, Hadamard en mathématiques ou Marcel Brillouin en physique. L’École est donc restée un lieu d’enseignement de haute qualité (agrégation et séminaires d’initiation et de recherche). Quant aux laboratoires, évidemment, il ne pouvait être question de les déménager.

128Deux facteurs plus extrinsèques ont aussi servi, je pense, la survie de l’École. D’abord, la constitution définitive des khâgnes comme classes vraiment autonomes, qui date de ces années-là. Pourvues à leur tour de maîtres prestigieux, Alain, Bellessort, Roubaud, ces « éveilleurs » décrits par J.-Fr. Sirinelli, les khâgnes ont en quelque sorte repris, en amont, une partie du rôle joué naguère par l’École, avec les mêmes défauts (la prime à la rhétorique) et les mêmes qualités (l’intensité du travail collectif et la force des liens personnels).

129L’autre facteur que je soulignerai a peut-être été la politisation de l’École, qui s’exacerbe à partir de 1897, lorsque l’affaire Dreyfus envahit toute la scène publique. Le rôle des « intellectuels » normaliens engagés, malgré leur diversité, dans le combat dreyfusard a sans doute valu à l’École de fortes sympathies extérieures, notamment chez les radicaux et les socialistes, et a pu lui servir, en quelque sorte, de garantie politique.

130À cette légitimité intellectuelle et politique, la Grande Guerre viendra en ajouter une autre, celle du sang versé. Les 239 Normaliens « morts pour la France » pèseront lourd dans les discours des années 1920 et viendront ajouter à la « mémoire » de l’École le martyrologe qui eut rendu sacrilège de trop violentes critiques.

131Ajoutons un dernier trait. Après ce qui nous a semblé être, dans les années 1890, une période creuse où peu de personnalités pouvaient parler pour l’École en dehors d’elle-même, la réapparition au premier plan de la scène intellectuelle, littéraire, mondaine ou politique de brillants archicubes (élèves, précisément, des dernières promotions d’avant la réforme : Jaurès, Herriot, Painlevé ou Blum en politique, Bergson en philosophie, Romain Rolland, Giraudoux, J. Romains en littérature) viendront à leur tour, plus ou moins spontanément, prêter leur nom à la défense et illustration d’une institution souvent attaquée de l’intérieur ou de l’extérieur. Même minoritaires ou, au fond, peu représentatives, leurs voix contribueront à ce que J.-Fr. Sirinelli a appelé la « sacralisation » de l’École dans l’entre-deux-guerres.

132Mais il est temps de laisser le lecteur en compagnie du Livre du Centenaire de 1895. Nous avons essayé de l’aider à se représenter le contexte de l’époque mais, au fond, forte et fragile à la fois, célébrant avec éclat ses gloires passées ou récentes mais secrètement blessée par des critiques qui n’étaient pas toutes sans fondement, toujours un peu décalée par rapport à son temps, à la fois d’arrière-garde et d’avant-garde, défendant les humanités classiques quand le positivisme triomphait à la nouvelle Sorbonne mais préparant déjà le renouveau des sciences humaines (F. Simiand avait intégré en 1892, L. Febvre et M. Halbwachs le suivront en 1898 et Marc Bloch en 1904), l’École de 1895 a déjà pour le lecteur d’aujourd’hui quelques traits familiers.

133Sauf erreur de ma part, aucun auteur de 1895 ne s’est demandé s’il y aurait un jour un bicentenaire et si son texte y serait encore lu. Peut-être n’était-on pas sûr qu’il y aurait un bicentenaire. Et pourtant, qui, en 1895, aurait pu avoir même une faible idée des bouleversements monstrueux qu’engendrera le xxe siècle ? Et qui aujourd’hui oserait parier sur le tricentenaire de 2095 ? Sans trop penser à l’avenir incertain, contentons-nous plutôt de faire à ces valeureux ancêtres la bonne surprise posthume de nous pencher attentivement sur cette photo un peu jaunie qu’ils nous ont laissée d’eux-mêmes et, sachant d’où elle vient, d’en mesurer tout le prix.

Notes

2 Sur Paul Dupuy, voir la plaquette commémorative publiée après sa mort par un groupe d’archicubes : Paul Dupuy (1856-1948), Coulommiers-Paris, 1951.

3 Sur Georges Perrot, voir la notice contenue dans C. Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, vol. I, Dictionnaire biographique, 1809-1908, Paris, 1985, p. 144.

En ce qui concerne les carrières des individus, signalons une fois pour toutes que nous avons tiré l’essentiel de nos informations soit des Annuaires de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure (depuis 1846), soit des dictionnaires suivants : C. Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, vol. I, Dictionnaire biographique, 1809-1908, et vol. II, Dictionnaire biographique, 1909-1939, Paris, 1985-1986, C. Charle et E. Telkes, Les professeurs du Collège de France, 1901-1939, Paris, 1988, et C. Charle et E. Telkes, Les professeurs de la faculté des sciences de Paris. Dictionnaire biographique, 1901-1939, Paris, 1989.

4 p. XVI.

5 p. XLIV-XLV.

6 p. xxxvi.

7 p. xxxii.

8 p. xxxiX.

9 C. Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, I, p. 169.

10 C. Charle et E. Telkes, Les professeurs de la faculté des sciences de Paris, p. 250.

11 Cf. D. Lindenberg et P. A. Meyer, Lucien Herr, le socialisme et son destin, Paris, 1977.

12 Voir dans Histoire de l’édition française, t. III, Le temps des éditeurs. Du Romantisme à la Belle Epoque, dir. par H.-J. Martin et R. Chartier, Paris, 1985, p. 186-194.

13 Cf. P. Christophe, « Le cardinal Baudrillart et ses choix pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue d’histoire de l’Eglise de France, lxxviii (1992), p. 57-73.

14 Voir J. Dhombres (dir.), L’École Normale de l’An III, 1, Leçons de mathématiques, Paris, 1992.

15 Voir infra les p. 276-298 dues au vice-recteur O. Gréard, figure très représentative de l’establishment républicain modéré.

16 Cf. J.-Fr. Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et Normaliens dans l’entre-deux-guerres, 2e éd., Paris, 1994.

17 P. Dupuy, « Au sujet de Pasteur », Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, 46 (mars 1939), p. 34-40 réimpr. dans Paul Dupuy, p. 67-73).

18 Sur la politique scientifique de Pasteur à l’École, on trouvera de nombreuses indications dans C. S. Zwerling, The Emergence of the École Normale Supérieure as a Center of Scientific Education in Nineteenth Century France, Ph. D. Harvard University, Cambridge Mass., 1976.

19 Sur l’histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, voir J.-N. Luc et A. Barbé, Des Normaliens. Histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, Paris, 1982.

20 Sur les débuts de l’École normale supérieure de jeunes filles, voir F. Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, 1977, p. 106-140, et J. B. Margadant, Madame le Professeur. Women Educators in the Third Republic, Princeton, 1990.

21 Cf. O. Motte, « Le voyage d’Allemagne. Lettres inédites sur les missions d’universitaires français dans les universités allemandes au dix-neuvième siècle », Francia, 14 (1986), p. 561-566.

22 Cf. C. Charle, « Ambassadeurs ou chercheurs ? Les relations internationales des professeurs de la Sorbonne sous la IIIe République », Genèses, 14 (1994), p. 42- 62.

23 En plus des livres et articles cités infra, j’ai eu recours à un mémoire inédit de P. Albertini (avec la collab. de Chr. Ducourtieux-Verboven), L’École normale supérieure : matériaux pour une histoire, s. d. ; je le remercie très vivement de m’avoir permis d’utiliser ce travail dont il faut souhaiter qu’il puisse être prochainement publié sous une forme ou une autre.

24 Sur l’histoire des bâtiments de l’École, on consultera les notices très détaillées de P. Dupuy, « Sur l’École », Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, 41 (juin 1937), p. 43-62, et « La vieille École », Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, 42 (déc. 1937), p. 13-18, et 44 (juin 1938), p. 18-22 ; l’ensemble a été réimprimé sous le titre « La vieille École » dans Paul Dupuy, p. 39-65.

25 A ces seize noms on pourrait ajouter celui de Romain Rolland, nommé maître de conférences d’histoire de l’art à la rentrée 1895 et qui le resta jusqu’en 1904.

26 Cf. N. Hulin, « La rivalité École Normale-École Polytechnique. Un antécédent : l’action de Pasteur sous le Second Empire », Histoire de l’Éducation, 30 (1986), p. 71-81.

27 Cité dans A. Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, 1993, p. 268-269.

28 p. xxxix-xlii.

29 Cf. J.-Fr. Sirinelli, Génération intellectuelle, p. 347-351.

30 C. Charle, Les élites de la République (1880-1900), Paris, 1987, p. 297.

31 Cité dans R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, Albany, 1982, p. 81.

32 Cité dans R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 80.

33 Indications données dans les notices citées supra n. 23.

34 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 82- 83.

35 Parmi les nombreux articles de V. Karady, on peut citer « Normaliens et autres enseignants à la Belle Époque. Note sur l’origine sociale et la réussite dans une profession intellectuelle », Revue française de sociologie, XIII (1972), p. 35-58, « L’expansion universitaire et l’évolution des inégalités devant la carrière d’enseignant au début de la IIIe République », Revue française de sociologie, XIV (1973), p. 443- 470, « Recherches sur la morphologie du corps universitaire littéraire sous la Troisième République », Le Mouvement social, 96 (1976), p. 47-79, « Scientists and Class Structure ; Social Recruitment of Students at the Parisian École Normale Supérieure in the Nineteenth Century », History of Education, 8 (1978), p. 99-108 ; « Les professeurs de la République. Le marché scolaire, les réformes universitaires et les transformations de la fonction professorale à la fin du 19e siècle », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 47/48 (1983), p. 90-112 ; pour les ouvrages de Smith et Zwerling, voir supra n. 30 et 17 ; on peut y ajouter R. Fox et G. Weisz (eds.), The Organization of Science and Technology in France, 1808-1914, Cambridge-Paris, 1980.

36 Introduction de G. Perrot au Livre du Centenaire, p. XLIV ; Gustave Lanson, Directeur de 1919 à 1927, tiendra le même discours dans un article publié en 1926 dans la Revue des Deux Monde : « L’École normale ... a toujours été la plus populaire, la plus démocratique des grandes écoles. Nulle part, je crois, la proportion des jeunes gens issus des classes laborieuses de la nation n’est aussi élevée, comparée au nombre total des étudiants » (cité dans R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 50).

37 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 42.

38 C. Charle, « Le champ universitaire parisien à la fin du 19e siècle », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 47/48 (1983), p. 79.

39 Rappelons que l’indice des « chances de succès » des membres d’un groupe social donné pour l’accès à une position est le produit du pourcentage de ce groupe dans la position en question par son pourcentage dans la population totale.

40 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 40-41.

41 Cf. C. Charle, Naissance des « intellectuels », Paris, 1990, p. 86-93.

42 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 30-33, et V. Karady, « Normaliens et autres enseignants », p. 45-54.

43 Rappelons qu’à cette époque les fonctionnaires étaient astreints à un strict devoir de réserve. L. Herr et ses amis durent donc dissimuler leur affiliation à un parti « révolutionnaire » et publier sous des pseudonymes.

44 p. 564.

45 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 51.

46 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 53.

47 R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 104-113.

48 Voir A. Chervel, Histoire de l’agrégation.

49 Pour une présentation générale de l’histoire des universités françaises au xixe siècle, voir les chapitres rédigés par V. Karady dans J. Verger (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, 1986, p. 261-365.

50 Rappelons que jusqu’en 1876 la rémunération des professeurs de faculté a compris à la fois un « fixe » (plus élevé à Paris qu’en province) et un « éventuel », proportionnel aux droits d’inscription et d’examen versés par les étudiants et donc plus important dans les principales facultés. L’ » éventuel » fut supprimé en 1876.

51 Cf. G. Weisz, « La réforme de l’enseignement supérieur sous la troisième République », dans Processus de changement et mouvements de réforme dans l’enseignement supérieur français, éd. par A. Drouard, Paris, 1978, p. 5-86.

52 Les facultés catholiques ne réussirent pas vraiment à se développer du fait que les gouvernements républicains ultérieurs leur interdirent de se rassembler en universités et refusèrent de leur accorder le droit à la collation des grades.

53 Sur la politique universitaire de la IIIe République, on verra surtout G. Weisz, The Emergence of Modern Universities in France, 1863-1914, Princeton, 1983.

54 Cf. La Sorbonne et sa reconstruction, dir. par Ph. Rivé, Paris, 1987.

55 Voir, par exemple, F. Mayeur, « Fustel de Coulanges et les questions d’enseignement supérieur », Revue historique, 556 (1985), p. 387-408.

56 Je tire ces chiffres des articles déjà cités de V. Karady, « L’expansion universitaire et l’évolution des inégalités », p. 447, « Recherches sur la morphologie du corps universitaire littéraire », p. 57, et de sa contribution « Educational Qualifications and University Careers », dans R. Fox et G. Weisz, The Organization of Science, p. 121.

57 Sur les débats ayant préparé le décret de 1903, voir R. J. Smith, The École Normale Supérieure and The Third Republic, p. 71-75.

Notes de fin

1 Le texte qu’on va lire n’est en rien une histoire de l’École normale supérieure au xixe siècle, ni même dans les dernières décennies de celui-ci. Il s’agit simplement d’une introduction à la réédition du livre publié en 1895 à l’occasion du centenaire de l’École, destinée à le replacer dans son contexte historique pour en faciliter la compréhension au lecteur d’aujourd’hui. De même, les notes qui accompagnent cette introduction ne prétendent à aucune espèce d’exhaustivité ; elles donnent simplement, outre les indispensables renvois à certains passages du texte de 1895, les titres de certains travaux récents dont je me suis plus particulièrement servi pour rassembler quelques données statistiques ou avancer certaines interprétations que les travaux en question développent de manière plus détaillée que je n’ai pu le faire ici.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540